1 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
1umeur acariâtre et réactionnaire. Vous tracez des frontières géographiques à la raison ? Eh bien, c’est vous qui l’aurez voulu, ma
2 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
2ait mener le wilsonisme schématique qui traça les frontières actuelles, dans ce renversement des rôles, l’oppresseur devenant l’op
3 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
3it dans un monde rythmé, fusant, tournoyant, sans frontières. Eux : leurs petites moustaches militaires, leurs joues rouges, leurs
4reux, le train ralentit. Hegyeshalom, petite gare frontière arrêtée au milieu de la plaine à l’heure A, — l’heure des arrivées et
4 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
5n du pittoresque et défini, au goût du temps, les frontières de certains pays dont on venait à peine de reconnaître l’existence lé
5 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
6ait mener le wilsonisme schématique qui traça les frontières actuelles, dans ce renversement des rôles, l’oppresseur devenant l’op
7it dans un monde rythmé, fusant, tournoyant, sans frontières. Eux : leurs petites moustaches militaires, leurs joues rouges, leurs
8reux, le train ralentit. Hegyeshalom, petite gare frontière arrêtée au milieu de la plaine à l’heure A, — l’heure des arrivées et
6 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
9ut est mythe de nouveau. Mythes de l’ombre et des frontières, sortis de la forêt occidentale : je retrouve en eux mon enfance ento
10e que l’on ignore d’un être, dans le domaine sans frontières où l’on connaît profondément. Par les yeux d’une femme étrangère, mes
7 1933, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Histoires du monde, s’il vous plaît ! » (janvier 1933)
11conception du monde. Dans une époque qui a vu les frontières et les peuples de l’Europe bouleversés ; les régimes choir ; le Plan
8 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
12ures toutes récentes organisant la couverture des frontières [p. 32] par les habitants de la région sont absolument dans la ligne
9 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
13 de l’illusion classique du voyageur. On passe la frontière d’une de ces nations neuves : on s’imagine que tout, êtres et choses,
14ux ! Parce que vous mettez quelques soldats à vos frontières ? Les Français ne sont pas si fous ! Il a paru complètement déconcert
10 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
15es voisins : — Nous sommes trop nombreux dans nos frontières, j’exige donc des terres nouvelles ! — et c’est la nouvelle passion.
11 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
16e… Au dehors, la neige et la brume. Plus loin, la frontière, des tranchées, des hommes en train de tuer et en train de mourir… Et
12 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
17ures toutes récentes organisant la couverture des frontières par les habitants de la région sont absolument dans la ligne du fédér
13 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
18s bureaux et les usines — pour que rien ne passe. Frontières [p. 130] closes, pays forclos, reclus dans ses sécurités. Et rien ne
19 nous sommes matériellement en état de garder nos frontières. Mais les plus épaisses murailles ne peuvent arrêter certaines voix.
20 que cette raison a peu de poids en dehors de nos frontières. Les voisins que nous avons à redouter sont justement ceux qui déclar
21aintenant, et dans nos vies, à l’intérieur de nos frontières. C’est faire que notre Suisse ait vraiment le droit de s’offrir en ex
22aire connaître autour de nous et en dehors de nos frontières. Si quelqu’un d’entre vous me dit que pour sa part, il ne voit pas pa
14 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
23tat suisse ; religieusement à une Église dont les frontières sont bien plus vastes que celles de l’État ; intellectuellement à l’u
24ie maxima est celle de l’État qui prétend que ses frontières douanières et politiques soient en même temps celles de la religion d
25un : l’œcuménicité, la volonté de relativiser les frontières politiques. (Nul besoin d’abolir celles-ci, comme le voulaient les In
15 1940, Mission ou démission de la Suisse. Appendice, ou « in cauda venenum » Auto-critique de la Suisse
26rquoi [p. 207] donc, demanderai-je, fortifier nos frontières ? L’intégrité du territoire serait-elle plus importante de nos jours
16 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
27créatures spirituelles vivant et agissant sur les frontières de l’Éternel et de la Création, de l’éternité et du temps. Ce sont de
17 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
28raversé durant cette guerre une bonne douzaine de frontières, et j’ai rempli quelques centaines de questionnaires, dont l’un au mo
18 1944, Les Personnes du drame. IV. Une maladie de la personne — 8. Le Romantisme allemand
29s : la suppression du droit romain, le mépris des frontières et des obligations, le culte des morts rétabli, le rêve d’expansion i
