1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Lucien Fabre, Le Tarramagnou (septembre 1929)
1r des meneurs ; il tente en vain de ressaisir les foules : déjà elles huent sa modération. Alors il va se jeter au-devant des
2 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Hugh Walpole, La Cité secrète (décembre 1929)
2crète » de la vie privée, quelques regards sur la foule suffisent pour en préciser les conséquences. C’est ainsi qu’intervien
3er, tantôt dans une église, pour constater que la foule ne réagit pas autrement que les individus. L’auteur, qui est l’un de
3 1926, Articles divers (1924–1930). Confession tendancieuse (mai 1926)
4vins si faible et démuni, livré aux regards d’une foule absurde, bienveillante, repue, — tous paraissaient détenir un secret
4 1926, Articles divers (1924–1930). Soir de Florence (13 novembre 1926)
5le son grave de l’infini, pour être seul parmi la foule, lève les yeux, au plus beau ciel du monde. p. 547 h. « Soir d
5 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Lettre du survivant (février 1927)
6es et sur des cartes postales illustrées. Déjà la foule des danseurs nous séparait, mon ami se détournait, un peu vexé ; vous
7Plusieurs fois, j’ai cru vous reconnaître dans la foule qui se précipitait, mais je n’avais pas pris de numéro, je ne pouvais
6 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Quatre incidents (avril 1927)
8au soleil toujours de face. Il ne vit plus que la foule des yeux bleus, son éblouissement. Soudain la voici, elle descend à s
7 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
9 fleuri de terrasses ; on nous déverse dans cette foule et ces musiques, deux visages amis me sourient. Ô liberté aérienne de
8 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
10 fleuri de terrasses ; on nous déverse dans cette foule et ces musiques, deux visages amis me sourient. Ô liberté aérienne de
9 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
11ociale ! Je baisse les yeux sur mon livre. Et la foule menaçante se pressait autour du char de la princesse qu’on menait au
10 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — b. Ridicule et impuissance du clerc qui s’engage
12éserté par tous ceux qui prétendent « mener » les foules ou les événements. Les premières tentatives faites par les clercs pou
11 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — e. En dernier ressort
13us certaine, une féconde humiliation. L’homme des foules n’a que de la haine pour tout idéal un peu haut : il faudrait être fo
12 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 9. Antimarxiste parce que chrétien
14réalisation du paradis socialiste est promise aux foules dans 1 000 ans, 2 000 ans. La réalisation des promesses du Christ est
13 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 14. Tactique personnaliste
15dent seront les seuls à demeurer calmes parmi les foules affolées, à l’heure où la force efficace n’est plus celle des fusils
16assure. Ordre secret et fraternel au milieu de la foule des villes, je le vois grouper lentement des hommes qui se reconnaiss
14 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
17 rien. Que la révolte, enfin, d’un seul contre la foule serait la marque d’un affreux orgueil, si d’abord elle ne témoignait
18l soutient que le solitaire est plus grand que la foule anonyme, que la vie de l’esprit n’est possible que si l’on a d’abord
19t pas le rire d’un Molière : Molière fait rire la foule au dépens de l’extravagant. Mais Kierkegaard rit tout seul de la foul
20extravagant. Mais Kierkegaard rit tout seul de la foule, de son sérieux théâtral et fervent, et de sa peur de toute extravaga
21 la douleur du témoin de l’Esprit au milieu de la foule. L’originalité Qu’entend-il par ce mot d’originalité ? Il faut en r
22 Le solitaire et les faux dieux Nous croyons à la foule, aux races, à l’histoire (ou plutôt à l’évolution des sociétés), à la
23 vocation le dépasse ? Si Kierkegaard condamne la foule, ce n’est point qu’il la craigne, ou qu’il craigne d’y perdre le pauv
24le pauvre moi des psychologues, son reproche à la foule, c’est qu’elle n’exige rien de lui. La foule nous veut tout simplemen
25à la foule, c’est qu’elle n’exige rien de lui. La foule nous veut tout simplement irresponsables, par cela seul, nous la flat
26rois ou quatre femmes, dans l’illusion d’être une foule et que personne peut-être ne saurait dire qui l’avait fait ou qui ava
