1 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Malraux, La Tentation de l’Occident (décembre 1926)
1use : le sacrifice. Sans doute, cette « absurdité essentielle » que le Chinois distingue au cœur de la vie occidentale apparaît mie
2 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Edmond Jaloux, Ô toi que j’eusse aimée… (mars 1927)
2 mais précis et le sens de ce qu’il y a en nous d’essentiel, de ce qui détermine nos actes avant que la raison n’intervienne, mou
3 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
3olle, pour être justiciable encore de nos vérités essentielles ? Il semble bien que notre temps ait prononcé définitivement le divor
4t, y conduire les peuples. Ainsi, détournant de l’essentiel une grande part des forces humaines, il travaille contre l’Esprit. Ri
4 1929, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jules Supervielle, Saisir (juin 1929)
5uel beau titre ! « Saisir » n’est-ce point l’acte essentiel de la poésie ? Toute poésie véritable n’est-elle pas proprement « sai
5 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
6urnalistes, une fois de plus, passent à côté de l’essentiel 13 . Rien n’est grave, que le sentiment, — en politique comme ailleur
6 1930, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les soirées du Brambilla-club (mai 1930)
7 d’une assiette pleine : l’occupation agréable et essentielle qui consiste à divise ; pour mieux l’engloutir — ainsi que le conseil
7 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Conférences du Comte Keyserling (avril 1931)
8salle énorme en parlant avec sérieux de problèmes essentiels : c’est une performance qui vaut d’être enregistrée. Rien de très neu
8 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Kierkegaard (mai 1931)
9tres paraissent petits à côté de lui. La question essentielle pour Kierkegaard était : Comment deviendrai-je chrétien ? Seul un pro
9 1931, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Éléments de la grandeur humaine, par Rudolf Kassner (octobre 1931)
10e — à cause de sa rareté et de son aristocratisme essentiel — mais non de moindre profondeur, manifeste elle aussi l’emprise de l
11r valeur originale. Kassner reprend un des thèmes essentiels du pré-romantisme allemand, l’opposition de l’antique et du moderne,
10 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
12’est pas mythique. Il ne crée ni ne fausse rien d’essentiel à la réalité. [p. 19] Le système D n’est pas un système philosophiqu
13 morale. D’une part l’on tient la déficience pour essentielle ; de l’autre elle apparaît un accident fâcheux. Telles, peut-être, se
14, son âme plus fortement engagée dans le tragique essentiel. Calcul faux, comme tous les calculs de l’âme : le péché n’est réel q
11 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
15urnalistes, une fois de plus, passent à côté de l’essentiel 8 . Rien n’est grave, que le sentiment, — en politique comme ailleurs
12 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.5. Appendice. Les Soirées du Brambilla-Club, (1930)
16 d’une assiette pleine : l’occupation agréable et essentielle qui consiste à diviser [p. 199] pour mieux l’engloutir — ainsi que le
13 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Goethe, chrétien, païen (avril 1932)
17 que gît l’irréductible, c’est-à-dire le tragique essentiel de notre condition. C’est bien là que réside l’élément transcendant q
14 1932, Présence, articles (1932–1946). Cause commune (avril-juin 1932)
18rouvé spontanément pareille communauté d’attitude essentielle. C’est qu’aucune jamais n’eut à dévisager une menace aussi pressante
15 1932, Esprit, articles (1932–1962). On oubliera les juges (novembre 1932)
19e décadence, dans certains cas où cette absurdité essentielle, cette mortelle, cette officielle dissociation de la pensée et de l’a
16 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
20 la similitude de forme, c’est-dire la similitude essentielle, hors du temps, qui paraît dans ces deux expériences, à mesure qu’on
21 cruciale, c’est-à-dire une de ces contradictions essentielles, en signe de croix, qui sont la marque même de la réalité dans une co
17 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Cahier de revendications [Présentation] (décembre 1932)
22 la jeunesse française, une communauté d’attitude essentielle ? Il semble que la solidarité du péril crée en nous une unité que n’o
18 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
23conomique et social qu’anime un risque permanent, essentiel. L’état marxiste idéal ne laisse subsister que les risques accidentel
