1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Breton, Manifeste du surréalisme (juin 1925)
1omatisme psychique pur par lequel on se propose d’exprimer, soit verbalement, soit par écrit, soit de toute autre manière, le fo
2 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Bernard Barbey, La Maladère (février 1927)
2ement de voiler les intentions du récit et de les exprimer seulement par un geste, une nuance du paysage, une image qu’on garde
3 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Entr’acte de René Clair, ou L’éloge du Miracle (mars 1927)
3ste de l’acteur. Un mouvement ne souligne pas, il exprime, et se suffit. Mais comme pour le film 1905, on a sans cesse envie de
4 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). La part du feu. Lettres sur le mépris de la littérature (juillet 1927)
4s qu’on sait que la lettre tue ce qu’elle prétend exprimer ; depuis le temps qu’on l’oublie.) Vous me direz que la poésie, l’éta
5cuse dernière. Avouons-le : rien de ce qu’on peut exprimer n’a d’importance véritable. Alors, cessons de nous battre contre des
6 compte de la réalité, c’est André Breton qui l’a exprimé : « On publie pour chercher des hommes, et rien de plus. » Chercher d
5 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Malraux, Les Conquérants (décembre 1928)
7beaucoup des idées que la Tentation de l’Occident exprimait sous une forme abstraite et poétique. Mais cette fois tout est concré
8inguer les forces déterminantes de l’heure, à les exprimer en un tel drame, et voici André Malraux au premier rang des romancier
6 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Henri Michaux, Mes propriétés (mars 1930)
9 Pearsall Smith — je n’avais pas lu de livre où s’exprimât avec une pareille sécurité dans l’insolite, ce qu’il y a en nous à la
7 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Jullien du Breuil, Kate (avril 1930)
10ient — vient, à mon sens, de quelque chose qu’ils expriment sans doute inconsciemment et qui n’est rien de moins qu’une conceptio
8 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
11e, le nationalisme est une passion toute nue, qui exprime l’être profond de la race. On ne discute pas cet amour, on ne réfute
9 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Une exposition d’artistes protestants modernes (avril 1931)
12pouvoir trancher de ce que doit être un art qui l’exprime. En d’autres termes, la définition d’un art protestant est liée à une
10 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Au sujet d’un grand roman : La Princesse Blanche par Maurice Baring (mai 1931)
13e donne au livre toute sa gravité. Maurice Baring exprime ce troisième sujet par deux vers de son ami Hilaire Belloc dont voici
14s conventionnel. Car à une tante anglaise qui lui exprime l’espoir que sa vie à l’étranger n’ait point ébranlé sa foi, la princ
11 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Kierkegaard (mai 1931)
15séducteur (Stock éd.). Kierkegaard lui-même avait exprimé le souhait formel que l’on n’ouvrît pas par ce roman la série de trad
12 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). André Gide ou le style exquis (à propos de Divers) (octobre 1931)
16 ! comme tout cela est juste et net, parfaitement exprimé et mûri. Mais comme aussi tout cela manque d’enthousiasme, d’« endieu
13 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le protestantisme jugé (octobre 1931)
17Gide, l’amour et la divinité, M. Albert Thibaudet exprime son regret de ce qu’un tel titre ne réponde pas à son attente. Selon
18eur des sentiments et leur tristesse, que Frommel exprime au sujet de Mon Frère Yves. Il semble, en effet, que les âmes du dix
14 1931, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Éléments de la grandeur humaine, par Rudolf Kassner (octobre 1931)
19 nous mène lentement à l’impuissance. (Si Kassner exprime un tourment, c’est en tant que la réalité humaine, non sa pensée priv
15 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
20intensité, un état d’âme crée une situation qui l’exprime — bien qu’on pense généralement l’inverse. Donc, n’ayant pas renoncé
16 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.2. Une « tasse de thé » au Palais C…
