1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jean Prévost, Tentative de solitude (septembre 1929)
1 f « Dès que nous sommes seuls, nous sommes des fous. Oui, le contrôle de nous-mêmes ne joue que soutenu par le contrôle q
2ogique. « Tout homme normal est fait de plusieurs fous qui s’annulent », écrit-il. Ce fou qui veut être soi purement, qui ve
2 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Billets aigres-doux (janvier 1927)
3nfuis vers d’autres rêves Où sourient quels anges fous. L’horaire dicte un adieu, La mode qu’on rie des pleurs, Lors je bais
3 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Entr’acte de René Clair, ou L’éloge du Miracle (mars 1927)
4 voisin, un agent, murmure : « On va tous devenir fous ! » — « Hé ! lui dis-je, si seulement. » Mais tout de même, là par ex
4 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Adieu au lecteur (juillet 1927)
5entations d’adieu.   On nous a parfois traités de fous (avec ou sans sourire). Nous sommes à l’âge de nous en réjouir. On s’
6 viennent de là. Nous sommes assez sages et assez fous pour ne pas en gémir et pour en accepter les conséquences. Et puis, d
5 1928, Articles divers (1924–1930). Miroirs, ou Comment on perd Eurydice et soi-même » (décembre 1928
7 protester contre le miracle. Parmi tous ses mots fous, noms, baisers, appels qui reçoivent en même temps leur réponse, il r
6 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 1. Mes prisons
8 vague angoisse que l’on fuyait avec des bonheurs fous dans les bras maternels, ou bien dans ces promenades en tenant la for
7 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 5. La machine à fabriquer des électeurs
9ntéressée, les gouvernements seraient un peu plus fous qu’on n’ose les imaginer de ne pas [p. 44] entreprendre sur l’heure u
8 1929, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Sherwood Anderson, Mon père et moi et Je suis un homme (janvier 1929)
10mêmes et de tout le reste, nous amusant comme des fous ». Mais non, on ne le secouera pas, ce cauchemar, ce monde moderne, [
11cauchemar, ce monde moderne, [p. 124] ce monde de fous qui n’ont plus que leur raison, ce monde où l’on ne sait plus créer a
9 1930, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les soirées du Brambilla-club (mai 1930)
12ntais ne tarde pas à se produire : des aboiements fous et une effusion de lumière basse, rougeoyante, campagnarde. ⁂ La sauc
10 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
13 lui était le monde : le monde, l’énorme asile de fous dont Eiichi avait parlé à son père, — mort maintenant, — tourmenté pa
14se du militarisme et du capitalisme ; un asile de fous qui s’étend sur toute la terre. Sans se préoccuper si c’était le mond
11 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.2. Une « tasse de thé » au Palais C…
15 exprimé en symboles gantés de blanc. Nous sommes fous, mais il y a la manière. J’ai l’ennui de mon ami Gérard de Nerval, je
12 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
16, il n’y a plus que les Gothas. Les modernes sont fous et ridicules. Ils ont mis un sellier à la tête du Reich, et seuls les
13 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.5. Appendice. Les Soirées du Brambilla-Club, (1930)
17ntais ne tarde pas à se produire : des aboiements fous et une effusion de lumière basse, rougeoyante, campagnarde. ⁂ La sauc
14 1933, Esprit, articles (1932–1962). Loisir ou temps vide ? (juillet 1933)
18exte à récriminations : « je turbine » ou « je ne fous rien ». Phrases d’esclaves, consternante misère : une misère qui nous
15 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — e. En dernier ressort
19illeux de le lui imposer de force. On a vu de ces fous : mais ils n’ont triomphé que par l’abdication de l’idéal premier. En
16 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
20ignation que de pitié ? Les hommes se traitent de fous par manière d’injure. Mais la folie demande plutôt des soins que des
17 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — ii. Loisir ou temps vide ?