19 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Solutions pratiques ? (mars 1933)
24 qui prétendent résoudre humainement les conflits essentiels ; rejeter toutes les solutions fabriquées par la « pensée chrétienne 
20 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Dialectique des fins dernières (juillet 1933)
25et nos ambitions que pour mieux nous en révéler l’essentielle inanité. Sénèque nous apprend que l’on n’échappe point à soi-même. In
21 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La Légion étrangère soviétique (juin 1933)
26réateur. Mais cet acte, dans lequel nous voyons l’essentiel de la révolution, suppose et pose la personne, définie comme l’indivi
27traite et du désistement de l’esprit. Défaitisme, essentielle inactualité de la pensée, telles sont en définitive les caractéristiq
22 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Spirituel d’abord (juillet 1933)
28agiques, de la véritable révolution où s’engage l’essentiel. Le rôle de l’homme sur la terre ne s’identifie pas pour nous à sa fo
29ce se dresse. Il lui reste à augmenter sa tension essentielle, — et c’est cela la vraie période de transition, — jusqu’au jour où l
23 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
30se lassent de théories qui expliquent tout sauf l’essentiel. Voici notre dilemme : voulons-nous être des éléments de statistique,
24 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 3. Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
31mat de l’économique : elle n’en demeure pas moins essentielle. Et ce serait une grande duperie que de croire comme certains qu’on p
25 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 4. Ni ange ni bête : ni gauche ni droite, (Fondements théologiques d’une action politique)
32oyant seul, véritablement homme. Dans ce paradoxe essentiel, et non ailleurs, peut se fonder une politique qui mérite le nom de c
26 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
33 la jeunesse française, une communauté d’attitude essentielle ? Il semble que la solidarité du péril crée en nous une unité que n’o
34conomique et social qu’anime un risque permanent, essentiel. L’État marxiste idéal ne laisse subsister que les risques accidentel
27 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
35te. — Problème d’éducation civique. Incertitude essentielle de toute considération politique Les fins qu’on veut atteindre par l’
28 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
36n. Notez bien que nous retrouvons ici le paradoxe essentiel de la personne : à la fois libre et engagée, distincte et reliée à no
29 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iii. Groupements personnalistes
37dieu : la Révolution nécessaire. Sa revendication essentielle : l’abolition de la condition prolétarienne par le moyen du service c
30 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
38se lassent de théories qui expliquent tout sauf l’essentiel. Voici notre dilemme : voulons-nous être des éléments de statistique,
31 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
39x valeurs humanitaires, qui me paraît renfermer l’essentiel de son livre. Le lecteur se sent pris de vertige à découvrir la profo
40 est en ce sens 48 le point d’amorçage peut-être essentiel de toute pensée métaphysique » (p. 276). Je ne puis résumer que les t
41uccessives et inconsistantes — ce dernier mot est essentiel — ou, pour reprendre la phrase de Shakespeare, à une histoire raconté
32 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notice biographique [Kierkegaard] (août 1934)
42tres paraissent petits à côté de lui. La question essentielle pour Kierkegaard était : Comment deviendrai-je chrétien ? Seul, un pr
33 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
43entends personne ne prouvant plus qu’il croit à l’essentiel de ce qu’il dit —, la critique littéraire de cette littérature n’a pl
34 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
44ect de l’âme est notre orientation, l’originalité essentielle de l’homme au sein du monde des objets, c’est-à-dire notre capacité d
35 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
45e qu’elle était à l’origine, allait être décrétée essentielle par les philosophes dès qu’ils ne tiendraient plus réellement compte
36 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
46es circonscriptions administratives et politiques essentielles du pays, en même temps que des centres économiques et intellectuels. 
