1 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Avant-propos (décembre 1926)
1peler notre « désordre ». Mais on est toujours le fils de quelqu’un… Et, peut-être, la considération du « déluge » peut-elle
2 1927, Articles divers (1924–1930). Jeunes artistes neuchâtelois (avril 1927)
2n méritée du talent d’un de ses enfants… » Car le fils prodigue, s’il rentre au foyer dans une Rolls-Royce et fortune faite,
3e s’accorde à dire qu’on n’attendait pas moins du fils d’un tel père. « Voilà le train du monde… » Je ne pense pas qu’il en
3 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). L’autre œil (février 1927)
4t, Mme d’Assilva deux actrices, M. Grosclaude son fils Lucas Loukitch et une mise en scène fort ingénieuse qui permit à Moss
4 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
5u’il la raconte dans Ma Vie et mon Œuvre. Il naît fils de paysan. Il passe son enfance à jouer avec des outils, « et c’est a
5 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 1. Mes prisons
6’il fasse beau demain, Michel Strogoff et Rémy un fils de vaincus, les tours de carrousel, les chemins dans la forêt en auto
7lité et le bien-être matériel. Nous savions qu’un fils d’ouvrier est l’égal d’un petit Dauphin — et même nous ne pouvions no
6 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 5. La machine à fabriquer des électeurs
8a d’authentiquement noble en chaque homme. Si les fils du peuple souffrent moins d’un tel régime, c’est qu’ils n’ont pas d’e
7 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
9sur le bouchon du radiateur — les voici, pères et fils, revêtus des couleurs familiales. Ils se tiennent très droits, appuyé
8 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
10avec violence contre les idées subversives de son fils un ordre social dont l’avantage évident est de le mettre à l’abri de
9 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
11sur le bouchon du radiateur — les voici, pères et fils, revêtus des couleurs familiales. Ils se tiennent très droits, appuyé
10 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
12les vivantes, de la terre noire, des mousses. Des fils d’araignées luisent et des brindilles tombent sur mes mains, écorces,
11 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Goethe, chrétien, païen (avril 1932)
13orts sont meilleurs avec le Seigneur et Jésus son fils bien-aimé. C’est vous dire que j’ai acquis plus de raison et d’expéri
12 1932, Présence, articles (1932–1946). Penser avec les mains (fragments) (janvier 1932)
14 est point soustraite. Car elle s’incarne dans le Fils pour agoniser sur la Croix, qui est le Signe de la condition humaine
13 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Poésie dialectique (juillet 1933)
15 signifier, dans la langue de l’époque, Soleil ou Fils. [p. 118] hymne à dieu le père Pardonneras-tu ce péché où j’ai pris
14 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le Deuxième Jour de la Création, par Ilya Ehrenbourg (décembre 1933)
16ignorant, avide de « culture ». Volodia, lui, est fils de bourgeois : taré donc, intellectuel, ratiocineur, il n’arrive pas,
15 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Pourquoi ils sont socialistes (juillet 1933)
17is au proprio, je pourrais payer des études à mon fils ! » Or le fils rêve d’être notaire. Ils souffrent de l’injustice, mai
18je pourrais payer des études à mon fils ! » Or le fils rêve d’être notaire. Ils souffrent de l’injustice, mais sans force po
16 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 10. Fascisme
19ntifascistes, un homme de gauche bien entendu, un fils du peuple. Le triomphe de l’antifascisme s’appelle le fascisme frança
17 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
20les relations constituant la Trinité, le Père, le Fils et le Saint-Esprit, les Docteurs de l’Église grecque avaient adopté l
18 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
21omme oserait-il s’avancer et cracher au visage du Fils de Dieu ? Mais qu’il soit foule, il aura ce « courage », — il l’a eu.
