1 1920, Articles divers (1924–1930). La Tour de Hölderlin (15 juillet 1929)
1cile de se faire comprendre par un sot que par un fou. » L’hiver dernier, m’occupant assez longuement d’un des poètes auxqu
2 du Chapitre : je vois s’y engager chaque jour le fou au profil de vieille femme qui promène doucement dans cette calme Tub
2 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jean Prévost, Tentative de solitude (septembre 1929)
3 de plusieurs fous qui s’annulent », écrit-il. Ce fou qui veut être soi purement, qui veut éliminer de soi tout ce qui est
4i tout ce qui est déterminé par l’extérieur, — ce fou que nous portons tous en nous, — il [p. 1157] l’a isolé, incarné, nom
3 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Otto Flake, Der Gute Weg (septembre 1929)
5ntant des amours nouvelles et les fuites les plus folles hors de la réalité, ils forment un cortège pittoresque et désolant à
4 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Hugh Walpole, La Cité secrète (décembre 1929)
6française de l’énorme cri de délivrance du peuple fou. Belles étincelles échappées d’un brasier. Pour les causes de l’incen
5 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
7 stabilité, de toute forme. Attitude parfaitement folle, mais c’est justement de quoi se glorifient ses tenants, ils y voient
6 1926, Articles divers (1924–1930). Confession tendancieuse (mai 1926)
8tre ce corps triste, qu’ils l’emportent d’un flot fou ! Revenez, mes joies du large !… Tiens, j’écoute le vent ; je pense a
7 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Paradoxe de la sincérité (décembre 1926)
9on vers le bas produit une agitation accélérée et folle, puis tout finit dans un râle, brusquement c’est le vide. Centre de s
8 1927, Articles divers (1924–1930). Dés ou la clef des champs (1927)
10ouleurs en ivresses avec la même joie, mon cheval fou, mon beau Désir s’ébroue et part sitôt que je vais m’endormir, ah ! g
9 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). La part du feu. Lettres sur le mépris de la littérature (juillet 1927)
11s direz : « extravagant », « invraisemblable », « fou », « hallucinant » ou « purement gratuit ». C’est de la littérature.
10 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
12 notre action qui est devenue trop effrénée, trop folle, pour être justiciable encore de nos vérités essentielles ? Il semble
13, celles d’un mysticisme exaspéré, devenu presque fou dans sa prison. Les intellectuels d’aujourd’hui ont une tâche pressan
11 1928, Articles divers (1924–1930). Un soir à Vienne avec Gérard (24 mars 1928)
14 la beauté. Mais je crois que l’Orient est devenu fou. Il ne comprend plus rien. » Des bugles agonisaient, aux dernières me
12 1928, Articles divers (1924–1930). Miroirs, ou Comment on perd Eurydice et soi-même » (décembre 1928
15 pas mal de superstitions. Enfin cette expérience folle le mène à une découverte sur les sept sens de laquelle il convient de
13 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 5. La machine à fabriquer des électeurs
16’une utopie de partisans. Il ne serait guère plus fou de proposer aujourd’hui qu’on répande universellement et obligatoirem
14 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 6. La trahison de l’instruction publique
17truction helvétique sont capables d’absorber sans fou rire les discours de tirs fédéraux. On a comparé le monde moderne à u
15 1929, Journal de Genève, articles (1926–1982). Panorama de Budapest (23 mai 1929)
18éen ne sait le faire, et dansent à tout propos de folles « czardas » qui deviennent tourbillonnantes et finissent en chutes iv
19 malgré tout, comme d’une passion poétique un peu folle… p. 1 b. « Panorama de Budapest », Journal de Genève, Genève,
16 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Léon Pierre-Quint, Le Comte de Lautréamont et Dieu (septembre 1930)
20nt vient d’écrire sur ce poète, qu’on a traité de fou et d’ange, un essai remarquable de netteté et souvent, d’indépendance
17 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
21e raison t’attirait donc ici, sinon l’espoir bien fou d’y retrouver l’émotion d’un miracle imminent… ou moins encore : l’im
22, et conscient… C’est à cause d’un pari peut-être fou, et qui porte sur des sentiments indéfinis, à cause de ce pari dont t
18 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Une exposition d’artistes protestants modernes (avril 1931)
23 nous aimions tout : le pasteur, le peintre et le fou, semait en nous toutes les curiosités de la couleur et de la vie. Nou
19 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
24occuper si c’était le monde ou lui-même qui était fou, Eiichi décida que, de ce jour-là, il entrerait en bataille contre ce
20 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