47 à 46 sauf le dernier alinéa). Mais il y manque l’essentiel : une conception nette et honnête de la Corporation. Je ne trouve là-
37 1935, Présence, articles (1932–1946). Autour de Nietzsche : petite note sur l’injustice (novembre 1935)
48dans ce qu’il a refusé d’être, réside justement l’essentiel au regard de la vérité. Or c’est là qu’il est important de prendre po
38 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
49esprit n’est pas matière exposable : les ouvrages essentiels de l’esprit, précisément parce qu’ils sont encore peu compromis dans
39 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Recherches philosophiques (septembre 1935)
50titude de pensée qui tienne compte de cette crise essentielle révélée par l’échec des synthèses hégéliennes comme constitutive de l
40 1935, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). René Guisan : un clerc (1935)
51une influence et d’une présence aussi directes et essentielles doit nous interdire désormais de considérer que l’esprit est une facu
41 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.7. Sur le déclin du Moyen Âge
52condaire » d’instruments de régulation. Or il est essentiel, pour Dante, que les outils que nous manions n’imposent pas leurs con
42 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
53tée et élancée de telle manière qu’on omettrait l’essentiel du Plan si l’on se bornait à décrire les faits. Le Plan, ce n’est pas
43 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — Préambule
54ablir une hiérarchie, et d’insister d’abord sur l’essentiel. (Je pèse chaque mot.) Étant bien clairement entendu que l’essentiel
55 chaque mot.) Étant bien clairement entendu que l’essentiel n’est pas ce qu’un dictateur pense, n’est pas l’urgence matérielle, m
44 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
56iaque comme cela ? Oui, tout à fait assez. Mais l’essentielle vanité de l’activisme, de l’agio, est trop vite jugée par celle des d
57rcir, aux yeux de mes contemporains, les liaisons essentielles du communisme et du capitalisme. Seule, une croyance illusoire en la
58 Mais ce paradoxe a cessé depuis longtemps d’être essentiel. Lorsqu’un marxiste, aujourd’hui, parle de dialectique, il s’agit moi
45 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Kierkegaard en France (juin 1936)
59 quoi j’entends d’orientation intime, de fidélité essentielle, en un mot, de finalité. D’où résultent nécessairement un certain nom
46 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plébiscite et démocratie (avril 1936)
60’O.N. se dressent en une opposition irréductible, essentielle. L’État-nation, voilà l’ennemi ; et peu nous importe que ce soit un p
47 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
61ela commence par une chronique historique, dont l’essentiel est naturellement l’énumération des débarquements qui ont honoré l’îl
62partager avec les hommes de ce village ce qui est essentiel et solide dans ma vie. Le simple fait que je ne puis pas les persuade
48 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
63ou des fausses symétries : chacun de ces mots est essentiel à l’expression d’un seul et même événement.) Si je crois à la Résurre
49 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
64assez flagrantes, pour qu’un lecteur qui refuse l’essentiel soit tout de même attiré et subjugué par le style, par le ton de l’ou
65ien prouvé. L. — On ne prouve rien de ce qui est essentiel ; on l’accepte ou on le refuse, en vertu d’une décision pure. Discute
50 1937, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Luther contre Érasme (19 juin 1937)
66assez flagrantes, pour qu’un lecteur qui refuse l’essentiel — c’est-à-dire la foi de Luther — soit tout de même attiré et subjugu
51 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
