1 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le Deuxième Jour de la Création, par Ilya Ehrenbourg (décembre 1933)
1charme de ce roman sont ceux mêmes d’une jeunesse fruste, innocente jusque dans ses cruautés ; tout jugement serait ici mesqui
2 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
2isir le contenu originel du mythe, dans sa pureté fruste et grande. Deux voies nous tentent maintenant : l’une remonte vers le
3 1939, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Nicolas de Flue et la Réforme (1939)
3es dans l’admiration devant cet « homme de Dieu » fruste et biblique.) Il n’est pas jusqu’aux princes des contrées voisines qu
4 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
4a prophétie de Vigny, fatigués de leurs brèves et frustes pariades ?) Tout cela, au stade présent du moins, trop volontaire et
5 1965, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). L’Europe et le monde [Introduction] (février 1965)
5e mettre à la portée de leur intelligence souvent fruste, nos marins, marchands et soldats les jugeaient un peu enfantins… Ima
6 1968, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Pour une morale de la vocation (1968)
6ns entre les hommes, ou même entre deux êtres, si frustes qu’ils soient. Reconnaître que les normes et prescriptions morales so
7 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 5. Naissance de la prospective
7e un écho français bien tempéré à la passion plus fruste et combative des écologistes anglo-américains, tel Paul Ehrlich. Et t