1 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
1eille chez ceux qui restent un sentiment confus d’exil et de plaisir dont souvent j’ai cru distinguer la contagion dans le r
2 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
2ait à son retour en France ce qu’il avait fait en exil : « J’ai vécu, Monsieur, c’est bien assez ! ». Ou bien le primum vive
3 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Kasimir Edschmid, Destin allemand (octobre 1934)
3ours, toutes les misères du monde au fond de leur exil, ceux-là deviendront sûrement un matériel incomparable. Car, voyez-vo
4 1935, Esprit, articles (1932–1962). Kasimir Edschmid, Destin allemand (mai 1935)
4jours toutes les misères du monde au fond de leur exil, ceux-là deviendront sûrement un matériel incomparable. Car voyez-vou
5 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
5ère. Issu de la lumière et des dieux Me voici en exil et séparé d’eux. Je suis un dieu, et né des dieux Mais maintenant ré
6té temporelle et physiologique, c’est-à-dire de l’exil des âmes captives dans la prison des corps. C’est ici le jugement de
6 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
7eux — peut traduire à ma vue le sens profond de l’exil des amants dans l’extase. Par ce qu’il a d’artificiel, de trop violen
7 1939, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Âme romantique et le rêve (15 août 1939)
8 corps et âme, à la grande nostalgie de l’être en exil. » II. L’Être en exil Ce sentiment d’exil que nous trouvons à l’ori
9de nostalgie de l’être en exil. » II. L’Être en exil Ce sentiment d’exil que nous trouvons à l’origine des expériences mys
10re en exil. » II. L’Être en exil Ce sentiment d’exil que nous trouvons à l’origine des expériences mystiques les plus dive
11t au moins sur les causes humaines du sentiment d’exil où leur passion s’éveille. Le chapitre important consacré par Béguin
8 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
12e dans ces vastes rouages, il s’y sent partout en exil. À moins qu’il ne s’y prenne par mégarde, comme on le vit récemment e
9 1944, Les Personnes du drame. IV. Une maladie de la personne — 8. Le Romantisme allemand
13é corps et âme à la grande nostalgie de l’être en exil. » II L’Être en exil Ce sentiment d’exil que nous trouvons à l’orig
14nde nostalgie de l’être en exil. » II L’Être en exil Ce sentiment d’exil que nous trouvons à l’origine des expériences mys
15tre en exil. » II L’Être en exil Ce sentiment d’exil que nous trouvons à l’origine des expériences mystiques les plus dive
16t au moins sur les causes humaines du sentiment d’exil où leur passion s’éveille. Prenons l’exemple de Karl Philip Moritz :
10 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
17richiens, ex-millionnaires, ex-princes, vers leur exil. Mais moi, de quoi pourrais-je bien être l’« ex » ? Avec ma « mission
11 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
18garo, etc. Telles sont les petites surprises de l’exil. Fin juin 1942 Une journée à l’OWI. — André Breton, superbement co
19… « Chemins du monde, l’un vous suit. » Chemins d’exil. 2 août 1942 Un climat tempéré. — Une nouvelle vague de chaleur su
12 1946, Journal des deux Mondes. 11. Intermède
20ous-mêmes. Vous étiez « occupés », nous étions en exil, et les uns comme les autres dans l’inaccepté, dans la dépossession p
21elle Europe ? Nous étions soumis à l’érosion de l’exil, moins brutale, certes, mais plus intime que celle de l’occupation. U
22tout ce qu’il restait à défendre par nous, dans l’exil
13 1946, Journal des deux Mondes. 16. Journal d’un retour
23vants ; ni de choisir le nomadisme permanent et l’exil par principe ou dégoût. Mais simplement de vivre au xxe siècle, en t
14 1946, Lettres sur la bombe atomique. 4. Utopies
24ns connu par la persécution Hitler, Staline, et l’exil et la guerre, et le cinéma pour notre information si les camps ne nou
15 1946, Lettres sur la bombe atomique. 13. La pensée planétaire
25poètes : le Saint John Perse de l’Anabase et de l’Exil, et Paul Claudel, notre grand écrivain « global » ? Dans leur prose e
16 1946, Le Figaro, articles (1939–1953). Pour la suppression des visas (23 avril 1946)
26vants ; ni de choisir le nomadisme permanent et l’exil par principe ou dégoût. Mais simplement de vivre au xxe siècle, en t
