1 1968, Réforme, articles (1946–1980). Vers l’Europe des régions ? (30 novembre 1968)
1nissent aussi par la culture et quelquefois par l’ethnie comme dans le cas de la Bretagne ou de la Catalogne. Le problème numé
2 1968, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Vers l’Europe des régions [Entretien]
2nissent aussi par la culture et quelquefois par l’ethnie comme dans le cas de la Bretagne ou de la Catalogne. Le problème n° 1
3 1968, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vers une fédération des régions (hiver 1967-1968)
3nt une hospitalité le plus souvent forcée à leurs ethnies et à leurs régions. À nous Thésée, libérateur, héros de l’Europe de
4 révolter contre l’étatisme de Berne au nom d’une ethnie différente qui se veut nation, cependant que tout près de là, Bâle de
5us tard économiques, sous l’hégémonie d’une seule ethnie 56 . Modèle monstrueux, si l’on y réfléchit, mais c’est précisément c
6ller de même d’une Regio Genevensis englobant les ethnies francophones périphériques du Mont-Blanc. Et les Six s’intéressent be
7cider dans les mêmes limites spatiales : culture, ethnie, religion, existence économique, loyauté envers le prince maître de t
8e dans ce processus ; [p. 53] d) l’agitation des ethnies brimées par les États-nations (Belgique, Italie, Grande-Bretagne, Esp
4 1969, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’avenir du fédéralisme (septembre 1969)
9, ou de nations au sens ancien du mot, régions ou ethnies en révolte plus ou moins ouverte contre le contrat étatique (inégal à
5 1969, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La région n’est pas un mini-État-nation (hiver 1969-1970)
10ue viable. Et qui parle breton à Rennes ? » « Les ethnies et les économies ne coïncident presque jamais. » Chose étrange, c’est
6 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.11. L’Europe des régions
11u siècle dernier, sans que l’on tienne compte des ethnies et des réalités économiques, se trouve à deux doigts de l’éclatement.
12es lorsqu’il a accordé une certaine autonomie à l’ethnie galloise. C’était une erreur : le pays de Galles est coupé par une ch
7 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.12. Fécondité des études régionales
13« frontières naturelles » est un non-sens. Ni les ethnies, ni les langues, ni les traditions religieuses et sociales, ne sont s
8 1970, Lettre ouverte aux Européens. II. L’union fédérale
14, ou de nations au sens ancien du mot, régions ou ethnies en révolte plus ou moins ouverte contre le contrat étatique (inégal à
9 1970, Lettre ouverte aux Européens. IV. Vers une fédération des régions
15té presque toujours forcée qu’ils offrent à leurs ethnies, nations et cités libres. À nous Thésée libérateur ! héros de l’Eur
16contre [p. 152] l’étatisme de Berne, au nom d’une ethnie différente qui se veut nation, cependant que tout près de là, Bâle de
17itrale (supra-nationale) une pluralité d’États, d’ethnies, de confessions, de traditions culturelles et sociales. Pluralisme et
18ller de même d’une Regio Genevensis englobant les ethnies francophones périphériques du mont Blanc. Et les Six s’intéressent de
19 dans ce processus ; [p. 175] d) l’agitation des ethnies brimées par les États-nations approche du degré de violence physique
20ue viable. Et qui parle breton à Rennes ? » « Les ethnies et les économies ne coïncident presque jamais. » Chose étrange, c’est
10 1970, L’Un et le Divers ou la Cité européenne. I. Pour une nouvelle définition du fédéralisme
21, ou de nations au sens ancien du mot, régions ou ethnies en révolte plus ou moins ouverte contre le contrat étatique (inégal à
11 1972, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). De l’unité de culture à l’union politique (17-23 avril 1972)
22 nos États-nations correspond à une langue, à une ethnie, à un ensemble à la fois économique, historique et géographique défin
12 1972, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Aspects culturels de la coopération dans les régions frontalières (été 1972)
23rement des régions homogènes, des nationalités ou ethnies caractérisées, des ensembles économiques actuels ou potentiels, des e
24sceptibles de définir des régions : l’économie, l’ethnie et la volonté politique. Relevons ce paradoxe : les ethnies sont des
25 la volonté politique. Relevons ce paradoxe : les ethnies sont des communautés de langues sans liens avec un territoire (point
26alente que l’État-nation prétend imposer tant aux ethnies qu’à l’économie se trouve modifiée deux ou trois fois par siècle, san
