1 1920, Articles divers (1924–1930). La Tour de Hölderlin (15 juillet 1929)
1nd Jeu. Dix années où le génie tourmente cet être faible, humilié par le monde. L’amour s’éloigne le premier, quand Hölderlin
2 1926, Articles divers (1924–1930). Confession tendancieuse (mai 1926)
2e me resta qu’une fatigue profonde ; je devins si faible et démuni, livré aux regards d’une foule absurde, bienveillante, repu
3 1926, Articles divers (1924–1930). Soir de Florence (13 novembre 1926)
3i n’est pas humaine, et qui nous laisse gourds et faibles, caressant en nous la lâche volupté de sentir l’esprit se défaire et
4 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Entr’acte de René Clair, ou L’éloge du Miracle (mars 1927)
4ue peut revêtir une substantia dont nos sens trop faibles — bornés encore par des habitudes nées des nécessités sociales — nous
5 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
5sque d’être seul sur un faux sommet vers quoi des faibles s’efforcent — mais déjà c’est de plus loin qu’il les nargue. Il conna
6 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
6nsée qui, à force de subtiliser, est devenue trop faible pour nous conduire ? Ou bien est-ce notre action qui est devenue trop
7 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 3. Anatomie du monstre
7ne bonne part à ce que ces personnes ont les yeux faibles. Il serait plus juste de dire que la passion n’a qu’une clairvoyance
8nc que les meilleurs ralentissent et que les plus faibles se forcent. Elle ne convient donc qu’aux médiocres, dont elle assure
8 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Appendice. Utopie
9tration analogues, même dans la mesure sans doute faible où la nature des enfants le supporte, on économiserait plusieurs seme
9 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Hölderlin, La Mort d’Empédocle et Poèmes de la folie (octobre 1930)
10 flamme plus grande, l’autre seulement d’une plus faible… Le grand poète n’est jamais abandonné par lui-même ; il peut au-dess
11 Hölderlin est sans doute d’une constitution trop faible pour pouvoir longtemps maîtriser l’inspiration, qui peu à peu le « ga
10 1930, Articles divers (1924–1930). Le prisonnier de la nuit (avril 1930)
12glots perdus qui rôdent à la recherche d’un corps faible. Je ne sais pas où tu m’attends mais je sais comment tu pleurais. A
11 1930, Articles divers (1924–1930). « Vos fantômes ne sont pas les miens… » [Réponse à l’enquête « Les vrais fantômes »] (juillet 1930)
13e. Certains fantômes m’apparaissent quand je suis faible, malade ou ivre, c’est-à-dire quand je suis dominé par le monde. Ils
12 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.1. La Tour de Hölderlin
14nd Jeu. Dix années où le génie tourmente cet être faible, humilié par le [p. 123] monde. L’amour s’éloigne le premier, quand H
13 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Penser dangereusement (juin 1932)
15es démesurés. Certes 40 . Mais dans la mesure, si faible soit-elle, où la philosophie actuelle exerce une action, ne fût-ce qu
14 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Solutions pratiques ? (mars 1933)
16 39] et beaucoup trop imprécise pour que l’homme, faible créature, puisse s’y « fier » et se passer de recettes morales invent
15 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
17clairer, cruel et méprisant pour les sages et les faibles. Qui donc oserait le blâmer publiquement ? Qui donc oserait encourir
16 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
18« la fine fleur du ressentiment » que les natures faibles vouent aux valeurs aristocratiques. La haine jalouse et rancunière de
19lent Dieu). Ce qu’il y a d’inoffensif chez l’être faible, sa lâcheté, cette lâcheté dont il est riche et qui, chez lui, fait a
17 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
20es humains. Mais cette mesure est peut-être assez faible. Et c’est pourquoi nous avons tant de peine à définir et nommer clair
18 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
21nt ils parlent n’est pas un homme, mais une chose faible et petite dont ils ignorent la nature. Ceux qui calculent avec les ho
19 1934, Esprit, articles (1932–1962). André Breton, Point du jour (décembre 1934)
22cte ? Alors qu’elle ne repose que sur l’espoir du faible : que la vie se fasse « toute seule », que l’homme ne soit plus rien
20 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
