1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jean Prévost, Tentative de solitude (septembre 1929)
1être le néant. Pour finir il « l’écrabouille ». L’expérience est terminée. Artificielle comme toute expérience, elle n’en est pas
2expérience est terminée. Artificielle comme toute expérience, elle n’en est pas moins probante. Une œuvre d’art que ce petit livre
2 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
3ur amuser un public. Un livre est une action, une expérience. Et, le plus souvent, sur soi-même. On écrit pour cultiver son moi, p
4allu longtemps aux Français pour pousser à bout l’expérience 3 . Ingénieux équilibres entre la raison et les sens, entre le moi e
3 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Ramon Fernandez, Messages (juillet 1926)
5ritique qui sait tirer une leçon constructive des expériences entreprises par les générations précédentes. Parce qu’elles se sont s
6 œuvre, comme une découverte couronne une série d’expériences négatives. La critique de ces expériences négatives est contenue surt
7série d’expériences négatives. La critique de ces expériences négatives est contenue surtout dans ses essais sur Proust, Pater et S
8 porté à un point si dangereux, il nous propose l’expérience d’un Newman, les exemples d’un Meredith et d’un Stendhal, qui ont su
4 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Edmond Jaloux, Ô toi que j’eusse aimée… (mars 1927)
9yer de son autorité de critique et surtout de son expérience déjà riche de romancier. Son regard se promène sur le même monde où s
5 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Edmond Jaloux, Rainer Maria Rilke (décembre 1927)
10nt je rêvais n’était pas un objet de songe mais d’expérience ». Mais une telle « expérience », je crois, ne peut être sensible qu’
11et de songe mais d’expérience ». Mais une telle « expérience », je crois, ne peut être sensible qu’à des êtres pour qui elle est e
12nt, le sens des réalités sur lesquelles s’opère l’expérience. On ne prouve la religion qu’aux convertis — qui n’ont plus besoin de
6 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
13la connaissance de l’Esprit. C’est déjà un fait d’expérience. Et qui n’en pourrait citer un exemple individuel ? Nous savons assez
7 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Malraux, Les Conquérants (décembre 1928)
14n… tout ce qui n’est pas elle est pire qu’elle… » Expérience faite, l’absurde retrouve ses droits. C’est ainsi que, masqué par l’e
8 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 2. Description du monstre
15a différence n’était qu’une question d’âge, non d’expérience vécue. Ce que je vais dire est sans doute injuste et faux dans un trè
9 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 3. Anatomie du monstre
16t les fonctionnaires responsables, vous savez par expérience que nous ne comprenons pas la plaisanterie et que notre temps est pré
17Pour moi, ce que je retire de plus évident de mon expérience scolaire, c’est une grosse vérité que le bon sens m’eût par ailleurs
10 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 7. L’instruction publique contre le progrès
18t de notre colère jacobine et de cette formidable expérience négative qui aura duré deux siècles au moins. L’évolution de l’humani
11 1930, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Pour un humanisme nouveau » [Réponse à une enquête] (1930)
19e de la liberté : j’entends la pensée mystique. L’expérience mystique a la même extension que l’humanité. On n’en saurait dire aut
12 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). André Malraux, La Voie royale (février 1931)
20s facilement. C’est qu’il y apporte un peu plus d’expérience humaine qu’on n’a coutume d’en attendre aujourd’hui d’un jeune écriva
21gure centrale de Garine, anarchiste par goût de l’expérience, conférait à tout le livre un caractère assez directement autobiograp
13 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
22nce de cause et de buts, en plein accord avec son expérience intime (je dirais même sentimentale), et avec sa foi chrétienne. Il p
14 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
23y est beaucoup question de la vie éternelle, et d’expériences vécues avec l’Ange gardien, mais c’est toujours en relations pratique
15 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Goethe, chrétien, païen (avril 1932)
24 et ministre de l’Intérieur, et qui, en marge des expériences accumulées dans l’exercice de ces activités, composerait des poèmes d
25est vous dire que j’ai acquis plus de raison et d’expérience : la crainte du Seigneur est le commencement de la sagesse. » Par que
16 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
26oute sa vie une « activité littéraire ». Ces deux expériences seraient antithétiques si elles étaient superposables, ce qui [p. 481
27ue. Ce n’est donc pas l’aspect littéraire de leur expérience qui doit conditionner notre vision. Non point qu’il soit un seul inst
28entielle, hors du temps, qui paraît dans ces deux expériences, à mesure qu’on les abstrait de toute la littérature dont elles envel
29e est bien d’un seul tenant ; une seule et unique expérience la remplit : l’envahissement de la magie aboutissant au renoncement e
30es sont le champ même 15 où Rimbaud se livre à l’expérience spirituelle, où il se livre tout entier. Et c’est là sa pureté, mais
17 1933, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Histoires du monde, s’il vous plaît ! » (janvier 1933)
31s que nul esprit ne pouvait le concevoir. C’est l’expérience de la Renaissance, étendue à toute la planète. Et c’est ici que j’en
18 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 2. Personne ou individu ? (d’après une discussion)
32t fondée sur une notion de l’individu qui défie l’expérience et la réalité humaine. Elle a pourtant duré un siècle, et dure encore
19 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 10. Fascisme
33n rude enseignement. Toute Gleichschaltung, toute expérience fasciste signifie pour une nation un appauvrissement spirituel dont l
34ttre à sa naissance le péril fasciste présent ? L’expérience hitlérienne nous permet de répondre à coup sûr. Que nous montre, en e
20 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
35es. Elle prétend agir à l’encontre de toute notre expérience électorale. — C’est bien cela. — Mais alors vous n’êtes rien ! Des ar
21 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
36e crimes, de soif de gloire et de richesses, ou d’expériences telles que la dissection du corps humain, c’est toujours une profanat
22 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iv. Qu’est-ce que la politique ?
