1 1926, Articles divers (1924–1930). Soir de Florence (13 novembre 1926)
1e 1926) h Des cris mouraient vers les berges du fleuve jaune, entre les deux façades longues que la ville présente au coucha
2ous qui suivions maintenant le sentier du bord du fleuve, plus bas que la Promenade désertée. Sur les eaux, comme immobiles, d
3ions vers ces hauts arbres clairs, au tournant du fleuve, parmi les dissonances mélancoliques des lumières et des odeurs, espé
4volupté emplit notre monde à ce chant. L’odeur du fleuve est son parfum, le soleil rouge sa douleur. Les bœufs blancs, les rou
5 proches, les syllabes nous parviennent au ras du fleuve sombre. Nul désir en nous de comprendre ce lamento. Le ciel est un si
6es. Ici la vie n’a presque plus de sens, comme le fleuve. Elle n’est qu’odeurs, formes mouvantes, remous dans l’air et musique
7couler sans fin vers un sommeil à l’odeur fade de fleuve, un sommeil de plante vaguement heureuse d’être pliée au vent qui ne
2 1929, Journal de Genève, articles (1926–1982). Panorama de Budapest (23 mai 1929)
8rd les îlots de glace qui descendent lentement le fleuve. Au cœur [p. 2] de Buda la Turque s’élève la montagne de pierre de St
3 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
9 ce beau Danube jaune qui est le plus inodore des fleuves. Dormir. Sans avoir pu retrouver cette mélodie descendue d’un balcon
4 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
10 ce beau Danube jaune qui est le plus inodore des fleuves. Dormir. Sans avoir pu retrouver cette mélodie descendue d’un balcon
5 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
11 plus rien ne passe. Murailles naturelles, Alpes, fleuves, Jura ; larges haies barbelées, ceinture fortifiée, pièces chargées,
6 1940, Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ? (1940). Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ?
12 contre la menace étrangère. Le Gothard, croix de fleuves et carrefour de cultures : c’est le symbole d’une mission médiatrice
7 1941, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). New York alpestre (14 février 1941)
13cité de Manhattan… Mais les faubourgs, au-delà du fleuve et du bras de mer qui entourent l’île, s’étendent sur des espaces bie
8 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
14mme un faible roseau, arrêté dans le courant d’un fleuve, produit à la fin un amoncellement de terre qui le détourne. Je dis
15ble, telle que nous pouvons l’imaginer d’un large fleuve d’or fondu »… O da quod jubes, domine ! 37 [p. 215] 66. Le Bl
9 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Un climat tempéré (22 août 1945)
16 ; rien à craindre des tremblements de terre, des fleuves envahissants, des sécheresses périodiques ou de ces moiteurs dissolva
10 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
17n ai même beaucoup écrit.) Je sais que ce nœud de fleuves et de montagnes percé par le seul col qui relie d’un seul coup le Nor
11 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
18e pour le droit de pleurer devant la beauté. ⁂ Ce fleuve mauve et ces clochers d’or pâle sur le ciel enfumé de Cambridge, ce f
12 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
19 ; rien à craindre des tremblements de terre, des fleuves envahissants, des sécheresses périodiques ou de ces moiteurs dissolva
13 1946, Esprit, articles (1932–1962). Épilogue (novembre 1946)
20overbe : « Ne changez pas de chevaux au milieu du fleuve ». Les Français prétendent empêcher un accident de chemin de fer en v
14 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
21overbe : « Ne changez pas de chevaux au milieu du fleuve. » Les Français prétendent empêcher un accident de chemin de fer en v
15 1950, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Europe et sa culture (novembre 1950)
22compartiments par des chaînes de montagnes et des fleuves, nettement délimitée de trois côtés par les mers et par l’Océan. Elle
16 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
23comme un nœud de chaînes montagneuses d’où quatre fleuves s’écoulent vers les quatre points cardinaux, creusant des vallées de
24 non seulement à cause de la croix formée par les fleuves qui en découlent, et à cause des deux chaînes alpestres qui s’y crois
17 1953, La Confédération helvétique. 6. Le peuple suisse et le monde
25d’argent des chaînes de montagne, des lacs et des fleuves, et le soleil se jouait sur la jeune verdure couverte de rosée. Je vo
18 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
26res, lieux et quartiers de ville sacrés ; arbres, fleuves, animaux sacrés ; hommes et femmes en prière accroupis sur leur seuil
19 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
27t des arbres sur le vert assombri des pelouses le fleuve silencieux d’une neige de fleurs. À ce point, la passion fait place à
20 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
28t des arbres sur le vert assombri des pelouses le fleuve silencieux d’une neige de fleurs. À ce point, la passion fait place à
21 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.2. Le mythe de l’enlèvement d’Europe
29 « race sainte de filles qui, avec Apollon et les fleuves, nourrissent la jeunesse des hommes », nous dit Hésiode. À ce poète q
22 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.6. Le concept géographique
