1 1926, Articles divers (1924–1930). Les Bestiaires, de Henry de Montherlant (10 juillet 1926)
1 de Henry de Montherlant (10 juillet 1926) g Je ferme les Bestiaires, et me tirant hors de ce « long songe de violence et d
2isait la richesse du Songe, mais d’une ligne plus ferme, d’une unité plus pure aussi. Le sujet était périlleux : si particuli
2 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
3 votre cigare. Vous vous êtes assuré que la porte ferme bien sur l’infini. Rien à craindre de ce côté. Retournez à vos amours
3 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Guy de Pourtalès, Louis II de Bavière ou Hamlet-Roi (décembre 1928)
4e : Wagner et Nietzsche lui fournissent deux tons fermes dont le jeu donne aux nuances assez troubles du personnage central un
4 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Appendice. Utopie
5ie Un os à la meute. (Et figurez-vous que j’ai la ferme intention de vous faire rigoler, si cela peut vous rassurer quant à m
5 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
6bserve rien. Il y a des femmes si belles qu’on en ferme les yeux. Quel style dans la liberté ! Il n’y a plus qu’ici qu’on aim
7ler les notes basses du cymbalum, — et maintenant ferme les yeux sous la vague toujours un peu plus haute que profonde ne fut
6 1930, Articles divers (1924–1930). Le prisonnier de la nuit (avril 1930)
8bre ces mots qui voudraient fleurir tourne le dos ferme les poings ne fais qu’un ou deux pas que les souvenirs s’épousent e
7 1930, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les soirées du Brambilla-club (mai 1930)
9rie. Ce soir-là, le fantôme ayant envie de manger ferme a donné au chauffeur l’adresse d’un ogre. C’est tout près parce que j
10 de l’homme qui, le soir dans sa chambre d’hôtel, ferme sa porte à double tour. Ah ! qu’une nuit enfin, à la faveur de mon so
8 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
11bserve rien. Il y a des femmes si belles qu’on en ferme les yeux. Quel style dans la liberté ! Il n’y a plus qu’ici qu’on aim
12ler les notes basses du cymbalum, — et maintenant ferme les yeux sous la vague toujours un peu plus haute que profonde [p. 10
9 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
13ch, 38, versets 16-24. Qu’on mange et qu’on boive ferme après ma mort, tant que je serai encore dans la maison, et qu’on ne l
14un coup le sommeil me vide les jambes. La nuit se ferme à l’imagination, cette nuit qu’il eût fallu vivre tout entière et qui
15 rentre en moi ; n’ai pas bougé. Le père Reinecke ferme son magazine d’un coup, ôte ses lunettes, me regarde avec des yeux éc
10 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
16tingue de loin, seule bâtisse de pierre parmi les fermes de brique au toit de chaume. Un appel : l’inspecteur paraît sur son s
11 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.4. Le balcon sur l’eau
17rume est proche. Une haute muraille derrière nous ferme le monde. Tu ne trembles plus, tu t’appuies. Nos reflets ondulent trè
12 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.5. Appendice. Les Soirées du Brambilla-Club, (1930)
18e ». Ce soir-là, le fantôme ayant envie de manger ferme a donné au chauffeur l’adresse d’un ogre. C’est tout près parce que j
19 de l’homme qui, le soir dans sa chambre d’hôtel, ferme sa porte à double tour. Ah ! qu’une nuit enfin, à la faveur de mon so
13 1933, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Parole de Dieu et parole humaine, par Karl Barth (30 décembre 1933)
20diennes peut être démasquée, éprouvée.) Une prise ferme sur le concret, mais en même temps un regard qui dépasse les continge
14 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 14. Tactique personnaliste
21. En d’autres termes, c’est au groupement le plus ferme en doctrine, si petit qu’il soit, que revient la décision finale. Peu
22sens — mais celle d’un regard précis, d’une visée ferme ; 2° La doctrine d’un groupe révolutionnaire n’est pas seulement théo
15 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