37itons cordialement à participer à notre prochaine expérience de service civil : remplacer un manœuvre dans une usine pendant 15 jo
23 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
38eurs analyses sur des totalités, sur des unités d’expérience sensible, saisies telles qu’elles se présentent au sein d’un ensemble
39 et de l’intention de l’ensemble. La « totalité d’expérience et d’actions vécues » que Scheler étudie dans ce petit livre, c’est l
24 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
40 en contact avec les réalités. C’est pourquoi une expérience de travail manuel devra être instituée… pour tous les jeunes gens se
25 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Les trois temps de la Parole (mai 1935)
41ns, aux [p. 154] psychologues, aux partisans de l’expérience religieuse « sentie et vécue ». Mais si c’est le péché qui nous sépar
26 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
42e perde jamais ses droits. Vous ne croyez pas à l’expérience ! Au nom de quoi ? Au nom de l’expérience que vous n’avez pas d’expér
43pas à l’expérience ! Au nom de quoi ? Au nom de l’expérience que vous n’avez pas d’expérience ! W. Monod, Le Problème du Bien, I,
44oi ? Au nom de l’expérience que vous n’avez pas d’expérience ! W. Monod, Le Problème du Bien, I, p. 512. Nous avions dîné chez N
45e “bon sens” (cartésien ?), et de la quotidienne “expérience” chrétienne. » (Tome III, p. 287.) Et ceci : « Un homme ne peut se dé
46guère de faire table rase de ce qu’il appelle « l’expérience chrétienne ». [p. 161] Un étudiant. — Tenez, je tombe sur le passag
47ge 512 du premier tome : « … n’avoir pas fait une expérience est à la portée d’un quelconque. À ceux qui préconisent un pareil idé
48e perde jamais ses droits. Vous ne croyez pas à l’expérience ! Au nom de quoi ? Au nom de l’expérience que vous n’avez pas d’expér
49pas à l’expérience ! Au nom de quoi ? Au nom de l’expérience que vous n’avez pas d’expérience… » Mme Nicodème. — Comme c’est bien
50oi ? Au nom de l’expérience que vous n’avez pas d’expérience… » Mme Nicodème. — Comme c’est bien dit ! Ce M. Monod a vraiment le
51ste, ce qu’il dit, ne trouvez-vous pas ? La seule expérience qu’on fait, c’est qu’on n’a pas d’expérience… Je n’osais pas le dire,
52eule expérience qu’on fait, c’est qu’on n’a pas d’expérience… Je n’osais pas le dire, mais c’est ce que je sens profondément. Quan
53d on entend des évangélistes vous ressasser leurs expériences, on se croit toujours au-dessous des autres. On s’imagine qu’on est l
54s’imagine qu’on est la seule qui n’a pas fait ces expériences. À la fin, c’est déprimant ! Nicodème. — Ma chère Poupette, M. Monod
55comme moi d’ailleurs, un partisan impénitent de l’expérience chrétienne, de sa piété vécue et chaque jour expérimentée tout à nouv
56nu des évangélistes qui avaient fait d’admirables expériences, et leurs récits t’eussent fait le plus grand bien. Certes, il y a de
57 partout, mais de là à condamner la notion même d’expérience ! N’est-ce pas au récit de ses miracles que je l’ai reconnu ? Un mira
58acles que je l’ai reconnu ? Un miracle, voilà une expérience, une sublime expérience ! Et combien édifiante ! (Se tournant vers un
59u ? Un miracle, voilà une expérience, une sublime expérience ! Et combien édifiante ! (Se tournant vers un groupe de jeunes barthi
60mes chers amis, si le christianisme n’est pas une expérience, et je dis bien une expérience à la fois humaine et divine ! — que re
61isme n’est pas une expérience, et je dis bien une expérience à la fois humaine et divine ! — que reste-t-il de la vie chrétienne ?
