1 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
1auques et de coups de pioche ou de marteau ». Les glaciers ne sont pas « sublimes » comme on chante dans les écoles suisses. Et
2 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
2Barth, pour protéger nos « lacs d’azur » et nos « glaciers sublimes ». (Certain ministre de la propagande se chargerait très vol
3 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
3garde cependant : si nos Alpes sont belles et nos glaciers « sublimes », il n’y a pas là de quoi nous vanter ! D’abord ce n’est
4 nous chantons nos lacs d’azur, nous chantons nos glaciers qui touchent aux cieux, et nous en retirons d’importants bénéfices, m
4 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
5Barth, pour protéger nos « lacs d’azur » et nos « glaciers sublimes ». (Certain ministre de la propagande se chargerait très vol
5 1941, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). New York alpestre (14 février 1941)
6fleurer de larges dalles de granit. Autrefois les glaciers sont venus jusqu’ici ! Ils couvraient la moitié de l’île, et la morai
6 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
7 d’éclatante noirceur, à midi, sur la tranche des glaciers. Que ces images dissipent les charmes sataniques [p. 216] imprudemmen
7 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
8auques et de coups de pioche ou de marteau. » Les glaciers ne sont pas « sublimes » comme on chante dans les écoles suisses. Et
8 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Un climat tempéré (22 août 1945)
9ollywood. Aux toundras, steppes, déserts, pampas, glaciers, et jungles qui couvrent neuf dixièmes des continents… Notre terre es
9 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
10n plus pour protéger nos « lacs d’azur » et nos « glaciers sublimes ». (Certain ministre de la propagande se chargerait très vol
10 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
11fleurer de larges dalles de granit. Autrefois les glaciers sont venus jusqu’ici ! Ils couvraient la moitié de l’île, et la morai
11 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
12ollywood. Aux toundras, steppes, déserts, pampas, glaciers et jungles qui couvrent neuf dixièmes des continents… Notre terre est
12 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
13leurer de larges dalles de granit. Autrefois, les glaciers sont venus jusqu’ici ! Ils couvraient la moitié de l’île, et la morai
13 1953, La Confédération helvétique. Introduction (par Lucien Febvre)
14lunette, la marche audacieuse et prudente sur les glaciers d’une caravane d’encordés — à la question : « Vous connaissez la Suis
15découvre un monde immense de pics, de sommets, de glaciers. Un mont tout blanc ou tout rose, au gré du soleil, mais dont l’appel
16assez solide pour digérer tous ces pics, tous ces glaciers, tous ces lacs — avec les hommes qui les encadrent ? Des Allemands ?
14 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
17ar une épaisseur de mille mètres de rochers et de glaciers. Ainsi la Suisse menacée se resserrait autour de ses origines, et des
15 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
18sible. Les parties désertiques du territoire, les glaciers, se transformèrent soudain en richesse naturelle. Le « château d’eau 
19ène pitoyables, tandis que la transformation d’un glacier en énergie électrique ne demande que de la main-d’œuvre qualifiée, cr
16 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
20ormes, inviolabilité de la vue humaine. Comme les glaciers, qui ont on ne sait quelle chasteté grandiose, et qui, d’un mouvement
17 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
21u cœur du pays des Collines. Une matinée près des glaciers ruisselants de lumière et d’eaux vives, à deux mille mètres, parmi le
22tous ses âges, du couvent au laboratoire dans les glaciers, de Paracelse aux industries chimiques, aux guérisseurs de l’Appenzel
18 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.2. « L’histoire suisse commence avec Guillaume Tell »
23tes dénudées que couronne parfois la tranche d’un glacier, les villages d’Andermatt et d’Hospental se groupent autour d’une gro
19 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.2. Les paradoxes de la vie économique
24? [p. 146] Près d’un quart du territoire suisse, glaciers, névés, rochers et pentes trop raides, est totalement improductif. Le
25sible. Les parties désertiques du territoire, les glaciers, se transformèrent soudain en richesse naturelle. Le château d’eau de
26ène pitoyables, tandis que la transformation d’un glacier en énergie électrique appelle de la main-d’œuvre qualifiée, crée des
20 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. IV. La Suisse, dans l’avenir européen
27u cœur du pays des collines. Une matinée près des glaciers ruisselants de lumière et d’eaux vives à 2 000 mètres, parmi les pâtu
28tous ses âges, du couvent au laboratoire dans les glaciers, de Paracelse aux industries chimiques, aux guérisseurs de l’Appenzel
21 1968, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Hölderlin dans le souvenir des noms splendides (1968)
29ns un présent glacé, intemporel (« Le transparent glacier des vols qui n’ont pas fui »). Rimbaud, ses moments forts sont au fut