23mis dans l’univers temporel, ont, en général, une faible valeur représentative ou démonstrative. Et pourtant, c’est l’esprit q
21 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Les trois temps de la Parole (mai 1935)
24 de la Bible, les « problèmes » — le mot est bien faible — qui se posent au chrétien en tout temps : mort à soi-même, obéissan
22 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
25chez son interlocuteur, quel qu’il soit, le point faible d’un raisonnement, qu’il se borne à faire apparaître par une simple q
23 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Ni gauche ni droite (août 1935)
26he. Je vois à droite une tentation fasciste, trop faible encore pour oser s’avouer ; à gauche une peur du fascisme assez forte
24 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
27 plus nombreuse que la militaire, un gouvernement faible et des vieillards puissants. Leur opinion publique est incertaine, fa
25 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
28posent pas, que l’on pose par jeu, par anxiété de faible ou par métier : tels sont les traits fondamentaux de la psychologie d
26 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
29qui se trompent ou qui nous trompent, ou qui sont faibles, — ou contre moi. Je le dis surtout contre certain esprit moderne que
30 l’infini ou des passions sauvages que rêvent les faibles, mais un acte de présence, d’information profonde du réel à l’image d
27 1936, Esprit, articles (1932–1962). Francfort, 16 mars 1936 (avril 1936)
31leries menait à la tribune, et dans la lueur d’un faible projecteur, il parut. Souriant comme en extase, saluant lentement, lo
28 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
32 plus nombreuse que la militaire, un gouvernement faible et des vieillards puissants. Leur opinion publique est incertaine, fa
29 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
33r, c’est encore la Troisième République : un État faible, dont le centre est lointain, qui ne croit à rien, et qui par suite n
34e, de grand, de mesquin, de millénaire dans cette faible activité humaine au ras du sol, sous ce grand [p. 83] ciel… Au nom de
35ruisant à son profit tout ce qu’il trouve de plus faible que lui, comme le font tous les autres animaux. Si l’homme n’est que
30 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
36écrire des livres. Il a dû trouver l’excuse assez faible. Je n’ai pas la tête d’un écrivain, et d’ailleurs un écrivain, est-ce
37 français, position négative, paresseuse, et donc faible, mais d’essayer de résoudre « à la française » le problème de l’autor
31 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
38 — c’est encore la Troisième République : un État faible, dont le centre est lointain, qui ne croit à rien, et qui par suite n
32 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
39s profond que notre vie, et la raison n’est qu’un faible élément de notre vie. C’est un mystère que le croyant pressent et vit
40n peut soutenir que l’homme possède au moins « un faible libre arbitre » 71 , dans les choses du salut. Mais que le Christ ait
33 1937, Esprit, articles (1932–1962). La fièvre romanesque (janvier 1937)
41estion est ailleurs : va-t-on se vanter d’être si faible que de céder à toutes ses obsessions ? (Je feindrai d’ignorer qu’elle
34 1937, Journal de Genève, articles (1926–1982). Condition de l’écrivain (III) : Mission civique de la culture (1er mars 1937)
42our remettre le livre en honneur, sont voués à de faibles succès. C’est le sens même de la lecture qui s’est perdu. Et s’il s’e
35 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
43e, de grand, de mesquin, de millénaire dans cette faible activité humaine au ras du sol, sous ce grand soleil… Au nom de quell
36 1938, Journal d’Allemagne. 2. Conclusion 1938
44al ? Que la paix est obtenue par l’écrasement des faibles ? Que l’unanimité des ouvriers résulte de la mise au pas des syndicat
37 1938, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La vraie défense contre l’esprit totalitaire (juillet 1938)
45e n’est fort que dans la mesure où le civisme est faible ; il est fort des lâchetés individuelles, répercutées dans le pouvoir
46e une violence du même ordre, mais forcément plus faible, où les totalitaires puiseraient tout simplement une énergie renouvel
47quartiers de roche ; je veux dire que la force du faible, c’est de refuser le jeu du fort, et de le déconcerter par ce refus.
