1 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
1 de Descartes, mathématiques aux pinces de crabe, examens de conscience toujours ratés — on ne m’y prendra plus ! — morales amé
2 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 3. Anatomie du monstre
2moins — il est temps que je fasse passer un petit examen aux principes de cette institution passionnément détestée. Vous allez
3proposent de trancher le nœud. Je me bornerai à l’examen des caractères les plus généraux de l’instruction publique, ceux que
4paye, et ils n’en meurent pas. [p. 25] 3.b. Les examens Ce sont en principe des « contrôles » comparables à ceux que l’on éta
5gée de ceux qui établissent les programmes et les examens. « Les examens faussent complètement l’esprit de l’enseignement », li
6 établissent les programmes et les examens. « Les examens faussent complètement l’esprit de l’enseignement », lit-on jusque sou
3 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Au sujet d’un grand roman : La Princesse Blanche par Maurice Baring (mai 1931)
7de la princesse Blanche. Arrêtons-nous un peu à l’examen de ce passage auquel on sent que Baring attache une importance qui n’
4 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). André Gide ou le style exquis (à propos de Divers) (octobre 1931)
8bile qu’on vote l’acquittement à main levée, sans examen des preuves. Non seulement Gide a presque toujours raison de ses juge
5 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
9quelque chose dont il convient de se gausser sans examen. Mais une exacte traduction ne servirait au fond qu’à déplacer le pré
6 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Goethe, chrétien, païen (avril 1932)
10nvisager avec toute la bonne foi que nécessite un examen de conscience. ⁂ [p. 305] Goethe s’est toujours affirmé chrétien, mai
7 1933, Esprit, articles (1932–1962). Protestants (mars 1933)
11035] « progressiste », ou bien se voit taxée sans examen de « manœuvre réactionnaire », on est surpris de trouver dans le quot
8 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Une main, par C. F. Ramuz (juin 1933)
12 tous mal faits. » On n’attendait pas de Ramuz un examen de conscience. S’il s’interroge, dans Une Main, c’est plutôt un exame
13 S’il s’interroge, dans Une Main, c’est plutôt un examen de son corps. Examen forcé d’ailleurs, interrogation accidentelle. Pa
14ns Une Main, c’est plutôt un examen de son corps. Examen forcé d’ailleurs, interrogation accidentelle. Par le choix même du pr
9 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La Légion étrangère soviétique (juin 1933)
15ment antirévolutionnaire. À ce titre, elle vaut l’examen. Tentons de formuler ici quelques-unes des raisons, fort complexes, d
10 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les parlementaires contre le Parlement (octobre 1933)
16îcheur et grevé de frais de transport. Après leur examen par les Chambres elles reviennent elles aussi dévitalisées, ayant per
11 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
17dique le droit de discuter, c’est-à-dire le libre examen de toutes choses. Il est assoiffé de gloire et de richesse, de sa pro
18par rapport à la société. Qu’il s’agisse de libre examen, de crimes, de soif de gloire et de richesses, ou d’expériences telle
12 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). L’Humanité de Jésus d’après Calvin, par Max Dominicé (24 mars 1934)
19aginer rien de plus opposé au trop fameux « libre examen » dont les rationalistes ont voulu faire l’apanage du protestantisme.
