1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Henry de Montherlant, Chant funèbre pour les morts de Verdun (mars 1925)
1mons ces horreurs pour les vouloir éviter, et ces grandeurs pour n’en pas trop descendre ». N’est-ce pas une éclatante mise au po
2ées où les éléments contraires s’unissent dans la grandeur. La paix qu’il appelle, c’est autre chose que l’absence de guerre, c’
3ue nous admirons dans le Chant funèbre. Ce mot de grandeur revient souvent lorsqu’on parle de cette œuvre : je ne sais s’il faut
4lesse de sa soumission. Périlleuse carrière de la grandeur où Montherlant est entré de plain-pied, en même temps que dans la gue
2 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Miguel de Unamuno, Trois nouvelles exemplaires et un prologue (septembre 1929)
5 ironie romantiques, laisse la même impression de grandeur désolée qu’un Greco. Mais il n’y a pas les couleurs, ni l’amère volup
3 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Henry de Montherlant, Les Bestiaires (septembre 1926)
6iptions des prairies espagnoles pleines de simple grandeur, j’ai supporté mille fastidieux détails techniques et des délires tau
4 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Daniel-Rops, Notre inquiétude (avril 1927)
7èses extrémistes mais non dépourvues d’une sombre grandeur, des surréalistes, et en même temps par cette solution universelle, l
8oi, il résume en lui cette inquiétude qui fait la grandeur et la misère de l’époque — et qu’il avoue préférer à une certitude tr
5 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
9orales d’extrême moyenne d’où sont exclues toutes grandeurs au profit de fuites lâches qu’on veut nommer renoncements ! Jouant to
10l homme, — est-ce encore Aragon, sinon qui ? — sa grandeur, c’est qu’il lui faut atteindre Dieu ou n’espérer plus aucun pardon.
11volution qui nous perdrait corps et biens dans sa grandeur comme une femme merveilleuse nous perdrait corps et âme dans l’ivress
6 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Adieu au lecteur (juillet 1927)
12onfiance au Central de Genève. Souviens-toi de la grandeur de ses traditions et ne va pas ajouter à cette lourde charge le poids
7 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Guy de Pourtalès, Louis II de Bavière ou Hamlet-Roi (décembre 1928)
13 que son échec même ne relève pas, et qui tire sa grandeur de celle du décor ? Guy de Pourtalès n’hésite pas à baptiser son héro
8 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Avant-propos
14. C’est à peine assez pour indiquer leur ordre de grandeur ; à quoi je me bornerai. Il a paru sur le sujet de l’instruction publ
9 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 3. Anatomie du monstre
15xiger qu’il soit tout de noblesse, de vertu et de grandeur. Mais on peut s’étonner de voir qu’il n’est que ridicule et mesquiner
10 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 7. L’instruction publique contre le progrès
16, avec tout le vaste arrière-fond de poésie et de grandeur que ce mot comporte — quelles qu’en soient d’ailleurs les réalisation
11 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Appendice. Utopie
17teur d’êtres spirituellement vivants, ni d’aucune grandeur supérieure à la somme de ses éléments. Il n’engendre pas, il ajuste.
12 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
18 autorisèrent ce chaos. Il lui reste sa foi en la grandeur éternelle de la Hongrie — intemporelle, n’ayant cure des statistiques
19e mélange, en toutes choses, d’enfantillage et de grandeur, d’imaginations absurdes et de souffrances vraies, n’est-ce point le
13 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Charles Du Bos, Approximations, 4ᵉ série (novembre 1930)
20nt, il restera du moins des personnages ! Mais la grandeur d’un Du Bos, n’est-elle pas précisément dans son refus de sacrifier j
14 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Sécularisme (mars 1931)
21ue le haut fait, la mesquinerie plus vraie que la grandeur. C’est sans doute qu’on les a par trop dupés ; ils ne marchent plus.