25. Mais je crois que [p. 44] l’Occident est devenu fou. Il ne comprend plus rien. » Des bugles agonisaient, aux dernières me
21 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
26e raison ici t’attirait donc, sinon l’espoir bien fou d’y retrouver l’émotion d’un miracle imminent. Ou moins encore : l’im
27t conscient. Et c’est à cause d’un pari peut-être fou, et qui porte sur des sentiments indéfinis, à cause de ce pari dont t
22 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.1. La Tour de Hölderlin
28cile de se faire comprendre par un sot que par un fou. » L’hiver dernier, m’occupant assez longuement d’un des poètes auxqu
29 du Chapitre : je vois s’y engager chaque jour le fou au profil de vieille femme qui promène doucement dans cette calme [p.
23 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
30endre quelques marches enfouies sous les branches folles : le jardin est abandonné depuis des années, sur ses terrasses étroit
24 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Penser dangereusement (juin 1932)
31que je reproche à M. Thierry Maulnier. (Il serait fou de ne pas le partager.) Je lui reproche de manquer d’exigence vis-à-v
25 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
32Rimbaud. Peut-être la confrontation du Sage et du Fou — d’un fou qui reste notre intime tentation — permettra-t-elle, par l
33ut-être la confrontation du Sage et du Fou — d’un fou qui reste notre intime tentation — permettra-t-elle, par la vivacité
26 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Éloge de l’imprudence, par Marcel Jouhandeau (septembre 1932)
34hose qu’une intensité ou une pureté toujours plus folle dans le bien comme dans le mal. « Je mettrais volontiers dans le même
27 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Liberté ou chômage ? (mai 1933)
35chômage technologique provoqué par l’augmentation folle du pouvoir productif se manifeste dès l’année 1923, il est neutralisé
28 1933, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Petites notes sur les vérités éternelles (1932-1933)
36 précis, c’est là que l’action des hommes devient folle et meurtrière. 4. Il me semble que la tâche de la théologie protestan
29 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — e. En dernier ressort
37ne pour tout idéal un peu haut : il faudrait être fou pour persister longtemps dans l’effort périlleux de le lui imposer de
30 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
38omme une divinité qui, depuis peu, serait devenue folle. Des peuples entiers s’exaltent pour une dictature qui tire son seul
31 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 8. Humanisme et christianisme
39doit faire de lui un [p. 115] révolutionnaire, un fou d’abord et non pas d’abord un sage, l’homme du risque opposé à l’homm
32 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — i. Liberté ou chômage ?
40chômage technologique provoqué par l’augmentation folle du pouvoir productif se manifeste dès l’année 1923, il est neutralisé
33 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
41omme une divinité qui, depuis peu, serait devenue folle. Des peuples entiers s’exaltent pour une dictature qui tire son seul
34 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). D’un humour romand (24 février 1934)
42elle » ; c’est plutôt, dans l’espièglerie la plus folle, un humour apitoyé. Si Toepffer s’attendrit sur ses bonhommes, n’est-
35 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le mouvement des groupes — Kagawa (4 août 1934)
43Union des paysans. Il évangélise. Il devient le « fou du Christ ». À peine a-t-il réussi à faire reconnaître légalement le
44manifeste une tendance au crime. Elle est devenue folle par sa faute, Dieu seul peut la guérir. » Les marxistes n’aiment pas
36 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Grammaire de la personne (janvier 1934)
45 seule raison, où bat le cœur du paradoxe le plus fou, que l’Évangile nous dit : « Aimez vos ennemis » ? p. 18 f. « Gr
37 1935, Présence, articles (1932–1946). Contre Nietzsche (avril-mai 1935)
46clerc déraciné, du clerc sans mains, ou aux mains folles, du désorienté excité. Il apparaît alors comme le héros du monde bour
38 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Kierkegaard, Dostoïevski, Barth (23 février 1935)
47c’est qu’il reçut Isaac en récompense d’un acte « fou » et revint avec lui dans la vie comme si rien ne s’était passé. Voil
39 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Trois traités de Jean Calvin (20 juillet 1935)
48une mer de scandales, d’où vient cela sinon de la folle curiosité des hommes ou de leur outrecuidance débordée ? Calvin n’es
40 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
49s reproche de dire sans nulle angoisse des choses folles et follement vraies. Je vous reproche tout simplement — de les dire !
