1 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Entr’acte de René Clair, ou L’éloge du Miracle (mars 1927)
1 [p. 124] Entr’acte de René Clair, ou L’éloge du Miracle (mars 1927) i Surprendre est
2ait : un film d’avant-guerre ; un film japonais ; Entr’acte et le Voyage imaginaire, de René Clair. La Mort de Phèdre (environ 1
3 de voir des gens bien habillés. » Soudain éclate Entr’acte (1925). « Une étude sur le Monde des Rêves ». Rondes de cheminées dan
4ça, c’est comme quand on rêve. » Un des défauts d’Entr’acte, c’est la fantaisie recherchée de certaines scènes (l’enterrement). C
5sque inévitables dans une production de début, et Entr’acte mérite d’être ainsi qualifié : c’est peut-être le premier film où l’o
6uestion d’imagination ; il reste qu’un film comme Entr’acte est une aide puissante. Nous faisons nos premiers pas, étourdis, dans
2 1930, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les soirées du Brambilla-club (mai 1930)
7rre agité de passions contradictoires. Durant les entr’actes, une fanfare de paysans bleu de roi joue sur un rythme impeccable, av
3 1947, Doctrine fabuleuse. 6. L’ombre perdue
8ui figurait son ombre, et qui l’embarrassait. Aux entr’actes, on parlait de Freud. La musique m’ennuyait, indéfinie. (Plus tard, j
4 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
9yant et plus superficiel que n’avait été le grand entr’acte, le passage de Rousseau à Napoléon et à la démocratie montante. […] S
10de désunion est fatalement une simple politique d’entr’acte, — grâce à tout cela, et à bien des choses encore qu’on ne peut dire