38 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Alice au pays des merveilles, par Lewis Carroll (août 1938)
48u, et chaque fois elle se sent plus forte ou plus faible que les règles sociales admises. Supposées « justes » pour le niveau
39 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
49iompha. La primitive Église fut une communauté de faibles et de méprisés. Mais à partir de Constantin, puis des empereurs carol
50er un seul instant que les troubadours furent des faibles d’esprit, tout juste bons à répéter sans se lasser des formules appri
51nquante fils juridiques (le lien était donc assez faible), et surtout le fait que l’inceste était assez bien toléré chez les C
40 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
52 chaque siècle des millions d’individus, et nous, faibles et malheureux particuliers, nous ne pourrons pas sacrifier un seul êt
41 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
53ès voulu. Quoi qu’il en soit, cette défense était faible en regard du péril déchaîné. Les forces antivitales longtemps contenu
42 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). Une simple question de mots (24 avril 1939)
54s plus forts à disposer de leurs voisins les plus faibles ; consolider la paix signifiera : envahir un pays à dix contre un san
43 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Don Juan (juillet 1939)
55qu’il vient de posséder… Ô haine de leurs vérités faibles ! La Vérité est morte ! Revivra-t-elle ? [p. 67] Car si ce Dieu est
44 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
56le droit pour le plus fort de s’annexer un voisin faible ; dans un troisième pays, la liberté sera tout simplement la permissi
45 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
57ue nous sommes neutres parce que nous sommes trop faibles pour faire la guerre, pourquoi ne dirions-nous pas plutôt : nous somm
46 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
58e 1914-18. La SDN fut l’un de ses symptômes, bien faible encore. L’idée d’un réseau de pactes bilatéraux, ou à trois, ou à qua
59u demain de l’Europe — en régions autonomes et de faible étendue, a pour avantage d’écarter toute possibilité d’impérialisme,
47 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
60le droit pour le plus fort de s’annexer un voisin faible ; dans un troisième pays, la liberté sera tout simplement la permissi
48 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’Église et la Suisse (août 1940)
61 dire franchement : ici ou là, nous sommes encore faibles. C’est ici et c’est là, qu’il faut porter l’effort. Aujourd’hui ou ja
49 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Veille d’élection présidentielle (14 novembre 1940)
62trompe pas : le parti proallemand est extrêmement faible aux États-Unis, mais le [p. 2] parti antiguerre reste fort. En sera-t
50 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
63dit saint Paul, c’est alors justement que je suis faible… Si nous avons saisi le geste intime, le mouvement, la structure du m
51 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
64ar le ressentiment brutal des plébéiens, les âmes faibles aisément convaincues qu’elles n’ont pas droit à l’existence personnel
65re, les âmes fortes y seraient à l’aise, les âmes faibles y seraient éduquées, les âmes moyennes s’y sentiraient gênées d’être
52 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
66au nom de la Vie et de la Sincérité, — devises de faibles. ⁂ L’amour moderne, si j’en crois nos romanciers et les statistiques
67ques de l’instinct. La morale bourgeoise est trop faible. Quand les romanciers attardés attaquent encore ses étroitesses, c’es
68a maladie. Mais s’il le communique à un être plus faible, ou plus pur, ou qui n’est pas armé pour composer avec cette espèce-l
69t durer, c’est qu’il existe. Que cette raison est faible, comparée à toutes celles qui annoncent le contraire, particulièremen
53 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
70andit ensuite et devient insurmontable ; comme un faible roseau, arrêté dans le courant d’un fleuve, produit à la fin un amonc
71te cet « obstacle imperceptible » au mal, et ce « faible roseau » qui arrête le courant. Je dis que la condition de cette vict
72rahisons de leur fin. Il faut aider les hommes si faibles d’aujourd’hui à devenir un peu plus responsables, un peu plus dignes
73hrase, quelque part en nous-mêmes, nous donne une faible idée de ces surprises.) Si le langage nous appartenait, il y a longte
74que l’homme « moral » n’était qu’un hypocrite, un faible, un refoulé ou un raseur. Mais la guerre nous montre autre chose. Qua
75suffit pas de les mépriser. » 35 « Les personnes faibles ne peuvent être sincères. » 36 Et je rêve d’une anthologie de ces ma
76llule que bâtissaient nos craintes et nos vanités faibles, et qu’elle nous permet d’être libres comme ceux qui n’ont plus rien
54 1944, Les Personnes du drame. II. Liberté et fatum — 5. Luther et la liberté de la personne
77s profond que notre vie, et la raison n’est qu’un faible élément de notre vie. C’est un mystère que le croyant pressent et vit
78n peut soutenir que l’homme possède au moins « un faible libre arbitre 66  » dans les choses du salut. Mais que le Christ ait
55 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). La guerre est morte (5 septembre 1945)
79es forts vont renoncer à se montrer forts, ou les faibles à s’agglutiner pour les abattre ; que les classes vont se fondre, les
56 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Les résultats de la guerre (21 décembre 1945)
80court deux risques principaux : celui d’être trop faible pour gouverner effectivement, et celui d’être trop fort pour que surv
57 1946, Journal des deux Mondes. 2. Journal d’attente
81a-t-il son action en montrant lui-même ses points faibles, ou, au contraire, lui donnera-t-il une efficacité plus pénétrante ?
