1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Les Appels de l’Orient (septembre 1929)
1tre une Amérique affolée de vitesse, édifiant ses gratte-ciels comme des tours de Babel, et une Asie immobile dans sa méditation éte
2 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Le Corbusier, Urbanisme (juin 1926)
2t blanc, flamboyantes au soleil. Les vingt-quatre gratte-ciels de la Cité, au centre, s’espacent autour d’un aérodrome-gare circulai
3 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Entr’acte de René Clair, ou L’éloge du Miracle (mars 1927)
3s un jeu d’échec serré, mais sur la corniche d’un gratte-ciel, d’où se [p. 125] met à descendre un petit bateau de papier, sur fond
4 1939, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Billet d’aller et retour (décembre 1939)
4aissance flamande, un hôtel du xviiie siècle, un gratte-ciel et des entrepôts de marchandises venues des Indes. [p. 191] Cette mêm
5 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Santé de la démocratie américaine (17 janvier 1941)
5ers multicolores descendait lentement du haut des gratte-ciel, dansant à travers les faisceaux des projecteurs de cinéma. De quelqu
6 1941, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). New York alpestre (14 février 1941)
6’avait dit que New York est une île en forme d’un gratte-ciel couché. C’est la ville la plus simple du monde. Douze avenues parallè
7uand le soleil couchant flambait les hauteurs des gratte-ciel, de cette couleur orangée aérienne qu’on voit aux crêtes des parois r
8nt capables de supporter le formidable poids d’un gratte-ciel de cent étages. Et les blocs erratiques, débités en tranches, polis e
7 1941, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). La route américaine (18 février 1941)
9e. On ne pouvait plus rien ajouter aux plus hauts gratte-ciel de New York, à ces grandiloquents témoins de la crise de 1929, où les
8 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
10 répliques modernes. (Je ne fais pas allusion aux gratte-ciel, ces beaux joujoux [p. 147] inoffensifs, souvent grandioses et toujou
11us entendus lors de la construction de ce premier gratte-ciel, c’est que l’entreprise était trop vaste, simplement. En effet, pour
9 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
12xorable joie entre les verticalités argentées des gratte-ciel. Le bleu du ciel des Alpes moiré d’éclatante noirceur, à midi, sur la
10 1945, Carrefour, articles (1945–1947). L’Amérique de la vie quotidienne (19 octobre 1945)
13rien ne sera suffisant. New York a les plus hauts gratte-ciel du monde, c’est vrai. Mais Le Corbusier, promené pendant une heure da
14m’en avaient appris à l’avance. C’était cela, les gratte-ciel et Broadway, les grandes plaines couvertes d’usines, les villages aux
11 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Le rêve américain (9 novembre 1945)
15 et des cités, et des usines colossales, puis des gratte-ciel à cent étages. « Le ciel est la limite », disait alors leur dicton fa
12 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
16aissance flamande, un hôtel du xviiie siècle, un gratte-ciel et des entrepôts de marchandises venues des Indes. Cette même rue se
13 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
17e, à la voir la première et de si près, avant les gratte-ciel, la statue… Je n’ai jamais eu la sensation d’un paysage plus étranger
14 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
18 m’avait dit que New York est une île en forme de gratte-ciel couché. C’est la ville la plus simple du monde. Douze avenues parallè
19uand le soleil couchant flambait les hauteurs des gratte-ciel, de cette couleur orangée, aérienne qu’on voit aux crêtes des parois
20nt capables de supporter le formidable poids d’un gratte-ciel de cent étages. Et les blocs erratiques, débités en tranches, polis e
21es plaines d’alluvions ou dans les marécages, les gratte-ciel, déjà, me dit-on, menacent de suivre l’inquiétant exemple de la célèb
22terai : ce n’est pas le temps de bâtir. Déjà, vos gratte-ciel se vident au-dessus du cinquantième étage, comme un cerveau que le sa
23rt électrique sur un ciel noir, se dressaient les gratte-ciel livides. À ma gauche, les caïmans se sont mis à produire un bruit que
15 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
24. Buenos Aires, début de septembre 1941 Un seul gratte-ciel, de vingt étages, mais il fait le profil de la cité, toute blanche, m
25violet… Minuit. Les machines ronronnent. Le petit gratte-ciel du Retiro va disparaître. Nous montons vers l’hiver américain. 7 no
16 1946, Journal des deux Mondes. 12. L’Amérique en guerre
26s traînent, les ponts s’éteignent, le sommet de ? gratte-ciel se met à luire sous la lune, au-dessus des premiers nuages. Une grand
17 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
27es frénétiques. New York possède aussi deux cents gratte-ciel pour les bureaux, et quelques belles avenues de résidences pour les d
18 1946, Lettres sur la bombe atomique. 4. Utopies
28tre eux imagine de creuser un grand puits sous le gratte-ciel nommé Empire State, qui a quatre cents mètres d’altitude et cent étag
19 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
