1 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
1e décrit un type d’homme profondément antisocial, glorifie une morale résolument anarchiste. Ceux qui s’essayent à l’action, c’e
2rfaitement folle, mais c’est justement de quoi se glorifient ses tenants, ils y voient la suprême liberté. Le désir se précisait e
2 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
3pas là de quoi nous rassurer. Si la vie de Kagawa glorifie l’Évangile, elle accuse formellement la grande majorité des chrétiens
3 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
4nd. Bien plus que Nietzsche, type du déchiré, qui glorifie l’instinct perdu, en véritable sentimental.   L’instinct mène au plai
4 1933, Esprit, articles (1932–1962). Comment rompre ? (mars 1933)
5i, don de Dieu, et gratuit — « afin que nul ne se glorifie » — est une participation instantanée à l’éternel, elle juge et conda
5 1933, Esprit, articles (1932–1962). Loisir ou temps vide ? (juillet 1933)
6ner pour justifier à ses propres yeux, voire pour glorifier ce qu’il répugne à considérer comme sa peine. Nous assistons au tripl
6 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 7. Comment rompre ?
7 Dieu, et gratuit — « afin [p. 105] que nul ne se glorifie » — est une participation instantanée à l’éternel, elle juge et conda
7 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — ii. Loisir ou temps vide ?
8ner pour justifier à ses propres yeux, voire pour glorifier ce [p. 236] qu’il répugne à considérer comme sa peine. Nous assistons
8 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Une histoire de la Réforme en France (15 décembre 1934)
9 que l’on n’y cherche pas de vains prétextes à se glorifier d’un passé bien passé, et dont il resterait à prouver qu’on est digne
9 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
10e serait une manière de la mieux provoquer — mais glorifiant le sujet pur comme tel, il dégrade son existence, c’est-à-dire qu’il
11lle n’est rien que l’illusion d’un égoïsme qui se glorifie dans l’abstrait. Qu’est-ce alors, parmi nous hommes de chair, que l’e
10 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
12e paix honteuse. Il est vrai que Rousseau ne s’en glorifie pas, et qu’il se voit à cette époque « dans la plus étrange position,
11 1935, Esprit, articles (1932–1962). Tristan Tzara, Grains et Issues (juin 1935)
13 Dans une anticipation lyrique (tout au début) il glorifie la révolte des puissances obscures, les crimes gratuits, les enthousi
12 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
14ffet. Séparer soigneusement l’esprit du corps, et glorifier cet esprit distingué, c’est aussi laisser ce corps à lui-même, le mép
13 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’Édit de Nantes et sa Révocation (mars-avril 1935)
15gueur du système parlementaire qui leur permet de glorifier ce « moins » — d’étiquette vaguement jacobine — aux dépens du « plus 
14 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
16e. Ce n’est pas sans raison qu’ils se remettent à glorifier les mythes du Progrès indéfini et du Bonheur : la révolution russe a
17ntés dans leur conscience, et qui se rassurent en glorifiant l’URSS. Pour moi, je me bornerai à tirer de tout cela une conclusion
15 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
18e. Ce n’est pas sans raison qu’ils se remettent à glorifier les mythes du Progrès indéfini et du Bonheur : la révolution russe a
19ntés dans leur conscience, et qui se rassurent en glorifiant l’URSS. Pour moi, je me bornerai à tirer de tout cela une conclusion
16 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). L’Art poétique ou Qu’il faut penser avec les mains (décembre 1936)
20règles et sa nécessité que de la fin totale qu’il glorifie. [p. 996] Ce n’est pas notre monde tel qu’il est, mais notre monde te
17 1938, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La vraie défense contre l’esprit totalitaire (juillet 1938)
21’il soit un avantage certain pour les nations qui glorifient la guerre ? La vraie raison de la course aux armements, c’est l’incap
18 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
22autes, et de la faute initiale de vivre, pour les glorifier dans la guerre au nom de l’innocence du Peuple ! [p. 233] Mais pour
23moigner en faveur de la Nuit, c’est-à-dire du moi glorifié. L’amour fidèle dans le mariage chrétien témoigne que la volonté de D
24à l’Évangile. C’est Éros, et non pas Agapè, qui a glorifié notre instinct de mort, et qui a voulu le « spiritualiser ». Mais Aga
19 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
25l’ennui mécanique, tout en nous et autour de nous glorifie à tel point la passion que nous en sommes venus à voir en elle une pr
26es de cheval, toujours si facilement dupé — et de glorifier la vertu de ceux qui s’aiment hors du mariage et contre lui. Mais cet
20 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
27oïncidence, si les troubadours comme les Cathares glorifient — sans toujours l’exercer — la vertu de chasteté ? Est-ce pure coïnci
28st temps de tirer la conclusion : L’amour-passion glorifié par le mythe fut réellement au xiie siècle, date de son apparition,
21 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
29 le même excès, exactement, que l’autre apporte à glorifier la chasteté. Fabliaux contre poésie, cynisme contre idéalisme. Le Déb
30ctifié par le christianisme, alors que la légende glorifiait dans la mort l’entière dissolution des liens terrestres. 15. Le rom