19 1946, Journal des deux Mondes. 2. Journal d’attente
30d’un ultime colloque, avant que ne se ferment les frontières, avant la solitude, avant la nuit de l’esprit. 24 mai 1939 Avant-hi
20 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
31un militaire… En cantonnement, quelque part à la frontière suisse, fin septembre 1939 — Tu te rends compte ? dit un camarade. — 
32randes lignes de la guerre, et çà et là, dans nos frontières, des secteurs minuscules, comme au hasard, qu’on voit d’un coup avec
33nse de ce pays. Ainsi les uns creusent le sol aux frontières, et moi je fouille et pioche dans une bibliothèque… C’est du moins ce
21 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
34ntenir que des salades… 16 mai 1940, près de la frontière Rappelé à la troupe. Les hommes gonflés à bloc crient : « À Stuttgart
22 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
35te et des démocrates de gauche… J’écris ceci à la frontière espagnole, sous le regard peu rassurant de jeunes soldats qui représe
36e chiffre maximum des étrangers admis à passer la frontière ce jour-ci ayant été atteint dès le matin. Il y a, dans notre convoi,
37, malheureusement vociférante. Nous atteignons la frontière vers huit heures du matin, exténués et assoiffés. Et le petit jeu des
38 lentement, dans un paysage africain. Et voici la frontière portugaise : une gare en faïence bleue et blanche, et soudain tout es
39re le démoniaque et le surhumain. Et j’ai vu, aux frontières de la Suisse, l’invasion des herbes sauvages venant des terres abando
40du train qui sifflait déjà pour le départ vers la frontière — à deux cents mètres — du Portugal et de la liberté. Car tel est le
23 1946, Journal des deux Mondes. 16. Journal d’un retour
41Europe ancienne s’est rétrécie à la mesure de nos frontières. En une semaine, aux deux bouts de mon voyage, je viens de voir du mo
24 1946, Lettres sur la bombe atomique. 2. La guerre est morte
42les abattre ; que les classes vont se fondre, les frontières s’évanouir, les gangsters de tous ordres modérer leurs ardeurs ; que
25 1946, Lettres sur la bombe atomique. 15. L’État-nation
43 souveraineté absolue, n’est pas limité par leurs frontières, et ne saurait être défendu par leurs armées. En effet, supprimez ces
44liser » tout ce qui peut l’être à l’intérieur des frontières, au lieu de multiplier les échanges internationaux, comme le bon sens
45taire, qui se [p. 95] bardent de protections à la frontière, comme autrefois, en attendant que la Bombe vienne volatiliser leurs
26 1946, Lettres sur la bombe atomique. 16. Le goût de la guerre
46 mes précédentes lettres au sujet des armées, des frontières, des nations souveraines et du pouvoir mondial. Maintenant, pour quel
27 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
47gime totalitaire, qui prétend faire coïncider les frontières de l’État avec celles de toutes les activités sociales, spirituelles
48unité dans l’uniformité. Au lieu de pétrifier les frontières extérieures des groupes qui forment la fédération, il cherche à vivif
28 1946, Esprit, articles (1932–1962). Épilogue (novembre 1946)
49 en gros et en détail, de ce refus d’ouvrir leurs frontières, de l’esclavage où ils tiennent leur presse, et de l’orgueil de parve
29 1947, Vivre en Amérique. Prologue. Sentiment de l’Amérique
50pération, fort coûteuse si l’on habite loin d’une frontière, n’a de toute évidence qu’une portée symbolique et rituelle. Autremen
30 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
51effort des pionniers a consisté à repousser cette frontière toujours plus loin vers l’Ouest. Jusqu’à ce qu’enfin, au xixe siècle
52tournèrent vers l’industrie. Ce fut leur nouvelle frontière, leur nouveau front, dirait-on de nos jours. Et ce fut l’ère des fort
53lisme américain. ⁂ Où trouveront-ils désormais la frontière qui mettrait au défi leur esprit d’aventure ? La terre ni le ciel ne
54ntenant l’Américain, devant le monde, sa nouvelle frontière. En ce milieu du xxe siècle, il se voit partagé entre deux rêves con
55e petit-fils des pionniers qui luttaient sur la « frontière ». Il pressent qu’il a fait son plein ou qu’il est bien près de le fa
56une vie sans cesse plus large et libre. Mais la « frontière » désormais se confond avec les frontières mêmes des États-Unis. Il f
57is la « frontière » désormais se confond avec les frontières mêmes des États-Unis. Il faut donc en sortir, et deux voies sont poss
58nt, depuis que sa mouvante frontier a rejoint ses frontières naturelles, aux environs du début de ce siècle. Ces frontières se tro
59turelles, aux environs du début de ce siècle. Ces frontières se trouvaient être deux océans, au-delà desquels régnaient le Japon e
31 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
60 en gros et en détail, de ce refus d’ouvrir leurs frontières, de l’esclavage où ils tiennent leur presse, et de l’orgueil de parve