67n qui doit se dégager de notre effort. La mission essentielle de la Suisse est une mission personnaliste au premier chef : sauvegar
52 1937, Journal de Genève, articles (1926–1982). L’Âme romantique et le rêve (23 mars 1937)
68ic de langue française : en exposant leur contenu essentiel avec une clarté et une précision admirables, M. Béguin rend à notre l
53 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
69Cela commence par une chronique historique dont l’essentiel est naturellement l’énumération des débarquements qui ont honoré l’îl
70partager avec les hommes de ce village ce qui est essentiel et solide dans ma vie. Le simple fait que je ne puis pas les persuade
54 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
71ès les vᵉ et ivᵉ siècles avant J.-C. Le caractère essentiel de la civilisation romaine se voit menacé du jour où le laboureur-sol
72le xixᵉ siècle n’a pas révélé de nouveaux aspects essentiels de la maladie capitaliste. Il n’a fait qu’inventer ou perfectionner l
55 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’autorité assure les libertés (mai 1937)
73 plus pure et la plus dynamique de cette polarité essentielle. C’est dire que la conception générale du Conseil suprême, telle que
56 1938, Journal d’Allemagne. i. Instruction spirituelle donnée aux étudiants hitlériens, (Extrait de lettre d’un étudiant allemand)
74 Toutefois l’orateur s’efforce d’être objectif. L’essentiel est qu’il affirme sans cesse que ce n’est pas une opinion personnelle
75araissent n’avoir point encore remarqué la nature essentielle de l’opposition entre le national-socialisme et le christianisme… Il
57 1938, Journal d’Allemagne. ii. Plébiscite et démocratie. (À propos des « élections » au Reichstag, 29 mars 1936)
76liste se dressent en une opposition irréductible, essentielle. L’État-nation, voilà l’ennemi ; et peu nous importe que ce soit un p
58 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
77es toujours plus fugitives. Il était de la nature essentielle de la passion mystique d’être sans fin terrestre — et c’est par là qu
59 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Avertissement
78s par ignorance, mais par souci de m’en tenir à l’essentiel. Les spécialistes me pardonneront-ils d’avoir tenté un effort de synt
60 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
79oquetterie de sa fuite ! Et qu’il l’ignore, c’est essentiel à la grandeur exemplaire de sa vie. Les raisons de la Nuit ne sont pa
80ntage qu’une catastrophe romanesque : il décrit l’essentielle catastrophe de notre sadique génie, ce goût réprimé de la mort, ce go
81ion qui fuit le réel et la Norme du Jour, malheur essentiel de l’amour : ce que l’on désire, on ne l’a pas encore — c’est la Mort
61 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
82pose qu’entre Dieu et l’homme, il existe un abîme essentiel, ou comme le dira Kierkegaard « une différence qualitative infinie ».
83nous qu’Éros veut l’union, c’est-à-dire la fusion essentielle de l’individu dans le dieu. L’individu distinct — cette erreur doulou
84 méprisée. Christianisme Communion (pas d’union essentielle). Amour du prochain. (Mariage heureux.) Conflits douloureux, passion
85’origine manichéenne et « hérétique ». Car il est essentiel [p. 87] de le rappeler ici : la « chair » dont parle saint Paul n’est
62 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
86maintenant racheter le sacrilège. Mais le malheur essentiel de cet amour n’est pas seulement la rançon du péché. L’ascèse qui rac
87to le [p. 172] montre adversaire : savoir l’union essentielle et l’abandon des œuvres. On est toujours à l’Orient de quelqu’un ! C’
88 le plus secret de nous-mêmes. Il est la distance essentielle… » ⁂ Or voici le point qu’il importait de mettre en lumière. Si l’âme
89n avec Ruysbroek et sa doctrine de la distinction essentielle qu’apparaît, dans la mystique du Nord, le langage « épithalamique ».
