1 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). René Crevel, Mon corps et moi (mai 1926)
1du, avec son corps qui se souvient — « mémoire, l’ennemie » — avec une intelligence dont la triste profession est de détruire l
2 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
2t ne voyez-vous pas que c’est faire le jeu de vos ennemis de discuter avec eux dans leur langue et de crier rouge pour la simpl
3 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Récit du pickpocket (fragment) (mai 1927)
3ugnait. Je détestais de peiner quelque être, même ennemi, — car celui-là je le méprisais trop sincèrement. » Vers cette époque
4 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Pierre Naville, La Révolution et les intellectuels (novembre 1928)
4nous sommes en France — vers la politique. Or ces ennemis de toute littérature voient leurs avances dédaignées par les communis
5 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Guy de Pourtalès, Louis II de Bavière ou Hamlet-Roi (décembre 1928)
5: « Avec son beau regard de rêve, — lit-on dans l’Ennemi des Lois — son expression amoureuse du silence et cet ensemble idéal
6 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 1. Mes prisons
6diens, des petites guerres mystérieuses, avec des ennemis et des alliés imaginaires, des jeux en cachette, odeurs de peaux, com
7 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Appendice. Utopie
7ir de ce qui est. Mais comment retourner contre l’ennemi ses propres batteries ? Autrement dit : quel emploi utopique de l’org
8 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
8l’homme livré à lui-même, c’est-à-dire à son pire ennemi. Morne triomphe de l’analyse psychologique. Un siècle de ce régime su
9 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Goethe, chrétien, païen (avril 1932)
9hrétien, mais d’une façon si particulière que les ennemis du christianisme, depuis un siècle, le revendiquent comme leur plus g
10 1933, Esprit, articles (1932–1962). Comment rompre ? (mars 1933)
10ables de rupture, qu’elles ont passé au camp de l’ennemi, et depuis si longtemps qu’elles parlent maintenant sa langue, adopte
11 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — a. L’engagement politique
11rter cette guerre qu’on me fait sur le territoire ennemi. Je fais de la politique pour qu’on n’en fasse plus, ou plutôt pour q
12 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 7. Comment rompre ?
12ables de rupture, qu’elles ont passé au camp de l’ennemi, et depuis si longtemps qu’elles parlent maintenant sa langue, adopte
13 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 10. Fascisme
13injure politique, un synonyme de méchant homme, d’ennemi du peuple, de bourgeois brutal. Réaction sans doute sympathique, mais
14 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
14é, passerait infailliblement pour le plus grand « ennemi du peuple » — sur les affiches électorales. La seule opposition sér
15 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
15st temps, des déviations qui feraient le jeu de l’ennemi. Connaître la doctrine de l’homme fasciste, c’est définir du même cou
16rsonnalistes. Et surtout, n’oublions jamais que l’ennemi qui se dresse devant nous, c’est en nous tout d’abord que nous devons
17e chrétien est celui [p. 222] qui n’a pas d’autre ennemi à craindre que l’ennemi qu’il porte en lui-même. Car un ennemi visibl
18 222] qui n’a pas d’autre ennemi à craindre que l’ennemi qu’il porte en lui-même. Car un ennemi visible et extérieur, ce n’est
19ndre que l’ennemi qu’il porte en lui-même. Car un ennemi visible et extérieur, ce n’est jamais que l’incarnation d’une possibi
16 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — v. Trop d’irresponsables s’engagent ! (Responsabilité des intellectuels)
20’un esclavage. La liberté réelle n’a pas de pires ennemis que les libéraux ; sinon en intention, du moins en fait. Les penseurs
17 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
21u’ils font »). On parle aussi de l’« amour de ses ennemis » et l’on « sue à grosses gouttes ». Il est facile de dire que Nietz
22t bien plus la crainte [p. 420] de « se faire des ennemis » que la surnaturelle paix annoncée par le Christ à ceux qui luttent
18 1934, Présence, articles (1932–1946). L’œuvre et la mort d’Arnaud Dandieu (1934)
23emontant le Danube ou le Rhin, s’avance l’antique ennemi de l’homme. On l’appellera État, matérialisme, racisme ou tyrannie ;
19 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
24ntre elles seulement, des fameux jumeaux [p. 379] ennemis qu’on voit partout inséparables : matérialisme et spiritualisme. Voic
