1 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
1 Meneurs et chefs : des économistes, [p. 312] des financiers, des industriels. Il y a encore les hommes politiques, mais on a si s
2 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
2 Du [p. 192] même coup, en supprimant l’esclavage financier de l’ouvrier, il supprime la principale cause avouée de la lutte des
3 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Signes parmi nous, par C. F. Ramuz (janvier 1932)
3ainsi manifeste : un jugement sur tous les plans, financier, commercial, éthique et spirituel. Que les échanges se ralentissent o
4 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Pourquoi ils sont socialistes (juillet 1933)
4vard Brune.) Il y a quantité de gens que l’aspect financier du capitalisme effraye ou indigne, mais qui ne veulent pas pour autan
5 1934, Présence, articles (1932–1946). L’œuvre et la mort d’Arnaud Dandieu (1934)
5randissant des tyrannies abstraites, étatistes ou financières, il faudra reconnaître dans le personnalisme la seule éthique actuell
6 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
6rt avec la morale pratique du monde économique et financier. Tout le monde sait que la morale des affaires est à peu près le cont
7 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.1. Le problème de la culture
7ont le projet surexcite l’opinion ; qu’il dise au financier : « Entre nous, cher monsieur, tout cela n’a guère d’importance, c’es
8 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Précisions utiles sur l’industrie des navets (mars 1936)
8 être faite que par ceux qui en auront les moyens financiers : ainsi se forment les fascismes. L’argent a ses fatalités, même s’il
9 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que l’autorité ? (mai 1936)
9s gardiens de l’ordre, ou par certaines sanctions financières par exemple, auxquelles l’individu ne peut pas se soustraire. L’autor
10 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
10mage » et ne bénéficie pas du minimum de sécurité financière accordé par l’État au chômeur industriel. Autre désavantage : il ne p
11 1937, Esprit, articles (1932–1962). Paul Vaillant-Couturier, Au service de l’Esprit (février 1937)
11 le procès Zinoviev (p. 11), sur « l’indépendance financière absolue » du Parti (p. 16) — curieusement appuyées par ce mot d’ordre
12 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
12t, d’abord en terres, puis en capitaux mobiliers (financiers). Et à mesure que le capitalisme mobilier prit de l’extension, une no
13lics, comme en feront plus tard les prêteurs et « financiers » des rois, du xvᵉ au xviiiᵉ siècle de notre ère. Les classes moyenne
14e paysan-soldat, et l’a exproprié. Le capitalisme financier, né de cette première concentration, a précipité la dissolution socia
15merce de gros, celui où la possession de capitaux financiers l’emporte sur l’activité créatrice de l’homme, qui domine le développ
16es « nationales » (étatiques). Gens d’affaires et financiers poussent les princes à créer par superpositions et infiltrations des
17te », usurier, s’élevant parfois jusqu’au rang de financier, maltôtier, etc. Les résultats sociaux et économiques de cette évolut
18ons simplement que la lutte de Colbert contre les financiers — devenus les symboles de l’injustice et du vol — animée par une volo
19éfaut, la Révolution fut déclenchée par une crise financière. Or cette crise ne fut résolue qu’en apparences, la société n’ayant a
20l’État-nation mais internationalisme des capitaux financiers 72  ; nationalisme de propagande mais besoin d’une économie rationnel
13 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
21e l’institution matrimoniale repose sur des bases financières et non plus religieuses ou morales. À dire vrai, les seuls écarts con
14 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
22êt, convenance des rangs, apports territoriaux et financiers… La passion n’y joue plus le moindre rôle. L’amour lui-même, d’ailleu
23la guerre et de sa passion sacrée : c’est Law, le financier de la Régence [p. 282] qui la propose, reprenant, et sans doute à son
24entalisme national ? — et de plans commerciaux ou financiers. L’élément proprement guerrier n’y trouvait plus son compte qu’en con
15 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’heure sévère (juin 1940)
25acceptons avec une belle discipline des « efforts financiers » dont une fraction minime aurait suffi, en d’autres temps, à supprim
16 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Santé de la démocratie américaine (17 janvier 1941)
26mbreux sont les professeurs, les industriels, les financiers, les avocats ou les économistes que le gouvernement Roosevelt a mis d
17 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
27nécessités » économiques, techniques, sociales et financières. Mais à l’origine de ces « nécessités » elles-mêmes, je pressens notr
