1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Les Appels de l’Orient (septembre 1929)
1 ce sont les Keyserling, les Guénon, qui les font entendre, autant et plus que les Tagore et les Gandhi, demi-européanisés. Ceci
2a trouvé la formule qui définit ce que les autres entendent vaguement par Orient : l’Asie est le subconscient du monde, formule q
2 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jean Cocteau, Rappel à l’ordre (mai 1926)
3l, etc.) Sans doute faudrait-il préciser ce qu’il entend par ordre, et montrer que si cet ordre l’écarte de Dada, il ne le con
3 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Paradoxe de la sincérité (décembre 1926)
4que fois qu’ils ne comprennent pas. Il faudrait s’entendre. Et, ici encore, prenons garde de confondre le plan littéraire avec l
4 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Bernard Lecache, Jacob (mai 1927)
5 profond ricanement se prolonge en nous. Je crois entendre Jacob qui se retourne, méprisant : « Mais oui, je ne nie rien, je sui
5 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Lettre du survivant (février 1927)
6r. En sortant du bal, au vestiaire, je vous avais entendue donner un rendez-vous au thé du Printemps. J’ai rôdé dans la joie fém
6 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
7us repus, et vous, dubitatives barbes. Je viens d’entendre la voix d’un mystique. Que si l’on vient nous empêtrer de dogmes bass
8en de causer aujourd’hui… Quoi ?… Bon, bon, c’est entendu, on ne peut rien faire sans vous. Mais n’oubliez pas que « l’artiste
9 du concept de l’esprit celui de Révolution. Et j’entends ce mot dans son sens le plus vaste. Il y a eu quatre-vingt-treize, la
7 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Récit du pickpocket (fragment) (mai 1927)
10de jeux de mots plus ou moins cruels… » — Je vous entends, interrompit Saint-Julien, par pitié pour Isidore dont la sincérité t
8 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
11abaissement de prix — la concurrence n’étant bien entendu qu’une cause accessoire. Dire que l’état du marché est tel que le cli
9 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 2. Description du monstre
12d’école primaire. Comme ils avaient changé ! On s’entendait d’autant mieux qu’on était devenu plus différents. Car ces différence
10 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 4. L’illusion réformiste
13 [p. 35] 4. L’illusion réformiste Bien entendu, tout cela a été dit. (Un peu autrement, j’en conviens). On n’a pas a
11 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 5. La machine à fabriquer des électeurs
14u’ensemble. Il n’y aura qu’une oraison. Laïque. J’entends qu’on ne me conteste pas cette thèse. Elle est glorifiée dans tous le
12 1929, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jules Supervielle, Saisir (juin 1929)
15ser créer en nous son silence particulier avant d’entendre les signes [p. 763] qu’il nous propose. Une telle poésie n’offre aux
13 1929, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Julien Benda, La Fin de l’Éternel (novembre 1929)
16e de la Raison de Spinoza. Nul mieux que lui ne s’entend définir et classer choses et idées en catégories « rationnelles », c’
14 1929, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). L’ordre social. Le Libéralisme. L’inspiration (novembre 1929)
17 J’ai fait suivre. Alexandrine un jour m’a laissé entendre qu’elle vous aime. Elle attend votre lettre depuis des mois. Je pense
15 1930, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Pour un humanisme nouveau » [Réponse à une enquête] (1930)
18bérée, demande la tête de la métaphysique. Elle n’entend que ses intérêts. Elle eut naguère des insolences d’affranchi, dont l
19nsée qui par ailleurs participe de la liberté : j’entends la pensée mystique. L’expérience mystique a la même extension que l’h
16 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
20ant lequel il faut se taire pour écouter ce qu’il entend. 3. Au tombeau de Gül-Baba Dans Bude il y a des ruelles qui sentent
21 le sens qu’il [p. 411] a pris dans ce monde, — j’entends : leur monde, avec leurs « problèmes du plus haut intérêt », le « pri
22 que l’auteur, d’ailleurs israélite. Il y a, bien entendu, une littérature officielle destinée à remplir les revues bien pensan
17 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
23e. (Trop souvent ce que je vois traverse ce que j’entends.) La plaine hongroise n’est pas monotone, parce qu’elle est d’un seul
24heures ? — Ce qu’en raconte la musique — tu vas l’entendre à toutes les terrasses de Debrecen. Debrecen est une sorte de ville i