17 1946, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Monsieur Denis de Rougemont, de passage en Europe, nous dit… [Entretien] (4 mai 1946)
27 libre des hautes études, université française en exil dirigée à ses débuts par Maritain et feu Focillon, aujourd’hui par le
18 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
28, nous refusons d’y reconnaître nos enfants. Leur exil en a fait des monstres à nos yeux. Pourtant le capitalisme industriel
19 1949, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Les écrivains romands et Paris (10 septembre 1949)
29exemples éclatants des bienfaits littéraires de l’exil, — d’Ovide à Rilke ou à T. S. Eliot, de Dante à Paul Claudel ou à Jam
20 1950, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Europe et sa culture (novembre 1950)
30art. C’est ainsi qu’un ancien ministre bulgare en exil pouvait affirmer, récemment, que dans un État communiste la censure a
21 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
31qui le cultivent viennent d’ailleurs… (Thème de l’Exil.) Et ce climat est un lieu de dévastation, un désert de sel, rempli d
32otre vie terrestre.) [p. 25] Dans son Récit de l’Exil occidental de l’âme, Sohrawardi décrit le pèlerinage de l’âme, son « 
33, Sohrawardi décrit le pèlerinage de l’âme, son « exil » dans les liens de la matière et du corps qui la retiennent captive
34par les liens matériels et passionnels, le lieu d’exil. Cette unanimité dans l’interprétation, uniquement favorable à l’Orie
22 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur Voltaire (février 1957)
35lle régner par la haine, par les fureurs, par les exils, par l’enlèvement des biens, les prisons, les tortures, les meurtres,
23 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
36ance, l’Amérique est patrie d’accueil, plus que d’exil. Le lecteur devinera que je l’aime, malgré tout ce qui m’irrite en el
37 la révolution et qui va confisquer Lara) offre l’exil à Jivago. Ce dernier lui répond, sans motiver son refus : « De mon dé
24 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
38ance, l’Amérique est patrie d’accueil, plus que d’exil. Le lecteur devinera que je l’aime, malgré tout ce qui m’irrite en el
39 la révolution et qui va confisquer Lara) offre l’exil à Jivago. Ce dernier lui répond, sans motiver son refus : « De mon dé
25 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
40n « errance » traduit dans l’espace la Quête ou l’Exil spirituel. Mais l’humeur voyageuse de Don Juan ne relève que du nomad
26 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 7. La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
41maintenant libérée du monde où elle vit encore en exil, mais « héritière du Royaume », dès maintenant « portant l’image céle
27 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.7. De la géographie à l’histoire
42par les liens matériels et passionnels, le lieu d’exil. Cette unanimité dans l’interprétation, uniquement favorable à l’Orie
28 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.5. L’Europe des adversaires de l’Empereur
43on, que dans l’usage fécond qu’elle a fait de son exil. Coppet devint grâce à elle (comme le lui reprocheront les nationalis
29 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
44 de conquérant, ainsi que toutes les misères de l’exil et de la servitude ; civilisation qui, d’un autre côté, propagea le l
30 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (II) (mai 1961)
45n « errance » traduit dans l’espace la Quête ou l’Exil spirituel. Mais l’humeur voyageuse de Don Juan ne relève que du nomad
31 1961, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La personne, l’ange et l’absolu, ou le dialogue Occident-Orient (avril 1961)
46aintenant libérée du monde, où elle vit encore en exil, mais « héritière du Royaume », dès maintenant « portant [p. 589] l’i
32 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
47onrad a retrouvé sa terre après quarante années d’exil. Il ne dira qu’une phrase au terme de cette nuit-là : « Cher Joseph,
48ans son apprentissage des réalités européennes. Exil en Espagne Cependant, ces activités d’agent politique privé ne saurai
49. Le général est redevenu président du Conseil en exil. Retinger sera désormais son conseiller le plus intime. L’avion milit
