1 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
1que à situer leur effort dans une vision du monde globale et cohérente, à le juger religieusement par exemple. Que l’on songe à
2 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Dialectique des fins dernières (juillet 1933)
2ment définir qu’on le définira par son opposition globale à la dialectique humaniste qui paraît à nos yeux s’en rapprocher le p
3sic et non ? Qu’y a-t-il entre cette condamnation globale et tous les jugements quotidiens que nous pouvons porter sur nos acti
3 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.12. Leçon des dictatures
4fin il serait sage de se garder de tout pronostic global quant à l’avenir culturel des deux régimes totalitaires dont j’ai par
4 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
5 la première fois dans notre histoire le problème global de la culture : d’où vient-elle ? — qu’est-elle ? — où va-t-elle ? Si
5 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
6fin il serait sage de se garder de tout pronostic global quant à l’avenir culturel des régimes totalitaires. Le composé hitlér
6 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
7 que les hommes veulent être, ni de la conscience globale qu’ils ont de leur état (et c’est pourtant le principal, pratiquement
7 1937, Esprit, articles (1932–1962). Paul Vaillant-Couturier, Au service de l’Esprit (février 1937)
8813] qui équivaudrait à reconnaître la conversion globale des communistes au personnalisme.) D’abord parce que Vaillant-Couturi
8 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’autorité assure les libertés (mai 1937)
9prême sera-t-il en mesure de porter ces jugements globaux sur le fonctionnement des institutions ? On peut envisager diverses m
9 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
10 général, terme de mépris vouant à une exécration globale les « tendances dissolvantes », l’« anarchie », et les idéaux « impos
10 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 4. Franz Kafka, ou l’aveu de la réalité
11étation. Mais si l’on n’en retient qu’un souvenir global, cette inoubliable atmosphère de cauchemar poursuivi dans la veille,
11 1946, Lettres sur la bombe atomique. 10. La tâche politique du siècle
12e d’un gouvernement planétaire, c’est la « pensée globale » comme disent les Anglo-Saxons. Et cette arme, c’est la bombe atomiq
12 1946, Lettres sur la bombe atomique. 13. La pensée planétaire
13e l’Exil, et Paul Claudel, notre grand écrivain « global » ? Dans leur prose et dans leurs longs versets, quel qu’en soit le s
13 1952, Preuves, articles (1951–1968). « L’Œuvre du xxᵉ siècle » : une réponse, ou une question ? (mai 1952)
14ançon de l’autre ? Sommes-nous dans une situation globale de disjonctions irrémédiables, de divorce, allant vers le chaos et ve
14 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
15ontinue d’exporter près du tiers de sa production globale, alors que les États-Unis n’ont jamais dépassé un dixième, et l’ont r
15 1954, Preuves, articles (1951–1968). Il n’y a pas de « musique moderne » (juillet 1954)
16as une unité définissable, sinon celle d’un refus global d’entendre et d’essayer de comprendre tout ce qui fut composé dans no
16 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le rôle de la recherche en Europe (décembre 1954-janvier 1955)
17 La Baleine voulait l’absolu, le Tout, la réponse globale et définitive. Elle voulait quelque chose qui fût au delà de toute ré
17 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Relance européenne ? (février 1956)
18ament latin, voire jacobin. On enregistre l’échec global jusqu’à ce jour (l’Europe n’est pas encore unie) des approches partie
19l’instar de la seconde, elle réclame une solution globale, d’un type bien défini, dont les unions fonctionnelles ne seraient qu
18 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Former des Européens (avril-mai 1956)
20 ces contrastes à celui qui oppose, d’une manière globale, les sociétés fondées sur le respect de la caste et notre société ouv
21rbent les heures libres après la classe. Résultat global : baisse du niveau intellectuel, nivellement aux dépens des meilleurs
19 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
22es concrets de notre siècle dans une condamnation globale de l’Occident 2 . « La nuit, tous les chats sont gris », dit le prove
20 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur la fabrication des nouvelles et des faits (février 1958)
23ner [p. 58] une image plus conforme de la réalité globale ? Du nombre immense des événements de tous les ordres qu’on peut conn
21 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La création d’un Centre européen d’enseignement post-universitaire (juillet 1958)
24haque discipline particulière dans une conception globale de notre société et de son évolution. Nécessité d’instituts techniq
22 1960, Preuves, articles (1951–1968). Les incidences du progrès sur les libertés (août 1960)
25lus consciemment, vers la recherche d’une sagesse globale. Voilà pour les trois termes qui forment notre titre. J’en déduis que
23 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.3. Le problème de la guerre et l’essor des États (xvie siècle)
26 servent pas ce bien, en fait ; leur condamnation globale est donc implicite : Maintenant je ne demanderai pas à Dieu grâce pl
24 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.3. Synthèses historico-philosophiques (I)
27surtout intéressant par ses essais de comparaison globale des civilisations. À cet égard, le Résumé du ixe Discours est très t
