1 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
1ut se met à regretter la cour… Ils vont trouver l’ermite Ogrin, par l’entremise [p. 30] duquel Tristan offre au roi de lui ren
2 ce sont les deux visites que les amants font à l’ermite Ogrin. La première fois, c’est pour se confesser. Mais au lieu d’avou
3» en Bretagne. Auparavant, ils iront voir Ogrin l’ermite pour obtenir son pardon — et celui du roi Marc pour Iseut. Ici se pla
4 se place le court dialogue si dramatique entre l’ermite et les deux repentants : Amors par force vos demeine ! Combien durra
2 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
5ant cessé d’agir, Tristan et Iseut vont trouver l’ermite Ogrin dans sa cellule. Rencontre de celui qui souffre pour son Dieu,
3 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
6st l’acedia, l’heureuse mélancolie cultivée par l’ermite de Vaucluse. Qu’on relise les sommaires analytiques joints par un édi
4 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
7int François ne saurait faire de doute. Ce fameux ermite annonçait le règne de l’Esprit, l’approche de la troisième période de
5 1939, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Nicolas de Flue et la Réforme (1939)
8ons guère retenu de son histoire que l’image d’un ermite à longue barbe qui rétablit la paix civile entre les vieux Confédérés
9 plus fréquents, qui montent au Ranft pour voir l’ermite fameux. Les uns poussés par la curiosité, les autres par le grand dés
10op forte. Les Suisses passent outre aux avis de l’ermite, et toutes ses prédictions se réalisent : victoires, pillage, flot d’
11combinaison particulièrement « politique » dont l’ermite eût donné l’idée ? Il me paraît probable que l’autorité de Nicolas su
12ion, on le devait par-dessus tout à l’action de l’ermite du Ranft. (Remarquons à ce propos que la seule chose que tout le mond
13manifestations de la tendance pré-réformée chez l’ermite. Les auteurs catholiques eux-mêmes indiquent en passant qu’il se mont
14en 1524, il rappelle les conseils politiques de l’ermite, ses mises en garde répétées contre le service mercenaire à l’étrange
15ubstance le texte, vous en appelez toujours à cet ermite dont la doctrine se résume à ceci : « Man solle auff unsserm myst ble
6 1939, La Vie protestante, articles (1938–1978). Nicolas de Flue et la tradition réformée (1er septembre 1939)
16en connaît de Nicolas de Flue, c’est que ce pieux ermite vint à la Diète de Stans pour apaiser les deux partis confédérés, à l
17lques faits importants. Nicolas de Flue ne devint ermite qu’après avoir atteint sa cinquantième année. Né au début du xve siè
18s réformés invoquent sans cesse les conseils de l’ermite dès qu’il s’agit des affaires publiques. Après tout, dit l’auteur, à
19sur la Vie monacale. Il insiste sur le fait que l’ermite n’a nullement rompu ses liens avec sa paroisse, mais, au contraire, n
20tées de 1526 et de 1538 ; elles font intervenir l’ermite du côté des réformés, ennemis du régime des pensions. Il s’agit là de
21 donc centrée sur la vocation exceptionnelle de l’ermite, c’est-à-dire sur le rôle civique que sa retraite lui permit de jouer
7 1947, Doctrine fabuleuse. 11. Le nœud gordien renoué
22isses, au xve siècle. Un messager fut envoyé à l’Ermite qui vivait dans les Alpes et qui détenait, sans nul pouvoir, l’autori
8 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
23udre — et lui transmet un mystérieux message de l’ermite. Nul n’en a rapporté le contenu, mais les actes de la Diète proclamen
24fit passer dans la réalité l’idéal politique de l’ermite. Nommé curé de Zurich, il commença à introduire des réformes ecclésia
9 1953, La Confédération helvétique. 5. La vie religieuse
25us et les épreuves spirituelles des légendaires « ermites du Haut Pays », vénérés par la secte alsacienne 40 . Il avait d’autre
10 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
26us et les épreuves spirituelles des légendaires « ermites du Haut Pays » vénérés par la secte alsacienne 123 . Il avait d’autre
11 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
27 contre le mariage des prêtres, puis se retire en ermite dans la forêt de Craon. Sa soif d’ascétisme et son éloquence ont atti
28une contrée déserte pour y mener une sainte vie d’ermites. En 1101, il décide de créer pour ses adeptes une colonie de « cabane