20 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Grammaire de la personne (janvier 1934)
25e plus fou, que l’Évangile nous dit : « Aimez vos ennemis » ? p. 18 f. « Grammaire de la personne », Hic et Nunc, Paris, n
21 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
26le grandeur calvinienne retrouvée, — par ce vieil ennemi de la Genève moderne ! Il faudrait parler longuement du « barthisme »
22 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Un exemple de tactique révolutionnaire chez Lénine (janvier 1935)
27ant fortement par la main. Nous sommes entourés d’ennemis de toutes parts et il nous faut marcher presque constamment sous le f
28cision librement consentie, afin de combattre nos ennemis et de ne pas tomber dans le marais voisin, dont les hôtes n’ont cessé
23 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.1. Le problème de la culture
29de démence, ou au contraire d’intelligence avec l’ennemi. Et je ne dis pas que cela ne soit dans l’ordre. Mais je remarque d’a
24 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.2. D’une culture qui parle dans le vide
30eulement dans la bourgeoisie mais encore chez les ennemis marxistes de cette classe. En somme, tout le monde s’accorde, ou s’ac
25 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.3. Fatalités du rationalisme bourgeois
31avaient mystérieuse, mais au contraire une raison ennemie de tout ce que le xviiie siècle devait flétrir du nom d’obscurantism
32e un culte à la Raison déifiée. Mais cette raison ennemie du singulier, et définie par son hostilité à tout ce qui se fonde sur
33is des choses, la fatalité parallèle d’une raison ennemie des mythes, c’est la rationalisation, la manie de tout unifier, l’esp
26 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.4. Hegel, Comte, Marx, ou la rationalisation
34énominateur commun de trois systèmes par ailleurs ennemis, capitalisme, socialisme, fascisme. Pour les formules de Hegel, leur
27 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.6. L’Arche de l’Alliance
35étiens pour avoir méconnu le Christ, puis par les ennemis totalitaires du Christianisme pour avoir préparé ses voies, Israël es
28 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
36aire. C’était viser trop court, et sous-estimer l’ennemi : j’entends la part de l’homme qui résiste, en créant, à toute espèce
29 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
37bien de voir le spirituel pâtir du discrédit d’un ennemi devenu trop intime. J’examinerai donc maintenant notre appareil intel
30 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
38 faut revenir encore au méchant couple des frères ennemis, spiritualistes et matérialistes. Car ils ont en commun cette illusio
31 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
39aire. C’était viser trop court, et sous-estimer l’ennemi, j’entends la part de l’homme qui résiste, en créant, à toute espèce
32 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plébiscite et démocratie (avril 1936)
40voir contre l’opposition secrète, informulée, des ennemis du régime, et contre l’inertie des citoyens et citoyennes qui eussent
41irréductible, essentielle. L’État-nation, voilà l’ennemi ; et peu nous importe que ce soit un pseudo-fascisme de droite ou un
33 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du socialisme au fascisme (novembre 1936)
42 les spartakistes et les séparatistes — également ennemis de l’État — avant de céder la place aux bourgeois, qui à leur tour… E
34 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les Jacobins en chemise brune (décembre 1936)
43eviendront les 200 familles du racisme 57 , les « ennemis de la nation ». 2° Lutte contre l’étranger. — Là encore, Hitler va tr
44des purs, qui s’abat sans scrupule humain sur les ennemis de la nation : toujours, il faut « faire vite », déjouer un complot [
35 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
45ccuse les curés d’obscurantisme, il ne veut pas d’ennemis à gauche parce que la gauche, c’est le parti de la Raison et du Progr
36 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
46es parts au mauvais citoyen. Le capitaliste est l’ennemi public en URSS, le communiste en Europe, le fasciste à Londres, le li
37 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
47ccuse les curés d’obscurantisme, il ne veut pas d’ennemis à gauche parce que la gauche, c’est le parti de la Raison et du Progr
38 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
