1 1928, Articles divers (1924–1930). Un soir à Vienne avec Gérard (24 mars 1928)
1 ainsi d’autres deviennent patriotes au son d’une fanfare militaire, ainsi je m’abandonne au rêve d’un monde que suscite en moi
2 1930, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les soirées du Brambilla-club (mai 1930)
2sions contradictoires. Durant les entr’actes, une fanfare de paysans bleu de roi joue sur un rythme impeccable, avec toujours l
3 Rheine Geboren sein… Il faudrait la mélodie. La fanfare s’éloigne. La nuit est chaude sur les collines. Un grand verre de biè
3 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
4 ainsi d’autres deviennent patriotes au son d’une fanfare militaire, ainsi je m’abandonne au rêve d’un monde que suscite en moi
4 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
5ssions contradictoires. Durant les entractes, une fanfare de paysans bleu de roi joue sur un rythme impeccable, avec toujours l
6eine Geboren sein… (Il faudrait la mélodie.) La fanfare s’éloigne. La nuit est chaude sur les collines. Un grand verre de biè
5 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
7roulement de tambour, rarement interrompu par une fanfare de fifres. On attend, on se serre de plus en plus. Des formations du
8 montagnes neigeuses… » Musiques populaires, puis fanfares : « La vieille légende est devenue réalité ! Il est venu réveiller so
6 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
9 revient avec le cortège royal et ses dissonantes fanfares, le jour ne pourra plus les ressaisir : [p. 250] au terme de l’épreuv
7 1939, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Puisque je suis un militaire… (septembre 1939)
10s croient volontiers que c’est parades et bottes, fanfares, rythmes virils, flatteuses géométries garantissant l’ordre social co
8 1945, Carrefour, articles (1945–1947). L’Amérique de la vie quotidienne (19 octobre 1945)
11des jours fériés ; les cortèges de carnaval, avec fanfare, avant les grands matchs de football ; les cérémonies d’ouverture et
9 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Les enfants américains réclament des bombes atomiques (20 décembre 1945)
12 dirigera pour la dernière fois l’orchestre ou la fanfare d’un grand meeting. Sur le coup de minuit, le 31 décembre, nous perdr
10 1946, Journal des deux Mondes. 3. Intermède
13tendîmes la fin d’une phrase en italien, puis une fanfare joua l’hymne national. Le speaker répéta en français : convocation de
11 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
14s croient volontiers que c’est parades et bottes, fanfares, rythmes virils, flatteuses géométries [p. 35] garantissant l’ordre s
12 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
15 dirigera pour la dernière fois l’orchestre ou la fanfare d’un grand meeting. Sur le coup de minuit, le 31 décembre, nous perdr
13 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Noël à New York (décembre 1946)
16 dirigera pour la dernière fois l’orchestre ou la fanfare d’un grand meeting. Sur le coup de minuit, le 31 décembre, nous perdr
14 1947, Vivre en Amérique. Prologue. Sentiment de l’Amérique
17des jours fériés ; les cortèges de carnaval, avec fanfares, avant les grands matches de football ; les cérémonies d’ouverture et
15 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
18conduisant. Il y avait des fleurs partout, et des fanfares dans la cour du palais. — On dirait un mariage ! m’a soufflé mon vois
16 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
19agnie théâtrale d’amateurs, la Chaux-de-Fonds une fanfare réputée (en guise d’orchestre) et un grand [p. 221] chœur, le reste d
17 1968, Preuves, articles (1951–1968). Vingt ans après, ou la campagne des congrès (1947-1949) (octobre 1968)
20conduisant. Il y avait des fleurs partout, et des fanfares dans la cour du palais. “On dirait un mariage !” m’a soufflé mon vois