19 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le mouvement des groupes — Kagawa (4 août 1934)
22us complet et quelques extraits de ses œuvres 8 . Fils d’un conseiller de l’empereur et d’une danseuse, Kagawa se convertit
20 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Au sujet d’un roman : Sara Alelia (3 novembre 1934)
23 de cette chronique. On voit naître et grandir un fils, puis les enfants d’une troisième génération. (C’est un des grands po
21 1934, Journal de Genève, articles (1926–1982). Sara Alelia (25 mai 1934)
24 de cette chronique. On voit naître et grandir un fils, puis les enfants d’une troisième génération. (C’est un des grands po
22 1934, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le Procès, par Franz Kafka (mai 1934)
25 Nul ne vient au Père que par moi ». C’est par le Fils que Dieu devient pour nous le Père ; mais alors, l’acquittement est p
23 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Kierkegaard, Dostoïevski, Barth (23 février 1935)
26 l’homme qui a osé l’absurde. Dieu lui a donné un fils, à l’âge de 70 ans. Il n’a pas ri — comme Sarah, sa femme — de ce mir
27n va vers les monts de Morija, pour sacrifier son fils unique. Il le fait « en vertu de l’absurde », c’est-à-dire en vertu d
24 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Les trois temps de la Parole (mai 1935)
28fit lorsqu’il dit à Jésus : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ! » L’Histoire, le développement de la tradition, l’ac
29ais il ne devient le « contemporain » [p. 156] du Fils de Dieu qu’à l’instant où, par la foi, il prononce : « Tu es le Chris
30, par la foi, il prononce : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. » Or, ni la chair, ni le sang n’auraient pu lui faire
25 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
31 du monde, sinon celui qui croit que Jésus est le Fils de Dieu ? Nous sommes là en pleine et absolue certitude ; nous aperce
26 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
32une occupation pénible à laquelle Dieu soumet les fils de l’homme. J’ai vu tout ce qui se fait sous les cieux, et voici, tou
33aphie de Kagawa, le chef du jeune Japon chrétien. Fils d’un conseiller de l’Empereur et d’une geisha, Kagawa appartient à un
27 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.6. L’Arche de l’Alliance
34it. Mais la Promesse enfin s’est incarnée dans un fils d’Israël, selon la prophétie, apportant une Nouvelle Alliance, pour t
28 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.7. Sur le déclin du Moyen Âge
35. Et quand Guillaume de Nogaret, homme nouveau et fils de grands bourgeois, membre de la Curie royale et qualifié comme tel
29 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
36oire qui repousse un Rimbaud parce qu’il n’est le fils de personne, et le père de mauvais garçons 70 . Cette Histoire assoif
30 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
37e révèle à l’homme, lorsqu’elle s’incarne dans le Fils pour agoniser sur la Croix, qui est le signe de la condition humaine
31 1936, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le Problème du bien (12 septembre 1936)
38 que son objet, c’est Dieu le Père, révélé par le Fils, et non ce Dieu omnipotent du dogme. En effet, Dieu n’est pas dans la
39un esprit mauvais, d’un démiourgos que le Christ, fils de Dieu, est venu pour combattre et pour vaincre ? M. Monod le pense.
40mme comme le Père que par son incarnation dans le Fils, reconnue grâce au Saint-Esprit. Laissons l’aspect théologique de cet
32 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Sur l’esprit incarné (février 1936)
41carnation de l’Esprit, c’est-à-dire Jésus-Christ, fils de Dieu, a jamais « porté l’empreinte de certains intérêts terrestres
33 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
42rtes de précautions oratoires embrouillées si son fils pourrait venir aussi voir la machine. Je crois bien que sans cette ma
43ètres, bel ouvrage dont le détail m’intéresse. Le fils compose des cartes postales illustrées avec des bouts de timbres-post
44té, mais simplement il sait pourquoi il la subit. Fils d’un petit hôtelier breton d’origine catholique, il s’est converti à
45ortune de 100 000 ou de 200 000 francs, que leurs fils iront perdre à la ville : je crois cependant que la proportion des fo
46? Je n’avais pas grand-chose. Le père et les deux fils disent : on est plus jeunes que toi, on va aller au travail, et toi t
47iales, ou bien l’on retombe dans des histoires de fils ingrat, de nièce coureuse, etc. Les hommes sont ennuyeux les uns pour
34 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
48ue chose en commun avec tous ces hommes, ou leurs fils… — Demain, il faut remettre en place les aquarelles, les guéridons et
35 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
49ortune de 100 000 ou de 200 000 francs, que leurs fils iront perdre à la ville : je crois cependant que la proportion des fo
36 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
50rtes de précautions oratoires embrouillées si son fils pourrait venir aussi voir la machine. Je crois bien que sans cette ma
51ètres, bel ouvrage dont le détail m’intéresse. Le fils compose des cartes postales illustrées avec des bouts de timbres-post
52té, mais simplement il sait pourquoi il la subit. Fils d’un petit hôtelier breton d’origine catholique, il s’est converti à
37 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
53alculé dans cette affaire. Dans la chambre de son fils : il prend le petit et l’élève devant lui en disant : — « Oui, toi tu