21s déchirantes, — mais ici l’on aime que tout soit exprimé en symboles gantés de blanc. Nous sommes fous, mais il y a la manière
17 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
22e, le nationalisme est une passion toute nue, qui exprime l’être profond de la race. On ne discute pas cet amour, on ne réfute
18 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
23chanter des choses déchirantes qui peuvent seules exprimer cette euphorie. Quelques larmes font briller les yeux souriants et gé
19 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
24u’on put écrire de Saint-Saturnin qu’un tel roman exprime « toute la grandeur — et toute la misère — des protestants sans foi »
25n sent parfois sous-jacente, mais trop timide à s’exprimer. Le couple que Jacques Chardonne étudie dans Claire poursuit un bonhe
26os contemporains se le représentent, ne pouvait s’exprimer que dans la forme du roman moraliste (forme qui par ailleurs flattait
27cas où celui qui craint de dire toute la vérité n’exprime par là rien d’autre que sa méfiance vis-à-vis de la grâce et son opti
20 1932, Esprit, articles (1932–1962). On oubliera les juges (novembre 1932)
28nent leurs visages anonymes. Ils n’auront pas à s’exprimer, d’ailleurs, sinon par la voix de leur président, et la mimique d’un
21 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Principe d’une politique du pessimisme actif (novembre 1932)
29t lorsque nous disons le « monde-chrétien », nous exprimons par ces deux mots l’antinomie hors de laquelle toute méditation const
22 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Signes parmi nous, par C. F. Ramuz (janvier 1932)
30st remarquable que ceux dont la fonction serait d’exprimer notre civilisation, en un temps où elle se trouve brutalement mise en
23 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
31doit être confirmé par un faire, qui le tait et l’exprime à la fois. Le « faire » de Rimbaud ne peut être la littérature, puisq
24 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
32ule révolution qui nous importe concerne l’homme, exprime ses données élémentaires : elle n’est qu’une projection du conflit de
33t récemment T. S. Eliot, dans un article 21 où s’exprimaient des vues parfois proches de celles d’Esprit ou de Combat, il réduit l
25 1933, Esprit, articles (1932–1962). Protestants (mars 1933)
34éments extrémistes de la social-démocratie, qui s’expriment dans les Neue Blätter für den Sozialismus sont des éléments protestan
35écemment dans l’importante revue die Tat, dont il exprime en général la pensée directrice, que la seule doctrine véritablement
36ident de l’association des mécaniciens d’Amérique exprime ce point de vue en une phrase typique : « La grande majorité des ouvr
26 1933, Esprit, articles (1932–1962). Loisir ou temps vide ? (juillet 1933)
37 une dérision brutale des rythmes créateurs. Elle exprime simplement l’état accidentel d’un conflit absurde entre deux opératio
27 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Solutions pratiques ? (mars 1933)
38fallu répondre à un tourment réel, maladroitement exprimé par ces mots. Mais, bien souvent aussi, on répond mal parce qu’on pre
28 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Pétrarque, par Charles-Albert Cingria (avril 1933)
39nte, Nietzsche —, une pétulance idéologique qui s’exprime en notes, digressions et plaisanteries jamais dépourvues d’ailleurs d
29 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Liberté ou chômage ? (mai 1933)
40berté, — pour celui qui ne travaille pas. » Qu’il exprime la religion du travail, ou la superstition du loisir, — c’est affaire
30 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les parlementaires contre le Parlement (octobre 1933)
41uve une triste et désarmante confidence. Barrès l’exprime avec son génie de mélancolie, mais en substance et dans sa brutalité
31 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
42Il faut aller plus loin : les mythes collectifs n’expriment rien de plus qu’une certaine attitude, l’attitude démissionnaire de l
32 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 3. Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
43en, en présence d’une de ces thèses, si elle veut exprimer simplement un état de fait, ou si elle le condamne, ou si elle le rev