27-là l’auraient eu, ce courage ! Ô mensonge ! » La foule n’est rien que la fuite de chaque homme devant la responsabilité de s
28e devant la responsabilité de son acte. « Car une foule est une abstraction, qui n’a pas de mains, mais chaque homme isolé a,
29celles de son [p. 615] voisin et non celles de la foule qui n’a pas de mains. » Tout seul en face du Christ, un homme oserait
30acher au visage du Fils de Dieu ? Mais qu’il soit foule, il aura ce « courage », — il l’a eu. Il faut aller plus loin. La fou
31urage », — il l’a eu. Il faut aller plus loin. La foule n’est pas dans la rue seulement. Elle est dans la pensée des hommes d
32 puissant, nous témoignons de notre démission. La foule n’a pas d’autre existence et pas d’autre pouvoir que mon refus d’exis
33. Tu te croyais un moi : témoigne que tu n’es pas foule, imitation et simple objet des lois du monde. La foule attend : si tu
34, imitation et simple objet des lois du monde. La foule attend : si tu la suis, elle te méprisera sans doute, mais c’est le s
35u’au bout accepter de vivre hic et nunc, quand la foule est ubiquité et fuite sans fin dans le passé ou l’avenir. Un seul u
15 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le mouvement des groupes — Kagawa (4 août 1934)
36e soleil. Accueilli à sa sortie de prison par une foule en fête, il entraîne une centaine d’enfants au bord de la mer pour cé
16 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
37 renouvellements nécessaires, puissent offrir aux foules le spectacle vivant de leurs travaux. En liaison étroite avec l’ensei
38susciter l’élan des intelligences, à attacher les foules ? ...................................................................
39rit de l’eau, se lava les mains en présence de la foule et dit : Je suis innocent du sang de ce juste. Cela vous regarde. » N
40 38 Les clercs ont pris parti : les uns avec la foule, les autres avec Pilate. Les uns trahissant grossièrement, les autres
41 clercs de droite, des clercs de gauche, et de la foule. Pourquoi n’a-t-il pas dit seulement : Mon royaume n’est pas de ce mo
42bstraits la plaque sensible d’un micro devant une foule élégante et muette, — c’est une chose, c’est même celle qu’on fera. M
43 voir au-delà et plus profond que ne peut voir la foule. Il faut donner un sens à sa vision. Oserons-nous dire que c’est la v
17 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
44prison, en ressort triomphalement escorté par une foule d’enfants qu’il a secourus, et dès lors le mouvement est lancé, l’opi
18 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.4. Hegel, Comte, Marx, ou la rationalisation
45cessairement à l’étatisme le plus brutal 15 . Une foule de préjugés sentimentaux, politiques et littéraires, très tenaces, no
19 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.8. Décadence des lieux communs
46s de journaux, mais encore il s’est divisé en une foule de dialectes ésotériques. Non seulement l’écrivain moderne use d’une
20 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.13 Commune mesure et acte de foi
47llement, etc., et nous nous embrouillons dans une foule de raisons qui dissimulent bien plus qu’elles ne traduisent notre pas
21 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
48urait définir aisément parce qu’il est fait d’une foule d’éléments précis, pour la plupart [p. 162] très valables en soi, mai
22 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
49radoxes. Je pourrais aussi essayer d’énumérer une foule d’exemples d’actes. Je chercherais à démontrer chaque fois que la pen
50sur le concret. Pourquoi donc voudrait-on que les foules aient plus de respect pour l’esprit que les intellectuels eux-mêmes n
23 1936, Esprit, articles (1932–1962). Francfort, 16 mars 1936 (avril 1936)
51e roulais ces pensées, hier soir, debout parmi la foule qui n’avait pas trouvé de places assises dans une halle de 30 000 pla
52s attendaient. J’étais venu pour écouter aussi la foule. Je me trouvais au milieu d’ouvriers, de jeunes miliciens du Service
53s d’hystérie : rien n’est plus discipliné que ces foules. Il ne s’agit pas d’un tribun déchaîné ; il élève rarement la voix, s
24 1936, Esprit, articles (1932–1962). André Gide, Retour de l’URSS (décembre 1936)
54er les maisons : ce qui m’intéresse ici, c’est la foule. » Je me souviens alors de Goethe à Venise : « Je ne suis encore entr
55Saint-Marc. Il y a de quoi faire au-dehors, et la foule m’intéresse infiniment… » Goethe poursuit : « Aujourd’hui je me suis