21exte à récriminations : « je turbine » ou « je ne fous rien ». Phrases d’esclaves, consternante misère : une misère qui nous
18 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Au sujet d’un roman : Sara Alelia (3 novembre 1934)
22 rôde dans ces campagnes désertiques ; il y a des fous, des femmes possédées ; des ivrognes qui citent les Écritures ; peut-
19 1934, Journal de Genève, articles (1926–1982). Sara Alelia (25 mai 1934)
23 rôde dans ces campagnes désertiques : il y a des fous, des femmes possédées ; des ivrognes qui citent les Écritures ; peut-
20 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
24m d’une théologie… Je ne vous reproche pas d’être fous, je vous reproche de dire sans nulle angoisse des choses folles et fo
21 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
25 ville : je crois cependant que la proportion des fous est moindre ici que sur le continent. Et l’on meurt vieux 5 , et les
26dans la communion, superstitieux, poètes, bons et fous. Je décrivis les révoltes obscures de ces masses opprimées et naïves,
22 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
27uit de ferraille sur les passerelles, des camions fous et des affiches tragiques dénonçant je ne sais quelle émeute : voilà
28ces populations urbaines. S’ils ne deviennent pas fous, s’ils ne sortent pas [p. 241] de leurs boîtes comme des guignols voc
23 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
29 ville : je crois cependant que la proportion des fous est moindre ici que sur le continent. Et l’on meurt vieux, et les méd
30dans la communion, superstitieux, poètes, bons et fous. Je décrivis les révoltes obscures de ces masses opprimées et naïves,
24 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
31ts à vos frontières ? Les Français ne sont pas si fous ! Il a paru complètement déconcerté. 9 mars 1936 Journaux français.
32és à d’autres catastrophes. Je sais qu’il y a des fous, des accidents de circulation et des erreurs de l’histoire. Le Führer
25 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
33cet aveu suprême. Mais la foule dit : ce sont des fous. Et la passion que le romancier désire flatter chez l’auditeur paraît
26 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
34tre sexe 40 et ces clairs troubadours, joyeux et fous, dit-on, chantant l’amour, le printemps, l’aube, les vergers fleuris
27 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
35chinois comme un symptôme de folie. « Nous sommes fous sans nous en rendre compte ; toute notre vie est fondée sur la passio
36illité ! Je suis moi-même le plus fou de tous les fous, hélas ! Mais au moins maintenant je le sais. Et encore : La civili
37remment m’ont choisi comme saint patron, pour des fous intégraux (disons à 95 %, comme l’alcool absolu). Le jeune Espagnol,
28 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
38icables, ou qu’on se borne à déclarer absurdes et fous s’ils résistent à notre analyse. C’est pourquoi la raison se trouve d
29 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
39ervés à d’autres catastrophes. Certes, il y a des fous, des accidents de circulation et des erreurs de l’Histoire. Mais le F
30 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
40 même de ce bien. Il ne va pas courir des risques fous, il a [p. 125] déjà sa belle prudence ecclésiastique. L’ordre et non
41phonie dominée par le bruit des bombes. Un de ces fous à la sagesse bavarde, comme on en trouve dans les cafés, avait coutum
31 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
42nt pour sage ; mais nous, nous ne deviendrons pas fous. La solution est de résister au Diable par la ruse et la subtilité, p
32 1945, Carrefour, articles (1945–1947). L’Amérique de la vie quotidienne (19 octobre 1945)
43; tant de races et de mélanges de races ; tant de fous qui réussissent ou qui amusent ; et aussi tant d’efforts gaspillés po
33 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
44cette phrase grommelée : « On se demande ce qu’on fout par là… » Il a fallu les « reprendre en main » et parler fort, cela r
34 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
45s moments de tendresse banale ? Ils deviendraient fous de révolte… Ils en ont, ils en ont sûrement quand ils s’endorment épu
35 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
46ant. Tous ces arbres si riches, touffus et un peu fous ! Et ces maisons coloniales espacées, si intimes semble-t-il derrière
36 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
47ée, pensez-vous, vous êtes meilleurs que tous ces fous qui s’entre-tuent. C’est vrai. Vous savez traiter vos affaires sans c
37 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
48aux d’ordure plus hauts qu’eux et des tourbillons fous de papiers sales, pour s’ouvrir enfin toute béante sur les fumées de
38 1946, Journal des deux Mondes. 17. Le mauvais temps qui vient
49suis loin de proposer [p. 251] qu’on déchaîne les fous et les aventuriers, mais je voudrais pouvoir compter sur des hommes p
39 1946, Lettres sur la bombe atomique. 7. Tout est changé, personne ne bouge
50it cela comme moi, et que personne ne hurle : aux fous ! hommes d’État, généraux, parlementaires, économistes, radoteurs [p.
