1 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Ramon Fernandez, Messages (juillet 1926)
1 connaître, à savoir se concevoir et s’essayer. » Fort bien, mais l’œuvre n’est-elle pas une façon particulière de s’essayer ? Je
2 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Paradoxe de la sincérité (décembre 1926)
2nnalité, car l’analyse la plus savante, comme l’a fort bien dit Ramon Fernandez, « retient tous les éléments du moi, moins le pri
3d’une ingratitude insigne — ils marquent au reste fort bien les jalons de cette recherche) : Puissiez-vous avouer moins de sincé
3 1927, Articles divers (1924–1930). Conférence d’Edmond Esmonin sur « La révocation de l’Édit de Nantes » (16 février 1927)
4out Madame de Maintenon. Tous ces gens conciliant fort bien leurs intérêts immédiats à leur désir de gagner le ciel, persuadent L
4 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
5tre le sophisme du loisir. M. Guglielmo Ferrero a fort bien montré, dans un article intitulé « Le grand paradoxe du monde moderne
5 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Pierre Naville, La Révolution et les intellectuels (novembre 1928)
6mier plan qui nous empêche de bouger », comme dit fort bien M. Breton. Mais à condition d’aller plus loin et de prendre une conna
6 1933, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Parole de Dieu et parole humaine, par Karl Barth (30 décembre 1933)
7son éloquence martelante (que les traducteurs ont fort bien rendue, et la tâche n’était pas facile) ; de son réalisme agressif, d
7 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 4. Ni ange ni bête : ni gauche ni droite, (Fondements théologiques d’une action politique)
8se symétrie avec une sorte d’humour transcendant, fort bien exprimé par Pascal : « L’homme n’est ni ange ni bête, et le malheur v
8 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
9stifier. En vérité, riches et pauvres s’entendent fort bien sur deux points fondamentaux : ils croient à l’argent et haïssent cel
9 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
10putés « difficiles ». Car les autres s’en passent fort bien. Or, c’est exactement le contraire qu’on peut voir. Le critique qui d
10 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
11 détient, mais l’exercice effectif du savoir peut fort bien le conduire à la ruine ou peut-être même au martyre. Ne soyez donc pa
12d’une idée de l’homme que la raison païenne admet fort bien : [p. 614] nietzschéisme agressif, ou désespoir du démoniaque qui veu
11 1934, Le Semeur, articles (1933–1949). Sur la méthode de M. Goguel (novembre 1934)
13dogme qui les jugent, et non l’inverse, comme l’a fort bien montré Max Dominicé à propos de Calvin c . La seconde, c’est que M. G
12 1935, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notes en marge de Nietzsche (mars 1935)
14ts, et dont M. Henri-Jean Bolle, qui a traduit et fort bien introduit ce volume, nous affirme qu’ils constituent le texte véritab
13 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Kierkegaard, Dostoïevski, Barth (23 février 1935)
15nt leur véritable guérison. Ces phrases résument fort bien la thèse que Thurneysen soutient avec une passion convaincante. De di
14 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Trois traités de Jean Calvin (20 juillet 1935)
16in reçut de réformer l’Église.      Tout ceci est fort bien exposé par M. Albert-Marie Schmidt dans son introduction aux Trois tr
17tés, M. Schmidt nous propose quelques définitions fort bien venues : Qui veut comprendre, dans son essence, le génie littéraire
15 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Les mystiques allemands du xiiie au xixe siècle, par Jean Chuzeville (2 novembre 1935)
18sgresser ses limites charnelles et temporelles ». Fort bien, répondrait un marxiste, si le christianisme est cela, nous lui laiss
16 1935, Esprit, articles (1932–1962). Roger Breuil, Les uns les autres (avril 1935)
19n [d]’un livre plus profondément rêvé qu’écrit — (fort bien écrit du reste). Il laisse deviner trop de choses pour qu’on lui pard
17 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.1. Le problème de la culture
20je remarque d’autre part que les clercs admettent fort bien qu’un politique ou qu’un brasseur d’actions traite les problèmes spir
18 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
21eux des partisans sincères du régime. On comprend fort bien les raisons qui les empêchaient jusqu’ici de prendre conscience du da
19 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.11. La mesure nationale-socialiste
22iesseitigkeit de la philosophie hitlérienne a été fort bien exprimée par Rosenberg dans un discours où il s’élève avec violence c