30’est Gibraltar) jusqu’au Phase — ou Rioni — petit fleuve qui se jette dans la Mer Noire. Ainsi Platon fait dire à Socrate : J
31u’il nomme Ister : L’Ister est le plus grand des fleuves que nous connaissions… On ne doit pas s’étonner que l’Ister reçoive t
32es. Elle commence donc aux monts Riphées, puis au fleuve Tanaïs 35 et aux marais Mæotis, qui sont à l’orient. Elle se continu
33éan septentrional jusqu’à la Gaule Belgique et au fleuve Rhin qui descend de l’occident, puis jusqu’au Danube, que l’on appell
34ellespont, la mer appelée Propontide, le cours du fleuve Tanaïs ; du côté de la Tramontane (le Nord) : par l’océan Septentrion
23 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
35t-être est-ce alors pour la première fois que les fleuves de l’Europe, ou du moins certains d’entre eux, ont désaltéré des être
24 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
36ère sa structure entrecoupée de mers et de grands fleuves, ou sa température intermédiaire entre celle du Colure glacé et celle
37e ou une lande ceinte de marais et entrecoupée de fleuves, dut vivre d’abord en vase clos, chacune ayant son propre idiome et s
38erait aussi absurde que de vouloir savoir de quel fleuve les ruisseaux dérivent, alors qu’au contraire ceux-ci descendent des
39d’un autre côté, propagea le long des mers et des fleuves d’Europe cette mystérieuse unité de langage qui a sa source, pour not
40ys de montagnes en Europe centrale, où les grands fleuves européens, le Rhin, le Danube et le Pô ont leurs sources principales,
41contestable que les montagnes séparent ; mais les fleuves réunissent plutôt. Et puis toutes les montagnes ne sauraient découper
42 Biarritz à Tomea, il n’y a pas une embouchure de fleuve qui ait plus qu’une autre un caractère bornal. Si l’histoire l’avait
25 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
43de ses brigands et de ses monstres, à dompter les fleuves, à assainir les vallées, à percer les montagnes, à ouvrir des isthmes
26 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Appendice. Manifestes pour l’union européenne, (de 1922 à 1960)
44ur du continent, de l’utilisation rationnelle des fleuves qui traversent plusieurs États, du contrôle des détroits et, d’une ma
27 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
45 ses vêtements, le met sur sa tête et traverse le fleuve aux eaux basses. De l’autre côté, lui avait-on dit, une charrette l’a
28 1962, Les Chances de l’Europe. I. L’aventure mondiale des Européens
46ion, le cloisonnement des terres par montagnes et fleuves, favorisant la formation de communautés bien distinctes et solidement
29 1962, Les Chances de l’Europe. II. Secret du dynamisme européen
47ar des plis montagneux de moyenne altitude et des fleuves aisément traversables. Il est fait de presqu’îles et de compartiments
48us nombreux, le plus riche réseau de voies d’eau (fleuves et canaux), la plus grande densité de villes et de villages, et le pe
49 œuvres de l’homme. Plaines conquises sur la mer, fleuves aux méandres simplifiés par des canaux, tunnels routiers et ferroviai
50lairières, ou s’égrènent le long de la berge d’un fleuve. L’Europe seule présente un réseau de communautés bien ancrées, bien
30 1964, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Stage d’Oosterbeek (septembre 1964)
51s prétendent que telle chaîne de montagnes ou tel fleuve divisent deux peuples, fatalement, et les obligent donc à se faire la
31 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.2. « L’histoire suisse commence avec Guillaume Tell »
52si lieu de sources, col impérial et naissance des fleuves les plus prestigieux de l’Europe. Or, tous les seuils détiennent un c
32 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.1. Les institutions et la vie politique
53d’argent des chaînes de montagne, des lacs et des fleuves, et le soleil se jouait sur la jeune verdure couverte de rosée. Je vo
33 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
54comme le Rhône et le Rhin ne deviennent de grands fleuves qu’une fois nos frontières traversées. Vers la fin du xixe siècle, u
34 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. IV. La Suisse, dans l’avenir européen
55faut. Et maintenant, croix de vallées et croix de fleuves, pays crucial, dépositaire d’une formule décisive pour l’avenir europ
35 1968, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Hölderlin dans le souvenir des noms splendides (1968)
56u désert », et ce Gothard d’où partent les grands fleuves, le Rhin allemand, mais aussi l’Aigle vers l’Olympe, vers les antres
57e initiatique, le chiffre de sa religion. Noms de fleuves et d’îles, de cités, de hauts-lieux ; et leur seul énoncé suffit à qu
36 1970, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. Préface 1970
58amour presque déchirant de ses prairies et de ses fleuves, de ses ciels et de ses nuages. Nous avons vu, aussi, qu’elle était d
37 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.2. Le civisme commence au respect des forêts
59ationalité », cela n’empêche pas la pollution des fleuves, ni les tempêtes, ni les épidémies, ni les grandes crises économiques
38 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.12. Fécondité des études régionales
60religieuses et sociales, ne sont séparées par les fleuves ou les crêtes des chaînes montagneuses. Quant aux nations, elles sont