51omistes, radoteurs [p. 48] à gages, ils sont tous fous, ne les écoutez plus ! — quand je vois que si je dis tout cela, les g
40 1946, Lettres sur la bombe atomique. 9. Paralysie des hommes d’État
52ent, et les esprits en état de siège. Sommes-nous fous ? Allons-nous continuer ce jeu jusqu’à l’explosion de la Terre ? Allo
41 1946, Lettres sur la bombe atomique. 17. La fin du monde
53vait voté que l’on arrête les frais ; et tous ces fous ne feraient en somme qu’exécuter la volonté commune… « Viens, douce m
42 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
54ux d’ordures plus hauts qu’eux et des tourbillons fous de papiers sales, pour s’ouvrir enfin toute béante sur les fumées de
43 1946, Le Figaro, articles (1939–1953). Les nouveaux aspects du problème allemand (30 mai 1946)
55olitique de camisole de force, propre à créer des fous furieux, et une politique de cure sévère, propre à guérir un peuple i
44 1946, Combat, articles (1946–1950). Paralysie des hommes d’État (21 mai 1946)
56ent, et les esprits en état de siège. Sommes-nous fous ? Allons-nous continuer ce jeu jusqu’à l’explosion de la Terre ? Allo
45 1946, Réforme, articles (1946–1980). Deux lettres sur la fin du monde (29 juin 1946)
57vait voté que l’on arrête les frais ; et tous ces fous ne feraient en somme qu’exécuter la volonté commune… « Viens, douce m
46 1946, Le Semeur, articles (1933–1949). Chances d’action du christianisme (juin-juillet 1946)
58ent les prédicateurs depuis deux siècles. « Soyez fous ! » dit saint Paul aux Corinthiens. « Osez être l’Invraisemblable ! »
59sonnes et par des petits groupes ; par quelques « fous de Dieu » comme saint François d’Assise ; par des gens de peu réunis
47 1947, Doctrine fabuleuse. 5. Miroirs, ou Comment on perd Eurydice et soi-même
60 protester contre le miracle. Parmi tous ses mots fous, noms, baisers, appels qui se donnent en même temps leur réponse, il
48 1947, Doctrine fabuleuse. 6. L’ombre perdue
61second romantisme bat son plein. On a vu bien des fous chez Tieck et chez Fouqué. Celui-ci pourtant manifeste une anxiété pl
49 1947, Vivre en Amérique. Prologue. Sentiment de l’Amérique
62; tant de races et de mélanges de races ; tant de fous qui réussissent ou qui amusent ; et aussi tant d’efforts gaspillés po
50 1947, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Slums (janvier 1947)
63ux d’ordures plus hauts qu’eux et des tourbillons fous de papiers sales, pour s’ouvrir enfin toute béante sur les fumées de
51 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
64 sera facile. Et cela fait, comme ils ne sont pas fous, ils comprendront que leur intérêt ne consiste plus à rester à l’écar
52 1948, Suite neuchâteloise. I
65 de littérature ; tant de bon sens professé et de fous à soigner ; tout un petit monde de contrastes intenses, entre l’austé
53 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 6. L’expérience de l’espace
66ition qui devait aboutir à la conquête. Des rêves fous, nourris d’erreurs et d’hypothèses extravagantes, c’était tout ce que
54 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la neutralité européenne (mars 1957)
67n, la révolte grondant chez les pions et chez les fous. Nous ne voulons plus servir au jeu des Grands, disent-ils, ils sont
55 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la neutralité européenne (II) (avril 1957)
68sert. Mais on ne peut espérer qu’ils seront assez fous pour laisser nos pays de l’Est rejeter le communisme détesté. Or ce n
56 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur un certain cynisme (septembre 1957)
69 siècle sont d’accord pour trouver que notre café fout le camp, et ne sont pris au sérieux qu’à ce prix. C’est le pont aux â
57 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur la fabrication des nouvelles et des faits (février 1958)
70 (Quand les Russes ratent, on n’en sait rien, pas fous.) Mais les agences n’ont rien perdu.   Le masochisme occidental. — J
