1 1920, Articles divers (1924–1930). La Tour de Hölderlin (15 juillet 1929)
1 banc et ses lilas fleuris qui trempent… Tout est familier, paisible au soleil. Il passait des heures à cette fenêtre, à marmott
2 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jules Supervielle, Gravitations (décembre 1929)
2x méandres songeurs, une simplicité qui n’est pas familière. C’est bien la poésie d’une époque tourmentée dans sa profondeur, mai
3 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Léon Bopp, Interférences (décembre 1927)
3ande, une Promenade dans le Midi. Récit alerte et familier (un brin pédant et un brin vulgaire par endroits, mais pour rire), de
4 1927, Articles divers (1924–1930). Dés ou la clef des champs (1927)
4 je rentre du bureau, les gages insupportablement familiers d’une vie honnête de type courant. Pour dix sous et le prétexte d’un
5 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
5 maison dans ce désert aux formes tendres et déjà familières, [p. 578] et le passage des trains chaque soir nous redirait un adieu
6la reverrai, cette lumière en ce lieu, secrète et familière. Songeant à cette minute et à d’autres semblables, en voyage, je me d
6 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
7 maison dans ce désert aux formes tendres et déjà familières, et le passage des trains chaque soir nous redirait un adieu bref, — 
8la reverrai, cette lumière en ce lieu, secrète et familière. Songeant à cette minute et à d’autres semblables, en voyage, je me d
7 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.1. La Tour de Hölderlin
9 banc et ses lilas fleuris qui trempent. Tout est familier, paisible au soleil. Il passait des heures devant cette fenêtre, à ma
8 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
10 exactement comme mes hôtes, avec les mêmes tours familiers et sentencieux, qu’il s’agisse des choses du ciel ou de l’ordonnance
9 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iii. Groupements personnalistes
11ue chose d’irréductible aux vieilles distinctions familières, concrétisées par la seule disposition des députés dans les travées d
10 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
12rait affirmer que cette « catégorie » lui soit si familière qu’il puisse la considérer, sans autre, comme donnée ? La tentation e
11 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Quelques œuvres et une biographie de Kierkegaard (26 mai 1934)
13après, se révèle admirablement concrète. Le génie familier et ironique de Kierkegaard a créé dans cette œuvre une abondance d’il
12 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
14e nous reconnaissons un point de vue qui nous est familier. Dans certaines déclarations du Front paysan, nous distinguons les ge
13 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.2. D’une culture qui parle dans le vide
15’autre” » (page 137). Ce principe nous est devenu familier. Mais au déclin du Moyen Âge il apparaît comme une révolution radical
14 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Kierkegaard en France (juin 1936)
16pent ce thème et l’illustrent de la façon la plus familière et directe, tandis que ses écrits littéraires ou philosophiques ont p
15 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
17la plus ardente de la vie est aussi l’âge le plus familier [p. 98] avec la mort.) Ainsi nos gestes se prolongent, et leur grande
16 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
18la plus ardente de la vie est aussi l’âge le plus familier avec la mort.) Ainsi nos gestes se prolongent, et leur grandeur est d
17 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Gösta Berling, par Selma Lagerlöf (novembre 1937)
19able, vient mourir dans la nuit de Noël au rythme familier des marteaux de la forge rebâtie. Les Cavaliers, « appelés à faire vi
18 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
20] un silence pendant quatre pas — nous est devenu familier. Le défilé fait partie de l’atmosphère allemande comme les embouteill
19 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
21t beaucoup rêvé sur la mort. C’était une compagne familière dont ils se sont plu à déguiser le caractère inquiétant ». De même, d
22és mystiques de cette école donnent une idée : le Familier des Amants, le Roman des Sept Beautés… Il y a plus. À l’occasion de
23pos de Tristan, chap. VIII du Livre Ier ). c) Le Familier des Amants est construit sur l’allégorie du « Château de l’Âme » et d
24 Bernard de Clairvaux, dont les écrits étaient si familiers au poète qu’il imite bien souvent leur dialectique de la souffrance,
20 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
25timent du merveilleux à celui d’une intimité plus familière et plus émouvante, comme ils tendent à mettre l’humain et le divin su
21 1939, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Non, Tristan et Iseut ne s’aiment pas, nous dit Denis de Rougemont (12 février 1939)
26oud, maison simple, sans austérité, tout de suite familière, où il passe l’hiver avec sa femme et Colinet, son petit garçon. Deni
22 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’Église et la Suisse (août 1940)
27 à sa foi, non à son doute, avec la tranquille et familière assurance de la foi. Car la conviction seule est convaincante. Tout c
28nous passons, à l’étranger, pour être un peu trop familiers et manquer du sens des distances. Je vous citerai ici, en guise d’ill
23 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Santé de la démocratie américaine (17 janvier 1941)
29caractérise ces communications publiques : un ton familier, humain ; des faits, et non pas de vagues et solennelles déclarations
24 1944, Les Personnes du drame. Introduction
30e pensée, quelques moments d’un drame secrètement familier. Ces formes, ces formules, elles me parlent, m’expriment. Elles ont d
25 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
31 oserait affirmer que cette catégorie lui soit si familière qu’il puisse la considérer comme donnée ? La tentation est forte, de
26 1946, Journal des deux Mondes. 14. Intermède. Mémoire de l’Europe
32 que l’on ne voit plus, mais qui renvoient l’écho familier de nos pas. Et ces rues qui tournaient doucement vers une place plant
27 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
33caractérise ces communications publiques : un ton familier, humain ; des faits, et non pas de vagues et solennelles déclarations