62n jeune barthien (agressif). — Ôtez la soi-disant expérience chrétienne : eh bien, il reste simplement le message existentiel de l
63que voulait établir le barthien entre la notion d’expérience et le concept d’existentiel, Nicodème soutenait leur identité et alla
64, au pédantisme près, exactement la même chose qu’expérience. J’avoue que je fus tenté de lui donner raison. Et je l’eusse fait av
65ité, et je le dis, et je l’atteste ! C’est là mon expérience, mon expérience re-li-gieuse ! N’étais-je pas en face de Celui… Oh no
66s, et je l’atteste ! C’est là mon expérience, mon expérience re-li-gieuse ! N’étais-je pas en face de Celui… Oh non ! pas ces théo
67t, vous ne pouvez pas savoir ce que c’est que mon expérience… Vous êtes devant Nicodème, suspect à toute la tradition, ah ! que c’
68 »… Ô mes amis, qui d’entre vous a fait une telle expérience ? N’est-ce pas assez « existentiel », peut-être ? Ce que j’ai vu, ce
69t ce qu’il a vécu, entendu et vu de ses yeux, son expérience la plus profonde, la seule chose dont il puisse parler… Mais si c’éta
70ose dont justement on ne puisse pas parler ?… Des expériences. Oui, j’en ai fait bien d’autres. J’en parle aussi, j’ai le droit d’e
71s resté. Je l’affirme solennellement ! Toutes les expériences sont possibles, et certaines sont merveilleuses… « On ne doit pas prê
72es sont merveilleuses… « On ne doit pas prêcher l’expérience ! » disent-ils. Que font-ils donc de Ses miracles, et des actions de
73oi seul, je n’aurais pas ce droit ? J’ai fait une expérience de plus, j’ose le dire ! Ah ! vous savez trop ce qu’elle est — l’expé
74le dire ! Ah ! vous savez trop ce qu’elle est — l’expérience qu’on ne peut faire cette expérience-là, celle-là justement — rentrer
75elle est — l’expérience qu’on ne peut faire cette expérience-là, celle-là justement — rentrer dans le sein de sa mère ! Et tous ce
76aut aussi que je les aime. Je n’ai pas fait cette expérience qu’ils exigent — oui vraiment on dirait que c’est eux qui l’exigent !
77 que c’est eux qui l’exigent ! — mais j’ai fait l’expérience de l’amour, et c’est elle que je veux attester. Galopins ! voilà ce q
78 par le péché. Pourquoi donc Nicodème défend-il l’expérience ? Parce qu’il ne veut parler que de ce qu’il a vécu — et je vous [p. 
