1 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.2. D’une culture qui parle dans le vide
1e accession d’une bourgeoisie urbaine aux charges gouvernementales. Dès le xiiie siècle était apparue une conception du travail et de l
2 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Ballet de la non-intervention (avril 1937)
2 journaux de gauche n’annoncent que des victoires gouvernementales ; seuls les ennemis de la démocratie oseraient remarquer que ces vict
3 des volontaires enrôlés en France pour l’Espagne gouvernementale : novembre et décembre, 14 000 Français, 8000 étrangers. Résultats ob
3 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’autorité assure les libertés (mai 1937)
4r la constitutionnalité d’une loi ou d’une mesure gouvernementale. ⁂ [p. 48] Ces brèves indications suffisent à orienter l’imagination
4 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Une révolution refoulée (juillet 1938)
5mes à contretemps, à contre-fins, quelques crises gouvernementales, la livre à 600, le chômage ; — et le premier dictateur venu tirera l
5 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
6ires, plutôt que justes ou efficaces, les mesures gouvernementales. Cette tendance de la vie politique à son tour va contaminer la vie p
6 1946, Carrefour, articles (1945–1947). Une bureaucratie sans ronds-de-cuir (23 mai 1946)
7de-cuir de père en fils. Le personnel des bureaux gouvernementaux est sans cesse ventilé et renouvelé, au physique comme au figuré. Peu
7 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
8de-cuir de père en fils. Le personnel des bureaux gouvernementaux est sans cesse ventilé et renouvelé, au physique comme au figuré. Peu
8 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
9u’elle ne le croit. C’est sur le plan de l’action gouvernementale que les oppositions et les rivalités éclatent, et là seulement elles
9 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
10ir. Constitué en toute indépendance des contrôles gouvernementaux, cet organisme aura pour tâches immédiates d’étudier et de proposer t
11re. Constitué en toute indépendance des contrôles gouvernementaux, cet organisme aurait pour mission générale de donner une voix à la c
10 1949, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Mouvement européen (avril 1949)
12. Parallèlement à cette action rapide sur le plan gouvernemental, nous poursuivions bien d’autres tâches : l’élargissement de nos mouv
11 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Rapport moral présenté par M. Denis de Rougemont (novembre 1952)
13n action propre ? On connaît l’Unesco : mondiale, gouvernementale, riche, quand nous sommes pauvres, autonomes, et européens. Les métho
12 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). À propos de la crise de l’Unesco (décembre-janvier 1953)
14catalyseur du Centre.   3. Initiative et contrôle gouvernementaux. Ce qui précède suffit à établir que l’initiative véritable, dans le
15s spécialisés dont nous parlions et les instances gouvernementales se révèle là encore le plus pratique, ne fût-ce qu’en évitant les ret
13 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
16ar le chef de l’État. Il en résulte une stabilité gouvernementale sans exemple dans l’époque moderne. [p. 77] Pratiquement, les consei
17 très vite à une sorte de dictature de l’appareil gouvernemental. Ce danger existe en Suisse, mais il est en grande partie neutralisé
18 un siècle de prospérité, de sécurité, de dignité gouvernementale. Or, c’est la misère, la peur et le scandale qui rendent les tribuns
14 1953, Preuves, articles (1951–1968). À propos de la crise de l’Unesco (mars 1953)
19ble des foyers de base. 3. Initiative et contrôle gouvernementaux. Ce qui précède suffit à établir que l’initiative véritable, dans le
20s spécialisés dont nous parlions et les instances gouvernementales se révèle là encore le plus pratique, ne fût-ce qu’en évitant les ret
15 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Une prise de conscience européenne (novembre-décembre 1953)
21. van Kleffens, en juriste rompu aux négociations gouvernementales, exposa sans passion le problème brûlant des relations entre la souve
16 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
22. van Kleffens, en juriste rompu aux négociations gouvernementales, exposa sans passion le problème brûlant des relations entre la souve
17 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Trois initiales : trois questions, trois réponses (mai-juillet 1954)
23timent européen. Certes, cette vaste organisation gouvernementale et mondiale s’occupe parfois sur un plan « régional » (en l’occurrenc
18 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur deux écrivains politiques (juin 1957)