33 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 4. Ni ange ni bête : ni gauche ni droite, (Fondements théologiques d’une action politique)
44e avec une sorte d’humour transcendant, fort bien exprimé par Pascal : « L’homme n’est ni ange ni bête, et le malheur veut que
34 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 5. Sur la devise du Taciturne
45t lorsque nous disons le « monde-chrétien », nous exprimons par ces deux mots contradictoires l’antinomie hors de laquelle toute
46adore ses puissances. Mais la devise du Taciturne exprime, par son paradoxe, une espérance qui se rit de nos espoirs, c’est-à-d
35 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 8. Humanisme et christianisme
47u’il fasse beau demain, ce n’est pas prier, c’est exprimer un vœu, un vœu d’humaniste. Si je vous donne ces exemples, c’est dans
36 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
48ule révolution qui nous importe concerne l’homme, exprime ses données élémentaires : elle n’est qu’une projection du conflit de
37 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 12. Communauté révolutionnaire
49ge que la prétention égalitaire. D’autre part, il exprime un espoir fondé sur la réalité humaine telle que nous la constatons p
38 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
50s littéraires deviennent des tribunes libres où s’expriment les tendances les plus radicalement opposées… Libéralisme pas mort. J
39 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 14. Tactique personnaliste
51rité des hommes sont courtes, et trop souvent mal exprimées. C’est la doctrine de la révolution qui les rassemble, les oriente et
40 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — i. Liberté ou chômage ?
52erté, — pour celui qui ne travaille pas ! » Qu’il exprime la religion du travail, ou la superstition du loisir, — c’est affaire
41 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — ii. Loisir ou temps vide ?
53 une dérision brutale des rythmes créateurs. Elle exprime simplement l’état accidentel d’un conflit absurde entre deux opératio
42 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iv. Qu’est-ce que la politique ?
54ur les hebdomadaires de droite et de gauche, où s’expriment ces idéologies. L’influence de ces feuilles n’est plus niable. J’atte
43 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — v. Trop d’irresponsables s’engagent ! (Responsabilité des intellectuels)
55ce hitlérienne (voir le manifeste de Ce Soir) ont exprimé en toute clarté qu’ils étaient de vrais libéraux, irresponsables nés
44 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
56Il faut aller plus loin : les mythes collectifs n’expriment rien de plus qu’une certaine attitude, l’attitude démissionnaire de l
45 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notice biographique [Kierkegaard] (août 1934)
57s. Il voulait signifier par là que ces ouvrages n’exprimaient pas encore la totalité de son message chrétien, et qu’il ne pouvait p
46 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Kasimir Edschmid, Destin allemand (octobre 1934)
58 à rien. Ce sont des hommes très simples et qui s’expriment difficilement. Seul Pillau, le ministre, l’incarnation de leur nation
59es, ils souffrent physiquement. Mais leur drame s’exprime dans la méditation de Pillau, d’une manière non moins tragique. « Il
47 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
60 irréparables. Mais il y a les immoralistes : ils expriment bien mieux qu’il ne saurait le faire ses propres révoltes et ses rêve
48 1934, Esprit, articles (1932–1962). Sur une nouvelle de Jean Giono (novembre 1934)
61p. 295] pressé de leur donner à bon marché. Ils s’expriment mal, ils trahissent leur pensée, leurs désirs, ils n’osent pas dire,
49 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
62ontraire un effort tout à fait « personnel » pour exprimer une conscience philosophique que l’auteur voudrait d’ailleurs considé
50 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
63en présence de la Nature ; que le mot de awe, qui exprime chez les lakistes ce même sentiment mêlé d’amour et de terreur, que c
51 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