25 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). L’Art poétique ou Qu’il faut penser avec les mains (décembre 1936)
56pris. Paradoxe d’un génie catholique, isolé de la foule des hommes, par ce qui manifeste, justement, sa volonté de catholicit
26 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que l’autorité ? (mai 1936)
57 excuse à ce mépris. Pourquoi voudrait-on que les foules aient plus de respect pour le spirituel que les élites elles-mêmes n’
27 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
58 paroxysme vocal, rythmé comme par l’avance d’une foule en marche, catastrophe ou triomphe solennel d’on ne sait quelle révol
59olte… [p. 33] Étrange accord de cette musique de foule et de la lande désolée autour de nous ! Proximité de l’océan. Clameur
60u’ici, dans le silence, se prolonge une rumeur de foule invisible. 6 décembre 1933 Il fait très froid depuis quelques jours
61 su voir : la province et la vie quotidienne, une foule de réalités sociales passionnantes avec lesquelles j’ai hâte de confr
62ésie des diligences, mais aérée. C’est fait d’une foule d’incidents entrevus, que tout dispose à romancer ; de conversations
63e manœuvre : [p. 106] nous laisser prendre par la foule, dont le torrent arrondira nos angles, nous simplifier dans le cadre
28 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
64oute la misère des millions d’isolés qui font nos foules et qui saluent les dictateurs, tout cela en vérité n’est qu’une prièr
29 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
65ésie des diligences, mais aérée. C’est fait d’une foule d’incidents entrevus que tout dispose à romancer ; de conversations a
30 1937, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Selma Lagerlöf, conteur de légende (3 juillet 1937)
66ec humilité. Et cinquante autres personnages, des foules aux foires, la vie commune du bourg et des paroisses. C’est vraiment
31 1937, Journal de Genève, articles (1926–1982). L’Âme romantique et le rêve (23 mars 1937)
67mphale des philistins enfin vengés, perdu dans la foule exaltée je me disais : Qu’est-ce que tout cela, ce discours, ces clam
32 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
68on les courtisans, les « vedettes » du moment. La foule croit vivre en eux, et par eux, les risques et les passions absentes
33 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’autorité assure les libertés (mai 1937)
69. Ce ne sont pas des oracles que fait entendre la foule, nouvelle pythonisse, mais seulement le bruit inconsistant de son agi
34 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
70éoriciens racistes, cherchent moins à enivrer les foules d’éloquence (à la française), qu’à enseigner des faits et une morale
71dans l’air de la ville, dans la circulation de la foule, dans les regards croisés, les propos égarés ? [p. 46] On est en tra
72idus charriés par les mouvements mécaniques d’une foule ? L. hoche la tête : — Allez écouter le Führer, nous en reparlerons d
73iats. Je suis venu avec l’idée d’écouter aussi la foule. Je me trouve au milieu d’ouvriers, de jeunes miliciens du Service de
74 [p. 48] Je suis debout, malaxé et soutenu par la foule, depuis bientôt quatre fois soixante minutes. Est-ce que cela vaut la
75clairée. Une seule chaîne de SS le séparait de la foule. J’étais au premier rang, à deux mètres de lui. Un bon tireur l’eût d
76rtyre, ni rien de beau ou d’héroïque aux yeux des foules ! C’est au contraire une [p. 60] situation devant laquelle le jugemen
77aura fini de parler. Mais un amen à mi-voix de la foule. Je ne veux pas chercher autour de moi les faces d’agents de la Gesta
78plaine inégale, où le pied bute, nous suivons des foules silencieuses et hâtives, vers ce carré de lumière circonscrit d’étend
79e jeunes filles s’éloignant vers la ville avec la foule nous rappelleront la nostalgie heureuse des Wandervögel d’autres temp
35 1938, Journal d’Allemagne. 2. Conclusion 1938
80 et qui déchaîne régulièrement l’enthousiasme des foules allemandes — pour les canons. Ces foules peuvent très bien être compo
81asme des foules allemandes — pour les canons. Ces foules peuvent très bien être composées de pacifistes. Cela n’a aucune impor
36 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
82coup plus tard, ont osé cet aveu suprême. Mais la foule dit : ce sont des fous. Et la passion que le romancier désire flatter
37 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
83ortants de ma terre se sont laissés corrompre. La foule a suivi leur exemple et abandonné la foi (catholique), ce qui fait qu