20 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
23 ne se posent plus : cette administration nourrit fort bien son monde. Mais il y a surtout le fameux labyrinthe des systèmes, cet
21 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
24eux des partisans sincères du régime. On comprend fort bien les raisons qui les empêchaient jusqu’ici de prendre conscience du da
22 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plébiscite et démocratie (avril 1936)
25nce du résultat de votre plébiscite, vous sauriez fort bien gouverner sans recourir à cette « Providence » organisée, et qui a co
23 1937, Esprit, articles (1932–1962). Vassily Photiadès, Marylène ou à qui le dire ? (février 1937)
26 donc au public. Ce sont des souvenirs d’enfance, fort bien réinventés, et contés dans un style un peu chantant, voilé, énigmatiq
24 1938, Journal d’Allemagne. ii. Plébiscite et démocratie. (À propos des « élections » au Reichstag, 29 mars 1936)
27nce du résultat de votre plébiscite, vous sauriez fort bien gouverner sans recourir à cette « volonté » organisée, et qui a comme
25 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
28e, dans l’une et l’autre perspective, caractérise fort bien l’opposition. Aux yeux de l’Église, l’adultère était tout à la fois u
29 et à la « réciter » comme dit Montaigne, sachant fort bien que je ne convaincrai pas une seule victime du mythe profané. Mais il
26 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Avertissement
30eligieuse. Or les hommes, et les femmes, tolèrent fort bien que l’on parle d’amour, et même ils ne s’en lassent jamais, si commun
27 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
31 p. 16.) [p. 104] Mais le troubadour Alegret l’a fort bien dit : « Mon vers (poème) paraîtra insensé au sot s’il n’a pas double
32rtance apparemment démesurée, mais qui s’explique fort bien si l’on prend garde au sens liturgique du salut. f) Les mystiques ar
28 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
33ncore lorsqu’il s’agit d’attribuer à tel mystique fort bien connu, et orthodoxe par-dessus le marché (Ruysbroek ou sainte Thérèse
34 n’existent jamais l’un sans l’autre. On pourrait fort bien s’en tenir à cette constatation empirique. Mais en fait, personne ne
29 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
35tait un bon pays de forges et qu’on y travaillait fort bien le fer. « Cette bonne femme, écrit-il tristement, a dû me prendre pou
30 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
36ien des intérêts qui mènent le jeu, ainsi que l’a fort bien marqué le maréchal Foch, dans ses Principes de la guerre : La guerre
31 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
37e, dans l’une et l’autre perspective, caractérise fort bien l’opposition. Aux yeux de l’Église, l’adultère était tout à la fois u
38 et à la « réciter » comme dit Montaigne, sachant fort bien que je ne convaincrai pas une seule victime du mythe profané. Mais il
32 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
39) du fait même qu’on t’aime. » — Or M. Gilson dit fort bien, deux pages plus loin, que « si Dieu est immanent sans être transcend
40de nier l’hérésie du saint.) Cependant, il décrit fort bien l’ambiance cathare de l’Italie au temps de la jeunesse de François. L
33 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
41yeux, elle existe en nous aussi, et elle pourrait fort bien s’y développer un jour. Pour la combattre sérieusement, pour nous déf
42re mieux ! Ce n’est pas non plus, comme le disait fort bien Karl Barth, pour protéger nos « lacs d’azur » et nos « glaciers subli
34 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
43 dans les âmes d’élite. Oui, Rambert nous le dit fort bien : ce premier de nos privilèges, une belle nature, doit être considéré
44 les découvrirait sur leur flanc. Mais vous savez fort bien que cette raison dite d’équilibre stratégique peut disparaître d’un j
35 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
45yeux, elle existe en nous aussi, et elle pourrait fort bien s’y développer un jour. Pour la combattre sérieusement, pour nous déf
46e mieux !) Ce n’est pas non plus, comme le disait fort bien Karl Barth, pour protéger nos « lacs d’azur » et nos « glaciers subli
36 1940, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Erreurs sur l’Allemagne (1er mai 1940)
47sme italien, l’orthodoxie au totalitarisme russe, fort bien. Mais qu’on ne dise pas : Luther mène à Hitler. C’est une sottise et
48se ; que la plupart des socialistes le toléraient fort bien ; et qu’un très grand nombre d’anciens chefs communistes avaient revê