48cation qui le maintienne vivant et pur contre les ennemis du dedans, afin d’être fort au-dehors. L’esprit bourgeois, l’économie
39 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Une idée de Law (janvier 1937)
49n du bonheur, on peut espérer de détruire 150 000 ennemis par le feu, le fer, l’eau, la faim, les fatigues, les maladies. Ainsi
50as mieux en épargner les frais et acheter l’armée ennemie, lorsque l’occasion s’en présenterait. Un Anglais estimait un homme 4
40 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Ballet de la non-intervention (avril 1937)
51nt que des victoires gouvernementales ; seuls les ennemis de la démocratie oseraient remarquer que ces victoires successives se
41 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
52ieux pasteur qui a la faiblesse de prier pour les ennemis (sabotage moral) et de condamner la violence (libéralisme morbide). L
53de la tribu. Quant au Livre qui dit : « Aimez vos ennemis », on nous explique que c’est une lettre morte (toter Buchstabe), et
42 1938, Journal d’Allemagne. ii. Plébiscite et démocratie. (À propos des « élections » au Reichstag, 29 mars 1936)
54voir contre l’opposition secrète, informulée, des ennemis du régime, et contre l’inertie des citoyens et citoyennes qui eussent
55irréductible, essentielle. L’État-nation, voilà l’ennemi ; et peu nous importe que ce soit un pseudo-fascisme de droite ou un
43 1938, Journal d’Allemagne. iii. Les jacobins en chemise brune
56eviendront les 200 familles du racisme 21 , les « ennemis de la nation ». 2° Lutte contre l’étranger. — Là encore, Hitler va tr
57des purs, qui s’abat sans scrupule humain sur les ennemis de la nation : toujours, il faut « faire vite », déjouer un complot à
44 1938, La Vie protestante, articles (1938–1978). Le temps des fanatiques (25 novembre 1938)
58e fois : Vous voyez bien, les dictateurs sont les ennemis du christianisme ! — je ne dis pas non, je les ai vus de près. Mais j
45 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
59ir, qui devient aussitôt, et par là même, le pire ennemi de la vie, la séduction du Rien. Mais dès lors que le Verbe s’est fai
60la vie naturelle, Dieu apparaît alors comme « mon ennemi mortel ». Nous nous heurtons ici à l’extrême limite, à l’origine pure
46 1938, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Trop d’irresponsables s’engagent ! (Responsabilité des intellectuels) (juin 1938)
61’un esclavage. La liberté réelle n’a pas de pires ennemis que les libéraux ; sinon en intention, du moins en fait. Les penseurs
47 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
62que dans leurs gestes de réprobation ? À défaut d’ennemis déclarés, où sera le courage que l’on réclame des écrivains ? Faudra-
48 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
63imer les uns les autres. Que signifie : Aimez vos ennemis ? C’est l’abandon de l’égoïsme, du moi de désir et d’angoisse, c’est
64rophe ne parle que des « dames » : Je n’ai pas d’ennemi si mortel, dont je ne devienne l’ami loyal, s’il me parle des dames e
49 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
65elle se figure être persécutée par Dieu comme son ennemie ». Cette impression provoque une souffrance si pénible, puisque l’âme
66 amitié » d’Iseut, qu’il la tiendra un temps pour ennemie, et qu’il acceptera le « mariage blanc » avec l’autre Iseut — l’autre
50 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
67 parle de Laure comme de sa « bien-aimée [p. 201] ennemie », et gémit, tel Tristan se séparant d’Iseut lorsqu’il la rend à son
68 lui pour Aricie, qui est la fille et la sœur des ennemis mortels de son père. » Ainsi donc, Aricie, c’est « l’amour que le Pèr
69truire à son aise et sans le moindre scrupule les ennemis qui nuisent à ses projets de grandeur ? Des lois cruelles, arbitraire
51 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
70tôme 170 , qui avez combattu et tué tant d’hommes ennemis de Dieu dans les armées et dans les villes ! Ô ! trop heureux encore
71faire des prisonniers et à désorganiser les corps ennemis. Parfois — c’était leur suprême réussite — ils parvenaient à battre l
72oyez Condé empanaché caracolant parmi les troupes ennemies — en véritable héros de l’Astrée qu’il fut. Et cette suprême politess
73n du bonheur, on peut espérer de détruire 150 000 ennemis par le feu, le fer, l’eau, la faim, les fatigues, les maladies. Ainsi
74as mieux en épargner les frais et acheter l’armée ennemie, lorsque l’occasion s’en présenterait. Un Anglais estimait un homme 4
75ent les Jacobins à l’heure où [p. 285] les forces ennemies paraissaient vingt fois supérieures, à l’heure où liberté et mort éta