15 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Une exposition d’artistes protestants modernes (avril 1931)
22nder la confession qui lui a permis de naître. La grandeur d’un art protestant, c’est de n’être qu’un art chrétien. p. 274
16 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Conférences du Comte Keyserling (avril 1931)
23’observations justes et souvent profondes sur les grandeurs et les misères d’une ère mécanicienne qui prélude à l’organisation du
17 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Au sujet d’un grand roman : La Princesse Blanche par Maurice Baring (mai 1931)
24sa durée même l’élément le plus convaincant de sa grandeur, et le plus tonique 17 , — il en va tout autrement de l’histoire d’un
18 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Littérature alpestre (juillet 1931)
25rniers symboles physiques de la solitude et de la grandeur, les Alpes. Nous souffrons d’une carence inquiétante de l’héroïsme. D
19 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
26ommes mesquins, sans exigences véritables et sans grandeur. Peut-être, se dit-on en le fermant, est-il réellement impossible à u
27nt impossible à une âme chrétienne d’atteindre la grandeur morale si elle n’a pas connu, ne fût-ce que par sa puissance de sympa
28t ce qu’il y avait au monde, de plus proche de sa grandeur. L’existence et l’action de Kagawa, telles qu’il les raconte dans ces
20 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). André Gide ou le style exquis (à propos de Divers) (octobre 1931)
29e ni même d’une norme sociale. Mais à cause de la grandeur. ⁂ Ce livre manque d’ange et de bête. Il est merveilleusement intelli
30 et qui me perce, — et me fait honte d’oublier la grandeur. p. 725 k. « André Gide ou le style exquis », Foi et Vie, Paris,
21 1931, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Éléments de la grandeur humaine, par Rudolf Kassner (octobre 1931)
31 [p. 640] Les Éléments de la grandeur humaine, par Rudolf Kassner (octobre 1931) a Si l’existence — le de
32 titre au recueil, les mots-clés : mesure, forme, grandeur, ne sont guère définis que par leurs rapports mutuels et tirent de ce
33 ne pas poser). L’homme antique peut atteindre la grandeur parce qu’il possède la mesure au sein d’un tout fini : famille, dieux
34uré, et que pour le chrétien il n’est pas d’autre grandeur ». Ainsi le chrétien existe en tant que le péché crée une tension ent
35tien, hors duquel il n’est pour lui ni mesure, ni grandeur, ni forme, mais seulement chimères et incohérence. Que l’on considère
36ner répondrait aujourd’hui par l’opposition de la grandeur mesurée et de l’indiscrétion journalistique. La férocité réfléchie qu
22 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
37e amoureuse. Elle n’est plus que l’approche d’une grandeur où se perdraient nos amours terrestres dans d’imprévisibles transfigu
23 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
38 autorisèrent ce chaos. Il lui reste sa foi en la grandeur éternelle de la Hongrie — intemporelle, n’ayant cure des statistiques
39e mélange, en toutes choses, d’enfantillage et de grandeur, d’imaginations absurdes et de souffrances vraies, n’est-ce point le
24 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
40p. 168] les ai tous aimés. Et j’ai compris que la grandeur du cœur humain, c’est de donner sans mesure un amour dont notre vie,
25 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
41 mais héroïquement attachées à leur terre, à leur grandeur, — cette race désarmée qui ne subsiste que par la force d’une vertu s
26 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
42Saint-Saturnin qu’un tel roman exprime « toute la grandeur — et toute la misère — des protestants sans foi » 31 . Quoi qu’il en
43riblement déficitaire si l’on prend au sérieux la grandeur impérieuse et fulgurante du véritable calvinisme. Or nous n’hésitons
44Éternel enfin sera loué « selon l’immensité de sa grandeur » comme il est dit au dernier psaume. p. 56 m. « Romanciers pro
27 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Goethe, chrétien, païen (avril 1932)
45d’actualisation de la pensée, dont la vertu et la grandeur devraient s’imposer à nous tous. Goethe inutilisable, certes. Mais no
28 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Principe d’une politique du pessimisme actif (novembre 1932)
46au tragique quotidien comme un rappel de la seule grandeur transcendante. Nous ne sommes pas condamnés au succès, mais à l’obéis
29 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Signes parmi nous, par C. F. Ramuz (janvier 1932)
47nd, c’est-à-dire on voit paraître l’homme dans sa grandeur, c’est-à-dire dans l’élémentaire : un être qui est nu, qui a froid, q