54passe avant tout. Si nous voulions empêcher notre fils, qui a 15 ans, de sortir un soir qu’il est un peu malade, par exemple
55 ancienne « Germanie aimée »… 2 janvier 1936 Le fils de la propriétaire est un maigre blafard, blessé de guerre, et qui ne
56à l’étage. Des pas précipités dans l’escalier. Le fils de la propriétaire sort de la cave en gesticulant, une bouteille à la
38 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
57un temps lointain la mort du père fut annoncée au fils. Dans l’aube sinistre, tu me cherchais, de plus en plus inquiète, lor
58e cherchais, de plus en plus inquiète, lorsque le fils apprit le sort de la mère… Quand mon père m’engendra et mourut, quand
39 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
59ontemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père. » (I, 14-15.) L’incarnation de la Parole dans l
60nous cherche et nous a trouvés par l’amour de son Fils abaissé jusqu’à nous. L’Incarnation est le signe historique d’une cré
61es les familles, divisant le mari et la femme, le fils et le père, la bru et la belle-mère. Les prêtres eux-mêmes cèdent à l
62 quart, mais l’offre à Marie qui le donnera à son fils. Il prend sa boisson en cinq traits pour les cinq plaies du Seigneur 
63e composé dans l’inconscient par l’agressivité du fils contre le père (obstacle à l’amour pour la mère) et par le sentiment
64lte. Le poids de l’autorité patriarcale réduit le fils au conformisme social et moral ; le poids de l’interdit lié à la mère
65riarcal (partage égal des domaines entre tous les fils, ou « pariage », d’où perte d’autorité du Suzerain) ; à une sorte de
66n une chronique déguisée des Cathares. (Parzival, fils d’Herzeloïde, femme du Castis, chez Wolfram d’Eschenbach, serait le c
67schenbach, serait le comte Ramon Roger Trencavel, fils d’Adélaïde de Carcassonne et d’Alphonse le Chaste, roi d’Aragon. — Tr
68ernel, devient ainsi, en vertu du fosterage, le « fils » du roi. (Les psychanalystes ne manqueront pas de voir dans la liais
69s nourriciers » avaient souvent jusqu’à cinquante fils juridiques (le lien était donc assez faible), et surtout le fait que
40 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
70méo. Juliette repose, endormie par le philtre. Le fils de Montaigu est entré, et il parle : Combien souvent les hommes sur
71omme un vrai romantique : L’enthousiasme errant, fils de la belle Nuit. Et la célèbre invocation : « Levez-vous vite, orag
41 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
72très brève sur la légende originelle : « Drystan, fils de Tallwch, gardien des porcs de Markh, amant d’Essylt. » (C’est dans
73nt pour définir les rapports entre la mère et les fils. Le mari n’aime pas la femme : « il a de l’affection pour elle », plu
42 1939, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Âme romantique et le rêve (15 août 1939)
74ous y sommes brimés, nous qui pourtant sommes les fils des vertueux Germains ! Et de ce sentiment de culpabilité, refoulé av
43 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). Le bon vieux temps présent (20 mars 1939)
75sentir que nous prolongeons une existence que nos fils appelleront douceur de vivre ? Déjà nous éprouvons que le monde a gli
44 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Don Juan (juillet 1939)
76édé ! Il faudra donc s’en prendre à Dieu et à son Fils. Déjà « le Dieu moral est réfuté ». Que va dire l’Autre ? C’est, dans
45 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
77les relations constituant la Trinité, le Père, le Fils et le Saint-Esprit, les Docteurs de l’Église grecque avaient adopté l
46 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Veille d’élection présidentielle (14 novembre 1940)
78ent minuscule : la promotion trop rapide d’un des fils de Roosevelt au grade de capitaine aviateur. Cet acte de favoritisme
47 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Religion et vie publique aux États-Unis (18 février 1941)
79s, une voix forte prononce : « Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit », annonçant la bénédiction. Si je relève tous ces
48 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
80-uns seulement surent connaître le Christ dans le fils de Joseph, charpentier de village. Mais l’incognito et l’alibi du Dia
81s ? « Simon Pierre répondit : Tu es le Christ, le Fils de Dieu vivant. Jésus, reprenant la parole, lui dit : Tu es heureux,
82renant la parole, lui dit : Tu es heureux, Simon, fils de Jonas ; car ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont révélé ce
83pour voir la ville et la tour que bâtissaient les fils des hommes. Et l’Éternel dit : voici, ils forment un seul peuple et o
49 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
84à nos démocraties capitalistes et commerçantes : Fils de l’homme, dis au prince de Tyr : Ainsi parle le Seigneur, l’Éternel
50 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable XI : Le Diable dans nos dieux (24 décembre 1943)
85ns seulement surent reconnaître le Christ dans le fils de Joseph, charpentier de village. Mais l’incognito et l’alibi du Dia
51 1944, Les Personnes du drame. Introduction
86? » Simon Pierre répondit : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ». Jésus, reprenant la parole lui dit : « Tu es heureu
87enant la parole lui dit : « Tu es heureux, Simon, fils de Jonas, car ce ne sont pas la chair ni le sang qui t’ont révélé cel
52 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
88omme oserait-il s’avancer et cracher au visage du Fils de Dieu ? Mais qu’il soit foule, il aura ce « courage », — il l’a eu.