28 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
34 un mot, dans moins qu’un mot, dans l’abréviation familière pour Maman, que soupire le GI loin du foyer, dans ces trois lettres f
29 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
35qui se la posent en termes tout à fait urgents et familiers, quand ils se demandent si c’est l’Europe ou l’Amérique qu’il leur fa
30 1950, Lettres aux députés européens. Deuxième lettre
36ue est justement un toit. Pour tout dire en style familier, ces éternelles prudences nous cassent les pieds. On trouverait dans
31 1950, Journal de Genève, articles (1926–1982). Deuxième lettre aux députés européens (16 août 1950)
37ue est justement un toit. Pour tout dire en style familier, ces éternelles prudences nous cassent les pieds. On trouverait dans
32 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
38 entouré de sa fille, de sa nièce, et de quelques familiers de sa maison. Dans le salon où je l’attendais, avant le repas, je n’é
39. » Un sourire un peu grave et charmeur. Un adieu familier de la main. J’essaye maintenant de recomposer ce que l’on m’a dit de
33 1952, Journal de Genève, articles (1926–1982). Au pays du Patriarche (29-30 novembre 1952)
40s lointaines ou proches figurant le sublime et le familier, le grand couloir des vents européens et ces prairies entre deux bois
34 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
41siècle d’expérience heureuse a rendu cette notion familière aux Suisses. Ils n’oublient jamais que leurs cantons sont antérieurs
42 avec aisance, brièvement, souvent avec un humour familier auquel le dialecte se prête admirablement. L’auditoire, du reste, est
35 1953, La Confédération helvétique. 6. Le peuple suisse et le monde
43ton une communauté très vivante, faite de nuances familières, d’allusions locales, d’humour intraduisible. Néanmoins, du point de
36 1953, Preuves, articles (1951–1968). Deux princes danois : Kierkegaard et Hamlet (février 1953)
44 homme dont la vie est, du commencement à la fin, familière avec toute espèce de souffrance — avec les luttes intérieures, avec l
37 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur Voltaire (février 1957)
45s lointaines ou proches figurant le sublime et le familier, le grand couloir des vents européens, et ces prairies entre deux boi
38 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
46. J’ai l’habitude de poser, au cours de causeries familières devant des auditoires beaucoup plus restreints que le vôtre, la quest
39 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un centre qui doit être partout (mai 1958)
47bluffer. Il doit être ouvert et fermé. Étrange et familier. Attirant et redoutable. En un mot qui dit tout : prestigieux. Sur
40 1959, Preuves, articles (1951–1968). Rudolf Kassner et la grandeur (juin 1959)
48es. Il prend tout par des biais qui nous sont peu familiers. Et puis enfin, voilà une philosophie qui postule la vision, c’est-à-
41 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — c. Présence des mythes et leurs pouvoir dans divers ordres
49ous paraît insolite ou la fascination secrètement familière — nous avertit de leur apparition. Nous les reconnaissons dans les gr
42 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 2. Deux princes danois. Kierkegaard et Hamlet
50 homme dont la vie est, du commencement à la fin, familière avec toute espèce de souffrance — avec les luttes intérieures, avec l
43 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
51ers près de Gênes, où je vivais tout seul, en une familière intimité avec la mer. 43  » Il vit aussi à Sils-Maria, dans l’air sec
44 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 6. Rudolf Kassner et la grandeur humaine
52es. Il prend tout par des biais qui nous sont peu familiers. Et puis enfin, voilà une philosophie qui postule la vision, c’est-à-
45 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
53de la nouveauté, et de la jeunesse, les relations familières entre tous les concitoyens, la fierté de [p. 217] vérités universelle
46 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
54ers près de Gênes, où je vivais tout seul, en une familière intimité avec la mer. » 117 Il vit aussi à Sils-Maria, dans l’air se
47 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
55er snobisme, disait-il.) Il fut aussi l’un de nos familiers à Ferney. Et pourtant, je me pose la même question que se posait plus
48 1962, Les Chances de l’Europe. II. Secret du dynamisme européen
56u centre de nos villes, les témoins quotidiens et familiers de notre passé, ruines romaines, ruelles et cathédrales, palais class
49 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.1. Les institutions et la vie politique
57siècle d’expérience heureuse a rendu cette notion familière aux Suisses. Ils n’oublient jamais que leurs communautés cantonales —
58 avec aisance, brièvement, souvent avec un humour familier auquel le dialecte se prête admirablement. L’auditoire, du reste, est
59l des États, ce qui a valu à ce dernier le surnom familier de Stœckli : car le Stœckli, dans les campagnes bernoises, c’est la p
50 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.4. À la Table Ronde du Conseil de l’Europe
60 Tout cela dans le cadre à la fois prestigieux et familier de la Villa Aldobrandini. Voilà pour l’historique de cette rencontre,
51 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 7. Première histoire de fous : l’Auto
61gestion. 4. Le quatrième critère nous est devenu familier depuis quelques années seulement. Il nous commande d’éviter tout ce q
52 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 11. Les variétés de l’expérience communautaire
62poignée de main par-dessus la clôture, ou la voix familière à cinq cents kilomètres me sont également nécessaires. Il se trouve q
63u au contraire, dynamique et secret, plus souvent familier et quelque peu cynique. Et ce n’est pas tellement cette monarchie de
53 1978, Cadmos, articles (1978–1986). La chronique européenne de Denis de Rougemont (hiver 1978)
64nt du RPR ? Cela, c’est du concret, du solide, du familier, et on s’y sent à l’aise 10 . Voyez plutôt. Il y a eu à Lille une « 
54 1985, Cadmos, articles (1978–1986). Trente-cinq ans d’attentes déçues, mais d’espoir invaincu : le Conseil de l’Europe (été 1985)
65nté de les surmonter […]. Pour tout dire en style familier, ces éternelles prudences nous cassent les pieds. On trouverait dans