25rd extrême de l’Europe. Le hasard a voulu que j’y entende, un soir, une présentation de musiques hongroises, turques et chinois
18 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Sécularisme (mars 1931)
26ire converser ici les gens les moins faits pour s’entendre : ce n’est pas un mauvais moyen de dégager la mentalité d’une époque
27ent humaines ». Aux yeux du « séculariste », bien entendu, la question religieuse apparaît comme périmée. Avec M. Brunschvicg,
19 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Au sujet d’un grand roman : La Princesse Blanche par Maurice Baring (mai 1931)
28beaucoup à dire pour et contre le roman mondain — entendons mondain par le cadre et les personnages, non par l’inspiration. (Dans
20 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
29 de se plonger dans ses livres de philosophie. Il entendait une voix intérieure qui lui disait : « Si tu te mêles de ces affaires
21 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). André Gide ou le style exquis (à propos de Divers) (octobre 1931)
30nt. » Gide, lui, se préoccupe sans cesse de faire entendre qu’il « pourrait autrement ». Que rien de ce qu’il écrit ne l’engage
22 1931, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Éléments de la grandeur humaine, par Rudolf Kassner (octobre 1931)
31près unique en ce temps d’une pensée autoritaire. Entendons que pour lui, penser n’est pas se débattre dans ses contradictions [p
23 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
32s à la victime. Car il reste sous-entendu et bien entendu, qu’en soi, la vérité est immuable, qu’elle n’est nullement atteinte
33entiment Une rumeur lointaine et continue, nous l’entendons seulement lorsqu’elle cesse, ou bien lorsqu’elle grandit soudain. Ain
24 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
34é dans son rêve, beaucoup plus loin que moi, il n’entend pas ma question. L’envie me prend d’aller le rejoindre. Me voici tout
35urnait. Comment pouvais-je être le seul à l’avoir entendu ? [p. 37] — C’est, me répondit-il, que seul vous venez d’atteindre a
25 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.2. Une « tasse de thé » au Palais C…
36 58] de lustres, de glaces et d’acajous polis. On entend le rythme assourdi, mais non la mélodie d’une danse, au-dessus, et de
37caliers s’abaissent dans le silence nouveau, nous entendons nos pas jusqu’aux jardins tendus en tapisserie entre les arcades d’un
38té — et d’un mouvement non dépourvu d’élégance, j’entends : par une certaine qualité de déception, qu’il nous propose. La joie
26 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
39ant lequel il faut se taire pour écouter ce qu’il entend. iii Au tombeau de Gül-Baba Dans Bude il y a des ruelles qui sent
40serve ici le sens qu’il a pris dans ce monde, — j’entends : leur monde, avec leurs « problèmes du plus haut intérêt », le « pri
41 que l’auteur, d’ailleurs israélite. Il y a, bien entendu, une littérature officielle destinée à remplir les revues bien pensan
42souvent [p. 100] ce que je vois traverse ce que j’entends.) La plaine hongroise n’est pas monotone, parce qu’elle est d’un seul
43heures ? — Ce qu’en raconte la musique — tu vas l’entendre à toutes les terrasses de Debrecen. Debrecen est une sorte de grande
44 l’Europe. Je ne sais quel hasard a voulu que j’y entende, un soir, une audition de musiques hongroises, turques et chinoises,
27 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
45 des pistes délicates dans l’esprit de qui sait l’entendre, et celui-là peut-être, si plus tard il remonte jusqu’à la vision, di
46gazine, et me voit comme au cinéma. Moi, je crois entendre Gretchen (dans la scène du jardin, du premier Faust. Presque les même
28 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
47élémentaire. Je ne défendrai pas les Junkers… J’entends les gens de villes : « Ça ne doit pas être bien drôle à la longue ! »
29 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Penser dangereusement (juin 1932)
48de fournir une doctrine. Mais il est inquiétant d’entendre M. Maulnier, dans sa préface, se déclarer satisfait d’indiquer « des
30 1932, Esprit, articles (1932–1962). À l’index (Première liste) : Candide (octobre 1932)
49r la politique des « laquais de forges ». On nous entendra. Six grandes pages de dessins inspirés à M. Hermann-Paul par l’actual
31 1932, Esprit, articles (1932–1962). On oubliera les juges (novembre 1932)
50ant huit officiers corrects qui n’ont jamais rien entendu de pareil, ainsi qu’en témoignent leurs visages anonymes. Ils n’auron
51s qui va de Jaurès à Sangnier ; car c’est, vous m’entendez, « au nom de la cause sacrée de la paix » que ce brave officier récla