13 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
20e bien par la considération du désordre. Mais cet examen misérable ne mènera-t-il qu’à des révoltes trop prévues ? Peut-on sor
14 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Éditorial (juillet 1934)
21otestant moyen » affirme son attachement au libre examen dans la mesure où cela le dispense de répondre d’une façon précise et
15 1935, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notes en marge de Nietzsche (mars 1935)
22rt une bonne fois aux « croyances » héritées sans examen de son milieu, aux idoles édifiées par ses bons sentiments ou par sa
16 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Kierkegaard, Dostoïevski, Barth (23 février 1935)
23el nous les apporte au temps marqué. Peut-être, l’examen de ces « témoins » à la fois si divers et si profondément semblables
17 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Trois traités de Jean Calvin (20 juillet 1935)
24st guère partisan, on le voit, de ce fameux libre examen dont on persiste à lui attribuer l’invention, par une erreur assez in
18 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.1. Le problème de la culture
25 constatations préalables vont nous guider dans l’examen du concept de culture en soi, — de ses apparitions les plus considéra
19 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.2. D’une culture qui parle dans le vide
26lle éthique est commune aux uns et aux autres ? L’examen des triomphes ultérieurs, beaucoup plus complets et durables, de la b
20 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.3. Fatalités du rationalisme bourgeois
27tion, rationalisme, raison d’État ou dictature. L’examen des doctrines les plus puissantes du dernier siècle nous fournira l’i
21 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.7. Sur le déclin du Moyen Âge
28 le dessein de cet ouvrage. Bornons-nous donc à l’examen d’un signe ou mieux d’un instrument qui fut commun à tous les ordres
22 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
29de la culture soviétique, si l’on se refusait à l’examen critique des doctrines qui sont à sa base. Je ne dis pas qu’elles n’a
30 l’on en rie… Poursuivons donc avec sérieux notre examen de la valeur du Plan considéré comme mesure culturelle, sans plus ten
23 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.13 Commune mesure et acte de foi
31artie de ce livre. Mais il reste à tirer de notre examen de quelques mesures anciennes ou actuelles, la conclusion précise en
24 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
32rtu de scientifique. Soyons donc rigoureux dans l’examen d’une maxime dont l’apparence inoffensive ne doit pas nous faire oubl
33ravail, d’usages sociaux, de contrôles officiels (examens, diplômes et titres) qu’on ne saurait définir aisément parce qu’il es
34ù l’idéal a su se rendre obligatoire : il y a les examens, les concours, les postes à briguer… Cette pensée-là est scientifique
35’anarchie dans laquelle nous vivons nous rend son examen relativement aisé. La pensée sans douleur, en effet, est d’abord une
36é sans douceur : j’ai dit que je me bornerais à l’examen des bonnes raisons, non des excès de la pensée distinguée.) Cependant
25 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
37s ne serons jamais assez documentés, ramenons cet examen à une grammaire de la personne : nous gagnerons en précision ce que n
26 1936, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le Problème du bien (12 septembre 1936)
38u. À cet égard, le Problème du Bien mériterait un examen critique dont le cadre de ma chronique ne saurait supporter même l’es
27 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
39 de la culture soviétique si l’on se refusait à l’examen critique des doctrines qui sont à sa base. Je ne dis pas qu’elles n’a
40 l’on en rie… Poursuivons donc avec sérieux notre examen de la valeur du Plan considéré comme mesure culturelle, sans plus ten
28 1936, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Sur une page de Bossuet (ou Tradition et Révélation) (janvier 1936)
41us inquiète, nous sommes en droit de poursuivre l’examen des « réflexes catholiques » que ce texte trahit. Reprenons donc la p
42table. C’est ce que l’on peut voir aisément par l’examen du critère infaillible de discernement que représenterait la « tradit
29 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Kierkegaard en France (juin 1936)
43 cœur, le Droit de mourir pour la vérité, Pour un examen de conscience, Le Souverain sacrificateur. On les trouvera « chez le