49 M. Maurice Muret, dans la Gazette du 27 avril a fort bien réfuté l’erreur que je viens de relever, et qui consiste à voir dans
37 1942, La Part du Diable (1982). Introduction. Que la connaissance du vrai danger nous guérit des fausses peurs
50tendions l’ascenseur, je dis au Philosophe 1  : — Fort bien, mais si je parlais du Diable, c’est moi qui passerais aussitôt pour
38 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
51ous aussi, des tentations latentes qui pourraient fort bien se développer un jour, à la faveur de la misère ou de la fatigue, ou
39 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
52u mondain le plus suavement correct et moral peut fort bien être préféré par le Diable à ces milieux bohèmes et de mœurs relâchée
40 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du diable I : « Je ne suis personne » (15 octobre 1943)
53t au sujet d’un camouflage très élémentaire, mais fort bien adapté à la myopie spirituelle des temps modernes. Voici : depuis deu
41 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable X : Le Diable homme du monde (17 décembre 1943)
54u mondain le plus suavement correct et moral peut fort bien être préféré par le Diable à ces milieux bohèmes et de mœurs relâchée
42 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
55 détient, mais l’exercice effectif du savoir peut fort bien le conduire à la ruine, ou peut-être même au martyre. Ne soyez donc p
56ée de l’homme que la raison païenne admet [p. 97] fort bien : nietzschéisme agressif ou désespoir du démoniaque qui veut être soi
43 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Le mensonge allemand (16 août 1945)
57ase est devenue proverbiale en Amérique, et c’est fort bien : on ne tue les préjugés que par le ridicule ; quand on les tue. Dira
44 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
58épète : « Qui ne sait se taire nuit à son pays. » Fort bien. Mais il y a des silences plus dangereux pour l’âme d’un peuple que l
45 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
59asse de devenir proverbiale en Amérique, et c’est fort bien : on ne tue les préjugés que par le ridicule ; quand on les tue. Mais
46 1946, Lettres sur la bombe atomique. 5. Ni secret, ni défense
60rps unanime des savants. M. Hanson W. Baldwin l’a fort bien expliqué dans le N. Y. Times : le seul et vrai secret de la Bombe ato
47 1946, Lettres sur la bombe atomique. iv. La vérité n’est plus du côté des canons
61troit de Behring, en direction de Moscou qui sait fort bien qu’il est dangereux de l’avoir et de n’en point faire usage. Cette « 
48 1946, Combat, articles (1946–1950). Ni secret ni défense (19-20 mai 1946)
62rps unanime des savants. M. Hanson W. Baldwin l’a fort bien expliqué dans le New York Times : le seul et vrai secret de la bombe
49 1950, Lettres aux députés européens. Quatrième lettre
63éviter que l’étranger soit Staline, ils acceptent fort bien que leurs armées soient commandées par un Américain. On prétend même
50 1950, Journal de Genève, articles (1926–1982). Quatrième lettre aux députés européens : En lisant le pamphlet du Labour Party (18 août 1950)
64éviter que l’étranger soit Staline, ils acceptent fort bien que leurs armées soient commandées par un Américain. On prétend même
51 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
65dent. Dans l’état présent des choses, on comprend fort bien que notre idée de l’originalité (dans les arts ou dans la conduite) n
52 1951, Preuves, articles (1951–1968). Neutralité et neutralisme (mai 1951)
66nace et le berger qui le protège. Je le comprends fort bien. Il espère ainsi que le loup au lieu de le manger s’occupera d’abord
53 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
67un clan. Dans ses limites étroites, la Suisse eût fort bien pu perdre ses libertés, si elle n’avait pas su préserver ses structur
54 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la neutralité européenne (mars 1957)
68x perdants, faute de pouvoir jouer 62 . Ce serait fort bien s’ils étaient seuls, s’il n’y avait plus sur l’échiquier que les deux
55 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la neutralité européenne (II) (avril 1957)
69ttendu. La CECA et le Marché commun se contentent fort bien d’exister, même si Bevan persiste à les croire nés de rien. Que propo
56 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un patriotisme de la terre (mars 1958)
70 Mais la science est d’Europe — Nietzsche l’avait fort bien vu — comme tout ce qui la supplie de ne pas lancer trop vite vers d’i
57 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur le vocabulaire politique des Français (novembre 1958)