32 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Hic et nunc [éditorial] (novembre 1932)
52ous-mêmes, d’abord ; à tous ceux qui voudront les entendre ; à ceux auxquels, peut-être mieux qu’à nous, il sera donné de les co
33 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Principe d’une politique du pessimisme actif (novembre 1932)
53que Genève, choisirait Détroit. Il s’agirait de s’entendre ; mais pour cela il faudrait tout d’abord connaître la position du ca
54ui ne savent pas ce que c’est que la foi. Si l’on entend par vie non seulement la vie naturelle, mais l’ensemble des relations
34 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Signes parmi nous, par C. F. Ramuz (janvier 1932)
55 mais bien au contraire de ceci : qu’il me semble entendre pour la première fois la voix d’un de nos aînés, interrogeant notre d
35 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
56 . » Écrire, tout en se taisant. Et ceux-là seuls entendront ce silence, qui auront su percevoir l’accent dominateur et tendu des
57Goethe n’est pas moins dangereux, pour qui sait l’entendre, que l’imprécation de Rimbaud : et tous deux nous contraignent aux tâ
36 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Querelles de famille, par Georges Duhamel (mai 1932)
58mbiguë. Rien de plus légitime que le désir d’être entendu du grand public, et c’est pourquoi l’on ne voudrait pas reprocher à M
37 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
59il ne peut s’agir de rien d’autre que de ceci : s’entendre sur le meilleur ou sur le seul moyen d’en réchapper, — l’imposer. Ce
60e, est de leur part une duperie manifeste. Je les entends menacer le bourgeois : mais je ne vois pas en quoi la tyrannie du mat
61qu’un dogmatique « Tu te trompes » ? Les hommes n’entendront de nous que notre volonté de sacrifice, de pauvreté. C’est dangereux,
62orme d’une accusation personnelle. Il faut savoir entendre ce mutisme formidable. Je crois que seule la foi peut en donner jusqu
38 1933, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Histoires du monde, s’il vous plaît ! » (janvier 1933)
63néma, ce sont les actualités. » Phrase mille fois entendue. Les journaux se couvrent de photos. La couverture photographique tri
39 1933, Esprit, articles (1932–1962). Protestants (mars 1933)
64 de son piétisme optimiste et moralisant. Mais qu’entendent-ils par « christianisation, de l’ordre social » ? Ont-ils distingué c
40 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Solutions pratiques ? (mars 1933)
65 clairement à ceux qui croient à leur question, j’entends à ceux qui nous la posent parce qu’elle se pose à eux-mêmes. Il n’y
66asse ? » Car, où la foi existe, existe le savoir. Entendons maintenant cette phrase capitale de Kierkegaard : « L’Éthique ne comm
41 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Dialectique des fins dernières (juillet 1933)
67 la « tristesse » du message barthien, puisqu’ils entendent désigner par là l’acceptation de la mort et du rien, de l’insondable
42 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le Deuxième Jour de la Création, par Ilya Ehrenbourg (décembre 1933)
68, une jeune et touchante Irina, qui choisira bien entendu Kolka dès qu’elle aura compris que l’autre « n’est pas né quand il au
43 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Liberté ou chômage ? (mai 1933)
69 [p. 10] Liberté ou chômage ? (mai 1933) a Nous entendions l’autre jour, en buvant un café sur le zinc : « Le travail, c’est la
44 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La Légion étrangère soviétique (juin 1933)
70 marxiste. » Qu’on ne croie pas à une farce. J’ai entendu vingt fois ce raisonnement, dans la bouche, il est vrai, de personnes
71t une soumission aux faits, aux faits matériels s’entend, aux déterminismes matériels. Or, il n’y a pas de communion possible
72disent-ils, mais une nécessité. La matière, à les entendre, n’est pas ce que nous croyons. C’est quelque chose comme… ce que nou
45 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Pourquoi ils sont socialistes (juillet 1933)
73 l’ordre. Ni l’infamie, ni l’utopie ! disent-ils. Entendons — et c’est la véritable définition du centrisme — qu’ils se tiennent
46 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Spirituel d’abord (juillet 1933)
74— Quand nous disons « spirituel d’abord », nous n’entendons pas échapper à des responsabilités, à toutes nos responsabilités. Bie
75 « spirituel d’abord », nous ne voulons pas qu’on entende intellectuel, idéaliste, clérical, ni surtout « spiritualiste ».   II