41 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Paracelse, par Frédéric Gundolf (septembre 1935)
50tier. Certes, elle n’est pas seulement cruelle et folle, l’époque qui nous offre de si grandes chances. Et c’est une ère favo
42 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
51bitants de cette petite ville comme une espèce de fou, d’ailleurs inoffensif. Ou peut-être encore, ce qui est pis, comme un
52oi qu’il m’advienne), ne serais-je pas désespéré, fou de possibles manqués et de grandeurs inatteintes ? Serait-ce donc que
43 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
53s incroyables, vieux tas de ferrailles menés à de folles allures ! De tout cela je rapporte un paquet de notes qu’il faudra ré
44 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
54reste pas moins qu’aux yeux de la raison, — cette folle comme le répète Luther, — ce que nous nommons ici un paradoxe demeure
45 1937, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Selma Lagerlöf, conteur de légende (3 juillet 1937)
55 corps, mais aussi selon la liberté, souvent plus folle encore, des âmes. Plénitude de la poésie ! Et le spectacle le plus ém
56 environnés de paysages de rêve, de superstitions folles, de folles vertus, de coutumes doucement tyranniques, tout cela sembl
57 de paysages de rêve, de superstitions folles, de folles vertus, de coutumes doucement tyranniques, tout cela semble disposé p
46 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Gösta Berling, par Selma Lagerlöf (novembre 1937)
58r, et la vie de l’obsession de vivre. Cette année folle, inaugurée par un traité avec le diable, vient mourir dans la nuit de
47 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
59t son absence, ses moissons sont abîmées, l’herbe folle envahit ses champs, le bétail, faute de soins, dépérit. À son retour,
48 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
60lasses et les castes. Il a libéré l’ouvrier de la folle illusion de la classe, corps étranger dans la nation. Et les partis b
61ut rien pour un destin pareil ? Un génie n’est ni fou ni bête, ni sensé ni intelligent. Il ne s’appartient pas, n’a pas de
49 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
62tente d’épouser la veuve du brasseur, ou ce jeune fou qui aime la fille du roi, mais l’homme pieux qui estimait que la reli
63— du parfait. Je sais que je tente une entreprise folle (et en même temps toute naturelle !) pour vivre le parfait dans l’imp
50 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Alice au pays des merveilles, par Lewis Carroll (août 1938)
64excès. Ce Lièvre de Mars, ce Loir et ce Chapelier fou, on croirait une préfiguration des logiciens de l’école de Vienne. Et
51 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
65 d’amor », le délire qui prévaut : … en fait, ce fou désir M’occira, que je reste ou aille par chemins Puisque celle qui p
66ent les chroniqueurs du temps sont parmi les plus folles, les plus « surréalistes » qu’ait connues l’histoire de nos mœurs… Qu
52 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
67ourantes telles que « aveuglé par la passion », « fou d’amour » — mais l’excès de l’esprit sur l’instinct. « L’amour existe
53 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
68 dans le roman de Gomberville, parcourir comme un fou les cinq parties du monde pour apaiser un regard irrité de sa maîtres
54 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
69de carnages inutiles provoqués par des vœux d’une folle outrecuidance et que l’on tente d’accomplir au plus grand des périls
70resque dans ce qu’elle a de plus élevé et de plus fou retrouvera un dernier prestige. Voyez Condé empanaché caracolant parm
55 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
71tente d’épouser la veuve du brasseur, ou ce jeune fou qui aime la fille du roi, mais l’homme pieux qui estimait que la reli
72— du parfait. Je sais que je tente une entreprise folle (et en même temps toute naturelle !) pour vivre le parfait dans l’imp
56 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
73aison de verre par exemple, dans laquelle Tristan fou veut emmener Iseut, était dans la mythologie druidique le vaisseau de
74 paix, la tranquillité ! Je suis moi-même le plus fou de tous les fous, hélas ! Mais au moins maintenant je le sais. Et en
57 1939, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Non, Tristan et Iseut ne s’aiment pas, nous dit Denis de Rougemont (12 février 1939)
