1 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
1n’a pas le droit humainement de sous-estimer. Les griefs que les socialistes font aux capitalistes européens ne sauraient l’at
2 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Sécularisme (mars 1931)
2’elle sent son xixe siècle. On peut lui faire un grief plus grave : elle subordonne toute réforme à une préalable révolution
3 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Querelles de famille, par Georges Duhamel (mai 1932)
3ulement l’on distinguerait l’ordre de grandeur du grief qu’il fait à ce temps. C’est ce qu’en vain l’on cherche au cours de c
4 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
4 plus forts. Je vois bien l’accumulation de leurs griefs, — dont beaucoup sont les nôtres, mais nous en avons davantage. Je vo
5 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
5 plus forts. Je vois bien l’accumulation de leurs griefs, — dont beaucoup sont les nôtres, mais nous en avons [p. 152] davanta
6 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
6 au nom de ce qui juge l’art, — et le recrée. Nos griefs ne sont pas littéraires ; ils sont, ils veulent être humains. Fin d’
7 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
7s en conçut une telle jalousie que, pour un autre grief dont il chargera le duc, il se montra farouche et irrité. Ils en fire
8 1947, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Consolation à Me Duperrier sur un procès perdu (décembre 1947)
8Vichy, c’est-à-dire du côté d’Oltramare. Ces deux griefs s’accordant mal, qui devons-nous croire ? Remarquez que Me Duperrier,
9 1947, Carrefour, articles (1945–1947). La France est assez grande pour n’être pas ingrate (26 novembre 1947)
9porte comment et à n’importe qui… On leur fait un grief d’avoir une politique, un crime d’être en mesure de l’appliquer, un r
10 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le dialogue Europe-Amérique (août-septembre 1952)
10 durs et purement utilitaires. Tout cela corsé de griefs politiques, tels que « l’impérialisme de Wall Street » et le danger d
11attitude antiaméricaine est plus ancienne que ces griefs, et très souvent ne leur doit rien.) Quant aux motifs d’attrait, ce s
12e, il y aura vraiment rencontre créatrice. c) Nos griefs et critiques réciproques doivent être considérés comme justifiés, dès
11 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le dialogue Europe-Amérique (juin-juillet 1952)
13 durs et purement utilitaires. Tout cela corsé de griefs politiques, tels que « l’impérialisme de Wall Street » et le danger d
14attitude antiaméricaine est plus ancienne que ces griefs, et très souvent ne leur doit rien.) Quant aux motifs d’attrait, ce s
15e, il y aura vraiment rencontre créatrice. c) Nos griefs et critiques réciproques doivent être considérés comme justifiés, dès
12 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
16inte équité universelle, c’est la liquidation des griefs généraux de l’humanité depuis que l’histoire existe ; c’est après les