76d nous parlons d’un pouvoir « spirituel », nous n’entendons pas le pouvoir des « idées », mais bien celui de la personne, de l’ac
47 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — a. L’engagement politique
77urde : ou bien la pensée reste « libre », comme l’entendaient les libéraux — mais c’est la liberté du rêveur impuissant, la même, e
78t en dictature : plus question de pensée libre, j’entends : de pensée responsable. Mais si l’intelligence, passant outre à son
48 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — d. Pour une politique à hauteur d’homme
79on situe le concret ; à quelles fins les pouvoirs entendent mener les hommes. Toute la question est de savoir quelle définition d
49 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — e. En dernier ressort
80 de parler le langage du monde, et cependant il l’entend autrement ; il est bien obligé de formuler des revendications concrèt
50 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
81ns : le siècle, le xxe siècle, par exemple, nous entendons par là une réalité historique très composite, très générale, qui engl
82dieux ont même leur théologie, scientifique, bien entendu, et dont les deux disciplines principales sont l’Histoire et la Socio
51 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 2. Personne ou individu ? (d’après une discussion)
83les réalités morales demeurent et savent se faire entendre sans discontinuer par les générations successives. Leur voix immortel
84and vous ne serez plus ; mais c’est elle que vous entendez à présent, elle est immortelle malgré vous, elle s’en va et s’en ira
85mots, et je serais plus heureux encore si je vous entendais confirmer mon point de vue. Réponse. — J’en suis fâché, mais la pers
86’est celui de l’anarchie. La vocation telle que l’entendent les chrétiens est imprévisible. Or les lois ont pour utilité principa
52 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 5. Sur la devise du Taciturne
87ui ne savent pas ce que c’est que la foi. Si l’on entend par vie non seulement la vie naturelle, mais l’ensemble des relations
53 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 8. Humanisme et christianisme
88r la culture gréco-latine. Nous n’avons pas, bien entendu, à discuter ici la question des humanités. Nous prendrons le mot huma
54 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 10. Fascisme
89leader des antifascistes, un homme de gauche bien entendu, un fils du peuple. Le triomphe de l’antifascisme s’appelle le fascis
90erchons plutôt à quel niveau une politique donnée entend réaliser ses objectifs ; en d’autres termes, par quelles fins elle en
91ctifs ; en d’autres termes, par quelles fins elle entend justifier ses moyens. Le problème des fins humaines est assez clairem
55 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
92il ne peut s’agir de rien d’autre que de ceci : s’entendre sur le meilleur ou sur le seul moyen d’en réchapper, — l’imposer. Ce
93e, est de leur part une duperie manifeste. Je les entends menacer le bourgeois : mais je ne vois pas en quoi la tyrannie du mat
94qu’un dogmatique « Tu te trompes » ? Les hommes n’entendront de nous que notre volonté de sacrifice, de pauvreté. C’est dangereux,
95orme d’une accusation personnelle. Il faut savoir entendre ce mutisme formidable. Je crois que seule la foi peut en donner jusqu
56 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 12. Communauté révolutionnaire
96 dans un ensemble de travaux de détail comment il entendait sauvegarder et orienter ces tensions créatrices, sur le plan économiq
57 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
97 vois comme vous, d’autre part, que les peuples n’entendent rien à leurs intérêts véritables, et que les tyrannies les plus absur
98lent se justifier. En vérité, riches et pauvres s’entendent fort bien sur deux points fondamentaux : ils croient à l’argent et ha
58 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 14. Tactique personnaliste
99n véritable, c’est la doctrine de l’ordre qu’elle entend établir. Doctrine et tactique sont absolument inséparables dans la Ré
59 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
100rme. Nous touchons au cœur même du sujet. Qu’on m’entende bien : je ne prétends pas annexer ici la Réforme à la cause personnal
101qualifié de personnaliste, au sens précis où je l’entends. Diversité des Églises, fédération de ces diversités, multiplicité de
102alités autonomes. » Et de la sorte, Ortega laisse entendre que le destin de ces pays, du fait de ce qu’il nomme « l’absence des
103isième République 67 . Cela ne signifie pas, bien entendu, que le calvinisme ne puisse dévier lui aussi, et soit sans défauts.