38 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
84 place d’Assise, en présence de l’évêque et d’une foule immense, il se dépouilla de tous ses vêtements et se dressant tout nu
39 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
85core masquée dans les légendes médiévales par une foule d’éléments épiques et pittoresques. ⁂ Cependant la forme d’art que Wa
40 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
86oulignerai un fait assez frappant : c’est que les foules réagissent au dictateur, dans un pays donné, de la même manière que l
87e qu’il est ce destin… De la sorte, il délivre la foule de la responsabilité de ses actes, donc du sentiment oppressant de sa
88mation d’une idée scientifique qui s’emparait des foules que dans un fanatisme animateur et dans une [p. 295] véritable hystér
41 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
89 publicitaires destinés à attirer la gloire et la foule à tel pèlerinage ou abbaye en magnifiant ses reliques miraculeuses et
42 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). Directeurs d’inconscience (11 avril 1939)
90 maîtres véritables, ou s’en soucient. Meneurs de foules, savants, écrivains, journalistes, médecins : le questionnaire, pour
43 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
91tellectuels ! — la vraie nature de l’angoisse des foules, pour lui donner une réponse à la fois frappante et concrète. « Tout
92seul ; il n’est pas bon non plus que l’homme soit foule. Le monde rationaliste et libéral supposait que l’humanité n’était qu
93 doctrines à la question posée par l’angoisse des foules. D’où les Encycliques sociales données par les deux derniers papes. E
44 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
94tellectuels ! — la vraie nature de l’angoisse des foules, pour lui donner une réponse à la fois frappante et concrète. « Tout
95seul ; il n’est pas bon non plus que l’homme soit foule. Le monde rationaliste et libéral supposait que l’humanité n’était qu
96 doctrines à la question posée par l’angoisse des foules. D’où les encycliques sociales données par les deux derniers papes. E
45 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’Église et la Suisse (août 1940)
97uns politiques le privilège de savoir parler à la foule, de savoir la toucher par des paroles directes. Vous me direz peut-êt
46 1940, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). « À cette heure où Paris… » (17 juin 1940)
98int-Germain-des-Prés, le grisant glissement de la foule de l’Arc aux Chevaux de Marly, les siècles de grandeur, de misère, de
47 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Veille d’élection présidentielle (14 novembre 1940)
99capitalisme traditionnel. Mais Willkie promet aux foules de conserver et même de développer presque toutes les mesures adoptée
48 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Santé de la démocratie américaine (17 janvier 1941)
100entins blancs, bleus et rouges. À onze heures, la foule épela ces mots courant sur les murailles du Times : « Roosevelt entra
49 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
101clairée. Une seule chaîne de SS le séparait de la foule. J’étais au premier rang, à deux mètres de lui. Un bon tireur l’eût d
102int-Germain-des-Prés, le grisant glissement de la foule de l’Arc aux Chevaux de Marly, les siècles de grandeur, de misère, de
103ter dans l’après-guerre l’enthousiasme éperdu des foules. Et les calculs politiques les plus sains des réalistes et des expert
50 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
104 celui qui aime à dire : Je ne suis Personne… La foule, c’est le lieu de rendez-vous des hommes qui se fuient, eux et leur v
105rois ou quatre femmes, dans l’illusion d’être une foule, et que personne peut-être ne saurait dire qui l’avait fait ou qui av
106l’auraient eu, ce courage ! Ô mensonge !… Car une foule est une abstraction qui n’a pas de mains, mais chaque homme [p. 143]
107 mains, non celles du voisin, et non celles de la foule qui n’a pas de mains. 22 Reconnaissons ici la vieille tactique, la
108s fautes, vont se cacher dans les arbres, dans la foule. C’est-à-dire dans le lieu par excellence [p. 144] où l’on peut toujo
109« capable de réponse », ou responsable ; dans une foule il n’y a plus de réponse individuelle ; pour qu’il n’y ait plus de re
110s masses sont dans notre attitude spirituelle. La foule n’est pas dans la rue seulement. Elle est dans la pensée des hommes d