64us que la prétention égalitaire. D’autre part, il exprime un espoir fondé sur la réalité humaine telle qu’elle est, alors que l
52 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Destin du siècle ou destin de l’homme ? (mai 1934)
65illent un grand nombre de nos contemporains 10 n’expriment rien de plus qu’une certaine attitude de l’homme, l’attitude démissio
53 1935, Esprit, articles (1932–1962). Albert Soulillou, Nitro (février 1935)
66ces années éprouvent simultanément le besoin de s’exprimer par des romans du format standard : 224 ou 600 pages exactement. Il m
54 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
67sur le pavois ? La réponse est simple. L’esprit s’exprime par l’écrit et la parole. Un sanctuaire de l’esprit sera donc un sanc
55 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Les trois temps de la Parole (mai 1935)
681° que les efforts de notre imagination, qu’ils s’expriment sous une forme franchement littéraire 18 , ou sous la forme de médita
69nt, c’est qu’il soit bien entendu que tout cela n’exprime encore que notre réalité humaine. L’important, c’est qu’une instance
56 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
70s exactement, mon point de vue, que mon ami Monod exprime ici. Le terrain du bon sens, eh oui ! c’est bien cela ! Moi. — M. Mo
71, le seul fait qui demeure, c’est celui que Barth exprimait si magnifiquement dans une de ses réponses aux objections des humanis
72 séparer ; et je ne suis pas loin de croire qu’il exprima la vérité la plus certaine de la soirée, encore que cette vérité ne s
73t-être trop ecclésiastique, mais je ne puis pas m’exprimer plus clairement. Voici donc, en peu de mots, ce que je crois, pour mo
57 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Paracelse, par Frédéric Gundolf (septembre 1935)
74 qu’il voulait rendre manifestes à tous, et qu’il exprimait, comme Luther, dans un allemand populaire et grossier 30 . Il faut se
75Paracelse a vu plus de choses qu’il ne pouvait en exprimer. Son destin fut l’inverse [p. 447] du nôtre. La technique nous masque
58 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). « Le plus beau pays du monde » (octobre 1935)
76ue dans tel et tel autre. C’est tout au contraire exprimer un refus pur et simple de comparer. C’est affirmer une préférence inc
59 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Un exemple de tactique révolutionnaire chez Lénine (janvier 1935)
77rases enfin et l’attitude intransigeante qu’elles expriment, qui contiennent le secret décisif de la victoire des extrémistes en
60 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Quatre indications pour une culture personnaliste (février 1935)
78 arrêter là cette citation : Nietzsche, en effet, exprime tôt après deux revendications, dont l’une est ridicule, et dont l’aut
61 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’Édit de Nantes et sa Révocation (mars-avril 1935)
79faction catholique, dont l’opinion est clairement exprimée par les Assemblées du clergé réclamant à grands cris la destruction d
62 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
80 La fatalité qui pèse sur son mouvement se trouve exprimée tout entière par cette seule phrase : Premier temps : En avant ! Deux
63 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.2. D’une culture qui parle dans le vide
81ssurance qui ont permis aux écrivains bourgeois d’exprimer sans aucun scrupule les fondements secrets de leur puissance. Aussi l
64 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.7. Sur le déclin du Moyen Âge
82rtit la hiérarchie vivante, celle que Dante avait exprimée en qualifiant de nobilior l’idiome vivant. À partir de Pétrarque, le
65 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.8. Décadence des lieux communs
83torité et suscitent contre eux des révoltes qui s’expriment dans des langues nouvelles, au détriment de l’unité sacrée. Ainsi tou
66 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.9. Tentatives de restauration d’une commune mesure
84n empêcheront-elles seulement cette angoisse de s’exprimer, de s’avouer, de porter témoignage en faveur d’une plus haute vérité 
67 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
85 nécessité. Faute d’expressions orthodoxes pour l’exprimer ou l’inventer, on chercha des modèles et des trucs dans les littératu