30 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
44 jeux, de subtiliser un peu plus, de raffiner cet examen que la pensée « libre » fait d’elle-même, cette connaissance de l’hom
45us tirons aujourd’hui du spectacle des gens, de l’examen de leurs coutumes, [p. 111] ou de celui de leurs raisons, ces leçons
31 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
46leurs dûment guérie, 20 sous par jour. Au dernier examen médical, ces cochons-là ont déclaré que tout allait bien, c’est-à-dir
32 1937, Journal de Genève, articles (1926–1982). L’Âme romantique et le rêve (23 mars 1937)
47out le premier volume est d’ailleurs consacré à l’examen des théories romantiques du rêve. Ce sera sans doute pour la plupart
33 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
48 [p. 246] J’essaierai de le faire concevoir par l’examen d’un fait connu. Le christianisme a proclamé l’égalité parfaite des s
49jugements. Cependant, si les conclusions de notre examen du mythe courtois sont justes, il faudra corriger sensiblement ce sch
34 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
50 : — Pour désirer et pour mourir. ⁂ Partant d’un examen « physionomique » des formes et des structures du Roman, nous avons p
35 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
51st-à-dire en fin de compte : à la sexualité. Or l’examen du Roman de Tristan et de ses sources historiques nous a conduit à re
36 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
52son de la Grande Peste, chef-d’œuvre inégalé de l’examen de conscience : Je vais pensant — et en pensant m’assaille une pitié
53ignant de s’en étonner, comme il se doit, dans un Examen de sa pièce : [p. 219] « Cet amour de son repos n’empêche point qu’a
37 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
54t mon vrai sujet. On peut penser d’ailleurs que l’examen des formes n’est pas moins instructif, en ce domaine, que la recherch
38 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
55t de vie. J’essaierai de le faire concevoir par l’examen d’un fait connu. Le christianisme a proclamé l’égalité parfaite des s
56jugements. Cependant, si les conclusions de notre examen du mythe courtois sont justes, il faudra corriger sensiblement ce sch
39 1939, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Âme romantique et le rêve (15 août 1939)
57s. Il s’y trouvait prédisposé par l’habitude de l’examen de conscience en profondeur tel que le pratiquaient autour de lui les
40 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
58dique le droit de discuter, c’est-à-dire le libre examen de toutes choses. Il est assoiffé de gloire et de richesse, de sa pro
59par rapport à la société. Qu’il s’agisse de libre examen, de crimes, de soif de gloire et de richesses, ou d’expériences telle
41 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’Église et la Suisse (août 1940)
60emaines, alors sonne une heure favorable pour les examens de conscience, pour les réformes, et dans le cas présent, pour une no
42 1940, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Au sujet du Journal d’André Gide (janvier 1940)
61pense pas qu’il y ait grand profit à tirer de ces examens de conscience où l’on parvient toujours à découvrir de mesquins resso
62nts que Calvin considère comme hérétiques : libre examen et moralisme. Du libre examen, Gide conserve son exigence de vérité e
63 hérétiques : libre examen et moralisme. Du libre examen, Gide conserve son exigence de vérité et de véracité « advienne que p
43 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
64r sa sécurité mais aussi pour le bien commun. Les examens vont se multiplier. On vous engagera sur des chiffres résumant vos ca
44 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 6.. Le Journal d’André Gide
65pense pas qu’il y ait grand profit à tirer de ces examens de conscience où l’on parvient toujours à découvrir de mesquins resso
66nts que Calvin considère comme hérétiques : libre examen et moralisme. Du libre examen, Gide a conservé son exigence de vérité
67 hérétiques : libre examen et moralisme. Du libre examen, Gide a conservé son exigence de vérité et de véracité « advienne que
45 1944, Les Personnes du drame. IV. Une maladie de la personne — 8. Le Romantisme allemand
68s. Il s’y trouvait prédisposé par l’habitude de l’examen de conscience en profondeur, tel que le pratiquaient autour de lui le
46 1945, Carrefour, articles (1945–1947). L’Amérique de la vie quotidienne (19 octobre 1945)
69le feignent, mais ils m’acceptent avant tout sans examen. Si je leur parais bizarre par mon costume, par ma conduite ou mon ac