58 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
82 part, nos chances de nous battre paraissent très faibles, sinon nulles… Commencé l’article promis depuis deux semaines à Niebu
59 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
83ie, l’Afrique du Sud, et l’Argentine, portant une faible densité humaine. Dans l’ensemble du monde, le Nord domine, et ses cou
60 1946, Lettres sur la bombe atomique. 2. La guerre est morte
84es forts vont renoncer à se montrer forts, ou les faibles à s’agglutiner pour les abattre ; que les classes vont se fondre, les
61 1946, Lettres sur la bombe atomique. 10. La tâche politique du siècle
85ux risques [p. 64] principaux : celui d’être trop faible pour gouverner effectivement, et celui d’être trop fort pour que surv
62 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
86 fois parti, je m’aperçois bientôt que je n’étais faible que parce que je me tenais immobile, dans ma prudence. L’action risqu
63 1946, Présence, articles (1932–1946). Le Nœud gordien renoué (avril 1946)
87er ce nœud, dit-il, afin qu’ils le dénouent. — Un faible enfant pourrait le dénouer ! — L’homme le plus fort ne pourrait pas l
64 1946, Le Figaro, articles (1939–1953). Demain la bombe, ou une chance d’en finir avec la terre (30 juin 1946)
88la menace d’un raz-de-marée continental — pour si faibles qu’en soient les chances — n’a pas déclenché en retour un raz-de-maré
65 1947, Doctrine fabuleuse. 5. Miroirs, ou Comment on perd Eurydice et soi-même
89t de prière. Orphée perd Eurydice par scepticisme faible, par esprit scientifique, par doute méthodique, — manie de définir, d
66 1947, Doctrine fabuleuse. 9. Don Juan
90qu’il vient de posséder… Ô haine de leurs vérités faibles ! La Vérité est morte ! Revivra-t-elle ? Car si ce Dieu est mort, à t
67 1947, Doctrine fabuleuse. 11. Le nœud gordien renoué
91er ce nœud, dit-il, afin qu’ils le dénouent. — Un faible enfant pourrait le dénouer ! — L’homme le plus fort ne pourrait pas l
68 1947, Doctrine fabuleuse. 13. La fin du monde
92eurs vœux, et, finalement, murmuraient d’une voix faible : — Vous savez sans doute mieux que moi. Ils renaîtraient plantes heu
69 1947, Doctrine fabuleuse. 15. Antée ou La terre
93au de Cologne. Quand j’ai mes humeurs, je me sens faible. Je suis tout chargé. Ça me donne sur les nerfs. Plus qu’il m’isole d
70 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
94z considérer la phrase suivante : roseau, le plus faible de la nature mais c’est un roseau. Les mots sont de Pascal, incontest
71 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
95oit dit à votre honneur — que vous portez au sexe faible. J’ai vu des Français, à New York, qui se rendaient ridicules au dern
72 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
96r la guerre d’Hitler. Ces chances paraissent très faibles en vérité. L’Europe a dominé le monde pendant des siècles par sa cult
97posées. Je le répète, nos chances paraissent très faibles dans l’ensemble, malgré les illusions de santé et de durée que peuven
73 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
981914-1918. La SDN fut l’un de ses symptômes, bien faible encore. L’idée d’un réseau de pactes bi-latéraux en fut un autre. Dan
74 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
99 le jeu mondial, se sentent le partenaire le plus faible. Tout leur effort consiste donc, et c’est normal, à contrer chacun de
75 1949, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Mouvement européen (avril 1949)
100t alors que l’Europe même unie serait encore trop faible pour tenir en respect les deux Grands, je répondrai par un seul chiff
76 1951, Les Libertés que nous pouvons perdre (1951). Les Libertés que nous pouvons perdre
101 conscience. Il en résulte que nous sommes plutôt faibles devant la propagande totalitaire. Beaucoup, angoissés par des possibi
77 1951, Preuves, articles (1951–1968). Mesurons nos forces (avril 1951)
102ns nos forces (avril 1951) a Nous sommes plutôt faibles devant la propagande totalitaire. Beaucoup, angoissés par des possibi
78 1951, Preuves, articles (1951–1968). Neutralité et neutralisme (mai 1951)
103a du temps pour l’agneau, qui se sent encore trop faible pour agir. C’est une politique défendable. Mais alors, ce qui ne sera
79 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Contre la culture organisée (avril 1952)
104ulation vivifiante, moyens matériels ridiculement faibles (pour les sciences) ou reçus en échange de certaines libertés essenti
80 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
105États souverains. Un lien si lâche n’était qu’une faible garantie pour l’indépendance des cantons, en un siècle qui allait voi
106en sa faveur, pas même la raison, d’ailleurs bien faible, de l’économie… Et Rossi concluait en montrant les progrès « mémorab