63 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
90 (IV, 6.) Duplicité, ai-je dit, mais à tel point essentielle à la pièce, constitutive de la crise même d’où elle est née, qu’il se
91’est plus qu’un élan vers la mort, une séparation essentielle. Tel est le tragique de l’Ironie transcendantale, ce mouvement perpét
92sa doctrine, ce langage d’une ambiguïté à la fois essentielle et opportune, qui permettait tous les abus, c’est cela qui allait éch
64 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
93 les domaines où le style et la forme sont choses essentielles ; les cérémonies, l’étiquette, les tournois, la chasse et surtout l’a
65 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
94es toujours plus fugitives. Il était de la nature essentielle de la passion mystique d’être sans fin — et c’est par là que cette pa
66 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
95a transcendance introduit dans l’amour un malheur essentiel (quoi qu’en ait dit tout à l’heure M. Gilson). On retrouve donc la si
67 1939, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Âme romantique et le rêve (15 août 1939)
96doxe de l’expression d’un Indicible est tellement essentiel au romantisme que je n’hésite pas à y trouver l’explication d’un fait
68 1939, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Non, Tristan et Iseut ne s’aiment pas, nous dit Denis de Rougemont (12 février 1939)
97e, le mari, la femme et l’amant, qui est le sujet essentiel de toute la littérature occidentale, n’a surgi dans la littérature or
98art, on nous montre le mariage comme le fondement essentiel de notre société. Mais la passion, par définition, reste extérieure a
69 1939, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Nicolas de Flue et la Réforme (1939)
99du xve siècle. Mais on peut craindre aussi que l’essentiel de la personne nous échappe, si nous nous limitons au savoir historiq
70 1939, Esprit, articles (1932–1962). D’une critique stérile (mai 1939)
100ou s’éparpille. 8. Pendant ce temps, on néglige l’essentiel : la création de moyens d’action neufs, et qui seraient efficaces jus
101ire, brutal et stérilisant. 20. D’où l’incapacité essentielle des partis à collaborer dans l’État : au lieu de se complémenter, ils
71 1939, Esprit, articles (1932–1962). Autour de L’Amour et l’Occident (septembre 1939)
102iècle, mais une certaine compréhension des dogmes essentiels du christiani‌sme. « L’Amour vient de Dieu, appartient à Dieu et tend
72 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
103n. Notez bien que nous retrouvons ici le paradoxe essentiel de la personne : à la fois libre et engagée, distincte et reliée à no
73 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
104. Notre chance et nos risques sont là. La mission essentielle de la Suisse est une mission personnaliste au premier chef : sauvegar
74 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
105essemblances superficielles, mais des différences essentielles qui se révèlent complémentaires. Qu’on ne dise plus : « Renonçons à c
106 dans l’Europe de demain, comme en Suisse, il est essentiel d’insister [p. 192] sur le caractère non systématique et non unitaire
107tique et non unitaire du fédéralisme sain. Il est essentiel que les groupes, ou les individus qui les composent, gardent le droit
75 1940, Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ? (1940). Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ?
108n effective des classes, qui suppose des réformes essentielles et un changement profond dans nos habitudes de pensée économiques et
76 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’Église et la Suisse (août 1940)
109pprouvé mon Église, et d’en avoir reçu le message essentiel. Enfin, ma troisième raison se rapporte étroitement à mon sujet, aux
77 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Religion et vie publique aux États-Unis (18 février 1941)
110ailler le lendemain, c’est qu’ils sont réellement essentiels à la compréhension de la démocratie américaine. Il est important de s
78 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
111 la nature de l’homme, c’est-à-dire sur la nature essentielle du mal enraciné dans notre liberté, dans nos données premières, et da
79 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
112ociale, morale ou naturelle, entraîne un mensonge essentiel qui corrompt secrètement l’amour. Certes, le passionné affecte souven
80 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable VIII : Le Diable démocrate (3 décembre 1943)
113a réalité de l’homme, c’est-à-dire sur la réalité essentielle du mal enraciné dans notre liberté, dans nos données premières, dans
81 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