76de la guerre fut toujours de forcer la résistance ennemie, en détruisant sa force armée. (Forcer la résistance de la femme par
77s signifie l’anéantissement des forces vives de l’ennemi : des ouvriers embrigadés dans les usines, des mères qui procréent de
52 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
78ose de plus net, sans compromis. Mais si l’on est ennemi des compromis, il est contradictoire de se marier. Et si l’on veut ti
53 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
79ir, qui devient aussitôt, et par là même, le pire ennemi de la vie, la séduction du Rien. Mais dès lors que le Verbe s’est fai
80la vie naturelle, Dieu apparaît alors comme « mon ennemi mortel ». Nous nous heurtons ici à l’extrême limite, à l’origine pure
54 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). L’ère des religions (22 février 1939)
81i tu la refuses, parce que j’espère pour toi, mon ennemi… » Mais le national-socialisme se trouve avoir donné le type d’une co
55 1939, La Vie protestante, articles (1938–1978). Nicolas de Flue et la tradition réformée (1er septembre 1939)
82es font intervenir l’ermite du côté des réformés, ennemis du régime des pensions. Il s’agit là de pièces d’actualité, d’intenti
56 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Don Juan (juillet 1939)
83 coutume. L’immoraliste est comme le moraliste un ennemi vigilant de l’instinct : car s’il le glorifie c’est par esprit de pol
57 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
84, des déviations qui feraient le [p. 44] jeu de l’ennemi. Connaître la doctrine de l’homme fasciste, c’est définir du même cou
85rsonnalistes. Et surtout, n’oublions jamais que l’ennemi qui [p. 55] se dresse devant nous, c’est en nous tout d’abord que nou
86rieure. Le chrétien est celui qui n’a pas d’autre ennemi à craindre que l’ennemi qu’il porte en lui-même. Car un ennemi visibl
87celui qui n’a pas d’autre ennemi à craindre que l’ennemi qu’il porte en lui-même. Car un ennemi visible et extérieur, ce n’est
88ndre que l’ennemi qu’il porte en lui-même. Car un ennemi visible et extérieur, ce n’est jamais que l’incarnation d’une possibi
58 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
89e presque toutes les maladies imaginables. Et cet ennemi qui nous menace, il ne serait nullement suffisant de l’anéantir pour
90re contre elle-même et contre nous ; attaquer ses ennemis en nous ; voilà la vraie bataille dont j’entends vous parler. Or cet
91. Et c’est ici que nous allons découvrir le grand ennemi intime de la culture, c’est chez les philosophes et les penseurs qu’i
59 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
92cation qui le maintienne vivant et pur contre les ennemis du dedans, afin d’être fort au dehors. L’esprit bourgeois, l’économie
60 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
93fende quelque chose de valable. Or quels sont les ennemis intérieurs de notre liberté ? Je n’en désignerai ici que deux, qui vo
61 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
94crobes de toutes les maladies imaginables. Et cet ennemi qui nous menace, il ne serait nullement suffisant de l’anéantir pour
95. Et c’est ici que nous allons découvrir le grand ennemi de la culture ; c’est chez les philosophes et les penseurs qu’il s’es
62 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’heure sévère (juin 1940)
96e même — avec moins de franchise — que celui de l’ennemi fasciste contre lequel ils excitaient les masses. « Mea culpa » des S
63 1942, La Part du Diable (1982). Introduction. Que la connaissance du vrai danger nous guérit des fausses peurs
97ne défense orientée vers le vide, cependant que l’Ennemi s’approche par derrière. Identifier l’Ennemi, mesurer sa puissance, t
98ue l’Ennemi s’approche par derrière. Identifier l’Ennemi, mesurer sa puissance, tel est le sujet de ce petit ouvrage. Toutefoi
64 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
99ive : Satan, ou diabolos en grec, l’Accusateur, l’ennemi du genre humain, qu’on assimile aussi au Serpent de la Genèse. Dès lo
100qu’il s’agit de détruire ou de combattre comme un ennemi extérieur à notre être. Pour dissiper cette illusion magique, reporto
101 le néant. Ce mal fait, Satan se dévoile comme un ennemi mortel de l’homme, qu’il avait abusé jusqu’ici en feignant de sympath
102 tu es, je le vois, une vilaine ruse par où notre Ennemi, fertile en artifices, étend son action. » 7 Nous pouvons comprendr
65 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
103e pour demain. Hitler battu, nous n’aurons plus d’Ennemi 12 . Une dimension de la vie nous fera défaut. Imaginons les conséqu