60 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — i. Liberté ou chômage ?
104 1 Liberté ou chômage ? Nous entendions l’autre jour, en buvant un café sur le zinc : « Le travail, c’est la
61 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
105ons : le siècle, le xxe siècle par exemple, nous entendons par là une réalité historique très composite, très générale, qui engl
106dieux ont même leur théologie, scientifique, bien entendu, et dont les deux disciplines principales sont l’Histoire et la Socio
62 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
107’Esprit au milieu de la foule. L’originalité Qu’entend-il par ce mot d’originalité ? Il faut en rapporter le sens au centre
108ril que ces doctrines font courir à l’homme, et j’entends, à l’homme tel qu’il est, dans l’ordre même de son péché. Ainsi Maurr
109 sujet de sa vie. Mais encore faut-il se garder d’entendre l’expression au sens des romantiques. Je suis sujet, mais il reste à
63 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
110leurs drames. Personne ne croyant plus à rien — j’entends personne ne prouvant plus qu’il croit à l’essentiel de ce qu’il dit —
111sement de toute l’évolution démocratique, si l’on entend ce terme au sens originel, et non point au sens dévié de l’individual
112avec une croissante application à la stupidité, j’entends à l’absence de jugement. S’il est un genre que nos critiques sont una
64 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
113diatement lié aux conditions de son apparition, j’entends à la présence et à l’engagement : la personne n’est jamais seule, ell
114éissance à la motion de l’éternel. J’ai peut-être entendu quelque parole, on n’a rien vu qu’un corps en mouvement. C’est parce
115 la vocation toujours présente, la parole qu’on n’entend ni ne voit avant de l’avoir obéie dans un instant indescriptible et m
65 1934, Esprit, articles (1932–1962). André Breton, Point du jour (décembre 1934)
116lyse au refus pur et simple d’agir et de créer, j’entends, de se poser comme auteur responsable de [p. 476] son acte ? Alors qu
66 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
117es pierres et des constellations à son tour, fait entendre un langage qui n’est pas celui des humains, c’est à la raison seule q
118 est lui-même une question que Dieu ne semble pas entendre. L’homme antique, c’est Adam dessaisi de sa royauté ; et l’univers an
119l’existence dépouillé de toute autre affection » (entendons : dégagé de toute passion, comme aussi de toute responsabilité !) ; i
120e à l’homme dans un langage ineffable qui se fait entendre dans l’intérieur de [p. 49] son âme, dans une partie de son être inco
67 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Éditorial (juillet 1934)
121un peu moins fort, ce serait bien édifiant de les entendre… Le seul avantage de cette situation, c’est qu’elle a quelque peu imm
68 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
122vaux, et nous y reviendrons souvent, comment nous entendons sauvegarder et orienter ces tensions créatrices, sur le plan économiq
69 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
123ais il manque à presque tous nos contemporains. J’entends, par sens social, la connaissance vivante du principe spirituel, affe
70 1935, Esprit, articles (1932–1962). Tristan Tzara, Grains et Issues (juin 1935)
124 dans son Proust) que la métaphore est un acte, j’entends par acte, justement, la position d’une qualité incomparable, jaillie
71 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
125ême ordre dont s’est illuminé le passé. Mais nous entendons lui donner son caractère propre. Nous voulons que, dans le déséquilib
1267, il y en ait un destiné à la Pensée. Qu’on nous entende bien. La pensée ne sera absente nulle part. Mais il faut un endroit o
127remblons pour l’avenir de la nation. « Qu’on nous entende bien. La pensée ne sera absente nulle part. Mais il faut un endroit e
128goût, « de ses applications pratiques ». Laissant entendre ainsi que la science et les arts sont enfermés dans ce dilemme : ou l
129t à ceux qui ne sont pas désabusés 36 . [p. 38] Entendez que l’avenir appartient pratiquement aux barbares, à ces clercs un pe
130. Se montrer désintéressé, au sens subtil où il l’entend, c’est nier en principe que l’esprit soit responsable de ce qui se pa
131payent. Donc, on nous dresse à ne servir à rien. Entendez : à ne rien servir. Le royaume de l’esprit — notre Université — n’est