32 1947, Vivre en Amérique. Épilogue. La route américaine
61 des défricheurs de savanes qui firent reculer la frontière de décade en décade, à travers le Far West, jusqu’à ce qu’ils eussent
33 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
62es unes aux autres, suppriment sur tous les plans frontières et visas, renoncent au dogme meurtrier de la souveraineté absolue, cr
34 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
63linguistiques, religieux, qui n’ont pas les mêmes frontières, et qui se recoupent de cent manières différentes. Il est clair que d
64ue est l’heure de vol. Il médite sur la carte des frontières, dont les réseaux de l’air ne tiennent pas compte. S’il posait son at
65re partout sa recherche, ne saurait s’arrêter aux frontières d’un pays. Voilà donc le fédéralisme. L’opposition Il semble à premiè
35 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
66 qu’elle est, pessimiste et divisée, encombrée de frontières qui l’empêchent de respirer, menacée à chaque instant d’une sorte d’h
67 nous rendrait [p. 101] pas davantage la vie. Nos frontières, nos cordons douaniers, suffisent à empêcher nos biens de circuler, m
68usion de la nation et de l’État, fixant les mêmes frontières rigides à des réalités culturelles, linguistiques, économiques et adm
69à devenir des divisions mortelles. Tandis que les frontières étatiques cloisonnent l’Europe verticalement, les idéologies et les p
70nt dans la paix de ma campagne franco-suisse. (La frontière est à douze cents mètres. À chaque passage, je renouvelle in petto l’
36 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
71usion de la nation et de l’État, fixant les mêmes frontières rigides à des réalités culturelles, linguistiques, économiques et adm
72à devenir des divisions mortelles. Tandis que les frontières étatiques cloisonnent l’Europe verticalement, les idéologies et les p
37 1948, Esprit, articles (1932–1962). Thèses du fédéralisme (novembre 1948)
73 unes aux autres, suppriment, sur tous les plans, frontières et visas, renonçant au dogme meurtrier de la souveraineté absolue, cr
38 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Contre la culture organisée (avril 1952)
74du grand Domaine Occidental en nations bardées de frontières, hérissées de tarifs douaniers et de mesures prétendues « protectionn
75. Observons qu’il n’en serait pas question si les frontières étaient ouvertes, et l’union fédérale de l’Europe réalisée. Nos cultu
76experts officiels. Mais l’État est intervenu, des frontières ont été posées, et la culture dépérit. Les experts culturels des État
39 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). À propos de la crise de l’Unesco (décembre-janvier 1953)
77 eux, quand ils le trouvent utile, par dessus les frontières nationales (comme l’on fait par exemple, au CEC, les directeurs de fe
40 1953, La Confédération helvétique. Introduction (par Lucien Febvre)
78té de bonne heure attirés vers la Suisse — il y a frontière commune entre les Neuchâtelois, les Vaudois, les Genevois et ces Fran
79us les 30 à 40 kilomètres en moyenne on passe une frontière en Suisse — et on change d’État. Ne dites pas que c’est jouer sur les
41 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
80ctement aristocratique de tous — et qu’à peine la frontière passée, il descendit de sa voiture, se jeta sur le sol pour embrasser
81ommandement, l’armée suisse veilla fidèlement aux frontières ; et les déplacements fréquents de troupes romandes en Suisse alémani
82ouvernements, lorsqu’ils parlent d’arrondir leurs frontières, l’entendent toujours « au dehors ». Aucun, ajoutait-il, n’a sacrifié
42 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
83taire, c’est la coïncidence exacte et imposée des frontières de tous les domaines dont relève normalement un citoyen : frontières
84les domaines dont relève normalement un citoyen : frontières communes pour la langue, la culture, la race, la religion, les mœurs,
85 non seulement possibles, mais courantes. Car les frontières des langues ne sont pas celles des religions ; celles des cantons ne
86rencontrait autant de barrières douanières que de frontières cantonales lorsqu’il se hasardait à transiter de France en Autriche,
43 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
87ales, maintenir une monnaie forte pour forcer les frontières, et modifier l’équilibre des échanges au profit des pays extra-europé
88re à Zurich ou à Bâle, bien qu’il n’y ait plus de frontières ni de restrictions d’établissement ou de circulation. Les régions pau
44 1953, La Confédération helvétique. 6. Le peuple suisse et le monde
89elon laquelle la race déterminerait l’État et les frontières de celui-ci, nous gardons la liberté et la force de rester conscients
45 1953, Preuves, articles (1951–1968). Deux princes danois : Kierkegaard et Hamlet (février 1953)
90veut être un témoin de la vérité ? Un soldat à la frontière devrait-il être marié ? se demande Kierkegaard. Et lui, qui se bat au
