1 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
1de séductions nous ont en vain tentés, ô tortures fascinantes de la sainteté, seules vous nous appelez encore hors de cette voix de
2 le mot de Cambronne prodigué et des phrases d’un fascinant éclat : « Ô grand Rêve, au matin pâle des édifices, ne quitte plus, a
2 1930, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Pour un humanisme nouveau » [Réponse à une enquête] (1930)
3e parmi nous — voici déjà tant de faux dieux — le fascinant éclat de ce vide ? p. 242 b. « Pour un humanisme nouveau », Ca
3 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
4ue de tout… Enfin, tellement inconnu et tellement fascinant à la fois, qu’il me préserve de tout amour pour quelque bien particul
4 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
5ue de tout… Enfin, tellement inconnu et tellement fascinant à la fois, qu’il me préserve de tout amour pour quelque bien particul
5 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Signes parmi nous, par C. F. Ramuz (janvier 1932)
6eu on ne sait quelle puissance naturelle, dans sa fascinante et grandiose monotonie. Art dont la mesure ne doit pas être cherchée
6 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
7e décor suivis de guerre d’usure contre l’inertie fascinante, cette vie faite d’embêtements et de fécondes coïncidences est plus c
7 1936, Esprit, articles (1932–1962). Francfort, 16 mars 1936 (avril 1936)
8ssait au-dessus du parterre, violemment éclairée, fascinante. À huit heures moins cinq, deux cortèges de bannières vinrent se rang
8 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
9eu on ne sait quelle puissance naturelle, dans sa fascinante monotonie. Un art dont la mesure ne doit pas être cherchée dans le pi
9 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
10 Le désordre en revanche régnait comme un vertige fascinant à l’intérieur de chaque individu qui voulait se saisir en soi : ainsi
11 son travail invisible de mère. C’est beau. C’est fascinant. C’est grave et mystérieux, pacifiant comme la démonstration d’une ab
12e ces moments élémentaires, de ces plaisirs d’une fascinante pauvreté, qui sont peut-être aussi les plus communs à tous les hommes
10 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
13ugies inutiles et de pendeloques de verre taillé. Fascinant, ce lustre. Nous sommes éreintés et couverts de poussière. Mais on va
11 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
14 son travail invisible de mère. C’est beau. C’est fascinant. C’est grave et mystérieux, pacifiant comme la démonstration d’une ab
12 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
15ulement ce geste involontaire ou cette expression fascinante, mais il pressent, à peine tenté, le mystère difficile et grave d’une
13 1938, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Caquets d’une vieille poule noire (août 1938)
16le, aperçoit enfin un poulet… « C’est beau. C’est fascinant. C’est grave et mystérieux… » Cette poule qui met trente-huit jours à
14 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
17 s’agit de dépeindre une passion dont la violence fascinante ne peut être acceptée sans scrupule. Elle apparaît barbare dans ses e
15 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
18s libertés très obscurément pressenties dans leur fascinante nouveauté… C’est au cœur de cette situation inextricable, c’est comme
19on œuvre agit encore sur nous, plus insidieuse et fascinante pour notre sensibilité que la restauration esthétique d’un Bédier.