23e nous passons, nous protestants, tantôt pour les fermes soutiens de la personnalité, tantôt pour de dangereux individualistes
16 1934, Présence, articles (1932–1946). L’œuvre et la mort d’Arnaud Dandieu (1934)
24sante sur le front ; des mains fines à la poignée ferme. On ne saurait trop insister sur la portée d’une observation de cet o
17 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Au sujet d’un roman : Sara Alelia (3 novembre 1934)
25l s’agisse d’un grand évêque ou de cette fille de ferme « au mince visage de belette » qui enterre son enfant dans la neige a
18 1934, Journal de Genève, articles (1926–1982). Sara Alelia (25 mai 1934)
26l s’agisse d’un grand évêque ou de cette fille de ferme « au mince visage de belette » qui enterre son enfant dans la neige a
19 1935, Présence, articles (1932–1946). Contre Nietzsche (avril-mai 1935)
27le effort ne peut s’appuyer que sur une pleine et ferme confiance en soi, qui seule élève le cœur et l’esprit. À celui qui a
20 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Les mystiques allemands du xiiie au xixe siècle, par Jean Chuzeville (2 novembre 1935)
28 textes me paraît des plus heureux, la traduction ferme et coulante. La plupart des mystiques que M. Chuzeville nous révèle s
21 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
29contre nocturne, devienne aussi la nôtre, et nous ferme la bouche ! » J’avais parlé longtemps, et non sans fièvre. Je m’arrêt
22 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les mystiques allemands du xiiiᵉ au xixᵉ siècle, par Jean Chuzeville (octobre 1935)
30 textes me paraît des plus heureux, la traduction ferme et coulante. La plupart des mystiques que M. Chuzeville nous présente
23 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.1. Le problème de la culture
31ses humaines permet qu’au sein de l’ordre le plus ferme, notre esprit trouve lieu de s’ébattre autour des forces et des faits
24 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
32us parvenons aujourd’hui à prendre une conscience ferme des nécessités de l’esprit et de l’éthique qu’elles nous imposent dan
25 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
33ut en témoigner. Caille pénètre dans les cours de ferme, dans les cafés. À tous il tend la Parole « morte aux pages » ; mais
26 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Kierkegaard en France (juin 1936)
34raducteur, à Bazoges-en-Pareds », dans une petite ferme, tout au fond du Bocage vendéen, pays de secrets obstinés, de voies r
27 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du danger de confondre la bonne foi et le stalinisme (juillet 1936)
35ravailler épaule contre épaule avec eux, poussant ferme dans la même direction, et toujours les instruisant, les guidant, les
28 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
36 travaille de mes mains, plus il me vient d’idées fermes et utilisables. [p. 97] Est-ce que les vraies idées viendraient du se
37 soi. Il n’y trouve pas de quoi durer, ni rien de ferme où poser le pied. Il se donne tort, et non au monde. Tout le problème
29 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
38ngulaire aux eaux sombres. La maison du jardinier ferme la cour sur la droite, derrière des palmiers et des lauriers. Très ha
39ant sud, avec ses restanques touffues d’oliviers, ferme l’horizon immédiat. Au sud-est, nous avons une échappée sur la fin de
40; on ne les mange pas.) Simard nous a indiqué une ferme, de l’autre côté de la colline du sud, où nous pourrons acheter une p
41à la nuit tombée. Nous sommes dans une cuisine de ferme, mais la fermière nous reçoit comme une « dame », ou plutôt un peu mi
42es dont peu résisteraient à une pesée patiente et ferme. Les adorateurs de la Vie m’ont souvent donné l’impression d’une sens
30 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
43té. Commerçants : boucher, épicier, charcutier, ferme — et docteur, boulanger. [p. 251] Moyens de communication : 2 autob
31 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
44re valoir par le moyen du fermage ou métayage. La ferme ainsi établie sur la réserve s’accroît ou détriment des manses, mais