79 ferai remarquer qu’il a vécu, de fait, certaines expériences dont nous n’avons qu’une pâle idée. Il affirme qu’il est un homme rel
80onc vécu, pendant cette fameuse nuit ?… Toute son expérience échouait devant l’apparition du souvenir terrible de cette seule expé
81 l’apparition du souvenir terrible de cette seule expérience impossible, humainement impossible, à jamais, religieusement impossib
82là l’angoisse et la folie de ceux qui défendent l’expérience, sachant bien, cependant, que la seule expérience décisive est justem
83expérience, sachant bien, cependant, que la seule expérience décisive est justement la seule chose impossible et dont ils nient, e
84 pas de leurs efforts pour remplacer cette unique expérience par d’autres expériences qu’ils appellent « religieuses ». Vous voyez
85ur remplacer cette unique expérience par d’autres expériences qu’ils appellent « religieuses ». Vous voyez bien qu’ils cherchent à
86ait : On croirait que c’est vous qui exigez cette expérience unique, au nom d’une théologie… Je ne vous reproche pas d’être fous,
87els miracles faisait Jésus. C’étaient bien là des expériences, n’est-ce pas ? Et l’expérience religieuse de ce grand docteur de l’É
88ient bien là des expériences, n’est-ce pas ? Et l’expérience religieuse de ce grand docteur de l’Église avait bien su les reconnaî
89a pas tant de différence entre un homme qui nie l’Expérience, l’Unique, — la seule chose nécessaire — et un homme qui l’affirme un
90éprouvée jusqu’aux moelles, et que c’est là notre expérience religieuse, proprement dite. Mais nous avons le devoir et la mission
91tion de Jésus-Christ. Certes, ce n’est pas là une expérience ! Ou plutôt, les sentiments que nous éprouvons lors du Baptême et de
92a fois dans l’angoisse et dans la joie : la seule expérience nécessaire. Oui, cette expérience-là nous reste à jamais impossible,
93joie : la seule expérience nécessaire. Oui, cette expérience-là nous reste à jamais impossible, c’est pour cela qu’il faut la croi
27 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Paracelse, par Frédéric Gundolf (septembre 1935)
94où cependant il n’a que faire, avec son goût de l’expérience et de l’application concrète. Mais justement cette fringale d’expérie
95ication concrète. Mais justement cette fringale d’expérience qu’il promena par toute l’Europe, et peut-être même chez les Turcs, l
28 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les mystiques allemands du xiiiᵉ au xixᵉ siècle, par Jean Chuzeville (octobre 1935)
96ques », alors qu’il est le premier défenseur de l’expérience v . Mais la beauté des textes cités fait pardonner bien volontiers ce
29 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
97la simple position théorique du problème — et nos expériences de cet été le prouvent. Mais il n’est pas indifférent de noter les co
30 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Conversation avec un SA (décembre 1935)
98ont subi une épreuve formidable, ils ont fait une expérience maximum, ils ont vécu quelque chose d’extrême, et rien ne peut rempla
99nouvelle avalanche pour vivre aussi cela, cette « expérience [p. 41] héroïque », cet Erlebnis admirable qui consiste à échapper av
31 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
100aux riches de tous les temps. Nous avons fait des expériences dont ils ne soupçonnent pas la gravité, et encore moins la vanité. Il
32 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.11. La mesure nationale-socialiste
101ution à tant d’égards plus proche que la russe. L’expérience russe est dominée par deux grands faits qui la distinguent radicaleme
102 qui assure le futur automatisme du régime. « Nos expériences actuelles nous montrent que seule la victoire d’une conception du mon
33 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.12. Leçon des dictatures
103tant d’une tradition de liberté. Et vos premières expériences nous enseignent. [p. 120] Toute la question est alors de savoir si no
34 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
104intéresse le théologien moderniste ou libéral : l’expérience religieuse et la conscience que l’on en prend ; la réalité des fins d
105ant nettement subordonnée à l’intensité même de l’expérience. D’où l’immanentisme déclaré ou confus qui caractérise cette théologi
35 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
106concevoir des solutions nouvelles et en amorcer l’expérience. Ils se sont bornés jusqu’ici à proclamer la liberté de la [p. 195] p
107ù l’autorité défaille, comme le prouve la moindre expérience de commandement. Le pouvoir n’appartient jamais longtemps à ceux qui
108D’où la nécessité d’une discipline de fer, dont l’expérience militaire ferait douter qu’elle contribue à développer les discipline
36 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
109t un Goethe et un Ramuz déterminent deux formes d’expérience apparemment incomparables. Tout l’appareil de la culture les sépare.