71alisme, ont conservé des monarchies incontestées, fort bien admises par leurs fréquentes majorités de gauche. Anglicane et presby
58 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.3. Synthèses historico-philosophiques (I)
72s uns des autres, tandis que ce même lien pouvait fort bien disparaître entre les sujets d’un même État. Le calviniste français a
59 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
73ue nous sommes destinés à civiliser l’Asie. C’est fort bien ; mais demandez-lui donc, je vous prie, quels sont les peuples de l’A
74 que nous sommes invincibles, que si nous pouvons fort bien perdre des batailles, nous n’en resterons pas moins invincibles, just
60 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.4. L’Unité dans la diversité. Fondement de l’Union fédérale
75ui les empêchent de réaliser ce qu’ils pourraient fort bien faire. Ces frontières fatales de l’économie actuelle allemande, angla
61 1964, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Il nous faut des hommes de synthèses (19-20 septembre 1964)
76rande majorité des Européens trouve que cela peut fort bien continuer ainsi, sans nul danger sérieux de catastrophe. Après tout,
62 1964, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui (décembre 1964)
77rande majorité des Européens trouve que cela peut fort bien continuer ainsi, sans nul danger sérieux de catastrophe. Après tout,
63 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.8. « Il a fallu plus de six siècles pour fédérer les cantons suisses »
78 le statut autonome des nations membres, pourrait fort bien être assurée par une solution « suisse » et fédérale. ⁂ Comment la so
64 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
79 si elle était l’une des nôtres”, tout en sachant fort bien que “ces mariages mixtes ne réussissent jamais”. Elle voyait dans son
65 1965, Fédéralisme culturel (1965). Fédéralisme culturel
80 le dire, l’Institut neuchâtelois me paraît avoir fort bien résisté, dès ses débuts. Prenons d’abord l’expression de l’enracineme
66 1965, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Suisse moyen et quelques autres (mai 1965)
81 si elle était l’une des nôtres”, tout en sachant fort bien que ‟ces mariages mixtes ne réussissent jamais”. Elle voyait dans son
67 1968, Preuves, articles (1951–1968). Vingt ans après, ou la campagne des congrès (1947-1949) (octobre 1968)
82 de liaison. Dans la discussion qui suit, on sent fort bien qu’en chacun des dix-huit membres du comité central qui s’expriment (
68 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.2. Rapport général présenté à la Conférence européenne de la culture, Lausanne, du 8 au 12 décembre 1949
83s, par des moyens que les dictatures de l’Est ont fort bien illustrés. Le plus facile à définir est la censure. Censure. — Dans
69 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.1. L’Europe contestée par elle-même
84onnistes » qui ne peuvent plus rien protéger mais fort bien étouffer ce qu’ils enferment, épuisant ses énergies et sa vieille ast
70 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.3. Conclusions sur l’avenir et la liberté de la culture
85bien montré les dangers de l’isolement, et l’on a fort bien dénoncé les excès de la révolte ; mais on a beaucoup moins insisté su
71 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.4. Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui
86rande majorité des Européens trouve que cela peut fort bien continuer ainsi, sans nul danger sérieux de catastrophe. Après tout,
72 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
87n obsédante » (p. 142), je me dis : voilà qui est fort bien vu et très conforme à mon projet, s’il se ramène à faire voir et sent
88n constitutive de l’esprit humain. Il se pourrait fort bien, comme l’a suggéré 247 Denis de Rougemont, qu’il eût une origine his
73 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
89n réelle. Philip Rieff, sociologue américain, l’a fort bien dit : Quand on se promène avec un transistor à l’oreille, il n’est p
74 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 3. La clé du système ou l’État-nation
90me, en fait aussi la misère intérieure, comme l’a fort bien dit Simone Weil : « Le prestige supérieur de la nation est lié à l’év
75 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 11. Les variétés de l’expérience communautaire
91n de la France via sa départementalisation, avait fort bien compris la vraie leçon de Rousseau. Il estimait, en effet, que « la F
92V communautaire au Québec, Town talks en Ontario, fort bien installés techniquement, et à peu de frais, dans une trentaine de vil