48mme dans le tableau d’un grand peintre ». Ah ! la grandeur de ce peuple ramuzien, qui se meut dans je ne sais quelle lourdeur « 
30 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
49lus que leur propre rationalisme, sans tension ni grandeur : ils ne savent pas voir dans la sagesse faustienne qu’elle est surto
50abitus individuel bien plus que dans leur commune grandeur. Seule la croyance en une analogie universelle des réactions profonde
51pureté avide, et son destin se joue d’un coup. La grandeur de Goethe est d’avoir su vieillir, celle de Rimbaud de s’y être refus
52mprendre cela, de même qu’il est peu fait pour la grandeur et la pureté, et pour des paroles comme « Si ton œil te fait tomber d
53 pureté démesurée de Rimbaud qui nous juge, et la grandeur humaine de Goethe. Et qui voudrait les opposer ? Que signifierait un
54niteuse pour nous, tant que cette pureté et cette grandeur ne tenteront pas nos âmes jusqu’à la mort ? L’homme ne peut juger que
31 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Querelles de famille, par Georges Duhamel (mai 1932)
55près quoi seulement l’on distinguerait l’ordre de grandeur du grief qu’il fait à ce temps. C’est ce qu’en vain l’on cherche au c
32 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Éloge de l’imprudence, par Marcel Jouhandeau (septembre 1932)
56ations. En sorte que l’apologie de l’un évoque la grandeur de l’autre, et peut-être le secret désir de l’éveiller à la conscienc
33 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
57mes une génération comblée. Comblée de chances de grandeur, et comblée de risques mortels. Pour la jeunesse de 1932, le conflit
58 l’effort admirable du peuple russe retrouvant la grandeur des luttes élémentaires, n’aurions-nous à répondre qu’un dogmatique «
34 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — e. En dernier ressort
59 calculs « pratiques », ni la misère réelle ni la grandeur de l’homme. Il porte rarement le poids des injustices du régime socia
35 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
60a terre. Pourtant, certaines époques ont connu la grandeur. Ce ne furent pas les moins corrompues de l’histoire, mais celles où
61e. Notre époque, elle aussi, possède sa chance de grandeur. Je dirai même qu’elle a plus de chances qu’aucune autre. Le vieux « 
62e d’intellectuels, m’apparaît alors dans toute sa grandeur. C’est à vous de rechercher dans vos pensées les origines concrètes d
36 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 5. Sur la devise du Taciturne
63au tragique quotidien comme un rappel de la seule grandeur transcendante. Nous ne sommes [p. 92] pas condamnés au succès, mais à
37 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 10. Fascisme
64ie progressive. Et de là viennent cette folie des grandeurs aux premiers temps, cet activisme délirant, cette stérilité verbeuse,
38 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
65mes une génération comblée. Comblée de chances de grandeur, et comblée de risques mortels. Pour la jeunesse de 1932, le conflit
66 l’effort admirable du peuple russe retrouvant la grandeur des luttes élémentaires, n’aurions-nous à répondre qu’un dogmatique «
39 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 12. Communauté révolutionnaire
67sur l’idée de sécurité. Il demande un principe de grandeur, ou simplement quelque chose à faire. La paix n’est pas une occupatio
40 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
68ré ? N’est-ce point là notre plus belle chance de grandeur ? Ils nous tueront ! L’Idole est absolue. Et ce n’est pas cette mort-
41 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iv. Qu’est-ce que la politique ?
69on fonctionnement de l’État, la paix publique, la grandeur morale de la nation et le libre déploiement de ses forces créatrices.
42 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
70a terre. Pourtant, certaines époques ont connu la grandeur. Ce ne furent pas les moins corrompues de l’histoire, mais celles où
71e. Notre époque, elle aussi, possède sa chance de grandeur. Je dirai même qu’elle a plus de chances qu’aucune autre. Le vieux « 
72e d’intellectuels, m’apparaît alors dans toute sa grandeur. C’est à vous de rechercher dans vos pensées les origines concrètes d
43 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
73est un acte, incontestable. Telle est la nouvelle grandeur, la nouvelle mesure de l’esprit. Nous irons donc à ce grand solitaire
44 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Kasimir Edschmid, Destin allemand (octobre 1934)
74 qui apporte le plus de nouveauté, d’humanité, de grandeur. J’ai d’autant plus envie de le dire qu’on n’a pas annoncé sa parutio
75sédant, ne suffit pas à expliquer l’impression de grandeur brutale et grave à la fois qui demeure dans l’esprit, bien après qu’o