25 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
28l. [p. 232] Pourquoi ce beau système d’évolution globale vers l’harmonie de l’un et de divers a-t-il été brutalement démenti a
26 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.1. « Tout s’est senti périr »
29français du xviie siècle. Le dernier fédéraliste global, et citoyen d’un monde polyphonique où antiquité et christianisme s’a
27 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La règle d’or, ou principe de l’éducation européenne (1960-1961)
30rbent les heures libres après la classe. Résultat global : baisse du niveau intellectuel, nivellement aux dépens des meilleurs
28 1962, Les Chances de l’Europe. I. L’aventure mondiale des Européens
31paraît suffisante pour rendre compte du phénomène global que l’histoire nous oblige à constater : la fonction mondiale de l’Eu
29 1962, Les Chances de l’Europe. IV. Les nouvelles chances de l’Europe
32r la première fois dans l’histoire, la « capacité globale » de notre continent. La vocation d’un homme, d’un groupe ou d’une cu
33donc absolument la faire, pour que notre capacité globale se réalise, non seulement dans les statistiques, mais dans notre cons
30 1962, Les Chances de l’Europe. Appendice : Sartre contre l’Europe
34mpte des frontières. L’OECD annonce une expansion globale de 50 % pour l’ensemble atlantique d’ici dix ans… L’Amérique avait do
31 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
35commerce le plus, mais avec les Six. Les chiffres globaux sont connus. En mai 1963, par exemple, nos importations proviennent p
32 1964, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui (décembre 1964)
36s jugements d’ensemble, rapportés à quelque unité globale de conception, soit originelle soit finale, ne peuvent dès lors plus
37ns dernières de la recherche et quant à la valeur globale, ultime, du savoir humain. Dans le Temple même de la Science, il faut
38 entre le sacré et le profane, entre la cohérence globale définie par la théologie et les recherches particulières à l’aventure
33 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.8. « Il a fallu plus de six siècles pour fédérer les cantons suisses »
39 absolue de son pays. En revanche, l’indépendance globale de l’Europe, garantissant effectivement le statut autonome des nation
34 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
40t que vertu générale. Essayons de prendre une vue globale, et objective au moins par l’intention, de la manière dont les Suisse
35 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. IV. La Suisse, dans l’avenir européen
41commerce le plus, mais avec les Six. Les chiffres globaux sont connus. En mai 1963, par exemple, nos importations provenaient p
36 1965, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). L’Europe et le monde [Introduction] (février 1965)
42nt insensée de la supériorité ou de l’infériorité globale d’une culture. Et ceci fait, cherchons en toute sincérité, sobriété e
37 1967, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Civisme et culture (notamment artistique) (mai 1967)
43pe puisse tenir sa juste place dans la communauté globale du genre humain. Le civisme européen, c’est donc la participation à l
38 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.2. Rapport général présenté à la Conférence européenne de la culture, Lausanne, du 8 au 12 décembre 1949
44ne seule bombe atomique couvrirait donc le budget global d’une renaissance de la culture européenne. Construire des engins de
39 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.3. Naissance du Centre
45ai de le définir ici d’une manière pragmatique et globale : appelons « culture » ce qui a fait de l’Europe autre chose que ce q
40 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.2. Préface à « L’Œuvre du xxe siècle »
46ançon de l’autre ? Sommes-nous dans une situation globale de disjonctions irrémédiables, de divorce, allant vers le chaos et ve
41 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.1. Éducation, civisme et culture
47pe puisse tenir sa juste place dans la communauté globale du genre humain. Le civisme européen, c’est donc la participation à l
42 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.3. Sur la fabrication des nouvelles et des faits
48t de donner une image plus conforme de la réalité globale ? Du nombre immense des événements de tous les ordres qu’on peut conn
43 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.4. Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui
49s jugements d’ensemble, rapportés à quelque unité globale de conception, soit originelle soit finale, ne peuvent dès lors plus
50ns dernières de la recherche et quant à la valeur globale, ultime, du savoir humain. Dans le temple de la Science, il faut bien
51 entre le sacré et le profane, entre la cohérence globale définie par la théologie et les recherches particulières à l’aventure
44 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.5. Le rôle de la recherche en Europe
52 La baleine voulait l’absolu, le tout, la réponse globale et définitive. Elle voulait quelque chose qui fût au-delà de toute ré
45 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.8. Il n’y a pas de « musique moderne »
53as une unité définissable, sinon celle d’un refus global d’entendre et d’essayer de comprendre tout ce qui fut composé dans no
46 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.10. Le Dialogue des cultures