104mes nouveaux pour remplacer, sur la scène vide, l’Ennemi déchu ? [p. 79] Les maîtres de la politique mondiale ont sans doute u
66 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
105erse, le point où nos accusations, délaissant nos ennemis abattus, vont porter de plein fouet contre nous-mêmes. Beaucoup de dé
106le est Hitler, nous sommes du bon côté ? C’est un ennemi battu, nous sommes donc quittes ? Le Diable n’en demandait pas plus ;
107l existait, serait cet homme qui n’aurait d’autre ennemi à craindre que celui qu’il loge en lui-même. 26. « Nous sommes tous
108ssait par mauvaise volonté. Nous sommes tous, nos ennemis y compris, [p. 89] des « hommes de bonne volonté » 13 . Pourtant voye
67 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
109rale bourgeoise : elle reste hélas au niveau de l’ennemi. Sa condamnation de la morale participe de la légèreté, de l’arbitrai
110l’alliance primordiale du mariage n’a pas de pire ennemi que « l’amour » tel qu’on le parle, c’est que [p. 159] le plus beau m
111n qu’il est aussi dans vous : intelligence avec l’ennemi ! Et si j’y crois, je sais qu’il est aussi dans moi. Il est donc auss
68 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
112 toujours sûr qu’il ne converse point là avec son ennemi. » 29 Tout ordre social véritable repose sur le voisinage vécu, qui
113l défend. (Car se faire tuer ne prouve rien : nos ennemis aussi se font tuer.) Les mots ne peuvent être efficaces que s’ils ont
69 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable VIII : Le Diable démocrate (3 décembre 1943)
114essez de croire qu’il ne peut ressembler qu’à vos ennemis, car c’est à vous-mêmes qu’il s’arrangera toujours pour ressembler le
70 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable IX : « Nous sommes tous coupables » (10 décembre 1943)
115n véritable serait cet homme qui n’aurait d’autre ennemi à craindre que celui qu’il loge en lui-même. Mais voici une remarque
71 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Le savant et le général (8 novembre 1945)
116 nécessaires à la conquête d’une île ou des bases ennemies, il faudra plusieurs heures, sinon plusieurs jours. Or au moment où c
117nquérir sera déjà réduite en fine poussière, si l’ennemi n’est pas stupide. Supposez encore que la Russie attaque l’Amérique p
72 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Le rêve américain (9 novembre 1945)
118 aimaient de loin. Ils ont été courageux devant l’ennemi, mais non pas devant la misère de leurs amis. Ils rentrent en disant
73 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
119au principe, c’est plus grave. [p. 76] Céder à l’ennemi sur le point de la liberté d’expression, n’est-ce point perdre avant
74 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
120du jeu ont été opérer ailleurs, et que les frères ennemis se retrouvent entre eux, avec leurs ruines, dans ces villes à demi mo
75 1946, Journal des deux Mondes. 12. L’Amérique en guerre
121he, il n’a pas l’expérience du monde. L’Amérique, ennemie de la mémoire, et même dans ses écoles de la mémorisation, — l’Amériq
76 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
122 au bas de ma pente à gravir. [p. 212] Et plus d’Ennemi numéro Un, après douze ans. Nous étions « conditionnés » pour la mort
123ci les voisins ! En Europe, le voisin n’est que l’ennemi virtuel.) J’ai cru poli de m’arrêter pour une heure dans la ville nat
77 1946, Lettres sur la bombe atomique. 4. Utopies
124J’entends bien : sa mobilité perpétuelle. Ainsi l’ennemi ne saura pas où viser. Nous voici condamnés au nomadisme. Mais après
78 1946, Lettres sur la bombe atomique. 6. Le savant et le général
125 nécessaires à la conquête d’une île ou des bases ennemies, il faudra plusieurs heures, sinon plusieurs jours. Or, au moment où
126[p. 44] sera déjà réduite en fine poussière, si l’ennemi n’est pas stupide. Supposez encore que la Russie attaque l’Amérique p
79 1946, Lettres sur la bombe atomique. 15. L’État-nation
127 qui est l’état de guerre en permanence. Ainsi l’ennemi des nations, c’est l’État ; et [p. 94] leur sauvegarde serait le gouv
80 1946, Lettres sur la bombe atomique. 16. Le goût de la guerre
128e pour demain. Hitler battu, nous n’aurons plus d’ennemi. Une dimension de la vie nous fera défaut. Imaginons les conséquences
129mes nouveaux pour remplacer, sur la scène vide, l’ennemi déchu ? » Au lieu de la Fête, nous avons eu le Drame. Ou plutôt nous
81 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
