1 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
1isme de « l’intelligence-outil ». Théorie dont le fatalisme interne reparaît sans cesse dans les propos des marxistes les plus ém
2ci à un véritable mysticisme de la réussite, à un fatalisme, à un pragmatisme historique dont le fondement matérialiste n’exige r
2 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
3isme de « l’intelligence-outil ». Théorie dont le fatalisme interne reparaît sans cesse dans les propos des marxistes les plus ém
4ci à un véritable mysticisme de la réussite, à un fatalisme, à un pragmatisme historique dont le fondement matérialiste n’exige r
3 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
5ique : « Je ne puis me résigner à cette espèce de fatalisme par lequel nous serions entraînés… sans que nous ayons la possibilité
4 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
6x qui, de leur horoscope, concluent sans peine au fatalisme, au conformisme, dans l’ignorance où on les a tenus de l’incommensura
5 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
7igine absolue. Toucherait-on ici au quiétisme, au fatalisme ? Mais non, tout se renverse ! Car la cause permanente et actuelle de
6 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du danger de confondre la bonne foi et le stalinisme (juillet 1936)
8érialiste ». Il n’a pas assez de mépris pour le « fatalisme » et le mécanisme « grossier » des La Mettrie, des Kautzky, des Haeck
7 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
9ections « philosophiques », et notre crainte du « fatalisme » ne reposent pas, le plus souvent, sur cette erreur des plus grossiè
8 1937, Esprit, articles (1932–1962). Retour de Nietzsche (mai 1937)
10. Mais en même temps, il s’acharne à compenser ce fatalisme mécanique par une glorification de la volonté humaine, qui doit voulo
9 1944, Les Personnes du drame. II. Liberté et fatum — 5. Luther et la liberté de la personne
11s objections philosophiques et notre crainte du « fatalisme » ne reposent pas le plus souvent sur cette erreur des plus grossière
10 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
12i sportif comme l’Américain, mai par une sorte de fatalisme inconscient. (Je ne parle pas du héros, mais du troupier moyen, sans
11 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 5. L’expérience du temps historique
13 agent de liberté. Cette Histoire nous conduit au fatalisme. Comment l’Histoire et la personne ont-elles pu devenir exclusives l’
12 1957, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La découverte du temps ou l’aventure occidentale (mars 1957)
14 agent de liberté. Cette Histoire nous conduit au fatalisme. Comment l’Histoire et la personne ont-elles pu devenir exclusives l’
13 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.2. Crépuscule ou nouvelle aurore ?
15eau, en dépit de la montée du péril hitlérien. Au fatalisme, à la nostalgie hautaine ou résignée, succèdent des attitudes plus « 
14 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
16ée parallèle d’une sorte d’anorexie civique, d’un fatalisme qui devrait inquiéter bien plus encore que les prévisions des Meadows