37 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
110aux riches de tous les temps. Nous avons fait des expériences dont ils ne soupçonnent pas la gravité, et moins encore la vanité. Il
111tant d’une tradition de liberté. Et vos premières expériences nous enseignent. Toute la question est alors de savoir si nous sauron
38 1936, Esprit, articles (1932–1962). André Gide, Retour de l’URSS (décembre 1936)
112st une légende… Elle traduit à mes yeux ce fait d’expérience : toute tentative de déification (ici, la création d’un [p. 469] « ho
113nue-t-il à croire qu’en d’autres circonstances, l’expérience marxiste eût réussi ? Sa croyance est d’ordre mystique, contredite pa
39 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Dictature de la liberté, par Robert Aron (mars 1936)
114tiques dans le domaine du travail. Et sa première expérience de service civil, organisée l’été dernier, a fait voir que les ouvrie
40 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que l’autorité ? (mai 1936)
115l’homme qui les porte, comme le prouve la moindre expérience de commandement. Or cette confiance est une réalité spirituelle, au p
41 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
116itons cordialement à participer à notre prochaine expérience de service civil : remplacer un manœuvre dans une usine pendant 15 jo
42 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du danger de confondre la bonne foi et le stalinisme (juillet 1936)
117nt nous avons donné le plan général, et que notre expérience de l’été 1935 amorça dans la pratique, n’a pas d’autre but que cette
43 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du socialisme au fascisme (novembre 1936)
118 que fussent les conditions du pays au début de l’expérience, et quel que fût le degré de sincérité des chefs. Notons ensuite que
44 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les Jacobins en chemise brune (décembre 1936)
119ût tiré aussi les leçons négatives que comporte l’expérience du centralisme. Mais il faut voir que la carence française, la fossil
120enter ? Sinon le pays qui a pu faire avant tous l’expérience d’un centralisme dont les caricatures brutales, artificielles, épouva
45 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
121a description objective. Me voici engagé dans une expérience forcée de vie pauvre, libre et solitaire — trois grands mots ! et pou
122octeur au fichu caractère a composés de sa longue expérience, de ses rancunes, de son amour caché, et de sa science hétéroclite de
123pprend sur « le peuple » davantage que toutes mes expériences précédentes. Il me semble même qu’elle m’a fait voir « le peuple » po
124de notre île. La leçon pratique de cette première expérience de deux mois, c’est que la liberté ne s’improvise pas. Qu’il faut la
125nt, ne m’a permis de faire jusqu’ici qu’une seule expérience précise et utile relativement au dessein de ce journal : celle du loi
126t de redistribuer toutes les richesses, selon mon expérience et mes petites observations, j’aurais mon plan tout prêt dans ses gra
127is qu’il pourrait être utile de décrire ma petite expérience d’intellectuel en chômage ; qu’il pourrait être utile de montrer qu’o
46 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
128irait peut-être ! Pour ne rien dire de ma furtive expérience personnelle, qui proteste de toute sa petite force contre l’affirmati
47 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
129est réellement intangible que parce qu’elle est l’expérience témoin, l’annonciatrice d’une Europe fédérée dont elle prouve la réal
48 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
130 la description objective. Me voici pris dans une expérience forcée de vie pauvre, libre et solitaire — trois grands mots ! et pou
131docteur au fichu caractère a composé de sa longue expérience, de ses rancunes, de son amour caché, et de sa science hétéroclite de
132nt, ne m’a permis de faire jusqu’ici qu’une seule expérience précise et utile : celle du loisir. Je m’aperçois que je ne savais pl
133is qu’il pourrait être utile de décrire ma petite expérience d’intellectuel en chômage ; qu’il pourrait être utile de montrer qu’o
49 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’autorité assure les libertés (mai 1937)
134lat et à l’idéologie la plus stérile, comme notre expérience à tous permet aujourd’hui d’en témoigner. Le principe de la commune m
135uer assez schématiquement, en nous basant sur les expériences du passé et sur les nécessités du futur, quelles sont les grandes lig
136 de la fédération O.N. Elles suffisent aussi, — l’expérience nous l’a souvent prouvé, — à soulever deux types d’objections fondame
137. Toute l’histoire démontre le contraire. Toute l’expérience du commandement démontre qu’on n’obéit volontairement et normalement
50 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
138es, sans calculer les risques qu’ils encourent. L’expérience leur montrant qu’ils y perdent, au lieu de proposer un arrangement no
139ont subi une épreuve formidable, ils ont fait une expérience maximum, ils ont vécu quelque chose d’extrême, et rien ne peut rempla