76’un peuple. Il faut avoir éprouvé par ce livre la grandeur d’une telle espérance, si l’on veut juger sainement la politique étra
77une sobriété amère et courageuse, un souffle, une grandeur enfin qui nous ramènent puissamment au sens de la réalité humaine, au
45 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
78s mesure, comme le nôtre, est aussi un monde sans grandeur. Telle est notre médiocrité. La seule mesure extérieure qui subsiste
79tis, dans l’État ou dans la nation un principe de grandeur qui n’est plus que dans l’homme. Mais si nous trouvons ce principe, n
80rète, cette référence universelle, ce principe de grandeur que nous proposons tous ici, c’est l’homme considéré dans sa vocation
46 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
81ts, mais néglige d’en choisir aucun. Il chante sa grandeur, mais n’en témoigne pas. Il est plus dangereux que le matérialisme :
82e. J’ai fait ce pas, je puis le mesurer — mais sa grandeur pourtant n’est pas un nombre. J’appelle esprit cette surprise pure de
47 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
83it qui connaît son pouvoir et son acte, mesure la grandeur du danger, sait qu’il s’y offre armé, et connaît ses retraites. Raiso
84dernier roman, Adam et Ève. C’est toute la simple grandeur calvinienne retrouvée, — par ce vieil ennemi de la Genève moderne ! I
48 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
85sur l’idée de sécurité. Il demande un principe de grandeur, ou simplement quelque chose à faire. La paix n’est pas une occupatio
49 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Destin du siècle ou destin de l’homme ? (mai 1934)
86e des jeunes intellectuels apparaît dans toute sa grandeur. C’est à eux qu’il appartient de rechercher dans leur pensée les orig
50 1935, Esprit, articles (1932–1962). André Rouveyre, Singulier (janvier 1935)
87ectacle d’un pareil tragique ne perdra rien de sa grandeur lucide à gagner un sens religieux. Ce livre enfin vaut par un style i
88qui fasse un peu sentir la qualité, voisine de la grandeur, de cet ouvrage ? Je crois que maint lecteur y découvrira peu à peu q
51 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
89 de leur état. Et personne n’a jamais contesté la grandeur d’un désintéressement de cette espèce. Mais on pense bien que Renan n
52 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Quatre indications pour une culture personnaliste (février 1935)
90nt l’équipe des fonctionnaires. [p. 14] Seule la grandeur suscite et favorise la grandeur. Seule l’énergie éveille des énergies
91 [p. 14] Seule la grandeur suscite et favorise la grandeur. Seule l’énergie éveille des énergies. Seul l’exercice d’une vocation
92le identique, par là même plus apte à créer de la grandeur, — mais cette grandeur est inhumaine — moins riche aussi de possibili
93me plus apte à créer de la grandeur, — mais cette grandeur est inhumaine — moins riche aussi de possibilités exceptionnelles. La
53 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.5. Importance de la notion de commune mesure
94e mesure commune. Car sans mesure il n’est pas de grandeur, ni par conséquent de valeur. On voit enfin que la vérité de la cultu
95enfin que la vérité de la culture et sa chance de grandeur réelle résident dans la vérité de la commune mesure régnante. Mais un
54 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.6. L’Arche de l’Alliance
96 que celle des Juifs sous l’ancienne alliance. La grandeur d’Israël est d’avoir incarné une vocation, et rien que cela, une voca
97eux ne peuvent voir et qui pourtant fait toute sa grandeur, c’est la révolte du destin profane contre la libre vocation de Dieu.
98e sa pureté. Sa pauvreté sera considérée comme sa grandeur. Car ce qui est grand, c’est ce qui comble la mesure. Ce n’est pas la
55 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.8. Décadence des lieux communs
99liance du peuple avec sa vocation, qui faisait la grandeur des cultures authentiques. Elle est devenue la loi inexorable et méca
56 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.9. Tentatives de restauration d’une commune mesure
100, des prophètes sans message pour le peuple, sans grandeur mesurable dans les faits, accusateurs, inquisiteurs et anarchistes. P
101out cela se passait sur fond d’angoisse. La vraie grandeur des vrais génies d’un siècle aussi profondément malade, ce fut l’ango
102aire par excellence, le méconnu et l’angoissé. Sa grandeur étant mesurée par la tension qui l’opposait à son époque. Telle est l
103llement, plus on se persuade que la nouveauté, la grandeur et la vraie puissance du communisme russe et du national-socialisme r