132ur que les mots aient un sens, un sens commun, et entendu de tous, il faut que le terme — la fin — soit proclamé par des prophè
72 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Les trois temps de la Parole (mai 1935)
133à Kierkegaard exactement le contraire de ce qu’il entendait. Car il est évident que notre double effort pour nous re-présenter Jé
134qu’il annonce. L’important, c’est qu’il soit bien entendu que tout cela n’exprime encore que notre réalité humaine. L’important
73 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
135 mais c’est ce que je sens profondément. Quand on entend des évangélistes vous ressasser leurs expériences, on se croit toujou
136 professeur des choses de Dieu… Ce que j’ai vu et entendu c’est cela qu’il me faut attester… Et je l’atteste ! Oui, je l’attest
137professeur enseigne, si ce n’est ce qu’il a vécu, entendu et vu de ses yeux, son expérience la plus profonde, la seule chose do
138iscuter, qu’aucun de nous ne sait ce qu’il dit. J’entends exactement : aucun de nous ! Nous parlons tous avec beaucoup de convi
139ilà qu’il ne sait plus ce qu’il dit ! Vous l’avez entendu tout à l’heure. Il répétait : Qu’est-ce que j’ai vu ? Qu’est-ce que j
140vez-vous surmontée ? Quelquefois, lorsque je vous entends, il me semble que vous essayez plutôt de la conjurer par des formules
141e, encore que cette vérité ne soit point facile à entendre. Je ne sais si c’est un « barthien », au sens que certains « libéraux
142empêcher tous de parler, c’est-à-dire, si je vous entends bien, devrait nous empêcher tous de dire des choses complètement impo
74 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Ni gauche ni droite (août 1935)
143 Palais de la Mutualité. Il me semble qu’on s’est entendu pour « cultiver » des équivoques verbales assez grossières. L’équivoq
75 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Lawrence et Brett par Dorothy Brett ; Matinées mexicaines suivi de Pansies (poèmes), par D. H. Lawrence (octobre 1935)
144 insuffisant, et comme reproche qu’on ne veut pas entendre. Pauvre Lawrence à la recherche de sa communauté solaire ! 34 C’est
76 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Quatre indications pour une culture personnaliste (février 1935)
145ctatures qu’on a jamais créé de la liberté : nous entendons la seule liberté effective, celle d’accéder à l’exercice de la person
77 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Conversation avec un SA (décembre 1935)
146 Une chose me frappe : ce mot Kampf, lutte, qu’on entend et qu’on lit partout, ici, dans tous les articles de journaux, dans t
147roid est notre guerre. » Je sais bien ce que vous entendez par là : « Les autres peuples en sont encore à la guerre armée, nous,
78 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.1. Le problème de la culture
148re. C’est avant tout fonder un pouvoir neuf. Bien entendu, cela suppose une critique radicale du pouvoir décadent. Mais cette c
149 néglige surtout ses avertissements. Comment les entendrait-on, en effet, si l’on a privé le langage de ce qui fait sa poignante
150e sait plus très bien ce que parler veut dire ? J’entends : quand tout le monde lit les journaux et prend au sérieux ce qu’ils
79 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.2. D’une culture qui parle dans le vide
151ortant de notre prise de conscience culturelle, j’entends de notre prise de mauvaise conscience. C’est aussi qu’il est le premi
80 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.3. Fatalités du rationalisme bourgeois
152e où elle s’ordonne à un idéal plus « humain », j’entends plus favorable au développement normal de la personne 11 . La lutte d
81 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.7. Sur le déclin du Moyen Âge
153 bien le sous-entendu que les clercs et le siècle entendaient et vénéraient sans discussion possible. Ici, les luttes mêmes qu’elle
82 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.8. Décadence des lieux communs
154 nos bons écrivains. Car non seulement il est mal entendu par la grande masse des lecteurs ordinaires, disons des lecteurs de j
155es menaces dites matérialistes, je constate qu’on entend par ce mot tantôt l’intelligence, tantôt le Saint-Esprit, tantôt le l
156un contre l’autre deux hommes qui auraient dû « s’entendre » et s’allier : c’est que pour l’un, esprit signifie évasion, spiritu