18 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
28ainsi manifeste : un jugement sur tous les plans, financier, commercial, éthique et spirituel. Que les échanges se ralentissent o
19 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
29mbreux sont les professeurs, les industriels, les financiers, les avocats ou les économistes que le gouvernement Roosevelt a mis d
20 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
30ui veulent y rester, elle exige des gages moraux, financiers, idéologiques, et physiologiques. Trouvez donc deux Américains qui s’
21 1949, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Les écrivains romands et Paris (10 septembre 1949)
31vre ou d’un auteur, appuis sociaux, politiques ou financiers. Je ne sais trop s’il faut s’en plaindre. Tout cela se crée naturelle
22 1953, Preuves, articles (1951–1968). Les raisons d’être du Congrès (septembre 1953)
32. Pour des raisons pratiques d’abord, des raisons financières par exemple, mais aussi et surtout, parce que personne ne peut dire a
23 1954, Preuves, articles (1951–1968). Il n’y a pas de « musique moderne » (juillet 1954)
33rs une exception notable, une aventure, un risque financier ? ⁂ À la question que je citais au début, je répondrai maintenant san
24 1955, Preuves, articles (1951–1968). De gauche à droite (mars 1955)
34umis à une formidable pression politique, morale, financière, venant des États-Unis […] la majorité de l’opinion française […] a p
25 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 10. Le drame occidental
35ontre un projet de réforme sociale, d’aménagement financier ou technique, c’est mettre aux voix la loi de Mariotte ou le principe
26 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la pluralité des satellites (II) (décembre 1957)
36ganes d’information suffit à garantir leur succès financier. Eux aussi jouent et gagnent à tout coup sur l’ignorance et la puéril
27 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La Suisse et l’Europe après 1945 (avril 1957)
37 relever leur économie, grâce à un système d’aide financière dit « Plan Marshall », qui aboutit à la création de l’Organisation eu
28 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
38erche créatrice que doit aller d’abord le soutien financier du mécénat européen. Problème général du mécénat au xxe siècle Mai
39i, d’autres comités, composés d’organisateurs, de financiers et d’officiels, donneraient ou refuseraient les moyens nécessaires, —
40il y aurait lieu d’établir un tableau des besoins financiers correspondants et des moyens de les couvrir — privés et officiels — e
29 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur la fabrication des nouvelles et des faits (février 1958)
41explique la crise actuelle, qu’on prétend surtout financière ? M. Berl se plaint d’une étrange absence d’éléments d’appréciation,
30 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Éducation européenne (février 1958)
42ulier en trois langues : Notes et Études. L’appui financier de la Fondation européenne — limité à la période allant de fin 1955 j
31 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Un essai de synthèse (mai 1958)
43des moyens existants — industriels, techniques et financiers — c’est risquer de subordonner les fins aux moyens, et de ne converti
32 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 3. Don Juan
44a (La banque de pharaon était la grande ressource financière de Casanova : symbole dont il nous donne maintes fois la clé). Mais u
33 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
45écrites après coup, brouillons de discours, états financiers, notes, souvenirs, dictées, bilans, etc… Les secrétaires racontent sa
34 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
46trie. Un soir, Conrad, songeant à ses difficultés financières, eut soudain l’idée d’écrire une pièce de théâtre avec Retinger. Le s
47rnements et parlements, les milieux politiques et financiers. C’est Retinger en étroite coopération avec Duncan Sandys, alors prés
35 1963, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Enquête sur l’enseignement civique dans les pays européens [Avant-propos] (mai 1963)
48es qui se chargeront de ces tâches, et les moyens financiers nécessaires. Ces derniers devraient être empruntés, à mon avis, au bu
36 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.3. Interaction de l’économique et du politique
49tés dont l’ampleur dépasse ses moyens (culturels, financiers ou physiques) elle est amenée à s’associer pour les poursuivre avec d
37 1968, Preuves, articles (1951–1968). Vingt ans après, ou la campagne des congrès (1947-1949) (octobre 1968)
50rons à envisager bientôt de sérieuses difficultés financières. Très probablement notre action en serait vite paralysée dans l’imméd