91kegaard. Et lui, qui se bat aux avant-postes, aux frontières de l’esprit ? D’autre part, il redoute d’initier sa fiancée à l’« esc
46 1953, Preuves, articles (1951–1968). À propos de la crise de l’Unesco (mars 1953)
92 eux, quand ils le trouvent utile, par-dessus les frontières nationales (comme l’ont fait, par exemple, au Centre européen de la c
47 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
93a création d’autorités régionales chevauchant les frontières actuelles. 2. Le fédéralisme implique la légitimité des allégeances m
48 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Trois initiales : trois questions, trois réponses (mai-juillet 1954)
94es en Europe. Rétablir ces échanges au-dessus des frontières étatiques, c’est rendre à la culture la première condition de sa sant
49 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Orienter les espoirs européens (décembre 1954-janvier 1955)
95ablir un réseau européen d’échanges à travers nos frontières, peu à peu dévalorisées. Irrigation générale de l’Europe, d’après un
50 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
96 quelque « ondulation » d’on ne sait quoi, que la frontière intelligible s’est évanouie, mais c’est aussi entre le vivant et l’in
97de la détermination jusque dans l’esprit ? Que la frontière s’efface entre la matière et l’énergie, puis entre l’énergie et quelq
98 la superstition matérialiste, constatent que les frontières s’effacent entre le « fond » de la matière et la pensée. Ils en dédui
51 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Lever de rideau culturel ? (octobre 1955)
99peu près les mêmes si l’URSS n’existait pas à nos frontières, avec ses deux cents divisions. [p. 3] Si l’Europe doit s’unir pour
52 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur le rêve des sciences (décembre 1956)
100’un groupe de nations ne se défendra plus sur ses frontières, comme l’imaginent encore tous nos politiciens et plusieurs généraux
53 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). François Fontaine, La Nation frein (juin-juillet 1956)
101 esprits, car « l’obstacle est psychologique. Les frontières sont dans les habitudes et non dans la nature », et nos peuples préfé
102ment, la chose est facile. La machine à raser les frontières est au point. Derrière elle, les flots des économies confrontées ne s
103rce qu’il en coûte moins cher que de traverser la frontière voisine. Ou encore ceci : Aux Européens est offert le privilège d’i
54 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 7. L’exploration de la matière
104 quelque « ondulation » d’on ne sait quoi, que la frontière intelligible s’est évanouie ; mais c’est aussi entre le vivant et l’i
105de la détermination jusque dans l’esprit ? Que la frontière s’efface entre la matière et l’énergie, puis entre l’énergie et quelq
106 la superstition matérialiste, constatent que les frontières s’effacent entre le « fond » de la matière et la pensée. Ils en dédui
55 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 10. Le drame occidental
107s renoncent à leur rêve d’autarcie, ouvrent leurs frontières étouffantes, et créent ensemble un grand marché commun ; et enfin, et
56 1957, Preuves, articles (1951–1968). Pourquoi je suis Européen (octobre 1957)
108ns la même aventure. Qu’on ne chicane pas sur les frontières à venir de cette union : nul ne sera contraint d’entrer, et nul exclu
57 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La Suisse et l’Europe après 1945 (avril 1957)
109est entravé par la fermeture presque totale de la frontière entre l’Europe de l’Ouest et les pays soumis à l’occupation ou à l’in
58 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Promesses du Marché commun [Avant-propos] (décembre 1957)
110 question suivante : « Que se passerait-il si les frontières économiques étaient supprimées dans toute l’Europe ? » À mi-chemin en
59 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un centre qui doit être partout (mai 1958)
111un être d’esprit dont le centre est partout et la frontière nulle part. Ou si l’on veut parler de sa circonférence (l’aire du ray
112e ferveur européenne. Au sud‑ouest, en bordure de frontière, l’aérodrome de Cointrin, croisement des lignes intercontinentales et
60 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur le régime fédéraliste (I) (août 1958)
113’attitude nationaliste unitaire à l’intérieur des frontières [p. 61] d’un État est incompatible avec l’attitude fédéraliste à l’ex
61 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La méthode culturelle, ou l’Europe par l’éducation des Européens (mai 1958)
114 de toute évidence la langue et l’économie, les « frontières naturelles » et la nature du sous-sol, la culture et l’allégeance pol
62 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
115 tient en ces deux phrases : « Le départ hors des frontières de ma patrie équivaudrait pour moi à la mort, et c’est pourquoi je vo