47 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
70errogatoires en anglais. Comme dans les « rêves d’examen », où l’on se présente généralement tout nu et sans préparation. Reçu
48 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
71scientifiques. Le test d’intelligence d’un génie (examen portant sur la mémoire, [p. 126] l’érudition, le sens logique, la rap
49 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
72a tête et crachant par terre. Le résultat de leur examen m’est carrément défavorable. Ils m’emmènent dans une baraque de polic
50 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
73ue — le contraire de microscopique — permettant l’examen à l’œil nu. Décrivons sa partie inférieure. La rue huileuse, parsemée
51 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
74ue — le contraire de microscopique — permettant l’examen à l’œil nu. Décrivons sa partie, inférieure. La rue huileuse, parsemé
52 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
75de victoire réelle de l’un ou de l’autre parti. L’examen objectif des forces en présence ne permet d’envisager pour l’Europe e
53 1947, Doctrine fabuleuse. 4. Quatrième dialogue sur la carte postale. Ars prophetica, ou. D’un langage qui ne veut pas être clair
76 Mais comment obtiennent-ils ces formules ? Par l’examen des nombres qui résument leurs expériences, dira-t-on. Je n’en crois
54 1947, Doctrine fabuleuse. 6. L’ombre perdue
77 en général. [p. 59] Comme on peut le voir par l’examen de la pudeur, ne serait-ce point pour la raison qu’en beaucoup d’homm
55 1947, Doctrine fabuleuse. 13. La fin du monde
78 tel qu’il l’avait librement fait en le vivant. L’examen des raisons de survivre et leur introduction au titre de l’éternité o
56 1947, Vivre en Amérique. Prologue. Sentiment de l’Amérique
79t ou le feignent, mais ils m’acceptent avant tout examen, sans examen. Si je leur parais bizarre par mon costume, par ma condu
80ent, mais ils m’acceptent avant tout examen, sans examen. Si je leur parais bizarre par mon costume, par ma conduite ou mon ac
57 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
81 scolaires — nous inclinent à juger barbare, sans examen, la préoccupation américaine d’immédiate efficacité. Mais, en retour,
58 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
82in Street. Cette phrase ne résiste pas au moindre examen. Dirai-je qu’en France tout se ressemble, parce que vous y trouverez
59 1947, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Slums (janvier 1947)
83ue — le contraire de microscopique — permettant l’examen à l’œil nu. Décrivons sa partie inférieure. [p. 16] La rue huileuse,
60 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
84de électorale. Qu’on qualifie de prématurés, sans examen, tous les plans basés sur l’idée que la guerre est prochaine ou fatal
61 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
85on de l’Europe, prend à leurs yeux, et sans autre examen, l’allure d’une manœuvre anti-russe. Ils ont raison, dans le sens qu’
62 1948, Suite neuchâteloise. III
86uérir force de loi, avant d’avoir été soumise à l’examen d’un Comité composé du Conseil de Ville et des Députés de Vallengin…
63 1949, Le Semeur, articles (1933–1949). « Les protestants et l’esthétisme » (février-mars 1949)
87 et protestantisme s’excluent mutuellement. Libre examen et protestantisme devinrent synonymes, par un renversement presque co
88tions de la Réforme. Or il est clair que le libre examen, conduit dans un climat rationaliste, n’est pas une attitude de créat
64 1951, Les Libertés que nous pouvons perdre (1951). Les Libertés que nous pouvons perdre
89a-t-il peur de la liberté ? » demanderait un long examen de conscience de notre civilisation, une analyse qui remonterait de p
65 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). À propos de la crise de l’Unesco (décembre-janvier 1953)
90dants de la politique. À ce titre, elle mérite un examen, que presque toutes les revues ont négligé de faire, en vertu de la c
91urels dans une aire donnée), de subvention (après examen des propositions étudiées et soumises par les intéressés directs) et
66 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
92ivique. [p. 53] Un autre trait qui se dégage à l’examen de l’histoire suisse, c’est une curieuse absence d’idéologie directri
67 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
93r mesure, ou mieux, il les a faits à sa mesure. L’examen du budget moyen d’une famille suisse moyenne (4 personnes) d’ouvriers
68 1953, La Confédération helvétique. 4. La famille et l’éducation