111 même cas Windsor abdique, avec l’approbation des foules. La décadence de la vertu est un thème millénaire de l’éloquence sacr
51 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
112 sables, d’eaux amères ou de rochers, déserts des foules, ou ceux que porte un cœur dénué d’amour et d’espérance. Il n’est pas
113 n’est [p. 201] pas bon non plus que l’homme soit foule : c’est être seul encore, c’est être seuls en masse. La solitude est
114crisie est encore un hommage que la faiblesse des foules rend à quelque idéal très obscurément pressenti. L’effort présent doi
115ux barbares ? La barbarie débile et bébête de nos foules, la démission sans élégance de nos élites, est-ce que c’est cela qu’i
52 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable VI : Le mal du siècle : la dépersonnalisation (19 novembre 1943)
116e celui qui aime à dire : Je ne suis Personne… La foule, c’est le lieu de rendez-vous des hommes qui se fuient, eux et leur v
117rois ou quatre femmes, dans l’illusion d’être une foule, et que personne peut-être ne saurait dire qui l’avait fait ou qui av
118 l’auraient eu ce courage ! Ô mensonge !… Car une foule est une abstraction qui n’a pas de mains, mais chaque homme isolé a,
119 mains, non celles du voisin, et non celles de la foule qui n’a pas de mains » (Kierkegaard). Reconnaissons ici la vieille ta
120s fautes, vont se cacher dans les arbres, dans la foule. C’est-à-dire dans le lieu par excellence où l’on peut toujours dire 
121 « capable de réponse » ou responsable ; dans une foule, il n’y a plus de réponse individuelle ; pour qu’il n’y ait plus de r
122s masses sont dans notre attitude spirituelle. La foule n’est pas dans la rue seulement. Elle est dans la pensée des hommes d
53 1944, Les Personnes du drame. Introduction
123a transforme ; l’opposition du solitaire et de la foule, à l’intérieur même de l’individu ; l’attestation des exigences d’une
54 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
124hemin ; mais je vois des visages, où s’agitait la foule. Nous ne voyons aucun visage ailleurs que dans l’acte d’aimer. 7. T
125 rien. Que la révolte, enfin, d’un seul contre la foule, serait la marque d’un affreux orgueil si d’abord elle ne témoignait
126l soutient que le solitaire est plus grand que la foule anonyme ; que la vie de l’esprit n’est possible que si l’on a d’abord
127t pas le rire d’un Molière : Molière fait rire la foule aux dépens de l’extravagant. Mais Kierkegaard rit tout seul de la fou
128extravagant. Mais Kierkegaard rit tout seul de la foule, de son sérieux théâtral et fervent, et de sa peur de toute extravaga
129la douleur du témoin de l’Esprit, au milieu de la foule. 4. L’originalité Qu’entend-il par ce mot d’originalité ? Il faut e
130 Le solitaire et les faux-dieux Nous croyons à la foule, aux races, à l’Histoire (ou plutôt à l’Évolution des sociétés), à la
131 vocation le dépasse ? Si Kierkegaard condamne la foule, ce n’est point qu’il la craigne, ou qu’il craigne d’y perdre le pauv
132le pauvre moi des psychologues. Son reproche à la foule, c’est qu’elle n’exige rien de lui. La foule nous veut tout simplemen
133à la foule, c’est qu’elle n’exige rien de lui. La foule nous veut tout simplement irresponsables ; par cela seul, nous la fla
134rois ou quatre femmes, dans l’illusion d’être une foule et que personne peut-être ne saurait dire qui l’avait fait ou l’avait
135-là l’auraient eu, ce courage ! Ô mensonge ! » La foule n’est rien que la fuite de chaque homme devant la responsabilité de s
136e devant la responsabilité de son acte. « Car une foule est une abstraction, qui n’a pas de mains, mais chaque homme isolé a,
137ins, non celles de son voisin et non celles de la foule qui n’a pas de mains. » Tout seul en face du Christ, un homme oserait
138acher au visage du Fils de Dieu ? Mais qu’il soit foule, il aura ce « courage », — il l’a eu. Il faut aller plus loin. La fou
139urage », — il l’a eu. Il faut aller plus loin. La foule n’est pas dans la rue seulement. Elle est dans la pensée des hommes d
140 puissant, nous témoignons de notre démission. La foule n’a pas d’autre existence et d’autre pouvoir que mon refus d’exister
141, imitation et simple objet des lois du monde. La foule attend : si tu la suis, elle te méprisera sans doute, mais c’est le s
142au bout accepter de vivre hic et nunc, — quand la foule est ubiquité et fuite sans fin dans le passé ou l’avenir. 7. Un seu