83 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.9. Tentatives de restauration d’une commune mesure
157ques de désespoir, épuisé, fait silence et laisse entendre un chant nouveau. Un chant sentimental et rude, qui fascine les masse
84 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
158il tirait [p. 99] logiquement de Marx, et dont il entendait faire la mesure commune de la pensée et de l’action : « Donnez d’abor
159it viser trop court, et sous-estimer l’ennemi : j’entends la part de l’homme qui résiste, en créant, à toute espèce de dictatur
85 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.11. La mesure nationale-socialiste
160ales dans le cas des régimes improvisés, par où j’entends ceux qui ont commencé par la revendication et la prise du pouvoir, no
161 aurez la doctrine stalinienne. Il ne s’agit bien entendu ni du peuple ni du prolétariat tels qu’ils sont, mais tels que le Par
162gueilleuse de toute « fuite hors de l’ici-bas » — entendez hors des tâches immédiates qu’impose le Parti. p. 104 47. Un moi
86 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.12. Leçon des dictatures
163se soumet à la mesure faite pour régler l’action (entendez l’action politique), c’est-à-dire qu’il renonce à sa mission et devie
87 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.13 Commune mesure et acte de foi
164 son sens le plus littéral. Par acte de foi, je n’entends pas, comme on l’entend peut-être trop souvent, la croyance plus ou mo
165al. Par acte de foi, je n’entends pas, comme on l’entend peut-être trop souvent, la croyance plus ou moins enthousiaste en une
166mmes, dans le désordre établi. Par acte de foi, j’entends précisément l’acte qui obéit non pas à un peut-être, mais à une vérit
88 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
167ts avec les fins qu’elles ont servies ou qu’elles entendent servir. La question de la mesure d’une civilisation est sans nul dout
168blèmes dans l’optique des États libéraux. Qu’on n’entende point par là que j’accepte leurs régimes : mais j’en tiens compte, et
89 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — Préambule
169tiel. (Je pèse chaque mot.) Étant bien clairement entendu que l’essentiel n’est pas ce qu’un dictateur pense, n’est pas l’urgen
90 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
170nce à double entente : Le penseur pense : il faut entendre qu’il pèse 61 et que [p. 156] la pensée est un poids que nous jeton
171icité de leur langage. Avec moins de rigueur bien entendu, l’on pourrait dire encore qu’une seule chose intéresse le capitalist
172ement admise, dans ce sous-entendu que personne n’entend plus et qui domine la morale et la pensée d’un siècle, dans ces réali
173ientifique, mais dans un sens assez particulier : entendez qu’elle n’invente guère, n’imagine rien, et s’en voudrait d’embellir
174te purement figurée, purement verbale. Car il est entendu que le verbe est la chose du monde qui s’incarne le moins ; les plus
175bilités affectives de l’homme moyen. Comme il est entendu que de telles qualités ne seront pas, de longtemps, réunies dans un s
176selon Descartes — de la séparation de l’esprit. J’entends que les effets de cette séparation se sont manifestés et prolongés se
177sommes pas rentrés pour si peu dans le concret, j’entends dans le conflit et l’acte personnels. La pensée libre du bourgeois et
178e préoccupé de la valeur concrète de sa pensée, j’entends le problème que pose la liaison de l’étatisme et d’une culture irresp
91 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
179d nous parlons d’une durée de l’histoire, faut-il entendre qu’elle relève de la seule patience de Dieu. Je crois cela. Mais cett
180fer. Mais : je constate que la poésie telle que l’entendent beaucoup de jeunes gens ne sauve personne et en dit beaucoup trop pou
181 brutalité, est proprement le fait de l’esprit, j’entends de l’esprit créateur. Tout acte créateur fait violence à un état de c
182u théorique, tout est concret au sens précis où j’entends ce mot, qui est l’indivision de la pensée et de son geste. L’autorité
183 désir de nouveauté, au sens des couturiers, bien entendu. (Dans le même sens, des gens d’affaires, des ingénieurs ou des polit
184que l’on oublie les fins communes de la pensée. J’entends par données concrètes : les raisons qui poussent un homme à écrire, q
185 il voudrait s’adresser ; le genre d’action qu’il entend exercer ; son lieu et sa date ; enfin le but dernier de son activité.