94èves ainsi formés puissent passer avec succès les examens des écoles publiques. En fait, presque tous les enfants suisses passe
95 et se font représenter par quelques délégués aux examens de fin d’année. On les a qualifiés à juste titre de « traits d’union
96isation des règlements de baccalauréat. Un type d’examens de « maturité fédérale » a été créé, et les certificats de « maturité
69 1953, Preuves, articles (1951–1968). Deux princes danois : Kierkegaard et Hamlet (février 1953)
97erlin ; mais il se résout à passer simplement son examen de théologie, par obéissance aux désirs de son père. Et surtout, lui
98assons sans transition à l’« énoncé direct », à l’examen de la nature ou du mystère d’une vocation historiquement vécue.   Le
70 1953, Preuves, articles (1951–1968). À propos de la crise de l’Unesco (mars 1953)
99dants de la politique. À ce titre, elle mérite un examen, que presque toutes les revues ont négligé de faire, en vertu de la c
100urels dans une aire donnée), de subvention (après examen des propositions étudiées et soumises par les intéressés directs) et
71 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en juin 1953 (mai-juin 1953)
101La Communauté politique est rejetée, presque sans examen. La Haute Autorité voit son fonctionnement enrayé ou vidé par des car
72 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Une prise de conscience européenne (novembre-décembre 1953)
102eures qui paralysent nos efforts vers l’union ? L’examen de notre crise spirituelle et par suite culturelle et civique fut int
73 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
103eures qui paralysent nos efforts vers l’union ? L’examen de notre crise spirituelle et par suite culturelle et civique fut int
104are que ce dernier point peut être illustré par l’examen de la Communauté charbon-acier, où la Lorraine, la Sarre et le Luxemb
74 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en mai 1954 : L’Europe bloquée (mai 1954)
105nstructive et que l’on ne saurait écarter sans un examen attentif ». Alors que la masse des États-Unis déséquilibre l’Alliance
75 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pourquoi nous persévérons (décembre 1955)
106tuel des échanges avec l’URSS. Il sera suivi d’un examen documenté de la situation présente, sur la base duquel sont établies
76 1956, Preuves, articles (1951–1968). Les joyeux butors du Kremlin (août 1956)
107 dix ans ? Nous affirmions, en nous fondant sur l’examen critique des faits connus de tous : 1. que Staline était un fou cruel
108erchée, et dépend de l’intérêt du Parti, non de l’examen libre des faits. Cette vérité qu’ils disent maintenant par ordre, et
109in juin 1956), qu’on ne saurait plus refuser sans examen l’hypothèse d’une dislocation de cet « univers communiste ». Pour pre
77 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Former des Européens (avril-mai 1956)
1107 % à la spécialisation. Quelques jours après ses examens finaux, l’étudiant se voit assigner par l’État un poste de travail pr
78 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 11. Où l’Aventure et la Voie se rejoignent
111 faim et la maladie 95 . » Cette phrase mérite un examen sérieux. On nous disait (soit en Orient, soit dans les cercles occide
79 1957, Preuves, articles (1951–1968). L’échéance de septembre (septembre 1957)
112campagnes de presse, les accès de répression, les examens de conscience de part et d’autre, les livres, les pamphlets et les ar
80 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur le crépuscule d’un régime (octobre 1957)
113e le donne qu’à ceux qui auront passé une série d’examens un peu subtils, prouvant au moins leur innocence. Ce n’est pas une af
114enne bien sérieux ? Je vous confierai que c’est l’examen de [p. 64] l’Éducation précisément, et de ses conditions au xxᵉ siècl
81 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un centre qui doit être partout (mai 1958)
115hasard » prévu par les rites. Eliade conclut de l’examen d’un grand nombre d’exemples puisés dans toutes les traditions de la
82 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 2. Deux princes danois. Kierkegaard et Hamlet
116erlin ; mais il se résout à passer simplement son examen de théologie, par obéissance aux désirs de son père. Et surtout, lui
117assons sans transition à l’« énoncé direct », à l’examen de la nature ou du mystère d’une vocation historiquement vécue. Le pr
83 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.3. Évolution : vers le progrès ou vers la décadence ?