53 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 4. Franz Kafka, ou l’aveu de la réalité
89 Nul ne vient au Père que par moi ». C’est par le Fils que Dieu devient pour nous le Père et cesse d’être le Juge lointain.
54 1944, Les Personnes du drame. IV. Une maladie de la personne — 8. Le Romantisme allemand
90ous y sommes brimés, nous qui pourtant sommes les fils des vertueux Germains ! Et de ce sentiment de culpabilité, refoulé av
55 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Le dernier des Mohicans (11 octobre 1945)
91jouaient du Shakespeare avant la guerre. Les deux fils, officiers de marine, se sont battus dans le Pacifique. Les disputes
56 1946, Journal des deux Mondes. 1. Le bon vieux temps présent
92sentir que nous prolongeons une existence que nos fils appelleront douceur de vivre ? Déjà nous éprouvons que le monde a gli
57 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
93iqués avec précision. Forcer la porte, couper les fils de téléphone, prendre le type, ramasser les papiers… La Légation alle
58 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
94une bombe et couvert d’une rouille éclatante. Mon fils, âgé de cinq ans, me demande avec une insistance harcelante, pourquoi
59 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
95s dix-sept jours que doit durer la traversée. Les fils qui me liaient aux autres et que les autres ont tirés à l’envi, ils o
96s, c’est une ville de 5000 habitants presque tous fils ou petits-fils de Suisses. On m’y reçoit dans une très vaste halle dé
60 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
97ré Breton, le peintre Amédée Ozenfant et le jeune fils des Pitoëff, se voient priés de passer au studio 16 pour l’émission.
61 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
98jouaient du Shakespeare avant la guerre. Les deux fils, lieutenants de vaisseau, se sont battus dans le Pacifique. Les dispu
62 1946, Esprit, articles (1932–1962). Épilogue (novembre 1946)
99 leurs sous et damner les buveurs de whisky ; ces fils de puritains, de charmants petits coquins ; ces joueurs de base-ball,
63 1946, Carrefour, articles (1945–1947). Une bureaucratie sans ronds-de-cuir (23 mai 1946)
100eurs des Finances que de ronds-de-cuir de père en fils. Le personnel des bureaux gouvernementaux est sans cesse ventilé et r
64 1946, Le Semeur, articles (1933–1949). Chances d’action du christianisme (juin-juillet 1946)
101qui fut toujours signe et symbole de l’Esprit. Un fils soumis de Rome, le grand Paul Claudel, pouvait écrire vers la fin de
65 1947, Doctrine fabuleuse. 9. Don Juan
102édé ! Il faudra donc s’en prendre à Dieu et à son Fils. Déjà « le Dieu moral est réfuté ». Que va dire l’Autre ? C’est, dans
66 1947, Doctrine fabuleuse. 12. Le supplice de Tantale
103éprouver son omniscience, il avait tué son propre fils Pélops, pour faire servir sa chair à la table divine. Les liqueurs d’
104isirs qu’ils en tirent. Quant à la mise à mort du fils, offert ensuite aux dieux comme nourriture meilleure, il est surprena
105erver qu’elle invertit exactement le sacrifice du Fils de [p. 101] Dieu. Au lieu du Père livrant son Fils aux hommes pour qu
106ils de [p. 101] Dieu. Au lieu du Père livrant son Fils aux hommes pour qu’ils le tuent, mais aussi pour qu’ensuite ils reviv
107de son corps spirituel, un homme tue lui-même son fils, et donne sa chair aux dieux pour qu’ils en meurent — s’ils perdent l
67 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
108eurs des Finances que de ronds-de-cuir de père en fils. Le personnel des bureaux gouvernementaux est sans cesse ventilé et r
68 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
109s, une voix forte prononce : « Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit », annonçant la bénédiction. Si je relève tous ces
69 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
110 même auteur — « cette part de la personnalité du fils qui devait devenir l’amour d’une femme de son âge ». Mom le transmute
70 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
111nt un étranger Le grand bourgeois de Paris et ses fils, lorsqu’ils rencontrent une tête nouvelle, ne sourient guère. Ils ten
112 leurs sous et damner les buveurs de whisky ; ces fils de puritains, de charmants petits coquins ; ces joueurs de base-ball,