63 1960, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Trois initiales, ou raison d’être et objectifs du CEC (1959-1960)
116upérieure à tous les découpages successifs de nos frontières nationales, l’union économique et politique de nos peuples peut et do
117rope : c’est un champ de forces culturelles, sans frontières à l’extérieur, mais tout encombré de barrières et de chicanes périmée
64 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
118 tient en ces deux phrases : « Le départ hors des frontières de ma patrie équivaudrait pour moi à la mort, [p. 73] et c’est pourqu
65 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 2. Deux princes danois. Kierkegaard et Hamlet
119veut être un témoin de la vérité ? Un soldat à la frontière devrait-il être marié ? se demande Kierkegaard. Et lui, qui se bat au
120kegaard. Et lui, qui se bat aux avant-postes, aux frontières de l’esprit ? D’autre part, il redoute d’initier sa fiancée à l’« esc
66 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
121e l’Exception : Au soldat qui monte la garde aux frontières, est-il permis de se marier ? Un tel soldat ose-t-il — ceci soit dit
67 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.6. Le concept géographique
122graphes qui ont délimité l’Europe font passer ses frontières du côté du Levant : par l’extrémité de la mer Égée, l’Hellespont, la
68 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.3. Le problème de la guerre et l’essor des États (xvie siècle)
123le Chrétien du Chrétien. Les Pyrénées mettent une frontière entre les Gaulois et les Espagnols ; mais ces mêmes monts ne peuvent
124’en se faisant l’avocat d’une cristallisation des frontières et d’une sorte de « nationalisation » des Princes, de même qu’en prop
69 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
125 les Flandres et en Hongrie et dans tous les pays frontières qui sont presque toujours le théâtre des ruines et des misères. Le ci
126ffrent tous les jours les malheureux Habitans des Frontières des États Chrétiens ; enfin touché sensiblement de tous les maux que
70 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.1. Perspectives élargies
127à Dieu ; la peste s’est arrêtée de mon tems à ses frontières. Un Souverain pourrait encore garantir ses États de la famine. Mais p
128 part pour l’Europe en 1696. Genre littéraire aux frontières indécises, commode parce qu’on y pouvait tout verser, les dissertatio
71 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.3. Synthèses historico-philosophiques (I)
129ts ne se seront pas solidifiés, ramenés à leurs « frontières naturelles », c’est-à-dire à leur optimum économique, et refermés cha
130t il peut projeter raisonnablement d’obtenir, ses frontières naturelles. Dès lors, il n’a plus rien à demander à un autre État, ca
72 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.6. Goethe
131e temps et pour les foules aveugles, la valeur de frontières infranchissables, tout comme les mers et les montagnes limitent les p
73 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
132rme de nouveau une Église visible, sans égard aux frontières territoriales, une Église qui accueille dans son sein toutes les âmes
74 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
133. La raison, rayonnant de partout, par-dessus les frontières des peuples, a créé entre les esprits cette grande nationalité intell
134te à cette heure comme l’effacement visible de ta frontière. Résigne-toi à ton immensité. Adieu Peuple ! Salut Homme ! Subis ton
135oce des empereurs ; nous aurons la patrie sans la frontière, le budget sans le parasitisme, le commerce sans la douane, la circul
136 — cette voie est barrée pour toujours ; et cette frontière se rit de tous les efforts humains, se rit de la mesquinerie du tempo
137éferlant à travers la Pologne, s’approchaient des frontières allemandes ; que le Turc occupait la Hongrie et assiégeait Vienne ; e
138rait celle de l’Europe, consacrant de nouveau les frontières actuelles et interdisant à qui que ce soit de songer à déplacer les b
13995] La nation serait-elle mieux définie par ses « frontières naturelles » ? La géographie, ce qu’on appelle les frontières nature
140turelles » ? La géographie, ce qu’on appelle les frontières naturelles, a certainement une part considérable dans la division des
141n sont-ce les rivières qui forment ces prétendues frontières naturelles ? Il est incontestable que les montagnes séparent ; mais l
142der auraient, autant que le Rhin, ce caractère de frontière naturelle qui a fait commettre tant d’infractions au droit fondamenta
143ce qui vaut mieux que des douanes communes et des frontières conformes aux idées stratégiques ; voilà ce que l’on comprend malgré
144un chant national, qu’un dialecte, qu’un tracé de frontière, qu’un nom de bataille à inscrire sur un socle, qu’un gisement de pho
75 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.2. Crépuscule ou nouvelle aurore ?