140nouvelle avalanche pour vivre aussi cela, cette « expérience héroïque », cet Erlebnis admirable qui consiste à échapper avec un me
141fé avec mes étudiants. Je les interroge sur leurs expériences de camp de travail. Ils en parlent avec nonchalance et même avec iron
51 1938, Journal d’Allemagne. iii. Les jacobins en chemise brune
142ût tiré aussi les leçons négatives que comporte l’expérience du centralisme. Mais il faut voir que la carence française, la fossil
143enter ? Sinon le pays qui a pu faire avant tous l’expérience d’un centralisme dont les caricatures brutales, artificielles, épouva
52 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
144dés. Ils cèdent trop vite, ils cèdent avant que l’expérience ait abouti. Sans cesse, il faut recommencer cette ascension de l’âme
53 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
145révélatrice du spontané et de la multiplicité des expériences. Elle nie que l’être aimé doive réunir, pour être ou pour rester aima
146cessons de le diviniser. Et c’est ce qu’atteste l’expérience de la fidélité dans le mariage. Car cette fidélité se fonde justement
54 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Une révolution refoulée (juillet 1938)
147où procèdent les « actes manqués ». S’il y a eu « expérience Blum », elle a consisté à empêcher la révolution. Juin 36 était un es
148endra. Ce fait initial a déterminé la courbe de l’expérience : il s’agissait d’affirmer une mystique, mais de ne faire que les réf
55 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Alice au pays des merveilles, par Lewis Carroll (août 1938)
149exactes, qui se trouvent par là même contredire l’expérience vécue et les règles sociales. D’où le cocasse et le sentiment de libé
56 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Préface à l’édition de 1956
150depuis sa parution, une guerre aussi, et bien des expériences mettant mes thèses à dure épreuve. Je n’ai rien oublié mais j’ai un p
57 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
151us naturellement imaginable, le plus conforme à l’expérience quotidienne. (Le romantisme en trouvera de plus fins.) Il faut voir c
152par la pureté du mythe originel, redescendons à l’expérience de la passion telle que la vivent les hommes d’aujourd’hui. Le succès
58 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
153[p. 68] Elle ne se réalise en vérité que dans une expérience tout à la fois angoissée et enthousiasmante (au sens littéral de ce t
154éré par l’amant à l’objet de son choix d’amour. L’expérience quotidienne montre bien que « l’amour embellit son objet », et que la
155, du catharisme et du manichéisme, et peut-être l’expérience vécue autant que de nouvelles recherches personnelles, tout cela m’am
156ir mais de son effet physique, est utilisée comme expérience immédiate pour obtenir l’état nirvanique. « Autrement, nous rappellen
157ation » de la volupté — considérée comme l’unique expérience humaine qui peut réaliser la béatitude nirvanique et la maîtrise des
59 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
158n cathare, d’autres peuvent être rapprochés d’une expérience mystique plus générale, et qu’on retrouve identique, dans sa forme, a
159aurait être confondu avec la nature profonde de l’expérience qu’ils ont vécue. J. Baruzi écrit de sainte Thérèse : « On a démêlé l
160. Maintenant, quand un mystique veut exprimer ses expériences ineffables, il est contraint de se servir de métaphores. Il les prend
60 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
161ie prussienne de la guerre devait se fonder sur l’expérience des campagnes de la Révolution et de l’Empire. La bataille de Valmy f
61 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
162dés. Ils cèdent trop vite, ils cèdent avant que l’expérience ait abouti. Sans cesse, il faut recommencer cette ascension de l’âme
163l’un des chapitres de la préparation militaire. L’expérience stalinienne n’a qu’à moitié réussi si l’on en croit les descriptions
164herche au contraire par le moyen d’une nouvelle « expérience », considérée comme telle, et d’ailleurs affectée dès le départ des m
165al, et la perte d’un patrimoine de souvenirs et d’expériences communes, l’Américain a plutôt l’impression qu’il met de l’ordre dans
62 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
166révélatrice du spontané et de la multiplicité des expériences. Elle nie que l’être aimé doive réunir, pour être ou pour rester aima
167us cessons de le diviniser. C’est ce qu’atteste l’expérience de la fidélité dans le mariage. Car cette fidélité se fonde justement
63 1939, Esprit, articles (1932–1962). D’une critique stérile (mai 1939)
168icalisme dans sa critique négative. [p. 265] Mon expérience des groupes et des congrès personnalistes m’amène à formuler les thès
64 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
169e crimes, de soif de gloire et de richesses, ou d’expériences telles que la dissection du corps humain, c’est toujours une profanat
65 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
170 fera que si des hommes solides, informés par une expérience séculaire, entreprennent, dès maintenant, un gros travail de déblaiem