57 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.13 Commune mesure et acte de foi
104, à chaque instant, que de cette fin des fins. La grandeur, l’importance de chacune de nos vies, la dignité que nous attribuons
58 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
105ustement de ces mesures ce que nous appelons leur grandeur. L’Inde ancienne, la Grèce d’Homère et la Grèce de Périclès, et la Ro
106action des signes visibles qui symbolisaient leur grandeur. Et l’histoire des mesures communes ordonnées à ces grands desseins,
107ses comme les gages d’un bonheur à venir et d’une grandeur digne de tous les sacrifices. Et comment ne croirait-on pas à la gran
108es sacrifices. Et comment ne croirait-on pas à la grandeur, même ou surtout la plus mythique, quand on y sacrifie ses aises immé
109s seulement le bien-être physique, mais aussi une grandeur nouvelle. Même, il se jette d’abord vers cette grandeur, au mépris de
110ur nouvelle. Même, il se jette d’abord vers cette grandeur, au mépris de la faim ou de la liberté ; il a suffi qu’on lui propose
111 droites dans l’univers, et qu’une vitesse ou une grandeur quelconques dépendent à la fois des mesures, et du lieu et du temps o
112te et prisonniers d’une tradition qui survit sans grandeur à ses racines. Notre seule chance de salut, à nous autres nations lib
59 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
113roprier. L’érudit et le citateur 59 profiteur de grandeurs qu’ils ne savent pas marquer, mais tout juste ternir de leur empreint
60 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
114ustement de ces mesures ce que nous appelons leur grandeur. L’Inde ancienne, la Grèce d’Homère et la Grèce de Périclès, et la Ro
115action des signes visibles qui symbolisaient leur grandeur. Et l’histoire des mesures communes ordonnées à ces grands desseins e
116ses comme les gages d’un bonheur à venir et d’une grandeur digne de tous les sacrifices. Et comment ne croirait-on pas à la gran
117es sacrifices. Et comment ne croirait-on pas à la grandeur, même ou surtout la plus mythique, quand on y sacrifie ses aises immé
118s seulement le bien-être physique, mais aussi une grandeur nouvelle. Même, il se jette d’abord vers cette grandeur, au mépris de
119ur nouvelle. Même, il se jette d’abord vers cette grandeur, au mépris de la faim ou de la liberté ; il a suffi qu’on lui propose
120 droites dans l’univers, et qu’une vitesse ou une grandeur quelconques dépendent à la fois des mesures et du lieu et du temps où
121te et prisonniers d’une tradition qui survit sans grandeur à ses racines. Notre seule chance de salut, à nous autres nations lib
61 1936, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Sur une page de Bossuet (ou Tradition et Révélation) (janvier 1936)
122 de ce qu’il a dit ? — Exactement, et c’est là sa grandeur, ou, comme je l’écrivais, son grand pouvoir. » Les positions sont net
123lle cohérence logique, quelle continuité, quelles grandeurs visibles ou quel ascétisme, quelles pompes cultuelles ou quelles humb
124ion que vous adressez à la Réforme, du haut d’une grandeur traditionnelle mal assurée, — trop craintivement, trop méticuleusemen
62 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
125on fonctionnement de l’État, la paix publique, la grandeur morale de la nation et le libre déploiement de ses forces créatrices.
63 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
126-je pas désespéré, fou de possibles manqués et de grandeurs inatteintes ? Serait-ce donc que je crois réellement à la Providence 
127couche, il faut la tombe. Il y a toujours quelque grandeur dans les choses simples, rudimentaires. Mais quand je vois ces hommes
128la mort.) Ainsi nos gestes se prolongent, et leur grandeur est dans l’attente qu’ils trahissent. Si le travail moderne est dégra
129ne comme le seul homme qui ait su être utile avec grandeur, dans toutes ses pensées. [p. 105] Mais utile à soi-même, avant tout
130e notre domaine est bien étroit… Cela n’a plus la grandeur romantique de la désolation d’hiver. Et partout les cultivateurs, au
64 1937, Esprit, articles (1932–1962). Albert Thibaudet, Histoire de la littérature française de 1789 à nos jours (mars 1937)
131et mais du sujet. Son chapitre sur Balzac a de la grandeur, et touche même au délire poétique : reportez-vous à la phrase de 16
65 1937, Esprit, articles (1932–1962). Paul Éluard, L’Évidence poétique (juin 1937)
132 merveilleux. » Phrase étonnante à la fois par la grandeur de l’espérance qu’elle proclame et par la confusion de sa proclamatio
66 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
133able. Mais il faudrait savoir l’envisager dans sa grandeur, sans crispation de méfiance ou de timidité ; dans une volonté de syn