107teurs dans les cantons où le parti catholique est faible ou inexistant, comme Berne. Le groupe des Jeunes Paysans constitue so
81 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
108 deux cas, on est frappé par la part relativement faible de l’alimentation et des plaisirs 27 , relativement forte du [p. 107]
82 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en août 1953 : Lettre aux Six (juillet-août 1953)
109nés, et refusant de faire le pool patriotique des faibles sommes qui devaient assurer leur salut. L’assaut fut décidé après des
83 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
110nés, et refusant de faire le pool patriotique des faibles sommes qui devaient assurer leur salut. L’assaut fut décidé après des
84 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
111e. Il pense alors : c’est Dieu qui doit être trop faible pour me contraindre à l’obéissance et à l’amour. La révolte ne se lèv
85 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
112 l’air de penser, de vouloir, tandis que l’homme, faible et pâle, est l’humble serviteur de ces géants d’acier… J’admirais tri
86 1955, Journal de Genève, articles (1926–1982). Pour un désarmement moral (19 juillet 1955)
113Causons ! Certains penseront que nous sommes trop faibles sur nos positions trop variées d’Occidentaux chrétiens ou humanistes,
87 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur Suez et ses environs historiques (octobre 1956)
114ouveau défi Certes, le « monde arabe » est encore faible, s’il crie fort. Mais il peut couper les pipe-lines : il tient donc s
88 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 2. Où le drame se noue
115 le salut ; au monde comme n’étant pas du monde ; faible quand il est fort, et fort quand il est faible ; perdu par ses effort
116 ; faible quand il est fort, et fort quand il est faible ; perdu par ses efforts pour se sauver lui-même, sauvé par l’abandon
89 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
117e. Il pense alors : c’est Dieu qui doit être trop faible pour me contraindre à l’obéissance et à l’amour. La révolte ne se lèv
90 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
118 l’air de penser, de vouloir, tandis que l’homme, faible et pâle, est l’humble serviteur de ces géants d’acier… J’admirais tri
91 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur deux écrivains politiques (juin 1957)
119 comparable à celui que donne à l’adversaire plus faible le joueur qui accepte un handicap. Mais si cet adversaire annonce exp
92 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La Suisse et l’Europe après 1945 (avril 1957)
120oute leur souveraineté. Le Conseil est donc aussi faible que l’était la Diète helvétique avant 1848. Désirant une union économ
93 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
121lions et les Russes plus de 400 millions. Un très faible effort d’information suffit à corriger ces chiffres : nous sommes, en
122signerai par E, et qui est égale au produit de sa faible masse physique, soit m, par une culture dont les effets se font senti
94 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur la fabrication des nouvelles et des faits (février 1958)
123 news, comme on dit à New York. Mais l’écho reste faible dans la presse. Car les agences ont décidé, ce jour-là, de donner les
124 convictions politiques, dans la mesure — souvent faible d’ailleurs — où nous les modelons sur les faits. Comment mettre un pe
95 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur la prétendue décadence de l’Occident (avril 1958)
125 civilisation ou d’une culture : l’imitation plus faible ou la répétition vulgarisée prenant le pas sur la création ; la perte
96 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur le régime fédéraliste (II) (septembre 1958)
126de doctrine générale se verrait condamné à rester faible, manquant de racines dans chaque région, tandis que les partis région
97 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Un essai de synthèse (mai 1958)
127ut. Or c’est là justement que nous sommes le plus faibles, et que nous avons enregistré le moins de succès. Notre économie se r
98 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
128r ruse à Lolita, et qui se révèle d’ailleurs trop faible, le médecin qui l’a procuré s’étant trompé d’étiquette ou ayant tromp
99 1959, Preuves, articles (1951–1968). Rudolf Kassner et la grandeur (juin 1959)
129ice, l’intolérance instantanée à l’égard du doute faible, de l’adjectif incertain, et en général des complaisances « artistes 
100 1959, Preuves, articles (1951–1968). Sur un chassé-croisé d’idéaux et de faits (novembre 1959)
130t une. Nous sommes riches, heureux, arrivés, donc faibles ; ils sont en marche, pauvres, insatisfaits, donc forts. Que reste-t-