1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Lucien Fabre, Le Tarramagnou (septembre 1929)
1n d’artiste ou de psychologue se glisse dans leur flot. Voilà le lecteur entraîné, ébahi, passionné, contraint de suivre jus
2 1926, Articles divers (1924–1930). Confession tendancieuse (mai 1926)
2t battre ce corps triste, qu’ils l’emportent d’un flot fou ! Revenez, mes joies du large !… Tiens, j’écoute le vent ; je pen
3 1930, Articles divers (1924–1930). Le prisonnier de la nuit (avril 1930)
3on perdu depuis le temps que sonnent les marées à flots perdus sous la coupole errante des prières à dieux perdus. II Je n
4 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
4les montures à poil on s’élance au galop dans les flots. Un formidable soleil fait resplendir les dunes éblouissantes, autour
5 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
5rouillants d’êtres révélés et saisis par le droit flot de la lumière, les replis de la vie quotidienne fouillés comme un cau
6 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. Préambule
6 coup cet orage de novembre qui crible et bat les flots durant la courte traversée, puis s’apaise non moins subitement à [p. 
7is à considérer d’un œil brûlé par l’insomnie les flots de l’océan maussade et les pauvres rivages du détroit, c’est fort app
7 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
8urant désert, près d’une baie qui donne sur « les flots », en plein soleil. Un peu étourdi. Souvenirs d’une plage de la Balti
8 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
9 si joie il y a, est sans gestes et sans [p. 242] flots de paroles. Nul pittoresque. Rien à « remarquer » parmi les danseurs
9 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
10is à considérer d’un œil brûlé par l’insomnie les flots de l’océan maussade et les pauvres rivages du détroit, c’est fort app
10 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
11guement devant le porche du temple, repoussant le flot des sortants. Je comprenais à peine les paroles de ces phrases brèves
11 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
127] Car son cœur submerge le mien tout entier d’un flot qui ne s’évapore plus… Je ne veux ni l’empire de Rome, ni qu’on m’en
12 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
13 du « parfait » — l’on prétend s’enfoncer dans le flot primitif de l’instinct, dans le larvaire, dans le non-fait, dans l’« 
13 1939, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Nicolas de Flue et la Réforme (1939)
14es prédictions se réalisent : victoires, pillage, flot d’or, et disputes sanglantes à propos du partage. Les choses s’enveni
14 1947, Doctrine fabuleuse. 12. Le supplice de Tantale
15la maison de l’oncle, s’avançant vers lui sur ces flots, est bien trop réjouissante… Glanz, le conseiller d’église, se met à
15 1948, Suite neuchâteloise. II
16soudain quelque [p. 18] forme que vient emplir le flot de l’émotion, mais n’est-ce pas le même piège que posera l’invention,
16 1949, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Découverte de l’Europe (octobre 1949)
17bourg. Une seule opinion générale se dégage de ce flot d’imprimés : et c’est que l’opinion, précisément, serait demeurée ind
17 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
18ctions du saint se réalisent : victoire, pillage, flots d’or et disputes sanglantes au sujet du partage. La guerre civile ent
18 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Orienter les espoirs européens (décembre 1954-janvier 1955)
19 traditionnelles » qui les séparent, alors que le flot russe menace de les submerger tous. Le problème franco-allemand reste
19 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). François Fontaine, La Nation frein (juin-juillet 1956)
20r les frontières est au point. Derrière elle, les flots des économies confrontées ne s’entrechoqueront pas plus que la Médite
20 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
21éclairage étincelant, la fraîcheur se déversant à flots, la séduction fascinante des parfums, et le goût impeccable du servic
22séparé ni interdit, dans l’Un sans nom : Dans le flot houleux Dans l’éclat sonore Dans la tourmente infinie Du souffle du M
21 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 8. L’amour même
23seul coup submerge l’amant : il s’abîme dans le « flot houleux » et dans la « tourmente du Monde » — sa mort d’amour, sa « J
22 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.2. Le mythe de l’enlèvement d’Europe
24rmées par la beauté des roses et par le bruit des flots. Europé elle-même portait une corbeille d’or magnifique, admirable me
25es pennes — tel un navire qui fend rapidement les flots — et de ses pennes déployées couvrait les bords de la corbeille d’or.
26oissons, défilaient en cortège ; à la surface des flots, qu’il gouvernait, le dieu sonore qui ébranle la terre guidait en per
27 n’y avait en vue ni rivage [p. 16] battu par les flots ni montagne escarpée, rien que le ciel en haut et en bas la mer sans
28rent sur la mer, les navires prompts à fendre les flots ; mais les taureaux ont peur de la voie marine. Quelle boisson capabl
29 la nuit, elle ne voit rien que les astres et les flots. Mais dès qu’elle eut atteint la puissante Crète aux cent villes : « 
30 songe ? Valait-il mieux s’en aller à travers les flots immenses ou bien cueillir les fleurs nouvelles ? Si quelqu’un, mainte
23 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.6. Le concept géographique
31lards ; une brume épaisse cache en tout temps les flots, et de sombres vapeurs y voilent la clarté du jour. Cependant les Gr
24 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
32ndre une puissance spirituelle. Le sang coulera à flots en Europe jusqu’à ce que les nations prennent conscience de la redout
25 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.1. « Tout s’est senti périr »
33faits élémentaux du sang éternel qui est, avec le flot cosmique en éternelle circulation, une seule et même chose. Mais nous
34 le grand Africain, âme de feu qui s’épanchait en flots de rhétorique, de phrases retorses, d’antithèses, de paradoxes et de
26 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
35éclairage étincelant, la fraîcheur se déversant à flots, la séduction fascinante des parfums, et le goût impeccable du servic
27 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (II) (mai 1961)
36séparé ni interdit, dans l’Un sans nom : Dans le flot houleux Dans l’éclat sonore Dans la tourmente infinie Du souffle du M
28 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
37 tel petit pays, risque fort d’être noyée dans un flot d’influences tout internationales. Que reste-t-il aux Suisses des ver
29 1968, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Hölderlin dans le souvenir des noms splendides (1968)
38 dans l’ombre des chênes Brillera la lueur de ton flot surgissant, Castalie ! Ah ! je veux Dans la vasque puiser, à travers
30 1970, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Une réflexion sur le mode de vie plutôt que sur le niveau de vie (2 juin 1970)
39rêts et nos champs, pollue nos lacs et déverse un flot de ciment, d’agglomérés et de plastique sur « le visage aimé de la pa
31 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
40l’influence arabe (tant pis si celle-ci roule les flots contrastés d’Al-Hallâj et d’Ibn Dawûd) : tout cela ne vient-il pas de