1 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Récit du pickpocket (fragment) (mai 1927)
1a chambre. Une demi-heure plus tard, j’étais à la gare, j’écrivais un mot d’adieu à ma maîtresse d’une nuit et je partais da
2 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
2tée par l’express de Transylvanie au sortir de la gare de Budapest, devient avec la plaine une Symphonie-Dichtung borodinesq
3res, tels que banlieue française, village suisse, gare allemande grouillante de questions sociales. La Puszta est une terre
4et tant d’amour perdu… Un train dormait devant la gare campagnarde. Je me suis étendu dans un compartiment obscur, stores ba
5ouloureux, le train ralentit. Hegyeshalom, petite gare frontière arrêtée au milieu de la plaine à l’heure A, — l’heure des a
3 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
6egardant par la fenêtre, il vit d’affreux noms de gares tels que Tenman, Tamazukuri, tout à fait dans le genre d’Osaka, écrit
4 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
7tée par l’express de Transylvanie au sortir de la gare de Budapest, devient avec la plaine une Symphonie-Dichtung borodinesq
8s, tels que : banlieue française, village suisse, gare allemande grouillante de questions sociales. La Puszta est une terre
9et tant d’amour perdu… Un train dormait devant la gare campagnarde. Je me suis étendu dans un compartiment obscur, stores ba
10ouloureux, le train ralentit. Hegyeshalom, petite gare frontière arrêtée au milieu de la plaine à l’heure A, — l’heure des a
5 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
11ien c’est un contrôleur, ou bien c’est encore une gare en géraniums, et il faut bien la regarder, la vivre un moment. Ce tra
12lzug », interminablement crache sa fumée dans des gares de banlieue qui ne sont plus fleuries. Il règne dans ce wagon un mala
6 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Précisions utiles sur l’industrie des navets (mars 1936)
13eut-être génial, mais invendable sur les quais de gare. Quant aux petits éditeurs, dont j’ai parlé, il a suffi de quelques a
7 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
14 des contes et des rêves où l’on passe toutes les gares sans s’arrêter, dans une course angoissante et agréablement diaboliqu
15ie » circulation. Et l’on ne voyait guère que des gares, ce qu’il y a de plus attristant dans chaque village. Aujourd’hui, le
8 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
16e. À peine s’il nous en vient quelques rumeurs de gare, un coup de trompe d’auto, des cris de coq. L’odeur du raisin foulé m
17eau et fin, mais incroyablement crasseux. Vers la gare, il y a bien un parc municipal, le jardin d’un couvent désaffecté, ma
18le nombre de voyageurs qui prennent le train à la gare Saint-Lazare un samedi soir de beau temps, en plein été, est assez ex
9 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
19sons de haïr et aucune d’admirer. Au sortir de la gare Montparnasse, ces bouffées de chaleur insupportable qui montent du tr
10 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
20ie » circulation. Et l’on ne voyait guère que des gares, ce qu’il y a de plus attristant dans chaque village. Aujourd’hui, le
11 1937, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Pages inédites du Journal d’un intellectuel en chômage (octobre 1937)
21les valises, descendre mes caisses de livres à la gare, etc., et le train part dans une heure. Quand la propriétaire reviend
12 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
22de la révolution. Et certes, en ce petit matin de gare, à Saarbrücken, c’est le « Heil’ler » tout machinal (le Heil Hitler d
23ment.)   À la douane. — Je vais au Zollamt de la gare pour retirer mes malles et le lit de mon petit garçon. — Si [p. 11] c
24es, il travaille donc comme ouvrier d’équipe à la gare de Münster, puis comme comptable. Finalement on le nomme vicaire au s
13 1938, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La vraie défense contre l’esprit totalitaire (juillet 1938)
25juillet 1921. 500 fascistes avaient débarqué à la gare de cette petite ville. Ils s’y heurtèrent à 8 gendarmes et 3 soldats,
14 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
26luxe et d’aventures exotiques que les « romans de gare » suffisent à [p. 255] satisfaire symboliquement. Que cela n’ait plus
15 1939, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Billet d’aller et retour (décembre 1939)
27connu cela trois jours plus tard, dans une grande gare de cette Europe qui ne sait plus répondre aux menaces que par l’extin
28az. Déjà nous roulons lourdement. Le nom de cette gare — comme de toutes les autres — était camouflé, illisible. Je ne saura
16 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
29, soient vécus ; j’ai connu cela, dans une grande gare de cette Europe qui ne sait plus répondre [p. 41] aux menaces que par
30az. Déjà nous roulons lourdement. Le nom de cette gare — comme de toutes les autres — était camouflé, illisible. Je ne saura
17 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
31x heures. Avant d’entrer à mon bureau, près de la gare, acheté comme chaque matin la Gazette. Mon article — je n’y pensais p
18 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
32— et sans avoir dîné, faute de restaurant dans la gare ou aux alentours. Durant toute la nuit, nous avons fait une moyenne d
33. Cet express s’arrête non seulement à toutes les gares, [p. 89] mais parfois en rase campagne, pour embarquer un veau, ou la
34 de leurs paquets et de leurs cages à poules. Aux gares, ils reconnaissent des amis, les prient de monter pour les accompagne
35 midi, on nous ouvre enfin une sorte de buffet de gare, et nous nous ruons aveuglément sur des nourritures indéfinissables.