24t être question de l’utilisation des institutions gouvernementales bourgeoises qu’en vue de leur destruction. » Quand on sait cela, il d
19 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
25herche » en Europe, tandis que d’autres instances gouvernementales, officielles, ou privées (fondations par exemple) auraient pour fonct
26stituer sur l’initiative privée d’un institut non gouvernemental donnant l’impulsion — ou d’un groupe de personnalités décidant d’étud
20 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
27la hiérarchie ou centralisation administrative et gouvernementale par laquelle se distinguent, ex æquo, les démocraties impériales, les
21 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
28er son ami Felix Frankfurter, qui occupe un poste gouvernemental, et qui l’aidera à régulariser sa situation puis à recevoir un passep
22 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.1. Les institutions et la vie politique
29ar le chef de l’État. Il en résulte une stabilité gouvernementale sans exemple dans l’époque moderne. Pratiquement donc, les conseiller
30 très vite à une sorte de dictature de l’appareil gouvernemental. Le danger existe en Suisse, mais il est en grande partie neutralisé
31 un siècle de prospérité, de sécurité, de dignité gouvernementale. Ce sont les crises, la peur et le scandale qui rendent les tribuns é
23 1968, Preuves, articles (1951–1968). Vingt ans après, ou la campagne des congrès (1947-1949) (octobre 1968)
32s mouvements de militants, bouscule les prudences gouvernementales, et ne revendique rien de moins qu’une fédération politique, sans laq
24 1969, Journal de Genève, articles (1926–1982). « Non, notre civilisation n’est pas mortelle ! » (30-31 août 1969)
33’est pas toujours bourgeois, mais il est toujours gouvernemental, dans tous les pays. La bourgeoisie est une classe qui a été et qui e
25 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.1. Le mouvement européen
34. Parallèlement à cette action rapide sur le plan gouvernemental, nous poursuivions bien d’autres tâches : l’élargissement de nos mouv
26 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.5. Pronostics 1969 (une interview)
35’est pas toujours bourgeois, mais il est toujours gouvernemental, dans tous les pays. La bourgeoisie est une classe qui a été et qui e
27 1970, Lettre ouverte aux Européens. Lettre ouverte
36s ou nuls, grâce aux mises en commun économiques, gouvernementales et privées, mais surtout grâce à notre faiblesse relativement aux deu
28 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
37tion, des investissements privés, et des dépenses gouvernementales. Cette invention anglo-saxonne apparaît dans les années 1920 [p. 56]
29 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 5. Naissance de la prospective
38 vendables, d’échanges commerciaux et de dépenses gouvernementales, donc de profits calculés en monnaie, en termes d’avoir plus et non p
30 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
39 n’a pas encore de politique commune ni d’organes gouvernementaux ? Point d’Europe sans citoyens européens. Mais point de citoyens euro
31 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. Introduction
40répondre au niveau des [p. 35] actions politiques gouvernementales ou privées ? Le premier organisme européen, créé sur la proposition d
32 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. I. L’économie
41. Quant aux populations de nos pays, les rapports gouvernementaux ou privés, décrivant l’état de la société occidentale, ne cessent de
42 solutions purement économiques. Les déclarations gouvernementales annoncent tous les six mois environ des mesures propres à nous faire
33 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. IV. Les Régions
43x, autorités européennes. 2. Que les responsables gouvernementaux de la politique régionale se forment une vision globale, et non pas s
34 1984, Cadmos, articles (1978–1986). Conclusions (été-automne 1984)
44ncroyable, et, d’autre part, les « fonctionnaires gouvernementaux » — faut-il comprendre qu’ils ne sont ni des personnes, ni libres ? —
35 1985, Cadmos, articles (1978–1986). Trente-cinq ans d’attentes déçues, mais d’espoir invaincu : le Conseil de l’Europe (été 1985)
45eux appropriées, à une consultation des instances gouvernementales et non gouvernementales concernées ; 3. de recueillir parallèlement l
46onsultation des instances gouvernementales et non gouvernementales concernées ; 3. de recueillir parallèlement l’avis d’instances europé
36 1986, Cadmos, articles (1978–1986). Denis de Rougemont tel qu’en lui-même… [Entretien] (printemps 1986)
47du Conseil de l’Europe et de plusieurs organismes gouvernementaux ou privés. Je voudrais, avant de partir, mettre sur pied un grand pro