32 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
45ité a peine à faire face à ses obligations. On la ferme sous les moindres prétextes, pour gagner un jour, un week-end. Je me
46l’armée et travaille quelque temps comme valet de ferme. La pensée de servir son peuple déchu ne cesse de tourmenter son cœur
33 1939, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Âme romantique et le rêve (15 août 1939)
47souvenirs. Il sentait que l’existence n’a d’appui ferme que dans la chaîne ininterrompue des souvenirs 8  ». Mais, comme le n
34 1939, La Vie protestante, articles (1938–1978). Nicolas de Flue et la tradition réformée (1er septembre 1939)
48 retire dans une cabane construite non loin de sa ferme, au Ranft. Il y mènera jusqu’à sa mort la vie d’un pieux laïc et non
35 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Propos sur la religion, par Alain (avril 1939)
49 l’instituteur laïque. Cette déclaration ouvre et ferme le recueil (p. 23 et 286). Elle le situe dans les cadres de la Républ
36 1939, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Puisque je suis un militaire… (septembre 1939)
50écrase des pommes mal mûres, dans des cuisines de ferme, dans cette chambre boisée… Confort paysan, seul authentique en nos p
37 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
51e nous passons, nous protestants, tantôt pour les fermes soutiens de la personnalité, tantôt pour de dangereux individualistes
38 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
52, je me trouvais quelque part en Suisse, dans une ferme montagnarde, au fond d’une chambre assez sombre et glaciale. Sur les
39 1941, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). La route américaine (18 février 1941)
53 les deux ensemble… Dieu bénisse l’Amérique… » Je ferme les yeux et j’écoute le grondement sourd des pneus qui mordent le bét
40 1941, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Souvenir de la paix française (15 mars 1941)
54pouvoir rouler que sur les routes écartées, d’une ferme au marché le plus proche. Nulle part au monde la vie n’apparaît si di
41 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 4. Franz Kafka, ou l’aveu de la réalité
55uper. Le chevalier de la foi, revenu sur la terre ferme, aurait pu accepter, lui aussi, la leçon de morale du Second Faust :
42 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
56ut en témoigner. Caille pénètre dans les cours de fermes, dans les cafés. À tous il tend la Parole « morte aux pages » ; mais
57me, et qui résistent à la pénétration d’un regard ferme et appuyé : œil de styliste volontaire, qui s’attache à l’architectur
43 1944, Les Personnes du drame. IV. Une maladie de la personne — 8. Le Romantisme allemand
58souvenirs. Il sentait que l’existence n’a d’appui ferme que dans la chaîne ininterrompue des souvenirs. 90  » Mais, comme le
44 1945, Le Semeur, articles (1933–1949). La responsabilité culturelle de l’Église (mars 1945)
59lles (chez les meilleurs), un besoin de direction ferme et de réalisations expéditives d’allures totalitaires. Le devoir de
60glises chrétiennes ne donnent pas cette direction ferme et vraiment catholique (embrassant tous les aspects de la vie), l’abî
61a culture, elle doit être fondée sur une doctrine ferme, sur une théologie qui soit en même temps rigoureuse et vitale à l’in
62ur, parce qu’il n’avait aucune exigence claire et ferme, parce qu’il n’offrait à l’instinct créateur aucune charpente et qu’i
63t inspirer si elles sont fondées sur une doctrine ferme et complète. Elles auront autorité dans la mesure où elles interviend
45 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
64écrase des pommes mal mûres, dans des cuisines de ferme, dans cette chambre boisée… Confort paysan, seul authentique. Aux par
65la compagnie, qui est la « chambre rangée » d’une ferme cossue, je viens de tourner le bouton de la radio et suis tombé sur u
66ures sans mystère. Manuel est un nerveux, mais de ferme écriture : un imaginatif, mais sans excitation ; un homme qui prend [