55 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — III.3. L’Art poétique de Claudel
143. Paradoxe d’un génie « catholique », isolé de la foule des hommes, par ce qui manifeste, justement sa volonté de catholicité
56 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Hollywood n’a plus d’idées (13 décembre 1945)
144 tard nous avons soupé, assis par terre, dans une foule, mais dos à dos, et voici l’étonnant de l’histoire : je ne trouve rie
145n quart d’heure, avec l’assentiment du rire de la foule. ⁂ Les créations géniales de Disney remontent à la période où il trav
57 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Les enfants américains réclament des bombes atomiques (20 décembre 1945)
146rtiennent pas à une cellule sociale, formeront la foule de Times Square. Le coudoiement universel leur tiendra lieu d’intimit
147ue subir leur condition. À Times Square, dans une foule compacte et lente, dans la rumeur assourdissante des petites trompett
58 1946, Journal des deux Mondes. 2. Journal d’attente
148mbes. Centres du monde ! Il s’en va, coudoyant la foule et traversant les lieux publics, avec cette grande Question qu’il por
59 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
149int-Germain-des-Prés, le grisant glissement de la foule de l’Arc [p. 71] aux Chevaux de Marly, les siècles de grandeur, de mi
60 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
150uelques officiers allemands en uniforme, dans une foule dépourvue d’élégance. Le totalitarisme ne sera jamais qu’une organisa
61 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
151ur ses conserves. Hier soir, je me suis mêlé à la foule de Times Square. Je n’avais vu tant d’hommes ensemble qu’en Allemagne
152ers onze heures, une rumeur d’océan s’éleva de la foule qui stationnait à l’ouest du building, se propagea rapidement vers le
153e 1940 Désespoir à Times Square. — Errer dans la foule, regarder ou subir les vitrines et les réclames lumineuses en délire,
154 la seule église vraiment moderne de New York. La foule adore le music-hall parce que c’est une image du ciel, si l’on compar
62 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
155e champagne, ces corridors étroits envahis par la foule, et les adieux sur l’avant-pont, seul coin désert, entre des paquets
156x bleus dont je cherchais encore l’adieu parmi la foule, refusés… Un ronron sourd fait vibrer les parois et le plancher de la
63 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
157embre 1942 Quoi de plus sale qu’une ville dont la foule transpire ? Il faut être fou pour rentrer… Mais à l’Office, notre tra
64 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
158rtiennent pas à une cellule sociale, formeront la foule de Times Square. Le coudoiement universel leur tiendra lieu d’intimit
159que subir leur condition. À Times Square, dans la foule compacte et lente, dans la rumeur assourdissante des petites trompett
65 1946, Journal des deux Mondes. 16. Journal d’un retour
160rection d’une beauté oubliée. Mais que dire de la foule que j’ai vue le lendemain aux trottoirs des Champs-Élysées. Je me dis
66 1946, Lettres sur la bombe atomique. 2. La guerre est morte
161rope nous fut annoncée en deux temps, laissant la foule de Times Square perplexe. Cela n’est pas sans conséquences pour le mo
67 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
162.      Désespoir à Times Square. — Errer dans la foule, regarder ou subir les vitrines et les réclames lumineuses en délire,
68 1946, Journal de Genève, articles (1926–1982). Journal d’un retour (11-12 mai 1946)
163rection d’une beauté oubliée. Mais que dire de la foule que j’ai vue le lendemain aux trottoirs des Champs-Élysées ? Je me di
69 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Noël à New York (décembre 1946)
164rtiennent pas à une cellule sociale, formeront la foule de Times Square. Le coudoiement universel leur tiendra lieu d’intimit
165que subir leur condition. À Times Square, dans la foule compacte et lente, dans la rumeur assourdissante des petites trompett
70 1946, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Monsieur Denis de Rougemont, de passage en Europe, nous dit… [Entretien] (4 mai 1946)
166ordinaire beauté, contrastant brutalement avec la foule qui la peuple et que je ne reconnaissais plus : des visages sans gaie
71 1947, Doctrine fabuleuse. 8. Contribution à l’étude du coup de foudre
167’on croise, entre deux stations de métro, dans la foule où se cherchent des yeux — ils se détournent aussitôt que frappés et