13 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
27ent tomber dans l’erreur de revendiquer pour leur ethnie le statut d’un État complet dans ses frontières, doté de pouvoirs éco
14 1974, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Stratégie de l’Europe des régions (printemps 1974)
28 les pays de l’Est européen. Presque partout, ces ethnies brimées déclarent souffrir d’un sous-développement économique (par ra
29e subventions de l’État central. Alors, certaines ethnies exigent une aide spéciale, d’autres l’autonomie, quelques-unes leur s
15 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pourquoi des régions ? (printemps-été 1975)
30 arbitrairement ce que la Nature, l’Histoire, les ethnies, ou les intérêts avaient uni. Près des frontières, on voit et on ress
16 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
31 détruire sélectivement les hommes d’une certaine ethnie (s’alimentant d’une certaine manière) ou de stériliser leurs femmes…
32ionales uniformément imposées à l’économie et aux ethnies, à la langue officielle, aux gisements du sous-sol et plus tard aux e
17 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 13. Les variétés de l’expérience régionale
33’aura pas nécessairement la même extension qu’une ethnie, ou qu’un système de flux économiques, ou qu’une tradition historique
34ertains facteurs priment tous les autres. Ainsi l’ethnie peut devenir l’agent déterminant d’une prise de conscience régionale,
35ra naguère bernois. De la notion très composite d’ethnie, nous pouvons écarter sans dommage la composante raciale, contestée p
36 faire un furieux séparatiste ; ou un inerte. Une ethnie c’est une langue d’abord, ou en fin de compte. Et cela vaut pour cell
37s premières, incontestables : 1. la diversité des ethnies ; 2. qu’elle est nécessaire à l’Europe ; 3. que l’Europe sera fédérée
38its de contrôle ? De plus, la revendication des « ethnies sans État » ne risque-t-elle pas d’aboutir, en cas de succès, à des m
39sur l’opinion et les gouvernements la révolte des ethnies brimées, car cette révolte ébranle les bases mêmes de l’État-nation,
40uellement les inconvénients de leurs guerres. Ces ethnies minoritaires et ces langues brimées ou interdites ne sont pas encore
41aveur de leur instauration. De plus, la cause des ethnies sans État est de loin la meilleure qu’on puisse imaginer dans une épo
42s que j’ai cités, a été le fait de la révolte des ethnies. Et peu importe qu’il s’agisse de vraies « régions » ou seulement de
43] servies par le passage du grand État-nation à l’ethnie révoltée qui en appelle à l’Europe, comme jadis les communes d’Italie
44x trois degrés, principal agent colonisateur de l’ethnie dominante dans la Capitale, n’a pas mal réussi en moins de deux siècl
18 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 14. L’autogestion politique
45 encore sa nouveauté. [p. 322] Le danger que les ethnies réclamant leur État ne dupliquent en petit ce qu’elles reprochent en
46nt le même territoire qu’une région définie par l’ethnie, ou encore par les problèmes de production et de distribution de l’én
19 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
47 et prépare une Déclaration d’indépendance de ses ethnies brimées par les États-nations. Il faut donc aller lentement pour ne p
20 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. IV. Les Régions
48ue vont se manifester les premières réactions des ethnies et des « minorités » de toute nature qui sentent qu’elles doivent pro
49ondent à trois types de régions. a) Le réveil des ethnies, groupes historiques et minorités [p. 115] linguistiques englobées, c
50e disent victimes et qu’exercerait à son profit l’ethnie dominante dans l’État national (la castillane, la française, l’anglai
51onne, la piémontaise et la lombarde, etc.), cette ethnie dominante n’imposant pas seulement sa langue, dite « littéraire », au
52rtaines de ces revendications (surtout celles des ethnies) avaient été exprimées par les éléments dits réactionnaires au début
53’« indépendance », voire de simple autonomie, aux ethnies conquises et annexées par leurs ancêtres, à savoir — en France : la B
54es à leurs « nations » (au sens ancien du terme : ethnies, langues). Ils sont les plus éloquents à revendiquer, au niveau europ
21 1979, Cadmos, articles (1978–1986). La chronique européenne de Denis de Rougemont (printemps 1979)
55 j’ai toujours défini la région non pas comme une ethnie d’abord, ou comme une entité économique, mais comme un « espace de pa