114a similitude de forme, c’est à dire la similitude essentielle, hors du temps, qui paraît dans ces deux expériences, à mesure qu’on
115 cruciale, c’est-à-dire une de ces contradictions essentielles, en signe de croix, qui sont la marque même de la réalité dans une co
82 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 2. Goethe médiateur
116valeurs réelles qui sont, à l’origine, différence essentielle, secret incomparable. On comprend dès lors facilement la raison du cu
83 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
117tres paraissent petits à côté de lui. La question essentielle pour Kierkegaard était : Comment deviendrai-je chrétien ? Seul, un pr
84 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 4. Franz Kafka, ou l’aveu de la réalité
118elque [p. 122] erreur, quelque défaut subtil mais essentiel, quelque sophisme irréductible et irritant. Ou bien serait-ce que tou
85 1944, Les Personnes du drame. II. Liberté et fatum — 5. Luther et la liberté de la personne
119assez flagrantes, pour qu’un lecteur qui refuse l’essentiel soit tout de même attiré et subjugué par le style, par le ton de l’ou
120rien prouvé. L. — On ne prouve rien de ce qui est essentiel, mais on l’accepte ou le refuse, en vertu d’une décision pure. Discut
86 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 6.. Le Journal d’André Gide
121concision, raccourci, sacrifice de l’incident à l’essentiel et du foisonnement spontané à la ligne pure de la phrase. C’est une d
87 1944, Les Personnes du drame. IV. Une maladie de la personne — 8. Le Romantisme allemand
122doxe de l’expression d’un Indicible est tellement essentiel au romantisme qu’il explique, à n’en pas douter, l’incapacité de la p
88 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
123 mon cas se présente mal. J’ai peut-être oublié l’essentiel… Il faudrait être fou, je le comprends enfin, pour croire qu’on puiss
89 1947, Doctrine fabuleuse. 6. L’ombre perdue
124en ce je ne sais quoi qui n’est rien et qui est l’essentiel, notre philistin méconnu se voit chassé de la communauté des siens. E
90 1947, Doctrine fabuleuse. 10. La gloire
125 que j’ai de la gloire, que sauriez- vous alors d’essentiel que dès maintenant vous ne sachiez ? Ou c’est que vous vous tromperie
91 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
126ailler le lendemain, c’est qu’ils sont réellement essentiels à la compréhension [p. 107] de la démocratie américaine. Il est impor
92 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
127 et vitalement. L’Européen connaît donc la valeur essentielle des antagonismes, de l’opposition créatrice, tandis que l’Américain e
128olonté morbide de s’enfermer dans leur différence essentielle. Cet impérialisme intérieur ne manque jamais de s’exalter à son tour
93 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
129tre deux exigences contradictoires mais également essentielles à la vie, qui s’appellent l’unité et la diversité, la sécurité et le
94 1949, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Découverte de l’Europe (octobre 1949)
130 la mission décisive du Mouvement européen. Car l’essentiel n’est plus de changer le nom de l’Assemblée consultative pour qu’elle
95 1951, Les Libertés que nous pouvons perdre (1951). Les Libertés que nous pouvons perdre
131 remède : éducation Il n’en reste pas moins que l’essentiel du traitement est une affaire d’éducation. Éduquer un jeune homme, c’
132’unifier mais à se fédérer dans leurs différences essentielles. Si demain notre Fédération s’établit à Strasbourg ou ailleurs, nous
96 1951, Preuves, articles (1951–1968). Mesurons nos forces (avril 1951)
133’unifier mais à se fédérer dans leurs différences essentielles. Si demain notre Fédération s’établit à Strasbourg ou ailleurs, nous
97 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Contre la culture organisée (avril 1952)
134iences) ou reçus en échange de certaines libertés essentielles : tout cela provient du nationalisme culturel, et tout cela tend, pra
98 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
135cience historique suisse aura toujours pour tâche essentielle de rendre cet événement intelligible. La Confédération suisse est le
99 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
136uelles l’habileté de la main-d’œuvre joue un rôle essentiel. « C’est sans doute une bonne fée, écrit André Siegfried, qui, lors d
137rganiques. Les « bureaux d’étude » jouent un rôle essentiel dans toutes les grandes entreprises du pays. À Genève, la Société des
100 1953, La Confédération helvétique. 5. La vie religieuse
138old : elle rejoint d’ailleurs sur bien des points essentiels la pensée éthico-politique des auteurs protestants les plus influents
139n’existe pas en Suisse d’antagonismes profonds et essentiels quant à la doctrine de l’État, ni d’écoles ou de factions irréductibl