72 1947, Doctrine fabuleuse. 10. La gloire
168squent fort de se rendre antipathiques. Jamais la foule n’a jugé ridicule que l’on affiche un amour de la gloire même excessi
169a gloire même excessif pour le talent qu’on a. La foule ne tient pour glorieux que ceux qui prennent le soin de parler de leu
170 qui ne veut pas la gloire telle que la donne une foule à qui la flatte, n’est-ce pas qu’il veut la gloire telle que lui seul
171t l’inverse qu’on observe : c’est ce que donne la foule qui fait la gloire d’un homme.) La gloire antique était virile, comme
73 1947, Doctrine fabuleuse. 15. Antée ou La terre
172pas peu contribué à la popularité du champion. La foule moderne adore que ses héros soient un peu détraqués, ces faiblesses l
74 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
173rpentins blancs, bleus et rouges. À 11 heures, la foule épela ces mots courant sur les murailles du Times : « Roosevelt entra
75 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
174 tard nous avons soupé, assis par terre, dans une foule, mais dos à dos, et voici l’étonnant de l’histoire : je ne trouve rie
175n quart d’heure, avec l’assentiment du rire de la foule. ⁂ Les créations géniales de Disney remontent à la période où il trav
176, indiquant le but et le sens du cortège. Puis la foule qui n’est maintenue que par la plus légère force de police, jouant le
76 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
177t donc qu’un handicap. Il se voit plongé dans une foule où son bien et son mal passent inaperçus, et en tout cas ne sont pas
77 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
178 personnes, mille Européens. Je reconnais dans la foule quelques têtes, la moustache d’Anthony Eden, la face concave de Dalad
179’il voyait son église se remplir subitement d’une foule d’incroyants répétant avec lui les mêmes paroles, se sentirait fort m
78 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
180verser sans semer la mort à chaque instant, cette foule d’hommes en blanc qui marchent en tous sens entre les deux trottoirs,
181mpêcher de se le demander, et d’eux seuls dans la foule infinie, car eux seuls sont vraiment distincts, marchant vers autre c
79 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
182ouvre, le roi leur ayant interdit de tirer sur la foule. On trouvait des troupes des cantons au service des rois de France, d
80 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
183mocratiques d’allure, plus fréquemment mêlés à la foule de midi sur les plates-formes de tramways, ni plus facilement accessi
81 1953, La Confédération helvétique. 5. La vie religieuse
184, et elle en profitait pour se faire accorder une foule de droits et grâces ecclésiastiques, ce qui peut expliquer en partie
82 1953, Preuves, articles (1951–1968). Deux princes danois : Kierkegaard et Hamlet (février 1953)
185de l’Église qu’abuse la doctrine édulcorée que la foule, aujourd’hui, prend pour du christianisme. Hamlet connaît maintenant
83 1953, Preuves, articles (1951–1968). « Nous ne sommes pas des esclaves ! » (juillet 1953)
186imanche rouge de 1905 où le Tzar fit tirer sur la foule qui marchait vers le Palais d’Hiver. Ce sont les descendants des ouvr
187talinallee. Les tanks soviétiques ont tiré sur la foule ouvrière. Cette phrase qu’on n’a pas lue dans la presse communiste, n
188jamais : d’autres que les Soviets ont tiré sur la foule des prolétaires revendiquant leur droit de vivre. D’autres massacres
189faits. Il leur reste à nier l’éclat de rire de la foule devant les haut-parleurs qui proclament les bonnes intentions du gouv
84 1953, Le Figaro, articles (1939–1953). « Nous ne sommes pas des esclaves ! » (25 juin 1953)
190is ce Dimanche Rouge, où le tsar fit tirer sur la foule qui marchait vers le Palais d’Hiver. Ce sont les descendants des ouvr
191line-Allee. Les tanks soviétiques ont tiré sur la foule ouvrière. Cette phrase qu’on n’a pas lue dans la presse communiste, n
192jamais : d’autres que les Soviets ont tiré sur la foule des prolétaires revendiquant leur droit de vivre. D’autres massacres
85 1956, Journal de Genève, articles (1926–1982). « Oserons-nous encore… » (6 novembre 1956)
193a misère collective et le canon des chars dans la foule serrée chantant la liberté. Mais avant que l’Histoire et la colère de
194’autres capitales de l’Europe, massacrer d’autres foules révoltées, et liquider d’autres élites sans armes. Nous devons à la p
86 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