134ns aucun de ces domaines particuliers. Mais notre grandeur est ailleurs : elle est dans l’harmonie intime, ou dans l’opposition
135Et pourquoi n’irais-je pas jusqu’à dire que notre grandeur culturelle est de n’avoir pas de culture suisse, mais seulement une c
136le de la Renaissance, le microcosme de toutes ses grandeurs. Aux xviie et xviiie , l’horizon se resserre un peu, on ne voit guèr
137ais en Suisse ?) Mais je pense qu’on n’atteint la grandeur qu’en utilisant ses défauts, en s’élevant au point où ils deviennent
138vraie culture, nous pouvons être les moyens de la grandeur future de l’Europe. (Il y a là plus qu’un calembour, soit dit pour es
139sens de notre destinée, et notre chance unique de grandeur. ⁂ Je vois ce que l’on peut m’objecter : « Vous attribuez des justifi
67 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
140la mort.) Ainsi nos gestes se prolongent, et leur grandeur est dans l’attente qu’ils trahissent. Si le travail moderne est dégra
68 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’autorité assure les libertés (mai 1937)
141race, peuple, prolétariat, prospérité, abondance, grandeur de la nation… mythes qu’il faut ensuite imposer de force à la conscie
69 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
142ui va de l’héroïsme religieux à la confusion sans grandeur [p. 663] où se débattent les hommes du temps profane : au lieu de l’é
70 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
143n’est pas — comme tout ce qui porte une chance de grandeur. (Comme la passion !) ⁂ Les moralistes et certains sociologues (dont
144a plus déshéritée, détient sa chance immédiate de grandeur, et c’est dans la fidélité « absurde » qu’elle pourra la réaliser : q
145pense la perte : nous sommes ici dans un ordre de grandeur où nos mesures et nos équivalences n’ont plus cours.) Mais savons-nou
146plus cours.) Mais savons-nous encore imaginer une grandeur qui n’ait rien de romantique ? Et qui soit le contraire d’une ardeur
71 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Victoire à Waterloo, par Robert Aron (février 1938)
147e livre : un sens de l’homme et des limites de sa grandeur, un sens de l’humour du destin, une vraie poésie de l’Histoire, libér
72 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Alice au pays des merveilles, par Lewis Carroll (août 1938)
148s important pour un enfant que la comparaison des grandeurs — « plus grand que » et « plus petit que » —, qui est aussi le fondem
73 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Page d’histoire (novembre 1938)
149ionalistes. En proie à des luttes intestines sans grandeur, les Démocraties de l’Ouest ne surent tirer d’un événement aussi cons
74 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
150a fuite ! Et qu’il l’ignore, c’est essentiel à la grandeur exemplaire de sa vie. Les raisons de la Nuit ne sont pas celles du Jo
75 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
151rs son père, sans pourtant lui rien ôter de cette grandeur d’âme avec laquelle il épargne l’honneur de Phèdre, et se laisse oppr
152scrupule les ennemis qui nuisent à ses projets de grandeur ? Des lois cruelles, arbitraires, impérieuses, pourront de même assas
76 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
153bles, et d’ailleurs secrètement désirés ; mais la grandeur de l’homme est de limiter leur champ, de les canaliser et de les util
154ommages le formidable potentiel de frénésie et de grandeurs sanglantes qu’avaient accumulé en Occident des siècles de culture de
155t les restrictions que l’État impose au nom de la grandeur nationale. L’honneur du chevalier, c’est l’inquiète susceptibilité de
77 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
156ui va de l’héroïsme religieux à la confusion sans grandeur où se débattent les hommes du temps profane : au lieu de l’épée du ch
78 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
157n’est pas — comme tout ce qui porte une chance de grandeur. (Comme la passion !) Les moralistes et certains sociologues ont essa
158a plus déshéritée, détient sa chance immédiate de grandeur, et c’est dans la fidélité « absurde » qu’elle pourra la réaliser : q
159pense la perte : nous sommes ici dans un ordre de grandeur où nos mesures et nos équivalences n’ont plus cours.) Mais savons-nou
160plus cours.) Mais savons-nous encore imaginer une grandeur qui n’ait rien de romantique ? Et qui soit le contraire d’une ardeur
79 1940, Mission ou démission de la Suisse. Avertissement
161s immédiats et lointains, ses limites et sa vraie grandeur. Je ne donne ici que des vues générales et quelques directions de pen
80 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
162able. Mais il faudrait savoir l’envisager dans sa grandeur, sans crispation de méfiance ou de timidité ; dans une volonté de syn