31très simple, et bien entendu inconscient. L’idéal glorifié par la littérature détourne en rêveries voluptueuses les tendances su
32ésormais un semblant d’idéalité. 20. L’instinct glorifié Comme à la rose de Guillaume de Lorris répond la rose de Jean de Meun
22 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
33autes, et de la faute initiale de vivre, pour les glorifier dans la guerre au nom de l’innocence du Peuple ! Mais pour moi, ici e
34hristianisme. C’est Éros, et non pas Agapè, qui a glorifié notre instinct de mort, et qui a voulu l’ » idéaliser ». Mais Agapè s
23 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Don Juan (juillet 1939)
35te un ennemi vigilant de l’instinct : car s’il le glorifie c’est par esprit de polémique, c’est qu’il veut forcer la nature autr
24 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — III.3. L’Art poétique de Claudel
36règles et sa nécessité que de la fin totale qu’il glorifie. [p. 196] Ce n’est pas notre monde tel qu’il est 84 mais notre mond
25 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Le savant et le général (8 novembre 1945)
37pacent dans des parcs dont l’automne encore tiède glorifie le luxe songeur. C’est dans ce cadre trop parfait, cette ambiance d’i
26 1946, Lettres sur la bombe atomique. 6. Le savant et le général
38pacent dans des parcs dont l’automne encore tiède glorifie le luxe songeur. C’est dans ce cadre trop parfait, cette ambiance d’i
27 1947, Doctrine fabuleuse. 9. Don Juan
39te un ennemi vigilant de l’instinct : car s’il le glorifie, c’est par esprit de polémique, c’est qu’il veut forcer la nature aut
28 1956, Preuves, articles (1951–1968). Les joyeux butors du Kremlin (août 1956)
40même grâce au marxisme-léninisme ; 3. que Staline glorifié, en gros et en détail, par tous les communistes du monde entier, en t
29 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la pluralité des satellites (II) (décembre 1957)
41 quelque chose de gratuit. Gloire au régime qu’on glorifiait auparavant pour sa passion de l’utilitarisme ! Répondons sobrement. S
30 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
42bouleversants ! Les premières versions de Tristan glorifiaient une forme d’amour non seulement opposée au mariage, mais ne pouvant e
31 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
43bouleversants ! Les premières versions de Tristan glorifiaient une forme d’amour non seulement opposée au mariage, mais ne pouvant e
32 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 3. Don Juan
44e, un ennemi vigilant de l’instinct : car s’il le glorifie, c’est par esprit de polémique, c’est qu’il veut forcer la nature aut
33 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Annexes — ii. Misère et grandeur de saint Paul
45er et d’exalter son rôle (« j’ai donc sujet de me glorifier ») : ces comportements sont classiques en psychiatrie. Les raisons qu
34 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
46 romaine » (lisons européenne), c’est que tout en glorifiant l’unité chrétienne, mythe médiéval par excellence, Dante établit fort
35 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.3. Le problème de la guerre et l’essor des États (xvie siècle)
47ormis les Romains, il en est peu hélas qui furent glorifiés, il faut en accuser la malignité des auteurs qui visent la fortune et
36 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
48e scandale de ce saint état, les Chrétiens qui se glorifient du nom de leur Sauveur ont sacrifié son crédit et sa dignité à leurs
37 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.6. Goethe
49ntiquement à l’Europe. Les grands travaux — qu’il glorifie à la fin du Second Faust — sont aussi pour lui une promesse d’union d
38 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
50ur et de pompe lors des cérémonies funèbres, pour glorifier son nom et sa grandeur ; même dans la capitale de l’empire turc un no
39 1962, Les Chances de l’Europe. I. L’aventure mondiale des Européens
51une cause à défendre ou d’une patrie plus vaste à glorifier, mais comme d’une aventure décisive pour l’humanité tout entière. Je
40 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
52a Technologie, les Experts, et le Sacré national, glorifié notamment lors des jeux Olympiques, mais qui justifie avant tout les
41 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 3. La clé du système ou l’État-nation
53e général Foy, qui se battit à Jemmapes, [p. 102] glorifie cette identification de la nation et de l’armée : la conscription est
42 1980, Journal de Genève, articles (1926–1982). Les journalistes sportifs ? On dirait qu’ils aiment les tyrans (31 mai-1er juin 1980)
54dversaires. Les pages sportives ont donc l’air de glorifier d’affreux tyrans comme on en a plus vu depuis Gengis Khan. Et tout ce
43 1984, Cadmos, articles (1978–1986). L’État-nation contre l’Europe : Notes pour une histoire des concepts (printemps 1984)
55). Mais le général Foy, qui se battit à Jemappes, glorifie cette identification de la nation et de l’armée : « La conscription e
44 1984, Cadmos, articles (1978–1986). Conclusions (été-automne 1984)
56s pour l’étude de la culture européenne, a été de glorifier la culture européenne des siècles passés, tout en laissant entendre :
45 1986, Cadmos, articles (1978–1986). Denis de Rougemont tel qu’en lui-même… [Entretien] (printemps 1986)
57, qui veut dire subir, souffrir. L’amour-passion, glorifié par la littérature, c’est l’amour que l’on subit, qui aboutit général