36 africain. Et voici la frontière portugaise : une gare en faïence bleue et blanche, et soudain tout est propre et gai, et le
19 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
37puleux surmontés d’une coupole astronomique de la gare de Pennsylvanie, j’ai pris mon premier train américain. Comme tout le
20 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
38ent, allons ce soir, en rentrant à New York, à la gare de Pennsylvanie. Nous y fûmes. La bannière étoilée pendait immensémen
21 1946, Journal des deux Mondes. 16. Journal d’un retour
39ail portant de grosses valises, se hâtent vers la gare d’Orsay. Paris a reculé d’un siècle, en direction d’une beauté oublié
22 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
40puleux surmontés d’une coupole astronomique de la gare de Pennsylvanie, j’ai pris mon premier train américain. Comme tout le
23 1946, Journal de Genève, articles (1926–1982). Journal d’un retour (11-12 mai 1946)
41il, portant de grosses valises, se hâtent vers la gare d’Orsay. Paris a reculé d’un siècle, en direction d’une beauté oublié
24 1947, Doctrine fabuleuse. 4. Quatrième dialogue sur la carte postale. Ars prophetica, ou. D’un langage qui ne veut pas être clair
42propos : je vois que vous allez passer sans crier gare à des propositions théologiques. Souffrez alors que je m’avoue incomp
25 1948, Suite neuchâteloise. I
43 Voici les toits, le clocher de Couvet, la petite gare qu’on traverse en trois secondes — disparus sans laisser de traces, s
26 1951, Les Libertés que nous pouvons perdre (1951). Les Libertés que nous pouvons perdre
44uteurs qu’il avait tout bonnement été à l’une des gares de Paris, où il avait acheté son billet sans nulle autre formalité. Q
27 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
45ichesse suisse ». Les bâtiments publics : postes, gares, salles d’attente de tramways, les installations d’éclairage et de té
28 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.2. Le mythe de l’enlèvement d’Europe
46a du métope de Sélinonte au bas-relief ornant une gare moderne — celle de Genève —, d’Ovide à Victor Hugo et de l’auteur des
29 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
47e que c’est aussi dans un train et sur un quai de gare qu’il fera la connaissance de deux de ses grands amis des années qui
48pondis que j’espérais la mériter. » [p. 27] À la gare, une foule assiège les trains en partance. Retinger va droit au comma
49 Pendant qu’il attend le train pour Londres, à la gare Saint-Lazare, vers 3 h. du matin, un autre jeune « amateur de sûreté
50à quelques amis pour annoncer mon départ, et à la Gare de Lyon j’eus le plaisir d’être salué par les marquis de Castellane,
51tière de Laredo. En haillons, il se présente à la gare, offre à un agent de Pullmann le double du prix d’un sleeping, et se
52tin, le train stoppa un peu avant les quais de la gare de Cracovie, très loin de la sortie réservée aux Polonais. Effrayé à
53n à la scène. Une voiture les attendait devant la gare, et les emmena vers leur cachette. C’est à Londres seulement que Reti
30 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
54ue par des prés et des bois secrets. Les quais de gare où toutes les races du monde se mêlent à nos derniers paysans dans un
31 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.1. Les institutions et la vie politique
55 autour d’un demi de blanc dans quelque buffet de gare, ils n’auraient pas grand-chose à se dire, et beaucoup de peine à se
32 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.2. Les paradoxes de la vie économique
56 richesse suisse. Les bâtiments publics : postes, gares, salles d’attente de tramways, les installations d’éclairage et de té
33 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
57es gros plans tout d’un coup, aux approches de la gare, anéantissent l’exaltant panorama. Des maisons sages, un peu scolaire
34 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. IV. La Suisse, dans l’avenir européen
58ue par des prés et des bois secrets. Les quais de gare où toutes les races du monde se mêlent à nos derniers paysans dans un
35 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.11. L’Europe des régions
59x du gouvernement français, cette ville était une gare terminus et la région avoisinante, Lille-Roubaix-Tourcoing, un cul-de
36 1986, Cadmos, articles (1978–1986). Denis de Rougemont tel qu’en lui-même… [Entretien] (printemps 1986)
60uis arrivé à mon bureau à sept heures, près de la gare de Berne, où j’avais acheté ma Gazette de Lausanne sans plus penser à