75evez-vous pas publier un roman, dont le titre, La Folle Vertu, illustre bien votre pensée ? — Oui, je l’ai écrit presque en m
58 1939, Esprit, articles (1932–1962). Autour de L’Amour et l’Occident (septembre 1939)
76, appartient à Dieu et tend vers Dieu. » Le vieux fou de Transjordanie profère une vérité première. (J’avais été tenté de c
59 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La Poésie scientifique en France au xviᵉ siècle, par Albert-Marie Schmidt (septembre 1939)
77est pas rien ! Cela donne à Phèdre un air de luxe fou : pour fondre ce bijou de platine d’une suprême élégance, la plus dis
60 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
78dre la Suisse jusqu’à la mort. Eh bien, il serait fou de mourir pour une Suisse dont nous ne serions pas sûrs qu’elle a le
61 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’heure sévère (juin 1940)
79tons des mesures qui, hier encore, passaient pour folles, démagogiques, impensables et impraticables aux yeux des « réalistes 
62 1941, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). New York alpestre (14 février 1941)
80de repères pour se diriger dans la ville. Le vent fou, l’air ozone, et la lumière éclatant très haut dans le ciel sur des p
63 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
81aut rien pour un destin pareil. Un génie n’est ni fou, ni bête, ni sensé, ni intelligent. Il ne s’appartient pas, n’a pas d
64 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
82t. Non seulement, étant ce qu’elle est, il serait fou de la revendiquer, mais encore il est de sa nature qu’elle se perde a
83ne cherchez pas de ce côté. Si ma petite Mary est folle, vraiment, ce n’est pas qu’elle souffre de l’atmosphère familiale. Ma
84t eux à table, si polis. La petite Mary n’est pas folle, mais comment les nerfs d’un enfant supporteraient-ils le bruit et la
65 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
85 malheur qu’elle va créer, en vertu de sa logique folle et des sophismes du Néant qui néantit. 57. Le coup de pistolet Je
86uve la porte du bureau directorial. J’entre comme fou et je crie : — Pourquoi ? [p. 182] Le directeur était assis face à l
87 Comment s’en délivrer ? Dira-t-on que je suis un fou qui croit voir le Diable partout ? D’autres ne savent le voir nulle p
66 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
88Rimbaud. Peut-être la confrontation du Sage et du Fou permettra-t-elle, par la vivacité du paradoxe, une prise de conscienc
67 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
89 que Kierkegaard est l’anarchiste pur, l’individu fou, l’isolé. Mais l’homme justement n’est plus seul à l’instant qu’il at
68 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 4. Franz Kafka, ou l’aveu de la réalité
90t puérils, tantôt subtils, pour éluder le sérieux fou de la vie réelle, pour l’assimiler à un jeu dont il serait possible d
91la Grâce. Mais il répète avec les sages — lui, le fou — quœ super nos, nihil ad nos, et il en tire les conséquences pratiqu
69 1944, Les Personnes du drame. II. Liberté et fatum — 5. Luther et la liberté de la personne
92 reste pas moins qu’aux yeux de la raison — cette folle, cette fille publique, comme le répète Luther — ce que nous nommons i
70 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Hollywood n’a plus d’idées (13 décembre 1945)
93 L’analyse du mouvement, la vitesse ou la lenteur folle, les objets qui montent et volent au lieu de tomber, les déformations
71 1946, Journal des deux Mondes. 2. Journal d’attente
94tes, et le tréponème pâle, et j’en passe… Qui est fou, qui ne l’est pas ? Il me dit hésiter souvent sur ce point, — et me d
72 1946, Journal des deux Mondes. 3. Intermède
95 sans sommeil — rythmée d’armes martelées — meute folle, meurtrière — ô rumeur irréparable — que dis-tu ? — Demain, la guerre
73 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
96la guerre des nerfs ». Hitler entra dans une rage folle. « Vous voyez, cria-t-il, il faut bien que je fasse la guerre à la Po
97de à toi !” » ⁂ Supposez qu’un dictateur devienne fou et descende tout nu dans la rue. Combien de temps faudra-t-il pour [p
98 pour [p. 61] que son entourage admette qu’il est fou, et qu’il ne s’agit pas simplement d’une « nouvelle politique » ou d’
99utres, et de plus graves, et personne n’a crié au fou. ⁂ R. vient d’être reçu au Palais de Venise et me raconte sa visite.