67pouvoir rouler que sur les routes écartées, d’une ferme au marché le plus proche. Nulle part au monde la vie n’apparaît si di
46 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
68route avec leur église de bois blanc, mais peu de fermes isolées. J’ai voulu me promener dans les bois. C’était la brousse. Pe
69llée. Il y en avait un bon demi-mètre, et il gèle ferme. Insomnies aggravées. Tous les Européens passent par là, m’assure-t-o
47 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
70ibre, détaché du passé, prêt à l’accueil curieux, ferme et poli, de quelque avenir étranger. Au long souffle appuyé des nuits
71luminée, vers une heure du matin, quand le bar se ferme. Une irrésistible euphorie règne [p. 133] parmi notre communauté d’in
48 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
72mi qui cherchait une maison à vendre, et dans une ferme où nous entrons pour quêter quelque information, on nous dit : « Pas
49 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
73qui dispose de moyens pareils au service d’une si ferme vision ? Nous répétons que l’Amérique est barbare. Mais qu’avons-nous
74anchages — nous arrivons au coin d’un bâtiment de ferme. C’est le chenil. Le parc s’arrête ici, et s’ouvrent les espaces de p
75n s’allume par degrés. Elle court aux fenêtres et ferme avec fracas des volets intérieurs, en chêne clair, puis elle tire enc
50 1946, Journal des deux Mondes. 16. Journal d’un retour
76t plus exclusive de la curiosité, un accueil plus ferme et plus souple de la diversité des êtres et des coutumes. Aimez votre
77mbre épaisse descend obliquement, rejoint la mer, ferme le monde devant nous. En deux minutes nous sommes passés de la gloire
51 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
78anchages — nous arrivons au coin d’un bâtiment de ferme. C’est le chenil. Le parc s’arrête ici et s’ouvrent les espaces de pâ
79, s’allume par degrés. Elle court aux fenêtres et ferme avec fracas des volets intérieurs, en chêne clair, puis elle tire enc
80 les deux ensemble… Dieu bénisse l’Amérique… » Je ferme les yeux et j’écoute le grondement sourd des pneus qui mordent le bét
52 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
81inement vérifiable, l’orthodoxie de l’Église se « ferme » sur elle-même. D’où les schismes nombreux, dès cette époque, dans l
53 1946, Le Figaro, articles (1939–1953). Pour la suppression des visas (23 avril 1946)
82t plus exclusive de la curiosité, un accueil plus ferme et plus souple de la diversité des êtres et des coutumes. Aimez votre
54 1946, Le Figaro, articles (1939–1953). Les nouveaux aspects du problème allemand (30 mai 1946)
83erre ? N’est-on pas en train d’adopter l’attitude ferme qu’il eût fallu prendre, et maintenir en dépit des Anglais, de 1919 à
55 1946, Journal de Genève, articles (1926–1982). Journal d’un retour (11-12 mai 1946)
84mbre épaisse descend obliquement, rejoint la mer, ferme le monde devant nous. En deux minutes nous sommes passés de la gloire
56 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Souvenir d’un orage en Virginie (novembre 1946)
85anchages — nous arrivons au coin d’un bâtiment de ferme. C’est le chenil. Le parc s’arrête ici, et s’ouvrent les espaces de p
86n s’allume par degrés. Elle court aux fenêtres et ferme avec fracas des volets intérieurs, en chêne clair, puis elle tire enc
57 1947, Doctrine fabuleuse. 12. Le supplice de Tantale
87de païen, l’homme reste seul avec lui- même et se ferme aux interventions d’une transcendance, ou d’un appel venu d’ailleurs.
58 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
88quand ce n’est pas à Paris. Robert Frost dans une ferme de la Nouvelle-Angleterre. Richard Wright à Brooklyn. Saroyan voyage
59 1947, Vivre en Amérique. Épilogue. La route américaine
89 les deux ensemble… Dieu bénisse l’Amérique… » Je ferme les yeux et j’écoute le grondement sourd des pneus qui mordent le bét
60 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
90ous les fédéralistes, dans la conviction sobre et ferme que, cette fois-ci, on ne nous laissera plus le temps de rater. [p.