163ucun de ces domaines particuliers 24 . Mais notre grandeur est ailleurs : elle est dans l’harmonie intime, ou dans l’opposition
164Et pourquoi n’irais-je pas jusqu’à dire que notre grandeur culturelle est de n’avoir pas de culture suisse, mais seulement une c
165le de la Renaissance, le microcosme de toutes ses grandeurs. Aux xviie et xviiie , l’horizon se resserre un peu, et pourtant voi
166 autant que lui. Mais je pense qu’on n’atteint la grandeur qu’en utilisant ses défauts, en s’élevant au point où ils deviennent
167vraie culture, nous pouvons être les moyens de la grandeur future de l’Europe. (Il y a là plus qu’un calembour, soit dit pour es
168sens de notre destinée, et notre chance unique de grandeur 28 . ⁂ Je vois ce que l’on peut m’objecter : « Vous attribuez des jus
81 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
169choses harmonieuses et magnifiques, pleines de la grandeur de Dieu. Je me suis retourné, me demandant à quel être supérieur et c
170t aussi nous comparer, nous autres Suisses, à ces grandeurs, à ces beautés… Et c’est ici le lieu de relire quelques phrases d’un
171 Et alors nous serons en état de mesurer la vraie grandeur des événements actuels, la vraie grandeur du rôle qui peut y être le
172a vraie grandeur des événements actuels, la vraie grandeur du rôle qui peut y être le nôtre. Et parce que nous serons plus consc
82 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
173de Nicolas de Flue, la puissance matérielle et la grandeur territoriale viendront tenter les Suisses. L’Italie s’ouvre à eux, la
174er une certaine médiocrité d’esprit, rançon de la grandeur matérielle sacrifiée. Nous sommes ici en présence d’une maladie spéci
83 1942, La Part du Diable (1982). Introduction. Que la connaissance du vrai danger nous guérit des fausses peurs
175ui ne croient pas au bien, à la délicatesse, à la grandeur, à l’âme, le Malin est un homme à trucs. C’est l’agent double, triple
84 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
176ule de l’Arc aux Chevaux de Marly, les siècles de grandeur, de misère, de sagesse, dont le visage de cette capitale plus douce e
177Il n’était grand, comme Satan lui-même, que de la grandeur de nos misères secrètes. En Hitler, le Diable avait trouvé l’alibi le
178les ingrédients indispensables à sa torture, à sa grandeur, à son orgueil de créature faite à l’image de Dieu et qui veut s’empa
85 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
179xemples d’héroïsme et de vertu 14 comparables en grandeur aux atrocités rigoureuses produites par l’hitlérisme au nom d’Hitler.
180e du Rien. Elles ne s’acquièrent qu’au prix de la grandeur. (Qui sait encore le mesurer ?) Et l’on n’en peut donner que de petit
86 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
181n déployée. Il s’y [p. 133] raconte à lui-même sa grandeur « et l’étendue célèbre l’œuvre de ses mains ». Le Diable a voulu fair
87 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
182 les ouvrira. C’est ici que nous apparaît dans sa grandeur le rôle ironiquement providentiel des Tyrans. Écoutez [p. 193] le pro
183pres effets, et que ni l’ordre, ni la joie, ni la grandeur et ni l’amour ne cessent d’attendre, intacts et souverains, notre dés
184s ont si mal défendue. Il s’agit simplement de la grandeur que nous saurons imaginer, et d’une vision nouvelle de la force. Assi
185e l’époque nous rappelle, je vois notre chance de grandeur : elle nous rend à la réalité. Les vraies vertus ne vont pas au bonhe
88 1944, Les Personnes du drame. Introduction
186le ? ⁂ Supposons le problème résolu. Connaître la grandeur unique d’une personne, c’est d’abord mesurer les tensions singulières
89 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
187lus que leur propre rationalisme, sans tension ni grandeur : ils ne savent pas voir dans la sagesse faustienne qu’elle est surto
188abitus individuel bien plus que dans leur commune grandeur. Seule la croyance en une analogie universelle des réactions profonde
189pureté avide, et son destin se joue d’un coup. La grandeur de Goethe est d’avoir su vieillir, celle de Rimbaud de s’y être refus
190mprendre cela, de même qu’il est peu fait pour la grandeur et la pureté, et pour des paroles comme : « Si ton œil te fait tomber
191 pureté démesurée de Rimbaud qui nous juge, et la grandeur humaine de Goethe. Et qui voudrait les opposer ? Que signifierait un
192aire et vaniteuse, tant que cette pureté et cette grandeur ne tenteront pas nos âmes jusqu’à l’agonie ? L’homme ne peut juger qu
90 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 2. Goethe médiateur
193 [p. 41] 2. Goethe médiateur Toute grandeur naît d’un rapport, d’une tension entre plusieurs éléments mesurables.