54ion des découvertes de la science dans une vision globale de l’homme ; que sais-je encore ? Pourquoi ne pas réfléchir ensemble
47 1970, Lettre ouverte aux Européens. Lettre ouverte
55 donc absolument la faire pour que notre capacité globale se réalise, non seulement dans les statistiques mais dans les conscie
48 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
56rbent les heures libres après la classe. Résultat global : baisse du niveau intellectuel, nivellement aux dépens des meilleurs
49 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
57essentiel que ne le feraient croire les jugements globaux d’orthodoxie et d’hérésie ; étiquettes bien vaines d’ailleurs quand i
50 1972, Penser avec les mains (1972). Préface 1972
58Gegner ou New Europe tentaient de prendre une vue globale de l’Occident en crise de civilisation. Les autres « jeunes » se born
59r principal d’une politique de progrès réel, donc global, mais comme test de tout engagement. Le civisme commence au respect d
51 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pourquoi des régions ? (printemps-été 1975)
60on : à partir des réalités mondiales, de la crise globale et des leçons qui en découlent à l’évidence. Je propose les étapes de
52 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Rôle de la modernité dans les relations Europe-Monde (hiver 1975-1976)
61entions, ces procédés, ces formes ? D’une manière globale, je crois que nous sommes en droit de dire que l’Europe, depuis deux
53 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
62existe plus dans nos anti-villes, une comparaison globale des plus simples le fera voir sans qu’il soit nécessaire d’aller dans
63rvie de l’espèce, et appellent donc une politique globale de toute urgence. J’essaierai de montrer que leurs causes principales
64 créateurs. Zeus, qui est le dieu de la prévision globale déduite des fins de l’évolution, donc le dieu politique par excellenc
65ux dépens des contribuables et de l’environnement global. La Terre est devenue trop petite, trop peuplée et trop bien quadrill
54 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 3. La clé du système ou l’État-nation
66e que l’État est le grand responsable de la crise globale, et qui mieux est : que l’État se reconnaît et même se proclame tel d
67 l’Empire par sa forme. L’Empire est sphérique et global, et son chef tient un globe symbolique dans sa main gauche. Mais l’Ét
55 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 5. Naissance de la prospective
68es, Actes, Épîtres, Apocalypse — annonce l’avenir global tant du Monde que de l’Homme. Entre l’alpha et l’omega du temps, les
69 moins plus d’avenir qui ait un sens ? L’aventure globale de l’homme à la recherche de l’état bienheureux se ramène, pour le xi
56 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 8. Deuxième histoire de fous : Hitler
70 l’intime de nous-mêmes, le sentiment de la crise globale où nous entrons. Et dans le même temps, l’Esprit revient investir le
71 la Cité procèdent d’une prospective normative et globale, partant de l’intime de l’homme et de sa vocation, c’est-à-dire de se
57 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 11. Les variétés de l’expérience communautaire
72’incapacité où elles sont de répondre au problème global que nous posions, celui de la dégradation des liens humains dans les
73 aux structures mêmes de toute communauté au sens global du terme, et notamment, à l’exigence de continuité [p. 247] dans le t
74re mouvement représente simplement le seul projet global et cohérent d’une Europe communautaire agricole et artisanale. » Ains
75plus ample et précise à la fois de cette finalité globale ou englobante que nous pourrons déduire les moyens nécessaires et les
58 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 14. L’autogestion politique
76de plus grand qu’elles — plus grand par la vision globale des problèmes et de leurs connexions, par l’ampleur des moyens ou plu
59 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
77du danger, lorsqu’il menace à bout portant la vie globale. Les écocatastrophes imminentes vont forcer les plus sourds et les pl
60 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. I. L’économie
78mais qui procèdent sans relâche à la condamnation globale et sans appel d’une moitié du pays par l’autre et réciproquement, au
79es possibilités qui ont manqué : c’est le dessein global, c’est le projet d’une société qui dépasse l’ère industrielle en ceci
61 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. II. L’énergie
80 et quelques dates suffiront à situer le problème global de l’énergie. Consommation mondiale d’énergie : en 1900  500
815 1160 Consommation 1005 1800 La consommation globale d’énergie, selon la plupart des prévisions présentées à la Conférence
8219 milliards de TEP. C’est dans cette perspective globale qu’il faut lire les chiffres concernant les Neuf. Ceux-ci, pris sépar
62 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. IV. Les Régions
83x de la politique régionale se forment une vision globale, et non pas sectorielle (intéressée) ni nationale, des problèmes du m
63 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. V. La défense de l’Europe
84econnues qui ont traité le problème de la défense globale de l’Europe contre une attaque massive venant de l’Est (seul cas séri
64 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. VI. L’Europe et le tiers monde
85ui. C’est le seul. L’avenir d’un ordre solidaire global, qui est la seule solution au désastre économique et à la guerre nucl