71 1948, Suite neuchâteloise. IV
113d, arrière-petite-fille de l’illustre pasteur. Le fils du Procureur épouse Marie-Philippine [p. 41] du Buat-Nançay, dans l’a
72 1948, Suite neuchâteloise. V
114 correspondant [p. 54] de l’Institut. L’un de ses fils fut décapité au lendemain de l’affaire de Quiberon, sous la Terreur,
73 1950, Lettres aux députés européens. Troisième lettre
115 qui forme l’héritage deux fois millénaire de nos fils. Vous n’êtes pas seulement les députés de quinze villes capitales, et
74 1950, Journal de Genève, articles (1926–1982). Troisième lettre aux députés européens : L’orgueil de l’Europe (17 août 1950)
116 qui forme l’héritage deux fois millénaire de nos fils. Vous n’êtes pas seulement les députés de quinze villes capitales, et
75 1951, Les Libertés que nous pouvons perdre (1951). Les Libertés que nous pouvons perdre
117 Quel métier choisir, par exemple ? Autrefois, le fils d’un drapier devenait drapier ; le fils d’un noble, officier ; le fil
118efois, le fils d’un drapier devenait drapier ; le fils d’un noble, officier ; le fils d’un paysan, paysan. Aujourd’hui, il p
119enait drapier ; le fils d’un noble, officier ; le fils d’un paysan, paysan. Aujourd’hui, il peut devenir n’importe quoi, ave
76 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
120d’Uri en avouerie impériale (1231) tandis que son fils Henri accordait à Schwyz, un peu plus tard, l’immédiateté impériale.
121tieux prince de l’Église que fut Mathieu Schiner. Fils de paysans valaisans, s’élevant avec ténacité et astuce lentement jus
122’elle était neutre ; mais le sang guerrier de ses fils ne s’était pas apaisé. La Diète fédérale autorisa bientôt les officie
77 1953, La Confédération helvétique. 4. La famille et l’éducation
123partiellement d’après la fortune des parents ; le fils est donc censé connaître le montant de celle-ci et ses variations, d’
124tradition, de transmission personnelle de père en fils, de maître en apprenti : il est fait de mille conseils et petites dém
78 1953, Preuves, articles (1951–1968). Deux princes danois : Kierkegaard et Hamlet (février 1953)
125i n’est donc qu’un usurpateur, le père ordonne au fils de le venger. Hamlet revient vers ses compagnons, qui assistaient de
126us-Christ, l’un dira : « C’est un nommé Jésus, le fils d’un charpentier de Nazareth » et l’autre confessera : « C’est le Chr
127h » et l’autre confessera : « C’est le Christ, le Fils de Dieu, la Deuxième Personne de la Trinité. » L’incertitude objectiv
79 1953, Réforme, articles (1946–1980). « Les écrivains protestants » (11 avril 1953)
128« Les écrivains protestants » (11 avril 1953) j Fils de pasteur comme les trois sœurs Brontë, Nietzsche, Herman Hesse, Pea
80 1954, Preuves, articles (1951–1968). De Gasperi l’Européen (octobre 1954)
129nt : de la Corse, de l’Autriche ou de la Géorgie. Fils de pays conquis ou humiliés par la plus grande nation voisine, ils s’
81 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
130e » non seulement par ses survivants mais par les fils de ses bourreaux. Ici les snobs intellectuels de l’Occident, la jeune
82 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
131st, Dieu qui est le Père en tant que Créateur, le Fils en tant que Rédempteur, le Saint-Esprit en tant que Libérateur ? Comm
132e attend « dans un ardent désir la révélation des fils de Dieu… avec l’espérance qu’elle aussi sera affranchie de la servitu
83 1956, Preuves, articles (1951–1968). Les joyeux butors du Kremlin (août 1956)
133s sûr de mon vieux Togliatti ») 55 . Mais Thorez, Fils du Peuple, s’accroche au Père des Peuples : il n’a pas liquidé ses co
84 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). L’Europe s’inscrit dans les faits [Introduction] (novembre 1956)
134ut autant qu’à nos intérêts, nous le devons à nos fils comme à nos pères, nous le devons avant tout, désormais, à nos frères
85 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
135us trois aspects variés. Christ et le Buddha. Le Fils de Dieu, incréé, transcendant, entre dans l’immanence et dans l’Histo
136 du pardon, de l’amour et de la grâce de Dieu. Le fils d’un roi de ce monde quitte son palais princier pour aller dans la so