68 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.11. La mesure nationale-socialiste
86ion française du terme nous invite à imaginer. Il exprime en une seule formule l’aspect politique et l’aspect économique d’une
87eit de la philosophie hitlérienne a été fort bien exprimée par Rosenberg dans un discours où il s’élève avec violence contre tou
69 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
88 collectiviste, et de la nécessité cosmique qu’il exprime. Les criticailleries libérales à l’adresse des grandes dictatures ne
70 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
89, l’équilibre de la balance, ce qui peut encore s’exprimer, en termes non moins objectifs, par l’indifférence de la balance à l’
71 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
90partons. Il ne suffit pas de la poser. Il faut en exprimer successivement tous les aspects, en éclaircir autant que possible le
91oigne de notre humanité. Rien n’est, que ce qui s’exprime. Cette définition, absolue à l’origine, ne peut être, dans l’état pré
92nticipée par l’imagination, et sa vision. Penser, exprimer sa pensée, ce sera toujours créer les voies qui conduisent au but der
93vie : mais que celui qui le détient en vienne à s’exprimer, il n’est pas sûr que son style écrit traduira les catégories dans le
94 du toi. La découverte de l’existence concrète qu’exprime le pronom tu. Découverte bouleversante dans un monde où l’égoïsme ne
72 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
95portent aucun système : mais il est si totalement exprimé qu’on ne peut plus le distinguer des formes qu’il propose à notre vue
96duit quelques passages — où toute une théologie s’exprime entièrement par des choses (s’agît-il du profond mystère de la libert
97s ce monde physionomique, et par quoi va-t-elle s’exprimer dans une vision qui ne veut rien connaître hors de la forme ? La psyc
73 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
98 nécessité. Faute d’expressions orthodoxes pour l’exprimer ou l’inventer, on chercha des modèles et des trucs dans les littératu
99 collectiviste, et de la nécessité cosmique qu’il exprime. Les criticailleries libérales à l’adresse des grandes dictatures ne
74 1936, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Sur une page de Bossuet (ou Tradition et Révélation) (janvier 1936)
100. Le catholique se tourne alors vers nous et nous exprime une sorte de pitié : « À quoi s’appuiera le protestant, avec, pour to
75 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Dictature de la liberté, par Robert Aron (mars 1936)
101uement entre ces deux nécessités dont la première exprime notre condition matérielle, et la seconde notre mission spirituelle.
76 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Kierkegaard en France (juin 1936)
102erkegaard publia sous son vrai nom, parce qu’il y exprimait directement son message décisif. Bien entendu, le « succès » de prest
77 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). L’Art poétique ou Qu’il faut penser avec les mains (décembre 1936)
103acun de se servir de tel son qu’il lui plaît pour exprimer ses idées, pourvu qu’il en avertisse. » Cette phrase de la Logique de
104e contact immédiat entre le nom et la chose qu’il exprime, entre le verbe et l’acte qu’il commande 43 , entre le parler et le f
105même temps que la chose qui le provoque, le verbe exprime ainsi la vocation de l’homme qui le profère. « L’acte par lequel l’ho
106esse toutes les formes selon l’intention qu’elles expriment, c’est proprement penser avec les mains. ⁂ Au sixième jour de sa Sema
78 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Précisions utiles sur l’industrie des navets (mars 1936)
107est essentiellement humaine, c’est-à-dire qu’elle exprime un conflit permanent et fécond, celui du créateur et du monde tel qu’
79 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
108ur les hebdomadaires de droite et de gauche, où s’expriment ces idéologies. L’influence de ces feuilles n’est plus niable. J’atte
80 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
109ccord peut-être excessivement tacite. Je voudrais exprimer un maximum d’humanité lorsque j’écris, et c’est précisément parce que