61nent pour axe ce qui les scindait ou bornait : un fleuve (la région rhénane) ou une chaîne de montagnes (région du Mont-Blanc,
39 1970, Lettre ouverte aux Européens. III. La puissance ou la liberté
62es et les épidémies, la pollution de l’air et des fleuves, les attaques aériennes, les ondes de la propagande et les grandes co
40 1970, L’Un et le Divers ou la Cité européenne. II. La Cité européenne
63es et les épidémies, la pollution de l’air et des fleuves, les attaques aériennes, les ondes de la propagande [p. 60] et les gr
41 1970, Preuves, articles (1951–1968). Dépasser l’État-nation (1970)
64es et les épidémies, la pollution de l’air et des fleuves, les attaques aériennes, les ondes de la propagande et les grandes co
42 1970, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). L’Europe et le sens de la vie (25-26 avril 1970)
65es et les épidémies, la pollution de l’air et des fleuves, les attaques aériennes, les ondes de la propagande et les grandes co
43 1971, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Dépolitiser la politique (printemps 1971)
66 manque le plus en Occident — de la Californie au fleuve Amour —, à savoir une communauté où la personne puisse librement part
44 1972, Les Dirigeants et les finalités de la société occidentale (1972). Les Dirigeants et les finalités de la société occidentale
67blèmes écologiques posés par les mers, ou par des fleuves comme le Rhin et le Rhône, ne peuvent être traités qu’au niveau conti
45 1972, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Il faut dénationaliser l’enseignement [Entretien] (8 décembre 1972)
68ible les frontières nationales. En finir avec les fleuves qui s’arrêtent de couler à la frontière sur les croquis de géographie
46 1974, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Stratégie de l’Europe des régions (printemps 1974)
69ccroissement de la pollution de nos cités, de nos fleuves, de nos mers et de nos dernières forêts, tant qu’il y aura du pétrole
47 1977, L’Avenir est notre affaire. Introduction. Crise de l’Avenir
70humain, la pollution des eaux souterraines et des fleuves, l’empoisonnement des océans, et la création d’éléments que la Nature
48 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 2. Le grand litige
71s, ou bien ils menaceraient de faire bouillir nos fleuves !   5. « Le problème des déchets est réglé. » — Le mensonge a les ja
49 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 3. La clé du système ou l’État-nation
72e mondiale dans bien des cas — qu’il s’agisse des fleuves ou des océans, de l’influence [p. 94] des industries sur les climats,
50 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 5. Naissance de la prospective
73ie finale, la Résurrection et le jaillissement du fleuve de la vie éternelle (chap. 21 et 22). L’idée d’un temps qui naît du d
74e beaucoup que tous aient soif des seules eaux du fleuve de la vie éternelle. Pour la plupart, il leur faut s’agripper à ce qu
51 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 7. Première histoire de fous : l’Auto
75es. Chassant les piétons des artères livrées au « fleuve des voitures » et des places transformées en parkings, l’auto dévaste
52 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 13. Les variétés de l’expérience régionale
76rographique délimitée par des accidents naturels, fleuves ou montagnes. On parle ainsi de la « cuvette genevoise » entre les Al
53 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
77 axes de transport, l’écologie des mers, lacs, et fleuves, la défense militaire, la politique monétaire, l’aide au Tiers Monde,
78 de collines et de montagnes peu élevées et petit fleuve affluent de la Volga, en tous points comparables à la Ruhr, est le cœ
79tes bien bornés par leurs frontières (où même les fleuves s’arrêtaient sur nos « croquis » scolaires) ? Il ne dépend souvent qu
80e par la région voit bien que les rivières et les fleuves ne s’arrêtent pas à la frontière voisine 187 , que les douaniers sont
54 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. Introduction
81 ni prévenir ou guérir la pollution des lacs, des fleuves et des mers océanes ; — ni venir en aide au tiers monde dans sa lutte
55 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. III. L’environnement
82gile à cet égard. D’autre part, lacs, rivières et fleuves sont gravement menacés [p. 100] par la pollution industrielle : le Rh
83102] reste, les frais de récupération de lacs, de fleuves, de littoraux déjà fortement compromis sont tels que l’on comprend qu
84 est en effet la sauvegarde des lacs, rivières et fleuves pollués. (Exemples : le lac Léman pollué au mercure et au phosphore,
85 de la couche d’ozone, protection des mers et des fleuves internationaux ; contrôle des produits alimentaires qui circulent en
56 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. IV. Les Régions
86tes de réduire la pollution de l’atmosphère et du fleuve, d’améliorer les transports publics et le régime des travailleurs fro
57 1984, Cadmos, articles (1978–1986). L’État-nation contre l’Europe : Notes pour une histoire des concepts (printemps 1984)
87 ni prévenir ou guérir la pollution des lacs, des fleuves et des mers océanes ; — ni venir en aide au Tiers Monde dans sa lutte