1 1927, Articles divers (1924–1930). Jeunes artistes neuchâtelois (avril 1927)
1n’attendrait pas que l’enterrement s’éloigne pour entonner une chanson à boire. Et sa technique auparavant volontairement maigre
2 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Sécularisme (mars 1931)
2irant en vérité, le chant d’orgueil que le siècle entonne pour annoncer son morne triomphe : « Vous n’avez pas su conjurer la m
3 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
3isant christianisme. Toute la littérature moderne entonna l’hymne de la « libération ». Mais d’où lui vient alors ce ton de dés
4 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Religion et vie publique aux États-Unis (18 février 1941)
4agenouillent avec toute la congrégation… Le chœur entonne le cantique : « Ô Dieu, notre aide aux temps passés… Le président y j
5 1946, Journal des deux Mondes. 3. Intermède
5ture-frontières. Au Conservatoire, le grand chœur entonna le récitatif du troisième acte : Ô maintenant, peuple des monts et d
6 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
6agenouillent avec toute la congrégation… Le chœur entonne le cantique : Ô Dieu, notre aide aux temps passés… Le président y joi
7 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
7x s’établir sur terre, et y entrer de bon gré, et entonner des hymnes sacrées ? Il faut que la chrétienté redevienne vivante et
8 1962, Les Chances de l’Europe. II. Secret du dynamisme européen
8 que l’Orient n’a jamais connu ? Le prêtre parle, entonne, et le peuple répond, et le chœur chante. Et ce chœur est formé de vo