171abord, puisqu’il s’agit en somme d’utiliser notre expérience, et de tirer des leçons non pas seulement de ses succès mais aussi de
66 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
172est réellement intangible que parce qu’elle est l’expérience témoin, l’annonciatrice [p. 112] d’une Europe fédérée dont elle prouv
67 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
173à dire à nos voisins, forts que nous sommes d’une expérience fédéraliste de six siècles. Et surtout, ne dénigrons pas les tentativ
68 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
174r, par une suite d’approches bien diverses.) 7. L’expérience suisse est minuscule, mais concluante. Elle peut et doit servir d’exe
175. Le premier enseignement négatif de notre petite expérience, nous venons de le voir : c’est qu’il faut renoncer à tout système po
176e enseignement négatif que nous devons tirer de l’expérience suisse est d’un ordre plus quotidien et intime. Le morcellement d’un
69 1940, Mission ou démission de la Suisse. Appendice, ou « in cauda venenum » Auto-critique de la Suisse
177 enragés. 4. Paresse d’esprit. — Je parle ici par expérience : rien n’oblige un bureau de Berne à faire du [p. 202] centralisme à
70 1940, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Au sujet du Journal d’André Gide (janvier 1940)
178lus seulement émouvant : il revêt la valeur d’une expérience cruciale sur les limites de la sincérité en général, et du journal in
71 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
179 [p. 32] de la raison. Car elles transmettent une expérience millénaire, au regard de laquelle nos déductions individuelles, ou lo
72 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
180onale, nous sommes en train de pousser à fond une expérience sans précédent d’asepsie généralisée et d’extinction des risques avan
73 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
181, qui nous empêche de mastiquer et de digérer nos expériences spirituelles. Tout porte à croire que le Diable en est ravi. Car selo
182eux sexes, à partir d’un mensonge à la nature ? L’expérience millénaire du couple permet d’imaginer [p. 177] ce qui va se passer à
74 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
183t pas moins son « activité littéraire ». Ces deux expériences seraient antithétiques si elles étaient superposables, ce qui n’est p
184ain. Ce n’est donc pas l’aspect littéraire de ces expériences qui doit conditionner notre vision. Non point qu’il soit un seul inst
185entielle, hors du temps, qui paraît dans ces deux expériences, à mesure qu’on les abstrait de toute la littérature dont elles envel
186e est bien d’un seul tenant ; une seule et unique expérience la remplit : l’envahissement de la magie aboutissant au renoncement e
187es sont le champ même 13 où Rimbaud se livre à l’expérience spirituelle, où il se livre tout entier. C’est là sa pureté ; mais c’
75 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 2. Goethe médiateur
188u’avec Mlle de Klettenberg il se livra même à des expériences d’alchimie, ou, comme il le dit dans une lettre de cette époque, de «
189 et impersonnelle. Mais c’est de plus en plus une expérience intérieure, morale. La magie de Goethe se condense en paroles, en Zau
76 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
190alcule et qui refuse de partir ! Le bénéfice de l’expérience est dans l’échec, non pas dans la sagesse (on touche ici les limites
77 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 4. Franz Kafka, ou l’aveu de la réalité
191comme par une pitié fraternelle — qui anime cette expérience, pourrait faire soupçonner chez Kafka une intention de catharsis, de
192e par le biais de leurs expressions : là où leurs expériences deviennent comparables, soit qu’elles s’opposent terme à terme, ou qu
193géniales je ne sais quel jugement de valeur sur l’expérience intime qu’elles traduisent ou trahissent, l’exemple de Kafka est le p
78 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 6.. Le Journal d’André Gide
194lus seulement émouvant : il revêt la valeur d’une expérience cruciale sur les limites de la sincérité en général, et du journal in
79 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
195t un Goethe et un Ramuz déterminent deux formes d’expérience apparemment incomparables. Tout l’appareil de la culture les sépare.
80 1944, Les Personnes du drame. IV. Une maladie de la personne — 8. Le Romantisme allemand
196ui est proprement le domaine des mystiques. Toute expérience mystique ou romantique présuppose l’existence d’un centre ou d’un tré
197images du rêve s’identifie avec le terme de toute expérience mystique : c’est « la pure présence ineffable », la « contemplation s
198entiment d’exil que nous trouvons à l’origine des expériences mystiques les plus diverses, d’où naît-il, dans quel souvenir d’une p
199 qui nous permettent de pénétrer l’intimité d’une expérience pré-mystique. (Ou faut-il dire d’une expérience mystique privée de la
200e expérience pré-mystique. (Ou faut-il dire d’une expérience mystique privée de la grâce, réduite à ses aspects purement humains ?