195al retour d’Orient s’écrie : « Je n’ai vu que des foules, pas une personne ! » Et l’Oriental qui circule dans nos villes songe
196es minuscules. La [p. 31] chaussée envahie par la foule en tous sens qui entrave en permanence le passage des voitures. Les t
197bmerge l’Européen livré à l’Inde, immergé dans la foule indienne. J’ai parlé de l’Hindou « grégaire » : terme inexact s’il fa
198usage qu’on en fait n’est pas du tout le même. La foule de Bénarès n’est pas la foule de Lourdes, même si l’on [p. 37] pense
199du tout le même. La foule de Bénarès n’est pas la foule de Lourdes, même si l’on [p. 37] pense que Dieu reconnaîtra les siens
87 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la honte et l’espoir de l’Europe (janvier 1957)
200ille, dont un quart vote pour les communistes. La foule pendant une heure, avançant lentement sur toute la largeur de la rue,
88 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la neutralité européenne (II) (avril 1957)
201manité entière et de l’Europe conjointement ? Une foule de motifs très divers concourent à me faire répondre à la première qu
89 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur le crépuscule d’un régime (octobre 1957)
202e ne peut fonctionner qu’à cette condition. Cette foule qui choque l’esthète, je la trouve si touchante ! Elle s’amuse, elle
203urs partisans bavards. Avant de nous mêler à leur foule insouciante, demeurons un moment recueillis dans la gloire sombrement
90 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur l’Europe à faire (novembre 1957)
204ue j’éprouve une secrète attirance. Perdu dans la foule anonyme, je suivais les « interventions » très sévèrement réglées des
91 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la pluralité des satellites (II) (décembre 1957)
205elle ainsi le complexe formé par la jobardise des foules, leur intoxication par le sensationnel, et les [p. 53] fausses déduct
206ses masses, l’URSS préférant frapper l’esprit des foules, « car on ne vit pas de pain seulement »… Chacun récolte donc ce qu’i
92 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur la fabrication des nouvelles et des faits (février 1958)
207gences rivales : ce procédé qui obsède encore les foules est périmé. Ce n’est plus l’exactitude des nouvelles publiées qui est
93 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
208u derrière la fillette, et je l’ai perdue dans la foule… — Comment accordes-tu cela, dit Agathe, avec le fait que l’amour n’e
209it de son ménage, puis la quitte et meurt dans la foule. Inexplicablement reparue à cette heure, Lara vient pleurer sur son c
94 1959, Preuves, articles (1951–1968). Rudolf Kassner et la grandeur (juin 1959)
210plus authentiques Grandes Dames, mais aussi d’une foule de figures touchantes, excentriques ou typiques, qu’il se divertissai
95 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — e. Invasion de l’érotisme au xxe siècle
211s notions de l’homme, qu’une élite inconnue de la foule élabore à l’abri de toute sanction sociale : [p. 32] car c’est là qu’
96 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
212u derrière la fillette, et je l’ai perdue dans la foule… — Comment accordes-tu cela, dit Agathe, avec le fait que l’amour n’e
213it de son ménage, puis la quitte et meurt dans la foule. Inexplicablement reparue à cette heure, Lara vient pleurer sur son c
97 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 2. Deux princes danois. Kierkegaard et Hamlet
214de l’Église qu’abuse la doctrine édulcorée que la foule, aujourd’hui, prend pour du christianisme. Hamlet connaît maintenant
98 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
215désigne l’homme isolé par l’esprit, — isolé de la foule, « qui est mensonge ». Et l’objet, le prochain — celui qu’il faut aid
216signature de l’homme spirituel, distingué dans la foule anonyme, séquestré par sa vocation, mais en même [p. 127] temps relié
99 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 6. Rudolf Kassner et la grandeur humaine
217plus authentiques grandes dames, mais aussi d’une foule de figures touchantes, excentriques ou typiques, qu’il se divertissai
100 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
218euples, c’est qu’on les voit désigner une [p. 60] foule d’objets par les mêmes mots : ainsi Dieu, le ciel, l’amour, la mer, l
219de grands esprits ont fait leurs preuves dans une foule de domaines, les lettres sont aussi florissantes que jamais. Qu’est-c