50Londres, et même le président de la République en exil, s’étaient violemment opposés à toute négociation avec l’ennemi héréd
51le : il reconnaissait le gouvernement polonais en exil, il dénonçait les accords Ribbentrop-Molotov concernant la Pologne, i
52e voix la politique suivie par le gouvernement en exil, et pour se familiariser davantage avec l’état d’esprit de la résista
53e, et il jugeait inefficace toute action menée en exil pour modifier cette politique. L’ultime salut de la Pologne ne pouvai
54tres des affaires étrangères des gouvernements en exil à Londres, pour discuter avec eux les perspectives d’une union de l’E
55pes. Enfin, le comte Coudenhove-Kalergi, retour d’exil, relançait son mouvement paneuropéen fondé en 1923 déjà, et créait un
33 1965, Fédéralisme culturel (1965). Fédéralisme culturel
56 sur la terre », qui est à la fois le lieu de son exil et sa patrie partout où il ira, comme disait le pape Urbain II dans s
34 1966, Preuves, articles (1951–1968). André Breton (novembre 1966)
57e, André Breton, enterré ce matin.   La guerre, l’exil américain, ses violentes dérives intimes, cette longue aliénation par
35 1966, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). André Breton à New York (8-9 octobre 1966)
58on à New York (8-9 octobre 1966) u La guerre, l’exil américain, ses violentes dérives intimes, cette longue aliénation par
36 1968, Preuves, articles (1951–1968). Vingt ans après, ou la campagne des congrès (1947-1949) (octobre 1968)
59ts issus de la Résistance ou des gouvernements en exil à Londres : tous veulent l’Europe unie, me dit-il, vous avez donné ce
60u à Londres, entre les chefs des gouvernements en exil de la Belgique, de la Hollande, de la Pologne, des États baltes, des
37 1968, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Hölderlin dans le souvenir des noms splendides (1968)
61ocation. Tout bonheur est passé, tout présent est exil, et toute joie véritable ne peut être qu’à venir, — à revenir dans le
62ui est le temps du poète voyant ; et le présent d’exil, temps du poète souffrant. Car il nous avertit que son langage n’est
38 1969, La Vie protestante, articles (1938–1978). La lune, ce n’est pas le paradis (1er août 1969)
63dois dire que quand je pense à l’éventualité d’un exil sur la Lune, il me prend un amour passionné de la Terre, de la surfac
39 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.2. Rapport général présenté à la Conférence européenne de la culture, Lausanne, du 8 au 12 décembre 1949
64si que le rapport rédigé par nos amis bulgares en exil peut affirmer que dans un État communiste, la censure au sens courant
40 1970, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Le testament de Tristan (14-15 novembre 1970)
65laisir de le décapiter, ou seulement de voter son exil. Mais j’ai tort de dire France : il s’agit des Français, et de Gaulle
66aires ». Il l’a longtemps aimée de loin, dans son exil. Il l’a délivrée de haute lutte en terrassant le monstre, qui la tena
41 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
67 Narcisse à la fontaine. Et voici le recours à l’exil, toujours image de la mort : Puisqu’il ne lui agrée point que je l’a
68le ne me retient pas, je m’en vais, misérable, en exil, ne sais où. Tristan 230 , vous n’aurez plus rien de moi, car je m’en
69l’amour de désir infini, les tourments endurés, l’exil, et l’instance obsédante de la mort ne sont-ils pas ici, comme dans T
42 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. VII. Programme pour les Européens
70 à l’autre de ces fins : au désespoir de vivre en exil de soi-même, ou à l’espoir d’une liberté chaque jour gagnée, dans l’e
43 1979, Cadmos, articles (1978–1986). L’Europe comme invention de la culture (automne 1979)
71dre, par bouffées d’angoisse, durant mes années d’exil américain, de fin 1940 à 1946. Mais à mon premier retour en Europe, e
44 1982, La Part du Diable (1982). Postface après quarante ans
72e livre à New York. C’était la guerre, pour moi l’exil, et depuis plusieurs mois je vivais seul. Dans mon journal du temps,
45 1982, Journal de Genève, articles (1926–1982). Mes amis et Nerval (9 octobre 1982)
73ller, comme la série des petits volumes d’Après l’exil de Hugo et de Tel quel de Valéry, compagnons de mes mises en train. L