51le parti des « sommités », qui dispose des moyens financiers et de la presse, c’est risquer de courir à l’écrasement rapide, ou de
38 1968, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Il faut réinventer l’Université (29 juin 1968)
52r des avocats, des dentistes, des ingénieurs, des financiers, des professeurs ou des pasteurs. Ces écoles n’ont plus en commun que
53 leurs services administratifs et leur dépendance financière d’un même État. À part cela, elles n’ont plus rien à se dire, ni au f
39 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.2. Rapport général présenté à la Conférence européenne de la culture, Lausanne, du 8 au 12 décembre 1949
54édiatement réalisables, supposé réunis les moyens financiers adéquats : — inventaire des forces culturelles en Europe, — coordinat
40 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.5. Trois initiales, ou raison d’être et objectifs du CEC
55 même elle n’irait pas sans avantages — notamment financiers — pour certaines d’entre elles. Cependant, si l’on envisage objective
56 serait d’une mauvaise économie intellectuelle et financière. L’exemple des études sur la Région illustre et concrétise ces remarq
41 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.3. Sur la fabrication des nouvelles et des faits
57explique la crise actuelle, qu’on prétend surtout financière ? Emmanuel Berl, à juste titre, se plaint d’une étrange absence d’élé
42 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.6. Culture et technique en Europe et dans le monde
58otif attesté n’est donc utilitaire, économique ou financier. Ce sont des besoins d’un tout autre ordre, psychologiques et moraux,
43 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.7. Pour une politique de la recherche
59erche créatrice que doit aller d’abord le soutien financier du mécénat européen. Problème général du mécénat au xxe siècle Mai
60oi, d’autres comités, composé d’organisateurs, de financiers et d’officiels, donneraient ou refuseraient les moyens nécessaires, —
44 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.8. Il n’y a pas de « musique moderne »
61rs une exception notable, une aventure, un risque financier ? À la question que je citais au début, je répondrai maintenant sans
45 1970, Lettre ouverte aux Européens. III. La puissance ou la liberté
62les plus effrontées dans le domaine commercial et financier : tarifs douaniers arbitraires, industries parasites protégées, cours
46 1971, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Dépolitiser la politique (printemps 1971)
63 à leurs fins non seulement de profit matériel et financier, mais de libération morale et énergétique. Tout le reste est mauvaise
47 1972, Les Dirigeants et les finalités de la société occidentale (1972). Les Dirigeants et les finalités de la société occidentale
64t dans un budget, c’est-à-dire dans la traduction financière d’une politique, que se révèlent les vraies finalités que l’on entend
65que ces États oseraient répondre quant aux moyens financiers disponibles, outre la finalité toujours alléguée de la « défense de l
48 1972, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Aspects culturels de la coopération dans les régions frontalières (été 1972)
66u gré des développements techniques, commerciaux, financiers, etc. Le rythme de changement des régions ethniques est millénaire ;
49 1972, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Confrontation des régions transfrontalières [Nos conclusions] (été 1972)
67e obtenu les compétences juridiques ni les moyens financiers nécessaires, mais l’essentiel est qu’elles existent, et que d’autres
50 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
68ue la CEE se propose de reprendre avec des moyens financiers décuplés. Je voudrais préciser ma doctrine sur ce point. L’enseignem
51 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pourquoi des régions ? (printemps-été 1975)
69archés naturels ; obstacles multipliés, légaux et financiers, à l’éducation scolaire aux trois degrés et à la formation profession
52 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Paradoxes de la prospective (automne 1975)
70yen terme, parce qu’à l’abri de toute rétroaction financière, sociale ou morale, il est fatal qu’elles se retournent contre l’homm
71e étant de gagner la guerre à n’importe quel prix financier ou humain, rien ne vient brouiller les calculs. Mais, du même coup, s
53 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
72des campagnes, elle mourra de faim. Les problèmes financiers et administratifs de nos grandes villes sont déjà pratiquement insolu
73nale en tous pays est fondée sur les transactions financières, elle ne compte pour rien la Nature, à laquelle nous ne devons rien e
74 nous ne devons rien en fait de paiements [p. 58] financiers, mais à laquelle nous devons tout en fait de moyens d’existence 37 . 
