1 1927, Articles divers (1924–1930). Jeunes artistes neuchâtelois (avril 1927)
1es journées à vendre des couleurs, à encadrer des glaces. Et plaise aux dieux que les visages qui s’y reflèteront soient aussi
2 plans transparents, cellule de quelque palais de glaces en miniature, sorte de boîte à miracles où sous un éclairage très net
2 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Quatre incidents (avril 1927)
3lques roses, un sourire qui perce le cœur sur les glaces du passé. Cet abandon aux fuyantes chansons, et des violons déchirant
3 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Récit du pickpocket (fragment) (mai 1927)
4é par la lumière et que reflétaient de nombreuses glaces. Les fenêtres que j’ouvris firent tourner des soleils sur les parois
4 1928, Articles divers (1924–1930). Un soir à Vienne avec Gérard (24 mars 1928)
5laqué de noir jusqu’à mi-hauteur, puis couvert de glaces qui, reflétant le plafond à caissons dorés, l’étendent indéfiniment —
5 1928, Articles divers (1924–1930). Miroirs, ou Comment on perd Eurydice et soi-même » (décembre 1928
6ure.      Nous vivons dans un décor flamboyant de glaces. À chaque pas, on offre à Stéphane sa tête, son portrait en pied. Il
6 1929, Journal de Genève, articles (1926–1982). Panorama de Budapest (23 mai 1929)
7nnent se briser avec un fracas sourd les îlots de glace qui descendent lentement le fleuve. Au cœur [p. 2] de Buda la Turque
7 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
8e des crèmeries et des jardins ! C’est devant une glace panachée qu’il m’arrive de douter de la vie, comme d’autres aux appro
8 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Littérature alpestre (juillet 1931)
9rènent une à une dans les solitudes de rocs et de glace. » Sénancour éprouvait ce qu’il appela, d’un mot admirable, « la lent
10, sinon l’on risque beaucoup de prendre froid. La glace est proche, la solitude énorme, mais voyez avec quelle tranquillité t
9 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
11laqué de noir jusqu’à mi-hauteur, puis couvert de glaces qui, reflétant le plafond à caissons dorés, l’étendent indéfiniment —
10 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.2. Une « tasse de thé » au Palais C…
12cet espace, jeu silencieux [p. 58] de lustres, de glaces et d’acajous polis. On entend le rythme assourdi, mais non la mélodie
11 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
13e des crèmeries et des jardins ! C’est devant une glace panachée qu’il m’arrive de douter de la vie, comme d’autres aux appro
12 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
14ervent du thé bouillant où nagent des morceaux de glace. À ces détails près, le même train de vie bottée. Les écuries résonne
13 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
15ée. Ce matin déjà il a fallu casser une couche de glace sur l’eau du puits. J’ai les doigts engourdis par le contact de la co
14 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
16rtoises » de langage : Mon cœur se fond comme la glace au feu lorsque étroitement j’embrasse mon Seigneur, criant : l’amour
15 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
17es du langage mystique : joie consumante, feu qui glace, tortures aimées, ardeur cruelle, — « tout et rien ». Le passionné fi
16 1946, Journal des deux Mondes. 12. L’Amérique en guerre
18en peignoir rose ouvre son frigidaire, sort de la glace, ôte enfin le peignoir, il fait trop chaud. Des rires viennent d’une
17 1946, Journal des deux Mondes. 16. Journal d’un retour
19irale à 5000 mètres, au-dessus d’une mer morte de glace. J’allais écrire : « L’avion s’élance pour franchir l’Océan d’un seul
18 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
20en peignoir rose ouvre son frigidaire, sort de la glace, ôte enfin le peignoir, il fait trop chaud. Des rires viennent d’une
19 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Beekman Place (octobre 1946)
21n peignoir rose, ouvre son frigidaire, sort de la glace, ôte enfin le peignoir, il fait trop chaud. Des rires viennent d’une
20 1946, Carrefour, articles (1945–1947). L’Amérique est-elle nationaliste ? (29 août 1946)
22» déjà. Il est grand temps qu’on la mette dans la glace. De même, le commerce américain ne peut nous submerger qu’au moyen de
21 1947, Doctrine fabuleuse. 5. Miroirs, ou Comment on perd Eurydice et soi-même
23aventure. Nous vivons dans un décor flamboyant de glaces. À chaque pas, on offre à Stéphane sa tête, son portrait en pied. Il
22 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
24» déjà. Il est grand temps qu’on la mette dans la glace. De même, le commerce américain ne peut nous submerger qu’au moyen de
23 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
25es, galettes, fruits doux-amers, jus de fruits et glaces, servis dans de petits bols que l’on dépose sans relâche et sans ordr
24 1953, La Confédération helvétique. Introduction (par Lucien Febvre)
26urse en Italie leur fait entrevoir, à travers une glace de wagon-restaurant, un Valais de plus en plus industrialisé juchant
25 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un centre qui doit être partout (mai 1958)
27 qui se trouve contenir 90 % des terres libres de glace, 94 % de la population et 98 % de l’activité [p. 50] industrielle du
26 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.3. Synthèses historico-philosophiques (I)
28 comme ces monstrueux poissons conservés sous les glaces ? Ensuite, après avoir inventé cette religion de la cruauté conforme
27 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.2. « L’histoire suisse commence avec Guillaume Tell »
29hiver Demeure au cœur des mois d’été : Ce lieu de glace, et de rocs noirs, et de cieux noirs, Où, dans le pur silence. Au-des
28 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
30 degrés suffiraient — capable de faire fondre les glaces du pôle Arctique — certains craignent déjà qu’elles ne glissent dans