110matière même de mon travail… J’ai quelque peine à exprimer ceci, — qui n’est précisément qu’un sentiment de gêne en moi. Sentime
111rtant de s’y connaître dans ces questions. » Il s’exprime avant tant de prudence qu’on a peine à comprendre ses intentions. Il
112ins que ce ne soit le langage, la difficulté de s’exprimer ? Tout est mystère en eux, et pour eux-mêmes sans doute. Et on dit le
113anière. Je sais bien qu’il y a la difficulté de s’exprimer, la timidité, la fatigue, et que tout cela peut bien suffire à expliq
114e, et l’on n’a pas les moyens de s’analyser, de s’exprimer. Ou bien l’on est hors du chômage, et l’on a toutes les raisons de ne
115samkeit (communion avec Dieu). Leur rapprochement exprime le sens profond de la lande, son sens ésotérique si l’on veut. Il est
116 individus, devant ce qu’on nomme les « masses », exprimant par cette métaphore notre impuissance à former ce réel. Notre complic
81 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
117reté, tous ces vocables dont nous pensions qu’ils exprimaient les lieux communs, sur quoi repose, tacitement, la vie sociale, sont
118ntre si pressé de leur donner à bon marché. Ils s’expriment mal, ils trahissent leur pensée, leurs désirs, ils n’osent pas dire,
119je la partage en fait le plus souvent, quand elle exprime une réalité sentimentale, mystique ou sensuelle, qui ne saurait se tr
120autre leur dit. Quand un lecteur vous écrit, il s’exprime le plus souvent dans un langage conventionnel qu’il croit de mise, s’
121 paysans et des bourgeois, c’est une manière de s’exprimer qui en dit plus long qu’on ne croirait. « J’ai mes brouillards et mon
122pays. Faut-il donc penser que les partis [p. 219] expriment tout simplement des attitudes morales différentes ? Ce serait nouveau
123qu’un jour ou l’autre, il se retrouvera capable d’exprimer des désirs réels, disciplinés et « raisonnables ». 2) Réflexion du pe
124rêts véritables. Mais c’est qu’il ne peut pas les exprimer très aisément. Question de langage. Revenez voir ces mêmes hommes que
125uveaux, jeunes et sortis de toutes les classes, d’exprimer ce que taisent les journaux, les orateurs et les affiches. Et c’est l
126rère font toujours rage). Je me suis donc borné à exprimer mes « condoléances » à Mme Simard, que j’ai trouvée hier soir devant
82 1937, Esprit, articles (1932–1962). Défense de la culture (janvier 1937)
127obus de Franco, et Commune, par la voix d’Aragon, exprime sa juste indignation. Crime contre la culture. Car c’était le parti c
83 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
128je la partage en fait le plus souvent, quand elle exprime une réalité sentimentale, mystique ou sensuelle, qui ne saurait se tr
129autre leur dit. Quand un lecteur vous écrit, il s’exprime le plus souvent dans un langage conventionnel qu’il croit de mise, s’
130 paysans et des bourgeois, c’est une manière de s’exprimer qui en dit plus long qu’on ne croirait. « J’ai mes brouillards et mon
131rère font toujours rage). Je me suis donc borné à exprimer mes « condoléances » à madame Simard, que j’ai trouvée hier soir deva
84 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
132que à la fois de diversités reconnues, totalement exprimées comme telles, et d’échanges multipliés, d’apports mutuels, de synthès
85 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
133matière même de mon travail. J’ai quelque peine à exprimer ceci, — qui n’est précisément qu’un sentiment de gêne en moi. Sentime
86 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’autorité assure les libertés (mai 1937)
134 déterminant ; il est un principe de finalité qui exprime la communion entre les membres du corps social, agissant et créant en
87 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
135’y passe de tout nouveau. Un régime totalitaire n’exprime point tant l’âme collective d’un peuple que le besoin de porter remèd
136ournit beaucoup plus de texte que d’images ; 5° s’exprime sur les mêmes sujets, dans les mêmes termes que ses confrères ; 6° ne
88 1938, Journal d’Allemagne. 2. Conclusion 1938
137 « l’immortalité » d’un peuple — : on ne peut pas exprimer d’une manière plus précise et ramassée la nature proprement religieus
