1 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
1 la candeur et la courtoisie. Il me semble que la fascination qu’exerce sur le cœur des femmes et sur l’esprit de certains hommes l
2 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
2e indépendant des mérites qu’il a ou n’a pas, des fascinations ou des haines qu’il excite. Et cela définit un génie, au sens démonia
3 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
3comme la seule que je sente admirable au-delà des fascinations de ma plus secrète utopie. Nous avons à redécouvrir la catholicité fo
4 1946, Présence, articles (1932–1946). Le Nœud gordien renoué (avril 1946)
4cement s’accroupir parmi nous, renouant par cette fascination tout ce que le prêtre avait dénoué en lui, refaisant le nœud d’après
5 1947, Doctrine fabuleuse. 7. Angérone
5de l’interdit qui impose aux amants leur silence, fascination de l’horreur sacrée, attirance de l’effroi mortel. [p. 66] Dans le s
6 1947, Doctrine fabuleuse. 11. Le nœud gordien renoué
6cement s’accroupir parmi nous, renouant par cette fascination tout ce que le prêtre avait dénoué en lui, refaisant le nœud d’après
7 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le dialogue Europe-Amérique (août-septembre 1952)
7ne les esprits de la plupart des Européens. Toute fascination, comme on sait, résulte de l’action de deux motifs apparemment contra
8 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le dialogue Europe-Amérique (juin-juillet 1952)
8ne les esprits de la plupart des Européens. Toute fascination, comme on sait, résulte de l’action de deux motifs apparemment contra
9 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
9Il ne lui donne pas un prochain, mais un objet de fascination mortelle. Cependant il l’élit, l’isole et le relie, le transporte au-
10 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
10lémique ait été moins déterminant que l’espèce de fascination qu’exerçaient les progrès accélérés de l’exploration de la matière. S
11 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Habeas Animam (été 1955)
11t par sa propagande et sa diplomatie, mais par la fascination de ses mythes et par la terreur même qu’il exerce. Dans les pays deme
12 1956, Preuves, articles (1951–1968). Les joyeux butors du Kremlin (août 1956)
12reur même régnant à l’Est, et dont on sait que la fascination leur a valu tant d’adhésions à l’Ouest. Pour l’URSS, la perte ne sera
13 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
13Il ne lui donne pas un prochain, mais un objet de fascination mortelle. Cependant il l’élit, l’isole et le relie, le transporte au
14 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 5. L’expérience du temps historique
14lées dans l’abstrait 47 , mais par cette sorte de fascination qu’exerce sur l’avenir encore intact, foisonnant d’imprévus réalisabl
15 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 7. L’exploration de la matière
15lémique ait été moins déterminant que l’espèce de fascination qu’exerçaient les progrès accélérés de l’exploration de la matière. S
16 1957, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La découverte du temps ou l’aventure occidentale (mars 1957)
16lées dans l’abstrait 59 , mais par cette sorte de fascination qu’exerce sur l’avenir encore intact, foisonnant d’imprévus réalisabl
17 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — c. Présence des mythes et leurs pouvoir dans divers ordres
17ostalgie, dont l’excès nous paraît insolite ou la fascination secrètement familière — nous avertit de leur apparition. Nous les rec
18 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
18rniers mots à la vie trop réelle du Solitaire, la fascination du mythe révèle ici sa vraie nature de virtualité existentielle. La v
19 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
19rniers mots à la vie trop réelle du Solitaire, la fascination du mythe révèle ici sa vraie nature de virtualité existentielle. La v
20 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.4. Naissance d’une Fondation
20t par sa propagande et sa diplomatie, mais par la fascination de ses mythes et par la terreur même qu’il exerce. Dans les pays deme
21 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 10. Passage de la personne à la Cité
21On peut créer un « champ », un jeu de forces, une fascination collective par le moyen de mythes nationaux, mais cela n’a jamais dur
22 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. VI. L’Europe et le tiers monde
22e sera capable de libérer nos contemporains de la fascination qu’exerce sur eux le modèle de la Puissance. Rien ne servirait de pro
23 1979, Cadmos, articles (1978–1986). L’Europe comme invention de la culture (automne 1979)
23e d’union pour les diversités à sauvegarder et la fascination mortelle de nationalismes stupidement vaniteux, mais non moins suicid
24 1981, Cadmos, articles (1978–1986). Un falsificateur vu de près (été 1981)
24ritiques et leurs refus autant de preuves de leur fascination par les nazis, est-elle révélatrice de ses propres complexes ? Ce dis
25trop peu. L’article de 1934 où Mounier avoue « sa fascination » pour les « valeurs » du nazisme naissant [allait]… bien au-delà des
26ologie française. La « tentation » devient ici « fascination ». Elle ne menace plus le « monde entier » (déjà devenu « la douce te
27 de moi, textes destinés à : 1° démontrer notre « fascination » par Hitler, par le « dynamisme », [p. 83] la « vitalité », « la néc
25 1982, La Part du Diable (1982). Postface après quarante ans
28 Docteur ne suffit pas à le mettre à l’abri de la fascination qu’exerce Méphisto à coups de promesses impossibles. Tous ces calculs