54 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 2. Le grand litige
75uissance sous ses formes brutales, industrielles, financières, militaires, finalement stato-nationales. Reprenons donc notre trajet
76que l’on pouvait prévoir : coût calculé en termes financiers, non pas encore d’environnement ; sécurité ; nécessités ; finalités d
77rski montrait l’absurdité à quoi les incertitudes financières de tous ordres conduisent les calculs de coûts. Une autre approche du
78nées…   9. « Le nucléaire est rentable. » (Bilan financier.) — Considérons la possibilité d’un succès maximal de l’effort nucléa
55 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 5. Naissance de la prospective
79 Progrès quantitatif, innovation technique, gains financiers. C’est abstrait, mais par cela même facilite les calculs de l’Avenir.
56 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 6. L’avenir sensible au cœur
80yen terme, parce qu’à l’abri de toute rétroaction financière, sociale ou morale, il est fatal qu’elles se retournent contre l’homm
81e étant de gagner la guerre à n’importe quel prix financier ou humain, rien ne vient brouiller les calculs. Mais, du même coup, s
57 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 11. Les variétés de l’expérience communautaire
82dimensions politiques ou techniques, physiques ou financières des tâches données et des cadres où elles peuvent s’accomplir. Certai
83ic ; — doté des compétences légales et des moyens financiers nécessaires à son autonomie ; — libéré de la tutelle que tout État ce
84. Chacun peut voir aussi que les moyens légaux et financiers de l’autonomie communale diminuent pratiquement dans la mesure exacte
85es montreraient que du seul point de vue [p. 270] financier, construire deux cents cités nouvelles de petite taille coûterait moi
86aménagement du territoire) et pas assez de moyens financiers pour mener une vraie politique, et pour s’entourer de conseillers dan
58 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 12. Que tout appelle les Régions
87de cette autonomie — savoir, technique et pouvoir financier — excèdent dans bien des cas les ressources locales, même dans les pa
88le gaspillage diminuera, et avec lui les tensions financières et la nécessité d’emprunts renouvelés ; il y aura moins de publicité
89re en état de dépendance partielle, économique et financière, des Arabes. Ce danger éventuel fournit aux États-nations le meilleur
59 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 14. L’autogestion politique
90time qu’une proportion plus grande des ressources financières de la Région devrait lui être allouée. Qui va trancher ? Le problème
60 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
91entales en vertu de leurs dimensions physiques et financières ou de l’ampleur de leurs conséquences dans tous les ordres — et ce so
92 à leurs fins non seulement de profit matériel et financier, mais de libération morale et énergétique. Tout le reste est mauvaise
61 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. Introduction
93 et régionaux réels, c’est-à-dire dotés de moyens financiers propres, de conseils législatifs et d’organes exécutifs agissant à tr
94 sur le marché communautaire, ainsi que des aides financières et techniques de toutes sortes. Surtout, avec 46 pays en voie de déve
62 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. II. L’énergie
95e. — elle provoquera une centralisation physique, financière et administrative des ressources énergétiques qui les rendra d’autant
63 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. III. L’environnement
96e mesure où seront surmontés les dogmes du profit financier privé et de la souveraineté absolue des États, en tant qu’ils sont co
64 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. VI. L’Europe et le tiers monde
97ntribution « sérieuse », c’est-à-dire économique, financière, technologique, chiffrable, nous rappellerons la démonstration, faite
65 1984, Cadmos, articles (1978–1986). Chronique européenne : La préparation des élections européennes (printemps 1984)
98s exigeant avec la CEE dans l’intérêt strictement financier du Royaume-Uni (Le Monde, 23 mai 1984). Mrs. Thatcher s’est félicitée
99on à des listes de candidats dont la recevabilité financière semble encore loin d’être assurée. (On sait que le dépôt d’une garant
100issent à des querelles subalternes économiques ou financières hors de proportion avec les défis majeurs du temps présent. […] Il es