16 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
20 de l’amour illumine parfois une face immobile et fascinante — ce nous-même d’horreur et de divinité auquel s’adressent nos plus b
17 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
21ulement ce geste involontaire ou cette expression fascinante, mais il pressent, à peine tenté, le mystère difficile et grave d’une
18 1939, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Âme romantique et le rêve (15 août 1939)
22même, la source inépuisable, le point originel et fascinant de tout jaillissement du langage, de toute expression littéraire. « O
19 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Don Juan (juillet 1939)
23 son succès, que Nietzsche a rencontré soudain la fascinante idée du Retour éternel. Devant le roc de Sils Maria on le voit interr
20 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
24e et cynique à la fois, repoussant mais non moins fascinant, il est sans doute la créature la plus poétique du monde. Il est beau
21 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable VII : La cinquième colonne (26 novembre 1943)
25e et cynique à la fois, repoussant mais non moins fascinant, il est sans doute la créature la plus poétique du monde, au sens rom
22 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
26eu on ne sait quelle puissance naturelle, dans sa fascinante monotonie 73 . Un art dont la mesure ne doit pas être cherchée dans l
23 1944, Les Personnes du drame. IV. Une maladie de la personne — 8. Le Romantisme allemand
27même, la source inépuisable, le point originel et fascinant de tout jaillissement du langage, de toute expression littéraire. « O
24 1946, Journal des deux Mondes. 2. Journal d’attente
28 ne soit rythmé que par les lois intimes du sujet fascinant. Chaque œuvre veut et crée son temps à elle, dans la vie de l’auteur
25 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
29st sûr que tout ira bien, votre plan lui paraît « fascinant » et les chances de vente raisonnables. Il ne vous reste plus qu’à vo
30 qui mangeait un sandwich et c’était un spectacle fascinant. Il l’avait découpé en rectangles égaux, et l’absorba sans le regarde
26 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
31sseau à s’y méprendre. Port de Santos : spectacle fascinant des longues chenilles mécaniques transbahutant des sacs de café par m
27 1947, Doctrine fabuleuse. 7. Angérone
32fuite, nous ne toucherons jamais qu’un impossible fascinant. Et nous vivrons dès lors dans le vertige de nous détruire au contact
28 1947, Doctrine fabuleuse. 9. Don Juan
33 son succès, que Nietzsche a rencontré soudain la fascinante idée du Retour éternel. Devant le roc de Sils Maria on le voit interr
29 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
34uis assis derrière deux rangs de dos et de nuques fascinantes qui dépassent le dossier des fauteuils. Cette nuque très large et rou
30 1949, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Mouvement européen (avril 1949)
35ienté dès le départ par une vision libératrice et fascinante. L’Europe se fera, en dépit des experts (qui savent toujours que c’es
31 1949, La Vie protestante, articles (1938–1978). Printemps de l’Europe (29 avril 1949)
36ienté dès le départ par une vision libératrice et fascinante. L’Europe se fera, parce qu’une équipe de véritables résistants — ceu
32 1949, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). L’Europe est encore un espoir (8 décembre 1949)
37 désillusion. Elle est très répandue, elle est si fascinante qu’elle risque bien de provoquer, comme tout vertige, la chute qu’ell
33 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
38 à tour follement belles ou cruelles, hideuses ou fascinantes comme les figures d’un rêve, intensément précises mais sans échelle,
34 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 9. Les ambivalences du progrès
39zon s’amplifie mais le vertige devient aussi plus fascinant, et la joie surpasse la fatigue mais chaque faux pas devient mortel.
35 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Un essai de synthèse (mai 1958)
40e aux méthodes totalitaires plus brutales et plus fascinantes. Exigences contradictoires de la situation européenne Si l’on met e
36 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
41s interdits assez redoutables, et par suite assez fascinants, pour que son délire se déclare ? J’entends parler de la société occi
42nut peut-être les derniers prestiges. La lente et fascinante histoire de la prise de conscience, puis du choix de cet amour, par d
43naïf commerce de l’amour un caractère spectral si fascinant. C’est pourquoi les amants passionnés en viennent toujours à invoque
44tre rédemption de l’éros par l’agapè ? L’interdit fascinant de l’amour sororal n’aurait-il pas été le travesti — tout à fait inco
45: l’autonomie de la personne aimée, son étrangeté fascinante ? p. 14 ar. « Nouvelles métamorphoses de Tristan », Preuves, Pa
37 1959, Preuves, articles (1951–1968). Rudolf Kassner et la grandeur (juin 1959)
46rente obscurité. D’où provient cette obscurité si fascinante ? De cela sans doute que Rudolf Kassner se garde bien de poser les pr
38 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
47s interdits assez redoutables, et par suite assez fascinants, pour que son délire se déclare ? J’entends parler de la société occi
48nut peut-être les derniers prestiges. La lente et fascinante histoire de la prise de conscience, puis du choix de cet amour, par d
49naïf commerce de l’amour un caractère spectral si fascinant. C’est pourquoi les amants passionnés en viennent toujours à invoque