89 1938, Journal d’Allemagne. i. Instruction spirituelle donnée aux étudiants hitlériens, (Extrait de lettre d’un étudiant allemand)
138rticipants doivent évidemment être au clair. Il s’exprima comme il suit — je sténographiai les formules marquantes. Il importe
90 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
139dans le secret. Mais alors elle retrouvera pour s’exprimer dans un langage symbolique (ésotérique et d’extérieur rassurant) les
91 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
140espoir d’Éros, sa servitude inexprimable : — en l’exprimant, Agapè l’en délivre. Agapè sait que la vie terrestre et temporelle ne
92 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Page d’histoire (novembre 1938)
141ardèrent pas à démontrer que Chamberlain avait su exprimer l’une des tendances fondamentales et instinctives de l’Occident : la
93 1938, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Trop d’irresponsables s’engagent ! (Responsabilité des intellectuels) (juin 1938)
142ce hitlérienne (voir le manifeste de Ce Soir) ont exprimé en toute clarté qu’ils étaient de vrais libéraux, irresponsables nés
94 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
143st loisible de s’en tenir aux évidences et de les exprimer d’une manière manifeste ou directe. Au contraire, le mythe paraît lor
144 n’avons plus besoin de mythes, par exemple, pour exprimer les vérités de la science : nous les considérons en effet d’une maniè
145ividuelle. Mais nous avons besoin d’un mythe pour exprimer le fait obscur et inavouable que la passion est liée à la mort, et qu
146us sentons ou pressentons fondamentales. Le mythe exprime ces réalités, dans la mesure où notre instinct l’exige, mais il les v
147ère primitivement sacré — voilant le secret qu’il exprime, le roman mythique de Tristan posséderait-il au même degré les qualit
148’est à cette condition seulement qu’elle pourra s’exprimer dans le demi-jour du mythe. Car en tant que passion qui veut la Nuit
149d’ordonner la passion dans un cadre où elle pût s’exprimer en satisfactions symboliques. (Ainsi l’Église avait « compris » le pa
150sont excusés, et plus qu’excusés, magnifiés comme exprimant une intrépide fidélité à la loi supérieure du donnoi, c’est-à-dire de
151s secret et inquiétant du mythe : le danger qu’il exprime et voile, cette passion qui ressemble au vertige… Mais ce n’est plus
152jamais donnée de la passion ! À lui seul, ce vers exprime tout, et avec une force de langage qui fait pâlir le romantisme tout
153 nous habitue à concevoir qu’un désir refoulé « s’exprime » toujours, mais de manière à égarer le jugement. La passion interdit
154e avant tout dans la littérature mondiale, ce qui exprime le plus profondément l’obsession de l’Européen : connaître à travers
95 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
155a dit plus haut du mythe de Tristan, qui voile et exprime à la fois le désir de mort. D’autre part, les dieux celtiques forment
156l’Inde aux rives de l’Atlantique, nous retrouvons exprimé, dans les formes les plus diverses, ce même mystère du Jour et de la
157 le combat de l’amour sexuel et de l’Amour, et il exprime l’angoisse fondamentale des anges déchus dans des corps trop humains…
158iller dans les archives du saint Office, et qui s’exprime ainsi au sujet des Cathares d’Italie, ou Patarins ; « Malgré toutes m
159bel et bien opérée en Arabie, et de plus, s’était exprimée par une poésie religieuse dont les métaphores érotiques offrent les p
160 arabes le symbole du plus grand Amant, puisqu’en exprimant le désir de voir Dieu sur le Sinaï, il exprima le désir de sa mort. E
161 exprimant le désir de voir Dieu sur le Sinaï, il exprima le désir de sa mort. Et l’on conçoit que le terme nécessaire de la vo
162ouble sens, dans lequel un état de conscience est exprimé par un terme érotique » 69 — ou l’inverse aussi bien. À tel point « 
163part, comme le furent plusieurs troubadours. Il s’exprime dans des termes qui seront repris par presque tous les grands mystiqu
164ent à décrire les trahisons de l’amour, au lieu d’exprimer seulement l’élan de la passion dans sa pureté mystique. Le point de d
165ligieux orthodoxe, et se voit donc contraint de s’exprimer par des symboles ésotériques, aide à comprendre que le fond breton se