145 le plus profond. À la veille de disparaître, les frontières deviennent plus sensibles que jamais — les frontières militaires et l
146tières deviennent plus sensibles que jamais — les frontières militaires et les frontières économiques. Mais tous ces nationalismes
147les que jamais — les frontières militaires et les frontières économiques. Mais tous ces nationalismes sont des impasses ; qu’on es
76 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.4. L’Unité dans la diversité. Fondement de l’Union fédérale
148éaliser ce qu’ils pourraient fort bien faire. Ces frontières fatales de l’économie actuelle allemande, anglaise, française, sont l
149actuelle allemande, anglaise, française, sont les frontières politiques des États respectifs. La véritable difficulté ne se trouve
150Au libre déploiement de nos moyens s’opposent les frontières et les structures nationales et économiques qui entravent l’échange d
77 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Appendice. Manifestes pour l’union européenne, (de 1922 à 1960)
151erre pourrait ouvrir la voie à la suppression des frontières douanières et au libre-échange européen. … La communauté des intérêts
152t se trouve encore accru du fait de l’étendue des frontières nouvelles (plus de 20.000 kilomètres de barrières douanières) que les
153permettra de résoudre les problèmes des tracés de frontières dans les zones de population mixte, qui cesseront ainsi d’être l’obje
78 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
154e l’Exception : Au soldat qui monte la garde aux frontières, est-il permis de se marier ? Un tel soldat ose-t-il — ceci soit dit
79 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
155ntrer tous en groupe à Londres, à travers tant de frontières fermées. Retinger installe les Conrad et sa femme dans une station de
156 demande qu’on lui réserve un sleeping jusqu’à la frontière suisse. Impressionné, le Commandant fait évacuer un compartiment pour
157 sans difficulté le visa demandé. Néanmoins, à la frontière française, un jeune commissaire spécial de police lui refuse l’entrée
158asseport, il pria ses amis de lui faire passer la frontière en contrebande. On le conduit donc en un point de la frontière où deu
159contrebande. On le conduit donc en un point de la frontière où deux bandits, dont l’un borgne, le prennent en charge. Plusieurs h
160ans un mot d’explication ni d’excuse, traverse la frontière toute proche et rentre au Mexique. (Par la suite, le rapprochement en
80 1962, Les Chances de l’Europe. III. L’Europe s’unit
161ement des forces vives de la culture, au-delà des frontières et des nationalismes. Il est remarquable que le quatrième motif, pres
81 1962, Les Chances de l’Europe. Appendice : Sartre contre l’Europe
162ntentes industrielles, sans plus tenir compte des frontières. L’OECD annonce une expansion globale de 50 % pour l’ensemble atlanti
82 1963, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pour une métropole régionale Aix-Marseille-Étang de Berre [Avant-propos] (juillet 1963)
163ance des régions dans les États qui ouvrent leurs frontières à des unions plus vastes, voilà bien l’un des phénomènes contemporain
83 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
164e charbon libre de droits de douane traversait la frontière franco-allemande. Bien d’autres faits, non moins patents, devaient ré
165mportant que le poids spécifique d’un peuple. Les frontières deviendront insensibles, tandis que les foyers d’émission ou de conde
166la coexistence spirituelle et topographique, sans frontières territoriales qui les séparent, mais sans confusion et sans nivelleme
167e géographiques. La dévalorisation croissante des frontières nationales doit libérer le dynamisme des régions, traditionnelles et
84 1964, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Stage d’Oosterbeek (septembre 1964)
168udrais qu’on me démolisse l’absurde théorie des « frontières naturelles » qui nous a conduits à couper en deux, trois ou quatre pa
169s coupent les régions les unes des autres par des frontières arbitraires. Si ces frontières se dévalorisent (comme celles des Six,
170des autres par des frontières arbitraires. Si ces frontières se dévalorisent (comme celles des Six, ou celles des cantons suisses)
171s vont renouer entre elles, au-delà des anciennes frontières qui les opposaient artificiellement, des amitiés que la nature propos
85 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.1. Puissance du mythe