194re plusieurs éléments mesurables. Il n’est pas de grandeur perceptible, là où n’existent pas de mesures. Mais où chercher, chez
195s, cette lutte enfin où résident sa tension et sa grandeur propres, comment ne pas voir qu’elle est proprement allemande, même s
196ermaniques. Nulle part plus qu’en Allemagne cette grandeur particulière de Goethe ne peut être éprouvée avec plus de reconnaissa
197 paix. Mais la médiation est l’office de la seule grandeur. C’est parce que Goethe est grand — et nous venons de dire de quelle
198ethe est grand — et nous venons de dire de quelle grandeur, nationale en son origine — qu’il vaut pour nous aussi. C’est parce q
91 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
199l fut le sort de Kierkegaard, son incommensurable grandeur. Un acharnement sans pareil à forcer l’esprit sur l’obstacle du déses
200pureté presque inhumaine, voilà ce qui définit sa grandeur. Une simplicité conquise aux dépens de tout ce qui soutient l’homme c
201 à une divinité abstraite, autant de principes de grandeur et de réduction du désordre ; mais ce sont des principes humains, et
202, cesser d’être soi-même ? L’échec final de toute grandeur humaine est prévisible dès l’instant où l’homme s’élance vers un dest
203si toutes nos puissances de désordre. Il n’y a de grandeur que dans une vie simple, oui, mais une vie n’a rien de vraiment simpl
204ns nos données et dans nos virtualités rêvées. La grandeur n’entre pas dans une vie par l’extérieur. Entendons qu’elle n’est pas
205, selon ses goûts, une harmonie, des mesures, une grandeur, peut-être même une éthique héroïque. Mais tout cela, on sait de quoi
206x décisif. Une seule réalité pour nous menacer de grandeur. Et c’est la foi, « qui ne vient pas de nous. » Tant que je vis, je
207 est un acte incontestable. Telle est la nouvelle grandeur, la nouvelle mesure de l’esprit. Nous irons donc à ce grand solitaire
92 1944, Les Personnes du drame. II. Liberté et fatum — 5. Luther et la liberté de la personne
208prement luthérienne et le sens de la vocation. La grandeur sans mesure de Luther, je la vois dans cette volonté de se réduire à
93 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
209nd, c’est-à-dire on voit paraître l’homme dans sa grandeur, c’est-à-dire dans l’élémentaire : un être qui est nu, qui a froid, q
94 1944, Les Personnes du drame. IV. Une maladie de la personne — 8. Le Romantisme allemand
210suivre Albert Béguin dans cette conclusion : « La grandeur du romantisme restera d’avoir reconnu et affirmé la profonde ressembl
95 1946, Journal des deux Mondes. 2. Journal d’attente
211ils inhérents au [p. 26] progrès, la chance d’une grandeur qui, elle aussi, pourrait être sans précédent. Comme toute génération
96 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
212 si belle, quand on y pense, dans son élémentaire grandeur : En campagne. Entendez : quelque part dans le pays, dans les champs
213e bonheur et la force d’un peuple dépendent de sa grandeur physique, de sa mise au pas militaire, de son arrogance étatique. Nou
214pont du Diable. Et ce qui me saisit ne fut pas la grandeur presque lugubre du paysage, mais au fond de la vallée cet express obs
215es, ni moins en garde contre les tentations de la grandeur. Elle est sérieuse parce qu’elle est menacée et menaçante ; parce qu’
216se qui s’attache aux carrières monotones. Mais la grandeur d’un Manuel, et de plusieurs [p. 54] à son époque, est d’avoir su con
97 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
217’Arc [p. 71] aux Chevaux de Marly, les siècles de grandeur, de misère, de sagesse, dont le visage de cette capitale plus douce e
98 1946, Journal des deux Mondes. 12. L’Amérique en guerre
218as une violence de l’esprit, et pas une vision de grandeur. Même pas un sens critique aigu. Rien qu’une plus grande masse de mac
99 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
219e révèle au monde, aujourd’hui, dans sa véritable grandeur. Les journaux qui nous donnent à New York des nouvelles de la Résista
100 1947, Doctrine fabuleuse. 2. Deuxième dialogue sur la carte postale. La beauté physique
220u’elles sont vraies, qu’elles rendent possible la grandeur, alors que notre vie n’est qu’une confusion. Oui, je vous le demande