58 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un patriotisme de la terre (mars 1958)
71abitants de Mercure, « il faut qu’ils soient tous fous à force de vivacité et n’aient pas plus de mémoire que la plupart des
59 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — g. Parenthèse sur le sens des mots
72raine méprise les puritains et les tient pour des fous, à la fois ridicules et dangereux. Mais je n’oublie pas que sans la d
60 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
73 une sorte de folie que d’être sage au milieu des fous. 101 Bluntschli, juriste international suisse du xixe siècle :
61 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
74’est une sorte de folie d’être sage au milieu des fous. Dans un Jugement sur la Paix perpétuelle, écrit en même temps que l
62 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
75le problème où ils l’ont laissé, quitte à devenir fous eux-mêmes, — cette voie est barrée pour toujours ; et cette frontière
63 1962, Les Chances de l’Europe. III. L’Europe s’unit
76 une sorte de folie que d’être sage au milieu des fous. » 32 Certains de ces plans devinrent célèbres, comme celui de Sull
64 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.3. Sur la fabrication des nouvelles et des faits
77 (Quand les Russes ratent, on n’en sait rien, pas fous.) Mais les agences n’ont rien perdu. Le masochisme occidental. — Je
65 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.6. Culture et technique en Europe et dans le monde
78ain, l’avion, ou son auto, que parce que quelques fous et rêveurs de génie inventèrent un beau jour ces mécaniques, qui deva
66 1972, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Merveilleux Lavaux (23-24-25 décembre 1972)
79faire son salut, ce sera par la grâce de quelques fous associant leur foi poétique aux calculs des vrais réalistes — lesquel
67 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 6. L’avenir sensible au cœur
80, de même que celle d’Hitler, est une histoire de fous. Or, personne n’aurait pu prévoir la résultante du croisement fortuit
81ltante du croisement fortuit de deux histoires de fous. p. 145 91. Bertrand de Jouvenel, L’Art de la Conjecture, op. c
68 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 7. Première histoire de fous : l’Auto
82 [p. 161] 7 Première histoire de fous : l’Auto Les jeunes gens d’aujourd’hui n’imaginent pas le monde et la
83 eussent été hors d’état de prévoir l’histoire de fous qu’initiait Henry Ford sous leurs yeux, parce qu’ils partageaient ave
69 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 8. Deuxième histoire de fous : Hitler
84 [p. 183] 8 Deuxième histoire de fous : Hitler Individu quelconque et quasi nul en soi, phénomène d’envergu
70 1978, La Vie protestante, articles (1938–1978). « Bof ! disent les jeunes, pourquoi ? » (1er décembre 1978)
85uffisamment impliqués pour dire autre chose que « Foutez-moi la paix ! je m’occupe de mes petites affaires, celles de mon âge,
71 1981, Cadmos, articles (1978–1986). Un falsificateur vu de près (été 1981)
86s’engage à « marcher avec n’importe quel type qui foutra ce régime par terre ». Le jeu des falsifications s’élève ici à la pr
72 1984, Cadmos, articles (1978–1986). Chronique européenne : La préparation des élections européennes (printemps 1984)
87 (UDF) déclare à propos de Chirac (RPR) : « Il se fout de l’Europe ! » Cependant que Lionel Jospin estime « qu’à l’Europe de
88s jeunes giscardiens s’annoncent comme « amoureux fous de l’Europe de la liberté » et appellent de leurs vœux la naissance d
73 1985, Cadmos, articles (1978–1986). Trente-cinq ans d’attentes déçues, mais d’espoir invaincu : le Conseil de l’Europe (été 1985)
89phrase étonnante : « Laissons maintenant agir les Fous — ne voyez-vous pas où les Sages nous ont conduits ? » Relisant cela