118ys divers, serait extrêmement imparfaite, sans un examen préliminaire de leur constitution et de leur état politique. 137 R
84 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
119usqu’ici à un état plus imparfait ; à moins que l’examen comparatif de ces séries accessoires ne puisse utilement éclairer le
120irconscrit son appréciation historique à l’unique examen d’une série homogène et continue, et néanmoins justement qualifiée d’
85 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
121Mazzini au niveau d’une pratique politique et à l’examen de ses conditions d’application. Johann Caspar Bluntschli (1808-1881)
86 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.1. « Tout s’est senti périr »
122incipe de la liberté, de la tolérance et du libre examen n’a pas le droit de se laisser exploiter par le fanatisme sans vergog
87 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Appendice. Manifestes pour l’union européenne, (de 1922 à 1960)
123 poursuivi au moyen des organes du Conseil, par l’examen des questions d’intérêt commun, par la conclusion d’accords et par l’
88 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La règle d’or, ou principe de l’éducation européenne (1960-1961)
1247 % à la spécialisation. Quelques jours après ses examens finaux, l’étudiant se voit assigner par l’État un poste de travail pr
89 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Guide européen de l’enseignement civique [introduction] (1960-1961)
125 « Es-tu un bon citoyen ? » et passe aussitôt à l’examen des activités d’un bon citoyen : voter, payer les impôts, améliorer l
90 1962, Les Chances de l’Europe. II. Secret du dynamisme européen
126latif à l’Europe doit se baser, à mon avis, sur l’examen de nos trois facteurs déterminants pour les chances d’avenir du sujet
91 1962, Les Chances de l’Europe. III. L’Europe s’unit
127rs points, les mesures principales, dictées par l’examen des faits : tous proposent un Tribunal d’arbitrage supérieur aux État
92 1962, Les Chances de l’Europe. Appendice : Sartre contre l’Europe
128tre ; et sa fureur ne jaillit pas d’un quelconque examen des évidences, mais de la lecture d’un pamphlet qui l’a mis dans tous
93 1962, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Principes et méthodes du dialogue entre les cultures (avril 1962)
129de la liberté ; recherche d’une éthique commune ; examen de problèmes politiques et sociaux replacés dans le contexte spiritue
130dans le contexte spirituel d’une culture donnée ; examen des conditions de « l’aide aux pays techniquement arriérés » : que ce
131sion pratique qu’il nous importe de soumettre à l’examen de représentants qualifiés d’autres cultures. Il s’agit d’une « simpl
94 1963, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Universités américaines (12-13 janvier 1963)
132rofesseur annonce que la leçon sera consacrée à l’examen d’un court poème écrit par l’une d’entre elles, dont il taira le nom.
95 1963, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Deux mille volumes sur l’Europe (février 1963)
133ans la production « européiste » contemporaine. L’examen de cette coupe appelle, à notre avis, deux remarques fondamentales.
96 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.8. « Il a fallu plus de six siècles pour fédérer les cantons suisses »
134projet est achevé. — Le 15 mai, la Diète aborde l’examen du projet et le poursuit sans désemparer durant cinq semaines. Au vot
97 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.2. Les paradoxes de la vie économique
135 il les a faits à sa mesure, du même mouvement. L’examen du budget moyen d’une famille suisse moyenne (quatre personnes) d’ouv
98 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.3. Interaction de l’économique et du politique
136nce » au niveau international s’évanouit donc à l’examen du sens concret de ses deux termes. Qu’en est-il de l’autre dilemme q
99 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
137culière de conformisme raisonné, adopté après mûr examen, et surtout : moralement assumé. Le niveau de vie, une fois qu’il est
138endant, de grandes différences se manifestent à l’examen des œuvres dans le statut des trois langues principales par rapport a
139, attendant qu’on les examine une fois passés nos examens de conscience. « Quels problèmes ? » me demande l’Européen qui venait
100 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. V. Appendice. Bref historique de la légende de Tell
140reiung der Waldstät te (1867) soumet à un patient examen critique et comparatif les thèses anciennes et modernes sur les origi