172’espace que lui assignait la Providence, dans ses frontières d’aujourd’hui. Cette tradition touchante et belle ne recoupe presque
86 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.5. Ce « petit peuple pacifique… »
173teint le défilé du Morgarten, au sud du lac, à la frontière du territoire de Schwyz, et s’y engage sans méfiance. Tout d’un coup,
87 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.8. « Il a fallu plus de six siècles pour fédérer les cantons suisses »
174 plus qu’en 1803. Il y en avait partout, sauf aux frontières extérieures. Le canton du Tessin ne prélevait pas moins de treize tax
17570, 1914, 1939 — obligent la Suisse à couvrir ses frontières et à faire respecter les clauses de neutralité, qui sont du ressort f
88 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.1. Les institutions et la vie politique
176ion de communes forestières et urbaines, et leurs frontières très compliquées traduisent une croissance empirique, par l’intérieur
177 rentrer en cette qualité, c’est-à-dire passer la frontière avec l’intention déclarée d’adhérer aux règles du club, à l’American
178 État dès le haut Moyen Âge, lentement élargi aux frontières actuelles par plusieurs dynasties héritant l’une de l’autre jusqu’au
179 non seulement possibles, mais courantes. Car les frontières des langues ne sont pas celles des confessions ; celles des cantons n
180pant de constater que ces petits États, qu’aucune frontière visible ne sépare plus, s’occupent en somme très peu de leurs voisins
181e très rassurantes, si l’on songe à l’Europe sans frontières de demain. Les accents et les tours de langage, si typiques d’un cant
89 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.2. Les paradoxes de la vie économique
182t ans ses adversaires. Bien qu’il n’y ait plus de frontières ni de restrictions d’établissement ou de circulation, les régions pau
90 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.3. Interaction de l’économique et du politique
183ieux de cent cinquante ans, — tandis que dans nos frontières mêmes s’affirme indiscutablement la prédominance de fait de l’économi
91 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
184posite : vingt-cinq États distincts (quoique sans frontières sensibles), quatre langues, deux confessions majeures et trente-six s
185 publications n’est officiellement exercée qu’aux frontières du pays. La pudeur de la jeunesse suisse est ainsi protégée par les d
186rès populaire (« Roulez tambours, pour couvrir la frontière… Dans nos cantons, chaque enfant naît soldat ! ») et des cours de phi
187 glorieuse indifférence une bonne douzaine de nos frontières actuelles. Elles relient des cités, des foyers de création, des maîtr
188les amener à coïncider approximativement avec les frontières d’une de nos nations modernes. Mais il y a plus. La langue ne saurait
189 de réalités ou d’entités qui n’ont pas les mêmes frontières, qui ne se couvrent que très partiellement, et qui permettent un très
190 par des styles qui ne connaissaient ni péages ni frontières politiques ; et par des traditions communes à tous nos peuples, comme
191 informes, d’entreprises inachevées, comme si des frontières cantonales établissaient des barrières entre les divers membres d’une
192etite édition populaire, gloire finale ? Mais les frontières, les marches, les passages sont toujours des lieux émouvants, et de c
193n ne deviennent de grands fleuves qu’une fois nos frontières traversées. Vers la fin du xixe siècle, un ancien professeur de math
92 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. IV. La Suisse, dans l’avenir européen
194 seront plus que des cantons, toutes distances et frontières abolies, ou peu s’en faut. Et maintenant, croix de vallées et croix d
195[p. 287] libre de droits de douane, traversait la frontière franco-allemande. Bien d’autres faits, non moins patents, devaient ré
196mportant que le poids spécifique d’un peuple. Les frontières deviendront insensibles, tandis que les foyers d’émission ou de conde
197la coexistence spirituelle et topographique, sans frontières territoriales qui les séparent, mais sans confusion et sans nivelleme
198e géographiques. La dévalorisation croissante des frontières nationales doit libérer le dynamisme des régions, traditionnelles et
93 1967, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Civisme et culture (notamment artistique) (mai 1967)