74 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
100ai peut-être oublié l’essentiel… Il faudrait être fou, je le comprends enfin, pour croire qu’on puisse jamais se mettre en
75 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
101s au visiteur qui en contemple la chaîne. Le vent fou, l’air ozoné et la lumière éclatant très haut dans le ciel sur des pa
76 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
102ieds, fumerolles au ras de l’asphalte, et le vent fou ! Si le détail est laid, voyez l’ensemble. Pour un homme qui est seul
103’une ville dont la foule transpire ? Il faut être fou pour rentrer… Mais à l’Office, notre travail s’intensifie, et les éch
77 1946, Journal des deux Mondes. 12. L’Amérique en guerre
104i selon nos caprices, nos passions et nos raisons folles. Si nous changions un jour de goûts et d’ambition, ce paysage se tran
78 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
105 tire encore les rideaux. « Les orages me rendent folle, j’ai tellement peur, et vous ? Vous êtes muets. Vous avez soif ? » L
79 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
106 ville, je n’ai jamais été touché, ils sont d’une folle brutalité mais surpassée par leur adresse — allument des feux avec de
80 1946, Lettres sur la bombe atomique. 4. Utopies
107base scientifique et officielle de quelques idées folles que je conçois. La bombe d’Hiroshima, transportée par un B-29 volant
108de la bombe atomique, ses spéculations les plus « folles » ! Libre à vous de prendre pour but l’évocation des fées du Moyen Âg
109 Bien, dis-je, la preuve que la science n’est pas folle, c’est qu’elle nous permet aujourd’hui d’aller beaucoup plus vite qu’
81 1946, Lettres sur la bombe atomique. 5. Ni secret, ni défense
110. La situation présente, en vérité, est bien plus folle qu’on ne l’imagine. Car non seulement nous sommes sans défense, mais
82 1946, Lettres sur la bombe atomique. 9. Paralysie des hommes d’État
111’une erreur unique, désormais, pourrait la rendre folle à tout jamais.
