1 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Littérature alpestre (juillet 1931)
1. 550] lorsqu’ils frappent la vue, un sentiment d’extase émerveillée auquel la folie n’est pas étrangère. » — « Cependant, le
2 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
2icible réception de la parole, ce n’est point une extase, ni une angoisse, ni toujours une plénitude de la joie, ni jamais rie
3 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
3ental. Action, et non pas sentiment, ni piété, ni extase, ni cloître. Voilà pourquoi notre certitude joyeuse devient une certi
4 1936, Esprit, articles (1932–1962). Francfort, 16 mars 1936 (avril 1936)
4un faible projecteur, il parut. Souriant comme en extase, saluant lentement, longuement, s’avançant peu à peu vers la tribune,
5 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
5 comme le firent tant de romantiques, en termes d’extase religieuse, c’est se moquer cruellement des créatures, ou plutôt c’es
6 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
6 comme le firent tant de romantiques, en termes d’extase religieuse, c’est se moquer cruellement des créatures, ou plutôt c’es
7 1937, Esprit, articles (1932–1962). Martin Lamm, Swedenborg (septembre 1937)
7lusoire. Par exemple, il relate une des premières extases de S. et conclut ainsi : « Il est de toute évidence que cet incident
8 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
8être possédé, dépossédé, jeté hors de soi, dans l’extase. Et de fait, c’est déjà sa nostalgie qui le « démeine » — pour parler
9 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
9», car l’amour est la voie qui monte par degrés d’extase vers l’origine unique de tout ce qui existe, loin des corps et de la
10nore encore à quoi lui peut servir De laisser en extase son âme ravir. La doctrine n’exigeait-elle pas qu’on mît fin à sa vi
11ur dialectique de la souffrance, du désir et de l’extase, quitte à en inverser les conclusions : l’extase finale n’aboutit poi
12’extase, quitte à en inverser les conclusions : l’extase finale n’aboutit point au jour de Dieu mais à la nuit de la passion,
10 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
13avons perdu le monde, et le monde nous. » C’est l’extase, la fuite profonde hors de toutes les choses créées. Vraiment, commen
14sait, plusieurs siècles avant Novalis, que dans l’extase, l’âme doit penser « comme s’il n’y avait que Dieu et elle au monde »
11 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
15urs. Les initiés pénètrent au monde nocturne de l’extase libératrice. Et le jour qui revient avec le cortège royal et ses diss
16olde agonisante sur le cadavre de Tristan, dans l’extase de la « joie la plus haute ». Initiation, passion, accomplissement mo
17a vue le sens profond de l’exil des amants dans l’extase. Par ce qu’il a d’artificiel, de trop violent, cet éclairage annonce
12 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
18être possédé, dépossédé, jeté hors de soi, dans l’extase. Et de fait, c’est déjà sa nostalgie qui le « démeine » — dont il ign
13 1939, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Âme romantique et le rêve (15 août 1939)
19i l’enseignement évangélique : ce ne sont pas des extases indicibles qui sont promises aux vrais croyants, mais au contraire il
14 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
20assez vivante, il se jette avec lui dans la mort. Extase des derniers instants, de Tristan et d’Isolde, ou des amants de Véron
15 1944, Les Personnes du drame. IV. Une maladie de la personne — 8. Le Romantisme allemand
21i l’enseignement évangélique : ce ne sont pas des extases indicibles qui sont promises aux vrais croyants, mais au contraire il
16 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
22 Nuit, et la vie d’action raisonnable au nom de l’extase et de la mort enthousiasmante. I. Trois vrais romans d’amour-passion
23 le plus vrai, puisqu’il ouvre l’accès à la vie d’extase, mais qui le sépare en fait de la vie sociale. Mon héros devient mora
24La possession de cet inaccessible devient alors l’extase, « la joie suprême », la « Höchste Lust » d’Isolde agonisante. Cepend
25sion à l’« autre vie », à l’état d’amour pur, à l’extase d’un amour non plus égocentrique, mais bien allocentrique : « N’avoir
26t place à la présence, la souffrance du désir à l’extase partagée — mais aussi le roman au poème. Quelques instants avant sa m
17 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
27 Nuit, et la vie d’action raisonnable au nom de l’extase et de la mort enthousiasmante. I. Trois vrais romans d’amour-passion
28 le plus vrai, puisqu’il ouvre l’accès à la vie d’extase, mais qui le sépare en fait de la vie sociale. Mon héros devient mora
29La possession de cet inaccessible devient alors l’extase, « la joie suprême », la « Höchste Lust » d’Isolde agonisante. Cepend
30sion à l’« autre vie », à l’état d’amour pur, à l’extase d’un amour non plus égocentrique, mais bien allocentrique : « N’avoir
31t place à la présence, la souffrance du désir à l’extase partagée — mais aussi le roman au poème. Quelques instants avant sa m
18 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
32l’art maîtrise l’instinct créateur de formes et l’extase, l’Agapè maîtrise l’Éros, etc. 38 L’agapè dont il est ici questio
33tion à la Nuit, de la Délivrance du Temps et de l’Extase. Subitement, ce qui parle, c’est l’Ombre, c’est son ombre : O Homme,
19 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 5. Dialectique des mythes II. Les deux âmes d’André Gide
34tes les entraves. » Cet amour doit s’élever à une extase libératrice : « un nirvâna prodigieux, où le moi entier se fondrait,
35eux, où le moi entier se fondrait, s’abîmerait en extase, et garderait pourtant la volontaire conscience de son évanouissement
20 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 7. La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
36l’enstase. Et les mystiques chrétiens cherchent l’extase. Quant aux bouddhistes zen, on dirait qu’ils s’en tiennent à la stase
21 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.4. L’Unité dans la diversité. Fondement de l’Union fédérale
37 de courage, nos rêves ne se perdent pas dans une extase somnolente : ils sont actifs. Est-ce rêver encore que de conseiller à
22 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
38l’art maîtrise l’instinct créateur de formes et l’extase, l’Agapè maîtrise l’Éros, etc. 112 L’Agapè dont il est ici questio
39tion à la Nuit, de la Délivrance du Temps et de l’Extase. Subitement, ce qui parle, c’est l’Ombre, c’est son ombre : Ô homme,
23 1961, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La personne, l’ange et l’absolu, ou le dialogue Occident-Orient (avril 1961)
40l’enstase. Et les mystiques chrétiens cherchent l’extase. Quant aux bouddhistes Zen, on dirait qu’ils s’en tiennent à la stase
24 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
41sse » devint pour le jeune Suso (à la suite d’une extase) « une manière de théophanie substituée à la pure notion de la divini
42t tout s’effondrerait — l’ordre social — dans une extase éblouissante. Or il respecte l’ordre féodal, il ne veut pas que tout
43fets exaltants de la courtoisie convergent vers l’extase dans la mort, terme de l’entropie passionnelle, chute voluptueuse dan
44ur à tour fait crier de douleur ou jette dans des extases, pousse au crime ou accule au suicide, transfigure le monde ou le dév
25 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 5. Naissance de la prospective
45ne rejoindra jamais son point d’éclatement dans l’extase. Sécurité sociale à tout jamais. [p. 135] Nous avons voulu cela La