137tte faveur : exempter de la guerre un de ses cinq fils. Sur quoi Xerxès, irrité, fait mettre à mort ce seul fils et couper l
138r quoi Xerxès, irrité, fait mettre à mort ce seul fils et couper le corps en deux moitiés dans le sens de la longueur. Et en
86 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 2. Où le drame se noue
139me humaine, indissolublement, dans la Personne du Fils. Ici prend son départ la « voie » chrétienne. Et ce n’est pas une mét
87 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
140st, Dieu qui est le Père en tant que Créateur, le Fils en tant que Rédempteur, le Saint-Esprit en tant que Libérateur ? Comm
141he vraiment de rien, ni le nom de la chose, ni le fils du père, ni le mort du vif. Stade grégaire, où seul le sacré différen
142a diversité des « aspects » du Dieu révélé (Père, Fils, et Saint-Esprit) ? Ensuite, comment concilier en un seul être histor
88 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
143e » non seulement par ses survivants mais par les fils de ses bourreaux. Ici les snobs intellectuels de l’Occident — la jeun
89 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 7. L’exploration de la matière
144e attend « dans un ardent désir la révélation des fils de Dieu… avec l’espérance qu’elle aussi sera affranchie de la servitu
90 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 11. Où l’Aventure et la Voie se rejoignent
145p tard au rendez-vous avec le vieux Kubilai Khan, fils d’une chrétienne. Les rares ambassades qui parvinrent à circuler [p. 
91 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 12. La quête sans fin
146ternelle apparaît, Minerve s’adresse au héros : Fils de Laerte nourri du Ciel, Ulysse aux nombreux artifices, calme-toi !
92 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur le vocabulaire politique des Français (novembre 1958)
147a sagesse des pères se prolongeant dans celle des fils, et le plébiscite de 1852 dans celui de 1958 ? Sûrement non. Penserai
93 1959, Preuves, articles (1951–1968). Rudolf Kassner et la grandeur (juin 1959)
148e monde de Kassner, au contraire, est le monde du Fils, de la Parole qui tranche et institue le drame, le monde ouvert par l
94 1960, Preuves, articles (1951–1968). Sur la détente et les intellectuels (mars 1960)
149es d’un tyran, mais dans les lois de la lutte des fils contre les pères. Et l’oncle subversif, du côté maternel, a toutes ch
95 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — a. L’amour et la personne dans le monde christianisé
150r : « Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique… » Religion dont toute la Loi est résumée par Jésus-Christ lui
151nne humaine est donné par l’Incarnation du Christ fils de Dieu, en Jésus fils de Marie — Jésus-Christ étant à la fois « vrai
152ar l’Incarnation du Christ fils de Dieu, en Jésus fils de Marie — Jésus-Christ étant à la fois « vrai Dieu et vrai homme » s
96 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 2. Deux princes danois. Kierkegaard et Hamlet
153i n’est donc qu’un usurpateur, le père ordonne au fils de le venger. Hamlet revient vers ses compagnons, qui assistaient de
154us-Christ, l’un dira : « C’est un nommé Jésus, le fils d’un charpentier de Nazareth » [p. 97] et l’autre confessera : « C’es
15597] et l’autre confessera : « C’est le Christ, le Fils de Dieu, la Deuxième Personne de la Trinité. » L’incertitude objectiv
97 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 3. Don Juan
156édé ! Il faudra donc s’en prendre à Dieu et à son Fils. Déjà « le Dieu moral est réfuté ». Que va dire l’Autre ? C’est dans
98 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 6. Rudolf Kassner et la grandeur humaine
157e monde de Kassner, au contraire, est le monde du Fils, de la Parole qui tranche et institue le drame, le monde ouvert par l
99 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 7. La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
158e par « un ardent désir, attend la révélation des fils de Dieu » (Romains, 8). Et saint Justin, l’Œcuménique du iie siècle,
100 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 8. L’amour même
159qu’il est en chacun de ceux qui le reçoivent « le Fils de Dieu », la part céleste, le répondant de l’Ange qui sera « notre e