83 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
112s au visiteur qui en contemple la chaîne. Le vent fou, l’air ozoné et la lumière éclatant très haut dans le ciel sur des pa
113umerolles [p. 53] au ras de l’asphalte et le vent fou ! Si le détail est laid, voyez l’ensemble. Pour un homme qui est seul
114nos caprices, nos passions et nos raisons [p. 55] folles. Si nous changions un jour de goûts et d’ambition, ce paysage se tran
115ville, je n’ai jamais été touché ; ils sont d’une folle brutalité, mais surpassée par leur adresse — allument des feux avec d
116 tire encore les rideaux. « Les orages me rendent folle, j’ai tellement peur. Et vous ? Vous êtes muets. Vous avez soif ? » L
84 1946, Présence, articles (1932–1946). Le Nœud gordien renoué (avril 1946)
117rde nouent à la grâce l’ambition, marient au luxe fou l’avarice ingénieuse, resserrent dans les liens d’un calcul instincti
85 1946, Le Figaro, articles (1939–1953). Demain la bombe, ou une chance d’en finir avec la terre (30 juin 1946)
118 tollé mondial, aussitôt ! Quel fracas de cris au fou ! au gaspillage ! à l’existentialisme ou au surréalisme ! et pire enc
86 1946, Combat, articles (1946–1950). Ni secret ni défense (19-20 mai 1946)
119⁂ La situation présente, en vérité, est bien plus folle qu’on ne l’imagine. Car non seulement nous sommes sans défense, mais
87 1946, Combat, articles (1946–1950). Paralysie des hommes d’État (21 mai 1946)
120’une erreur unique, désormais, pourrait la rendre folle à tout jamais. p. 1 b. « Paralysie des hommes d’État », Combat
88 1946, Combat, articles (1946–1950). Post-scriptum (24 mai 1946)
121 Bombe n’est pas dangereuse du tout. — Êtes-vous fou ? De quoi donc parliez-vous dans vos articles précédents ? Faut-il pe
89 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Beekman Place (octobre 1946)
122i selon nos caprices, nos passions et nos raisons folles. Si nous changions un jour de goûts et d’ambition, ce paysage se tran
90 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Souvenir d’un orage en Virginie (novembre 1946)
123 tire encore les rideaux. « Les orages me rendent folle, j’ai tellement peur, et vous ? Vous êtes muets ? Vous avez soif ? »
91 1946, Réforme, articles (1946–1980). Spiritualité américaine (19 octobre 1946)
124», un mystique, un ascète, un grand spirituel, un fou de Dieu, un martyr, — un pécheur ! Cependant, ces Américains répètent
92 1947, Doctrine fabuleuse. 5. Miroirs, ou Comment on perd Eurydice et soi-même
125 pas mal de superstitions. Enfin cette expérience folle le mène à une découverte sur les sept sens de laquelle il conviendra
93 1947, Doctrine fabuleuse. 6. L’ombre perdue
126re trop vite. Les états d’âme d’un malade ou d’un fou diffèrent-ils essentiellement des états d’âme d’un homme sain ? Ne so
127iblesses de l’homme, et quelques-unes de ses plus folles illusions, à la hauteur du mythe, ou de la Fable, plus profondément v
94 1947, Doctrine fabuleuse. 11. Le nœud gordien renoué
128rde nouent à la grâce l’ambition, marient au luxe fou l’avarice ingénieuse, resserrent dans les liens d’un calcul instincti
95 1947, Doctrine fabuleuse. 15. Antée ou La terre
129 cette fois, tu es trop nerveux. Je deviens comme fou ! Mais le bon Dieu m’aime, je finis toujours par m’échapper. Harry ve
96 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
130 L’analyse du mouvement, la vitesse ou la lenteur folle, les objets qui montent et volent au lieu de tomber, les déformations
131», un mystique, un ascète, un grand spirituel, un fou de Dieu, un martyr — un pécheur ! Cependant, ces Américains répètent
97 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
132épreuve, et respectée. 14. Comment on y devient fou Dans les grandes villes, et à New York surtout, vous prenez une telle
133, que vous en profitez naturellement pour devenir fou. Il en va bien différemment dans les villages. Vous y deviendrez fou
134différemment dans les villages. Vous y deviendrez fou aussi, mais pour des raisons toutes contraires. Par compression socia
98 1947, Combat, articles (1946–1950). « La tâche française c’est d’inventer la paix » (26 décembre 1947)
135impression que personne n’est décidé à arrêter la folle machine ou, plutôt, à la remettre sur la bonne voie. Nous autres, Sui
99 1947, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Slums (janvier 1947)
136 ville, je n’ai jamais été touché, ils sont d’une folle brutalité, mais surpassée par leur adresse — allument des feux avec d
100 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
137 face concave de Daladier, le profil du chapelier fou d’Alice in Wonderland (ce ne peut être que Bertrand [p. 127] Russell)