166voir l’originalité du mythe courtois. On y trouve exprimé et commenté en termes étonnamment modernes le principe de cohésion qu
167chement, les obligeant par cette condamnation à s’exprimer en symboles équivoques et à revêtir la forme d’un mythe. De l’ensemb
96 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
168amour éternel. Mais supposez qu’un troubadour ait exprimé la même prière en feignant de l’adresser à sa Dame. L’amant habitué a
169reux. On peut prévoir qu’il ne sera pas porté à s’exprimer en termes de passion. Et c’est bien ce que l’Histoire démontre. « Che
170malheureux. On peut alors prévoir que cet amour s’exprimera dans le langage passionnel, c’est-à-dire dans le langage de l’hérésie
171rent dans le Cantique des Cantiques auraient pu s’exprimer d’une autre manière. Vu notre grossièreté, je ne serais pas surprise
172, lesquels seraient à la base de ce qui se trouve exprimé ? Quelle que soit la réponse qu’on donnera, une chose demeure certain
173er, que lorsqu’on parle d’une douleur amère, on s’exprime par métaphore, au figuré. Le sens propre du mot « amer » serait alors
174angage commun. Maintenant, quand un mystique veut exprimer ses expériences ineffables, il est contraint de se servir de métaphor
175t s’expliquer à partir de l’esprit, en ceci qu’il exprime non pas le triomphe de la nature sur l’esprit — comme le font croire
176et ? Le pouvoir de mentir autant que le pouvoir d’exprimer ce qui est. Un animal est incapable de mentir, de dire ce que l’insti
177 pas typique de toute passion, cette volonté de s’exprimer, de se décrire comme pour mieux jouir de soi-même ? Mais aussi cette
97 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
178iments latents qui se trouvent les plus aptes à s’exprimer de la sorte. C’est dans ce sens que l’on peut se demander, avec La Ro
179u’a fait Davanzati, vers la fin du xiiie siècle, exprimant dans une petite fable la vraie nature de l’amour qu’il chante et le d
180rivit dans sa jeunesse, l’Allegro et le Penseroso expriment l’opposition du Jour et de la Nuit, et le choix nécessaire qu’il n’a
181 dualité créée. À ce moment la musique seule peut exprimer la certitude et la substance de cette double nostalgie d’être un. Car
182rique ». Dès lors la musique seule sera capable d’exprimer la dialectique transcendantale, le caractère éperdument contradictoir
183son cadre sacral, et que le secret mystique qu’il exprimait en le voilant se vulgarise et se démocratise. Le droit à la passion d
184 mythe mais sans le payer trop cher, on la voit s’exprimer en toute naïveté dans le film sentimental. Peu de genres plus stricte
185c le mythe au dernier stade de sa déchéance. Elle exprime à la perfection la synthèse idéale de deux désirs contradictoires : d
186sens évanoui restait une rhétorique. Elle pouvait exprimer nos instincts naturels, mais non sans les dévier, tout insensiblement
187d’imposer une mesure à leurs divagations — de les exprimer en figures. Les dernières formes de l’amour ont été balayées par la g
98 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
188hique du Tristan telle que nous la définissions : exprimer la passion dans toute sa force, mais en la voilant religieusement, de
189payer une contribution. » 174 Cet art de guerre exprimait dans son plan — alors considéré comme inférieur — une culture admirab
190 Le platonisme des petites cours ducales, si bien exprimé par Bembo et par Baldassare Castiglione dans ses dialogues du Cortigi
191 du temps dans lesquels il n’y a pas un sentiment exprimé qui ne soit feint ou dissimulé… « N’omettre rien », c’est le précepte
192les à la nation pour laquelle il écrit. » Ainsi s’exprime le général von der Goltz, disciple de Clausewitz, lequel n’a cessé d’
193ime morte, donc en fait la non-possession. Elle n’exprime plus l’instinct sexuel normal, ni même la passion qui l’utilise et le
99 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
194espoir d’Éros, sa servitude inexprimable : — en l’exprimant, Agapè l’en délivre. Agapè sait que la vie terrestre et temporelle ne
100 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
195ntendu, comme chez les troubadours, une manière d’exprimer la violence de leur passion, une sorte d’antiphrase. Mais encore une