61 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
91gricoles se modernisaient, le confort des grandes fermes faisait l’étonnement des étrangers, le phénomène de désaffection des
62 1953, La Confédération helvétique. 5. La vie religieuse
92se orientale, [p. 143] avec son hôtellerie et ses fermes, ses écoles et leurs centaines d’étudiants, ses œuvres d’art, ses ate
63 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
93us en donnera les moyens, c’est-à-dire la volonté ferme. « Naguère encore, l’Europe pouvait se permettre le luxe de la divisi
64 1954, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Rejet de la CED : l’avis de Denis de Rougemont (20 septembre 1954)
94u 30 août, les fédéralistes européens gardent une ferme orientation. L’échec de la CED n’est pas celui de l’idée fédérale, ma
65 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
95 mort pour nous mais présent dans la foi, cette « ferme assurance des choses qu’on ne voit pas ». Le Parti au contraire est a
66 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
96pulsion première avait pris pour tremplin la très ferme croyance en la réalité de la matière ! Mais derrière ce voile, qu’y a
67 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Former des Européens (avril-mai 1956)
97uniquer, par le moyen de disciplines souples mais fermes, le sens de la communauté (culturelle, politique et sociale) au sein
68 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
98 mort pour nous mais présent dans la foi, cette « ferme assurance des choses qu’on ne voit point ». Le Parti au contraire est
69 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 5. L’expérience du temps historique
99le pas simplement une manière de le penser qui le ferme à toute transcendance, et qui du même coup nous enferme et nous inter
100’imprévus réalisables, l’attente réalisante d’une ferme vocation. Dans un ouvrage de Mircea Eliade auquel les pages qui précè
70 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 7. L’exploration de la matière
101pulsion première avait pris pour tremplin la très ferme croyance en la réalité de la matière ! Mais derrière ce voile, qu’y a
71 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur Voltaire (février 1957)
102 depuis neuf ans que je me suis arrêté dans cette ferme, au pied du Jura, face aux Alpes, à 8 kilomètres de Genève, sur un so
72 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la neutralité européenne (II) (avril 1957)
103table que par ceux qu’animerait en même temps une ferme volonté d’union. Une tentative de diversion Il y a deux ou trois an
73 1957, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La découverte du temps ou l’aventure occidentale (mars 1957)
104le pas simplement une manière de le penser qui le ferme à toute transcendance, et qui du même coup nous enferme et nous inter
105’imprévus réalisables, l’attente réalisante d’une ferme vocation. p. 400 au. « La découverte du temps ou l’aventure occ
74 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur la fabrication des nouvelles et des faits (février 1958)
106lus la dent dure mais la vision lucide et la main ferme qui assurent parfois quelque succès. p. 56 ak. « Sur la fabricat
75 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur le régime fédéraliste (II) (septembre 1958)
107du Roi dans l’inconscient — qui l’envoie d’un ton ferme et gentil se détendre les nerfs et se taire pour un temps. Post-scr
76 1959, Preuves, articles (1951–1968). Sur un chassé-croisé d’idéaux et de faits (novembre 1959)
108and chassé-croisé du siècle. — L’entrevue dans la ferme de Camp David symbolise au mieux la portée de ce voyage fabuleux, don
77 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Annexes — iii. Post-scriptum
109t de le maîtriser, mènerait l’humanité d’une main ferme à sa perte, la mènerait à l’enfer sur la Terre ; et que le seul espoi
78 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.2. Le mythe de l’enlèvement d’Europe
110 doit le suivre et se tenir à lui comme à un très ferme appui. [p. 21] Pour le géographe Mercator, dont le célèbre Atlas pa
79 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.3. Le problème de la guerre et l’essor des États (xvie siècle)
111 les titres de souverain des Indes et de la Terre ferme de la mer Océane, et de dominateur de l’Afrique et de l’Asie. Et pour
80 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.6. En marge des grands plans, l’utopie prolifère
112c nous et les aider… contre les Russes ! Sans une ferme organisation européenne, on doit tout craindre de l’influence russe :
81 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.2. Plans d’union européenne contemporains de la Révolution
113ent l’Europe, cette « vingtième partie des terres fermes de la planète » qui n’a dû qu’à sa culture de dominer le monde. Cette
82 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.3. Synthèses historico-philosophiques (I)