186paraît comblé… Et l’on croirait qu’il l’est à les entendre, si certains spectacles de masses ne nous rendaient un peu plus que m
92 1936, Esprit, articles (1932–1962). Francfort, 16 mars 1936 (avril 1936)
187 et des marées, pour des raisons idéologiques. On entend des gens à Paris, qui soutiennent que le fait-nation est une méchante
188 un tonnerre assourdissant de heil rythmés — je n’entendais plus que les cris de mes voisins sur un fond de tempête et de batteme
189t quand ce [p. 19] hurlement d’amour s’apaisa, on entendait encore une rumeur d’océan au-dehors. Le journal de ce matin écrit : «
93 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
190se et schématique reconstruction des âmes. Il est entendu désormais qu’un auteur qui n’utilise que des faits se range dans la c
191z par exemple nous parle d’une Antiquité, il faut entendre qu’il s’agit de celle du pays de Vaud : non pas la grecque, qui est s
192une personne en communion, je vois, j’apprends, j’entends la voix d’un homme. N’est-ce pas assez ? Cette voix n’est-elle pas ém
94 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
193cipe qu’il tirait logiquement de Marx, et dont il entendait faire la mesure commune de la pensée et de l’action : « Donnez d’abor
194ait viser trop court, et sous-estimer l’ennemi, j’entends la part de l’homme qui résiste, en créant, à toute espèce de dictatur
95 1936, Esprit, articles (1932–1962). André Gide, Retour de l’URSS (décembre 1936)
195 pauvres. Il n’y a plus de classes en URSS, c’est entendu. Mais il y a des pauvres. Il y en a trop, beaucoup trop. » — Suppress
196ratique cette espèce-là d’autocritique, — ou s’il entend pousser plus loin ? Si Gide reste marxiste en devenant antistalinien,
197Phrase équivoque, malheureusement. Le stalinien l’entendra comme une excuse : le changement n’est qu’apparent, la ligne sauvée.
96 1936, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Sur une page de Bossuet (ou Tradition et Révélation) (janvier 1936)
198 cène et une communion imparfaites, c’est qu’on n’entend pas que c’est l’Église qui sait le secret de Jésus-Christ, qui sait c
199eu. Mais c’est ici que Bossuet nous arrête : « Qu’entendez-vous, nous dit-il, par “fidèle” ? — Nous entendons : fidèle à la Révé
200entendez-vous, nous dit-il, par “fidèle” ? — Nous entendons : fidèle à la Révélation donnée une fois pour toutes par Dieu lui-mêm
201e témoigne. — C’est, rétorque Bossuet, que vous n’entendez pas que c’est l’Église, et non pas la seule Écriture, qui sait le sec
202que la Parole ne parle pas, que l’Esprit soit mal entendu, c’est-à-dire que la foi défaille. Mais quelle cohérence logique, que
97 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Kierkegaard en France (juin 1936)
203donne, de toute espèce de sens réel, — par quoi j’entends d’orientation intime, de fidélité essentielle, en un mot, de finalité
204y exprimait directement son message décisif. Bien entendu, le « succès » de prestige eût été beaucoup plus restreint. Les raiso
98 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). L’Art poétique ou Qu’il faut penser avec les mains (décembre 1936)
205nent les bases de la communauté. On convient de s’entendre sur des malentendus 42 . À ce prix, l’on nourrit une paix sans racine
99 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Précisions utiles sur l’industrie des navets (mars 1936)
206kilo de livres transportés (aller… et retour bien entendu !). Si l’on sait que le poids moyen d’un livre est d’environ 300 gr.
100 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plébiscite et démocratie (avril 1936)
207 pendant les années d’inflation et de chômage ; j’entends le sophisme des régimes parlementaires qui appellent « démocratie » l