29 m’avait dit que New York est une île en forme de gratte-ciel couché. C’est la ville la plus simple du monde. Douze avenues parallè
30uand le soleil couchant flambait les hauteurs des gratte-ciels, de cette couleur orangée aérienne qu’on voit aux crêtes des parois r
31nt capables de supporter le formidable poids d’un gratte-ciel de cent étages. Et les blocs erratiques, débités en tranches, polis e
32es plaines d’alluvions ou dans les marécages, les gratte-ciels déjà, me dit-on, menacent de suivre l’inquiétant exemple de la célèbr
33es traînent, les ponts s’éteignent, le sommet des gratte-ciels se met à luire sous la lune, au-dessus des premiers nuages. Une grand
34es frénétiques. New York possède aussi deux cents gratte-ciels pour les bureaux et quelques belles avenues de résidences pour les di
35e. On ne pouvait plus rien ajouter aux plus hauts gratte-ciels de New York, à ces grandiloquents témoins de la crise de 1929, où les
20 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Beekman Place (octobre 1946)
36nt, les ponts s’éteignent, le sommet [p. 244] des gratte-ciel se met à luire sous la lune, au-dessus des premiers nuages. Une grand
21 1946, Réforme, articles (1946–1980). Vues générales des Églises de New York (12 octobre 1946)
37e pauvres petites églises tout écrasées entre des gratte-ciel triomphants. On ne m’avait pas dit que ces églises, d’ailleurs immens
38et fréquentées par la moitié des habitants de ces gratte-ciel, qui ne voient d’ailleurs aucun inconvénient à ce qu’un lieu de culte
22 1947, Vivre en Amérique. Prologue. Sentiment de l’Amérique
39rien ne sera suffisant. New York a les plus hauts gratte-ciel du monde, c’est vrai. Mais Le Corbusier, promené pendant une heure da
40m’en avaient appris à l’avance. C’était cela, les gratte-ciel et Broadway, les grandes plaines couvertes d’usines, les villages, au
23 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
41 et des cités, et des usines colossales, puis des gratte-ciel à cent étages. « Le ciel est la limite » disait alors leur dicton fav
42ers multicolores descendait lentement du haut des gratte-ciel, dansant à travers les faisceaux des projecteurs de cinéma. De quelqu
24 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
43e pauvres petites églises tout écrasées entre des gratte-ciel triomphants. On ne m’avait pas dit que ces églises, d’ailleurs immens
44et fréquentées par la moitié des habitants de ces gratte-ciel, qui ne voient d’ailleurs aucun inconvénient à ce qu’un lieu de culte
25 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
45 que les maisons bourgeoises en France. Quant aux gratte-ciel, l’ère en est bien passée. Sauf à New York, ils ne sont pas rentables
26 1947, Vivre en Amérique. Épilogue. La route américaine
46e. On ne pouvait plus rien ajouter aux plus hauts gratte-ciel de New York, à ces grandiloquents témoins de la Crise de 1929, où les
27 1947, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Slums (janvier 1947)
47es frénétiques. New York possède aussi deux cents gratte-ciel pour les bureaux, et quelques belles avenues de résidences pour les d
28 1950, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Europe et sa culture (novembre 1950)
48nt. Calvin et le puritanisme, d’un côté, plus les gratte-ciels, le système Taylor-Bedaux à tous les degrés, la cellophane et le zipp
29 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le dialogue Europe-Amérique (août-septembre 1952)
49meilleur de l’autre, et Pascal aux digests ou les gratte-ciel à nos pittoresques taudis ; parlons en égaux différents. Alors, entre
30 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le dialogue Europe-Amérique (juin-juillet 1952)
50meilleur de l’autre, et Pascal aux digests ou les gratte-ciel à nos pittoresques taudis ; parlons en égaux différents. Alors, entre
31 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
51x gothique luxueux, dominées de très haut par les gratte-ciel ; pas un seul pèlerinage et pas un vrai château. Plaines et villes im
32 1962, Les Chances de l’Europe. II. Secret du dynamisme européen
52a-t-on, mais qui me paraît révélateur au pays des gratte-ciel, on persiste à construire des églises en faux gothique et même d’énor
33 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.10. Le Dialogue des cultures
53ence notable ou vraiment caractéristique entre un gratte-ciel de San Francisco, de Düsseldorf, de Tokyo ou de Stockholm, de Buenos
34 1972, Les Dirigeants et les finalités de la société occidentale (1972). Les Dirigeants et les finalités de la société occidentale
54ile homme ! De la fenêtre du vingtième étage d’un gratte-ciel, il tend son livre à ceux qui tombent du quarantième en leur criant :
35 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 11. Les variétés de l’expérience communautaire
55s coulées de béton solidifiées, ni même raser les gratte-ciel — un seul a-t-il jamais été détruit ? — face à l’impasse définitive o
36 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. II. L’énergie
56abricants d’autos, constructeurs d’autoroutes, de gratte-ciel, de centrales nucléaires, ne parlent que de la « nécessité croissante