50tre rédemption de l’éros par l’agapè ? L’interdit fascinant de l’amour sororal n’aurait-il pas été le [p. 70] travesti — tout à f
51: l’autonomie de la personne aimée, son étrangeté fascinante ?6 p. 51 16. On sait que Musil est mort à Genève, dans la misè
39 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 3. Don Juan
52 son succès, que Nietzsche a rencontré soudain la fascinante idée du Retour éternel. Devant le roc de Sils Maria on le voit interr
40 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
53, la fraîcheur se déversant à flots, la séduction fascinante des parfums, et le goût impeccable du service saisirent les convives
54 ses manifestations les plus altières et les plus fascinantes pour l’esprit. Il nous rappelle aussi que la durée n’est pas seulemen
55és de sens. Qu’ils se lèvent soudain devant nous, fascinants comme un rêve d’autres nuits, au lieu de nous accompagner dans l’ombr
41 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 6. Rudolf Kassner et la grandeur humaine
56rente obscurité. D’où provient cette obscurité si fascinante ? De cela sans doute que Rudolf Kassner se garde bien de poser les pr
42 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 7. La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
57isible que vient animer un mouvement singulier et fascinant de l’être… « Aimer ce que jamais on ne verra deux fois ! » — Aimer, c
43 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 8. L’amour même
58u chapitre des magies puériles, redevient l’objet fascinant des spéculations créatrices. Déjà, les grandes « écoles » de mathémat
44 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.1. Proto-histoire d’un continent sans nom
59 av. J.-C., la civilisation qui avait produit les fascinantes peintures rupestres de Lascaux et d’Altamira. C’est dans le Moyen-Ori
45 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
60, la fraîcheur se déversant à flots, la séduction fascinante des parfums, et le goût impeccable du service saisirent les convives
46 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (II) (mai 1961)
61 ses manifestations les plus altières et les plus fascinantes pour l’esprit. Il nous rappelle aussi que la durée n’est pas seulemen
62és de sens. Qu’ils se lèvent soudain devant nous, fascinants comme un rêve d’autres nuits, au lieu de nous accompagner dans l’ombr
47 1961, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La personne, l’ange et l’absolu, ou le dialogue Occident-Orient (avril 1961)
63isible que vient animer un mouvement singulier et fascinant de l’être… « Aimer ce que jamais on ne verra deux fois ! » — Aimer, c
48 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
64 oublier de dire que « CJB » est aussi un conteur fascinant, un humoriste redoutable, et un grand chasseur de chamois.) Les sci
49 1965, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Un écrivain suisse (20-21 mars 1965)
65nt la stature est imposante, est aussi un conteur fascinant, un humoriste redoutable, et un grand chasseur de chamois.) p. 23
50 1968, Preuves, articles (1951–1968). Vingt ans après, ou la campagne des congrès (1947-1949) (octobre 1968)
66 tribune, derrière deux rangs de dos et de nuques fascinantes qui dépassent le dossier des fauteuils. Cette nuque très large et rou
67et surtout d’imposer une vision vraiment neuve et fascinante des formes et institutions de l’union politique à instaurer. En décem
51 1970, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. Préface 1970
68 l’avoir vue d’avion dans la diversité longuement fascinante de ses paysages humanisés, puis de la Lune, dans sa gloire planétaire
52 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.1. Le mouvement européen
69ienté dès le départ par une vision libératrice et fascinante. L’Europe se fera, en dépit des experts (qui savent toujours que c’es
53 1971, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Pourquoi j’écris (30-31 janvier 1971)
70ur aller ainsi je ne sais où, en quête obscure et fascinante, selon ce vers d’Hugo qui m’amusera sans fin : Vous dites : Où vas-t
54 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
71es mêmes objets, qui font la nouveauté majeure et fascinante de l’époque. Concevons un rapport analogue, mais en tension plus dram
72Je me suis piqué au jeu, je l’avoue. C’est un jeu fascinant, merveilleusement gratuit. On sait si peu ! Chaque miette d’informati
73: l’autonomie de la personne aimée, son étrangeté fascinante ? » Cette recherche de l’Ange, qui est le mystère de l’autre, excitan
55 1973, Journal de Genève, articles (1926–1982). « Denis de Rougemont, l’amour et l’Europe » (3-4 mars 1973)
74essentielle de la personne aimée demeure à jamais fascinante, « passionnante ». G. A. — La jeunesse dans son ensemble vit actuelle
56 1974, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). C.J.B. l’Européen, 1891-1974 (printemps 1974)
75te et d’autorité calme, assez magique, un conteur fascinant, un humoriste redoutable, un grand chasseur de chamois au Tyrol, et p
57 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 9. Devenir soi-même
76est notre enjeu et notre jeu le plus sérieusement fascinant. Ce n’est pas nécessairement notre souci, ou quelque revendication fa
58 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
77rmination, observée de très près, m’offre l’image fascinante — douce violence créatrice qui peut faire éclater des rochers, et don
59 1978, Cadmos, articles (1978–1986). L’Intellectuel contre l’Europe (été 1978)
78ux imprécations contre l’Occident moderne, par un fascinant feu d’artifice de citations — d’Hérodote louant les Scythes et Tacite