201ans l’autre monde, c’est retrouver la morte ! « L’expérience typique qui est celle de Jean-Paul à la mort de ses amis, de Novalis
202re indicible. Et peut-être pourrait-on dire que l’expérience mystique générale ne devient proprement chrétienne que dans le cas où
81 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
203nt des passions. L’Espagne a fait les frais d’une expérience combinée dans ses moindres détails par Ribbentrop, Ciano et Molotov :
82 1946, Journal des deux Mondes. 12. L’Amérique en guerre
204arce qu’il expérimente sans relâche, il n’a pas l’expérience du monde. L’Amérique, ennemie de la mémoire, et même dans ses écoles
83 1946, Lettres sur la bombe atomique. 4. Utopies
205 sont devenues blanches à la suite de la première expérience d’explosion atomique au mois de juillet. » — « Carrizozo (New Mexico)
206 depuis des mois se sont remises à pondre après l’expérience de juillet. » Mais ce ne sont là que des « faits », comme disent la s
84 1946, Lettres sur la bombe atomique. 9. Paralysie des hommes d’État
207udrait la paix, car l’Empire blessé est en pleine expérience socialiste, mais il ne renonce pas à faire tuer les indigènes qui se
85 1946, Lettres sur la bombe atomique. 18. La paix ou la mort
208on l’axiome des militaires, sans oublier que leur expérience démontre qu’on ne pare jamais qu’un certain pourcentage des coups tir
86 1946, Lettres sur la bombe atomique. i. Les cochons en uniforme ou. Le nouveau déluge
209-1946, le gouvernement américain fit annoncer une expérience sensationnelle : au mois de mai ou de juillet, deux ou trois bombes s
210s publiés dans la presse sur les préparatifs de l’expérience, j’en retiens trois. 1. Une mission de savants américains formée de q
211fait. Et c’en est fait — même si l’on renonce à l’expérience pour des raisons de politique générale. Avec la flotte sacrifiée de B
87 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
212raditionnels, condensant tout ce que nous avons d’expérience de la paix, elles convoient et contiennent en même temps un indiscuta
88 1946, Esprit, articles (1932–1962). Épilogue (novembre 1946)
213omme pour démontrer sa force à toute épreuve, les expériences de Bikini ? C’était un clair avertissement aux Russes. La Chine est u
89 1947, Doctrine fabuleuse. 4. Quatrième dialogue sur la carte postale. Ars prophetica, ou. D’un langage qui ne veut pas être clair
214les ? Par l’examen des nombres qui résument leurs expériences, dira-t-on. Je n’en crois rien. Ouvrez un ouvrage de science : vous y
215gnifique carte postale ! S’il est une chose que l’expérience humaine me paraît avoir établie — je dirais : pour l’éternité ! — c’e
90 1947, Doctrine fabuleuse. 5. Miroirs, ou Comment on perd Eurydice et soi-même
216 délires et pas mal de superstitions. Enfin cette expérience folle le mène à une découverte sur les sept sens de laquelle il convi
91 1947, Doctrine fabuleuse. 6. L’ombre perdue
217 s’exercer l’imagination sur un sujet qui défie l’expérience, l’on s’étonne qu’aucun d’entre eux n’ait songé à se justifier. L’on
92 1947, Doctrine fabuleuse. 10. La gloire
218l. Tant pis si beaucoup en abusent… Hypothèse : l’expérience intime de la gloire précède toujours sa manifestation. L’ambitieux ne
93 1947, Doctrine fabuleuse. 11. Le nœud gordien renoué
219moderne. Monde de la simplification hâtive ; de l’expérience qui détruit son objet ; de l’action efficace au détriment du sens ; d
94 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
220Relisant le chapitre qui précède après cinq ans d’expériences quotidiennes des libertés américaines, la guerre finie, certaines pol
221a machine entière ? La raison lui répondra oui. L’expérience lui répondra non. Car s’il n’y avait plus de grands bureaux dans une
95 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
222rspectives d’avenir qu’offre l’interruption d’une expérience mal engagée ou négative. Nous pensons, comme toujours, à conserver 4
96 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
223omme pour démontrer sa force à toute épreuve, les expériences de Bikini ? C’était un clair avertissement aux Russes. La Chine est u
97 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
224 complexité de l’homme total. Ils ne sont que des expériences, [p. 43] et le propre d’une expérience est de rater neuf fois sur dix
225t que des expériences, [p. 43] et le propre d’une expérience est de rater neuf fois sur dix. Je pense aux crises économiques qui m
226r de l’URSS. Que l’on soit sympathique ou non à l’expérience de dictature si brillamment conduite jusqu’ici par les hiérarques sov
98 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
227s observer et les contrôler de très près dans une expérience bien connue : celle de la Confédération helvétique. [p. 60] Toutefoi
228, mais non pas si l’on cherche à dégager de cette expérience l’idée fédéraliste qu’elle [p. 65] illustre. Une expérience de labora
229 l’idée fédéraliste qu’elle [p. 65] illustre. Une expérience de laboratoire est nécessairement plus réduite de dimensions que ses
99 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
230ions-nous à offrir ? Nos divisions ; [p. 117] nos expériences économiques mal engagées et mal soutenues, étriquées dans leurs cadre
231 continentaux — petits pays à part — ont d’autres expériences… Le projet Reynaud triomphera, si l’Europe doit se faire demain 8  :
100 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Culture et politique européenne (octobre 1952)
232concerts commentés, d’expositions itinérantes. (L’expérience des Guildes a prouvé qu’il existe un public de lecteurs dix ou vingt