114me peu à peu l’anarchie politique et si l’État se ferme, en tant qu’État commercial comme il s’est fermé en ce qui concerne s
83 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.6. Goethe
115le n’a pas encore de lois morales et de principes fermes, comme il en existe dans les relations privées, et qui soient capable
84 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.2. Vertus et valeurs européennes
116’impulsion nécessaire pour le changer. S’il ne se ferme pas devant le réel, s’il ne se laisse pas aveuglément détruire, s’il
85 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La règle d’or, ou principe de l’éducation européenne (1960-1961)
117uniquer, par le moyen de disciplines souples mais fermes, le sens de la communauté (culturelle, politique et sociale) au sein
86 1962, Les Chances de l’Europe. II. Secret du dynamisme européen
118istinguez des villages, des petites villes et des fermes isolées, des châteaux et des usines, des routes, des voies ferrées et
119énérale et des humanités, et d’une pédagogie plus ferme, pour ne pas dire autoritaire, si bien que l’Europe redevient le modè
87 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.6. « Ce petit peuple égalitaire… »
120oit né un style unique d’architecture, commun aux fermes et aux palais, qui n’a rien de composite et ne ressemble à rien, et q
121 Schwyz, où toutes les grandes maisons à toits de fermes ornés de pignons baroques sont à coup sûr celles des comtes de Reding
88 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.1. Les institutions et la vie politique
122s bernoises, c’est la petite maison voisine de la ferme où le fils loge ses vieux parents quand il reprend le domaine à son c
89 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
123e le tunnel de Chexbres en vingt secondes : il se ferme sur un paysage de plateaux nordiques et rhénans — collines où montent
124ures sans mystère. Manuel est un nerveux, mais de ferme écriture : un imaginatif, mais sans excitation ; un homme qui prend l
125rd’hui, mais que l’on sent encore nées de grosses fermes et de maisons bourgeoises rectangulaires alignées dans les pâturages
126e la Suisse orientale, avec son hôtellerie et ses fermes, ses écoles, ses œuvres d’art et sa bibliothèque de volumes enluminés
90 1968, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vers une fédération des régions (hiver 1967-1968)
127 state, Staat, État, c’est stabilité et statisme, fermes assises, délimitation par des cadres invariables, et c’est aussi un s
91 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.3. Naissance du Centre
128nt nous voulons fonder l’Europe unie sur une base ferme et réaliste, fondons-la sur sa force principale, qui est dans l’ordre
92 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.1. L’Europe contestée par elle-même
129onales, même en temps de paix militaire. Ainsi se ferme le cercle vicieux au xxe siècle. Pourtant, le nationalisme étatisé,
130ombre. Jamais pourtant la nécessité de directives fermes et claires n’a semblé plus urgente, dans les vertigineuses complexité
93 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.3. Sur la fabrication des nouvelles et des faits
131lus la dent dure mais la vision lucide et la main ferme qui assurent parfois quelque succès. [p. 102] Apprendre à lire. — L
94 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
132uniquer, par le moyen de disciplines souples mais fermes, le sens de la communauté (culturelle, politique et sociale), au sein
95 1970, Lettre ouverte aux Européens. IV. Vers une fédération des régions
133État, c’est stabilité et statisme, establishment, fermes assises, délimitation par des cadres invariables, et c’est aussi un s
96 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
134u 26 août 1974 Je viens de déménager d’une grande ferme du xviiie siècle que je louais depuis 27 ans — ancienne maison du ga
135n du garde-chasse de Voltaire à Ferney — dans une ferme de mêmes proportions et du même siècle, à 7 km de là, qu’il a fallu r
136me de confiance dont saint Paul dit qu’elle est « ferme assurance des choses qu’on ne voit pas ». Le chemin qui se crée sous
97 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Rôle de la modernité dans les relations Europe-Monde (hiver 1975-1976)
137— oppose la foi, « substance des choses espérées, ferme assurance de celles qu’on ne voit point », aux certitudes de la relig
98 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
138 une population, au lieu de doubler le nombre des fermes, on double tout d’abord, puis décuple le nombre des étages dans les v
99 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 8. Deuxième histoire de fous : Hitler
139elle est « la substance des choses espérées et la ferme assurance de celles qu’on ne voit point ». J’ai donc prophétisé Hitle
100 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 9. Devenir soi-même
140n’a plus « le moral » nécessaire. Et le cercle se ferme, on ne peut plus vicieux. Ce qui aliène l’homme d’aujourd’hui c’est a