130ci les voisins ! En Europe, le voisin n’est que l’ennemi virtuel.) J’ai cru poli de m’arrêter pour une heure dans la ville nat
82 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
131ion pluraliste et organique ; au couple de frères ennemis que forment l’individu déraciné et la masse totalitaire, le couple de
83 1946, Le Figaro, articles (1939–1953). Les nouveaux aspects du problème allemand (30 mai 1946)
132 allèrent jusqu’à me reprocher de servir la cause ennemie en décrivant la puissance d’Hitler, au lieu d’en rire et de répéter q
133sement prudente. On était presque à la merci de l’ennemi, mais on le connaissait par l’intérieur, et l’on savait qu’il s’agiss
84 1946, Combat, articles (1946–1950). Bikini bluff (2 juillet 1946)
134sporterait la bombe, ou abattrait les bombardiers ennemis. La Marine vient de gagner la première manche, dans ce grand [p. 3] m
85 1946, Combat, articles (1946–1950). Les intellectuels sont-ils responsables ? (5 juillet 1946)
135’un esclavage. La liberté réelle n’a pas de pires ennemis que les libéraux ; sinon en intention, du moins en fait. Les penseurs
86 1947, Doctrine fabuleuse. 9. Don Juan
136 coutume. L’immoraliste est comme le moraliste un ennemi vigilant de l’instinct : car s’il le glorifie, c’est par esprit de po
87 1947, Doctrine fabuleuse. 16. Le feu
137 admis. Et le Monstre leur fit craindre le Feu, l’ennemi de l’Eau, en leur disant que le Feu était le plus puissant de tous, d
88 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
138 aimaient de loin. Ils ont été courageux devant l’ennemi, mais non pas devant la misère de leurs amis. Ils rentrent en disant
89 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
139t pourquoi les Français avancent sous le feu de l’ennemi, tandis que les Américains s’assurent d’abord — quitte à payer le pri
90 1947, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Consolation à Me Duperrier sur un procès perdu (décembre 1947)
140émissions. Oltramare a parlé en faveur des nazis, ennemis jurés de toute démocratie, donc de la Suisse. J’écrivais contre les n
91 1947, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Consolation à Me Duperrier sur un procès perdu (5 décembre 1947)
141émissions. Oltramare a parlé en faveur des nazis, ennemis jurés de toute démocratie, donc de la Suisse. J’écrivais contre les n
92 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
142es satellites elle nous déclare et nous croit ses ennemis, et les esclaves de l’Amérique. Et tout le verbiage des communistes c
93 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
143 est la santé du régime fédéraliste. Et ses pires ennemis sont ceux dont le grand Jacob Burckhardt annonçait la venue dès 1880,
144e est telle que discuter serait faire le jeu de l’ennemi, et que demander à voir serait trahir… Ces habitudes ou manies de lan
94 1950, Lettres aux députés européens. Quatrième lettre
145r la majorité « doivent être considérés comme les ennemis les plus dangereux de l’unité européenne », — d’où le refus de toute
95 1950, Lettres aux députés européens. Cinquième lettre
146 très bien qu’à ce prix elle ne sera pas. Voilà l’ennemi, et non point Vychinski. Et cela vaut pour tous ceux qui pourraient d
96 1950, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Europe unie et neutralité suisse (novembre-décembre 1950)
147ste du monde. Comment les Suisses, si jalousement ennemis de privilèges dans leur pays, peuvent-ils prétendre avoir en bloc ce
148, précisons : en neutralité entre l’Europe et les ennemis de l’Europe — entre l’Europe unie et l’URSS par exemple — ceux-là son
97 1950, Journal de Genève, articles (1926–1982). Quatrième lettre aux députés européens : En lisant le pamphlet du Labour Party (18 août 1950)
149r la majorité « doivent être considérés comme les ennemis les plus dangereux de l’unité européenne », — d’où le refus de toute
98 1950, Journal de Genève, articles (1926–1982). Cinquième lettre aux députés européens : « Méritez votre nom ! » (19-20 août 1950)
150 très bien qu’à ce prix elle ne sera pas. Voilà l’ennemi, et non point Vichinsky. Et cela vaut pour tous ceux qui pourraient d
99 1950, Combat, articles (1946–1950). Messieurs, on vous attend encore au pied du mur ! (4 octobre 1950)
151 très bien qu’à ce prix elle ne sera pas. Voilà l’ennemi, et non point Vychinski. Et cela vaut pour tous ceux qui pourraient d
100 1951, Les Libertés que nous pouvons perdre (1951). Les Libertés que nous pouvons perdre
152e pourriez défendre l’Europe qu’en opposant à ses ennemis une idéologie plus puissante que la leur, mais hélas, vous n’avez qu’