199 glorieuse indifférence une bonne douzaine de nos frontières actuelles. Elles relient des cités, des foyers de création, des maîtr
200euse ou intelligible dans le champ limité par les frontières d’une seule de nos nations actuelles. Il n’y a pas plus de « peinture
94 1968, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vers une fédération des régions (hiver 1967-1968)
201sées du territoire hérité ou conquis, déclarées « frontières naturelles », les réalités les plus hétérogènes : langues parlées dan
202’est d’ailleurs plus définie primairement par une frontière marquée sur le terrain à l’aide de bornes ou de réseaux de barbelés,
203u fur et à mesure que se dévalorisent [p. 45] les frontières de nos États-nations, les régions vont se mettre à vivre et respirer
204-nations les maintenaient dans le cadre rigide de frontières identiquement imposées aux réalités les plus hétérogènes, comme par e
205ns l’Europe de demain, libérée de la tyrannie des frontières politiques et administratives imposées aux réalités ethniques et écon
206 qui les auront formées, par-dessus les anciennes frontières nationales désormais réduites au rôle mineur et invisible à l’œil nu
207bilité révolutionnaire de régions chevauchant des frontières, d’unités socio-économiques plurinationales. Prenez la région lillois
208 Marché commun de demain tout change : effacée la frontière qui depuis cent cinquante ans [p. 48] coupait la région de son aire d
209d de pôles, de polarisations ; là où l’on parlait frontières, on parle d’ajustements variables définis par des aires d’influences 
210ontourner, ou survoler, de passer à travers leurs frontières comme sans les voir pour composer dès maintenant (sans attendre ni ex
95 1969, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La région n’est pas un mini-État-nation (hiver 1969-1970)
211e culte du Soldat inconnu et la sacralisation des frontières. Distinguons quatre groupes parmi les objections et « difficultés » q
212s découper vos régions ? » « Quelles seront leurs frontières exactes ? » « Faut-il qu’elles aient des superficies ou des populatio
213les, spirituelles ou affectives, qui n’ont pas de frontières communes, et souvent pas de frontières du tout. Si l’on exigeait que
214ont pas de frontières communes, et souvent pas de frontières du tout. Si l’on exigeait que tout cela soit unifié et uniformisé dan
96 1970, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. Préface 1970
215s, par le Sens de l’Histoire ou par de prétendues frontières naturelles. La même journaliste déclarait que l’objectif de l’émissio
216t plus ce qu’en dit Littré (voir p. 107), que les frontières « naturelles » d’un pays ne sont presque nulle part celles de sa lang
217péen. 2. Voir la terre de la lune, c’est voir nos frontières nulles, c’est voir le problème résolu. Mais il existe des moyens moin
218s hommes libres : moins elle sera limitée par des frontières, mieux elle accomplira sa vocation. Peut-être est-ce le dernier momen
97 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.2. Rapport général présenté à la Conférence européenne de la culture, Lausanne, du 8 au 12 décembre 1949
219du grand Domaine occidental en nations bardées de frontières, hérissées de tarifs douaniers et de mesures prétendues « protectionn
220. Observons qu’il n’en serait pas question si les frontières étaient ouvertes, et l’union fédérale de l’Europe réalisée. Nos cultu
98 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.3. Naissance du Centre
221e, avant d’être étranglés et désorganisés par nos frontières et par nos règlements de douanes. (Imaginez que dans certains pays, o
99 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.5. Trois initiales, ou raison d’être et objectifs du CEC
222upérieure à tous les découpages successifs de nos frontières nationales, l’union économique et politique de nos peuples peut et do
223rope : c’est un champ de forces culturelles, sans frontières à l’extérieur, mais tout encombré de barrières et de chicanes périmée
224iques, d’histoire dénationalisée, d’économie sans frontières et de science politique fédérale, qui ont fait l’objet de nos travaux
100 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.1. L’Europe contestée par elle-même
225é ; un grand nombre de ses cités, en ruines ; ses frontières intérieures sclérosées, entravant dangereusement la circulation vital
226es esprits du passé et du présent, par-dessus les frontières ; chacune est prise dans le contexte d’une réflexion européenne (cont