1 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). La part du feu. Lettres sur le mépris de la littérature (juillet 1927)
1ous vaut : les mépris, les haines douloureuses ou grossières de tous ceux qui ne peuvent ou ne veulent y voir que révoltes contre
2 1928, Articles divers (1924–1930). Un soir à Vienne avec Gérard (24 mars 1928)
2it l’objet de vexations diverses et de curiosités grossières de la part des garçons. « Encore une proie inutile lâchée pour l’ombr
3 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 1. Mes prisons
3n Scolaire. Nous n’avions plus de « superstitions grossières » comme celles qui touchent à [p. 17] l’action des étoiles par exempl
4 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
4it l’objet de vexations diverses et de curiosités grossières de la part des garçons. « Encore une proie inutile lâchée pour l’ombr
5 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Penser dangereusement (juin 1932)
5t très simple : Il n’y a point de questions plus grossières que celles qui sont posées ici, qui sont retournées ici. La philosoph
6e péché, refuse d’envisager l’ultime et le plus « grossier » des dangers inhérents à l’être concret. Seul l’Évangile, — je ne di
6 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Signes parmi nous, par C. F. Ramuz (janvier 1932)
7 voici ramenés aux questions simples, et réputées grossières. Peut-être voit-on mieux maintenant dans quel esprit Ramuz les pose,
7 1933, Esprit, articles (1932–1962). Loisir ou temps vide ? (juillet 1933)
8 peine. Nous assistons au triple échec du cynisme grossier — « Je gagne mon bifteck » — de la morale bourgeoise, et de l’idéalis
8 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Liberté ou chômage ? (mai 1933)
9y a plutôt lieu d’augmenter les salaires, preuves grossières et démagogiques de l’excellence d’un système dont il importe que les
9 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 3. Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
10ns encore le matérialisme le plus plat et le plus grossier, mais au moins franc, à cette caricature du spirituel, à cette douteu
10 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — i. Liberté ou chômage ?
11y a plutôt lieu d’augmenter les salaires, preuves grossières et démagogiques de l’excellence d’un système dont il importe que les
11 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — ii. Loisir ou temps vide ?
12 peine. Nous assistons au triple échec du cynisme grossier — « Je gagne mon bifteck » — de la morale bourgeoise, et de l’idéalis
12 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iv. Qu’est-ce que la politique ?
13es affaires, à son avis, vont mal. Ainsi parle un grossier bon sens. 2. Nous voyons aujourd’hui un nombre grandissant d’intellec
13 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Kasimir Edschmid, Destin allemand (octobre 1934)
14barrasser d’eux, il les fait tomber dans un piège grossier : un agent provocateur leur offre un engagement au Paraguay, qu’ils o
14 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
15derne se résume, à mon sens, en une phrase un peu grossière : c’est une littérature qui aime parler pour ne rien dire. Elle n’est
15 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
16dernière, jardin public. Mais [p. 46] cette forme grossière de la mutilation cosmique n’est pas plus dangereuse que la perversion
16 1935, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notes en marge de Nietzsche (mars 1935)
17r aux lecteurs de Foi et Vie une idée, même assez grossière, de la richesse de cet ensemble, que de lire avec eux les quelques pa
18nt valable pour les religions, cette sentence est grossière, voire naïve, si Nietzsche entendait parler de la foi. La foi, qui do
19 trempe de celui de Nietzsche se livrer à d’aussi grossières confusions (pauvreté en esprit, ou esprit de pauvreté, confondu ici a
17 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
20moscovite vous aurait-elle saisi ? L’utilitarisme grossier, le matérialisme du siècle vont-ils trouver en vous leur défenseur ? 
21écrits des commissaires susnommés, l’utilitarisme grossier trouve une espèce de justification, assez piteuse en théorie, je le c
22 : Crucifie, relâche Barrabas ! Voilà la trahison grossière, la simonie. Mais la protestation de nos spiritualistes distingués vi
23sprit, à poser des questions bien simples et bien grossières, celles que les clercs prudents ne posent jamais, celles que nous pos
18 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Ni gauche ni droite (août 1935)
24u pour « cultiver » des équivoques verbales assez grossières. L’équivoque sur le mot liberté par exemple : c’était jusqu’à présent
19 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Paracelse, par Frédéric Gundolf (septembre 1935)
25mait, comme Luther, dans un allemand populaire et grossier 30 . Il faut se méfier de la gloire qu’on lui a faite. On nous rappor
20 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.1. Le problème de la culture
26. 28] adonné à ses superstitions laïques les plus grossières. Tout ceci dans un seul exemple. L’homme politique, l’industriel, le
21 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.4. Hegel, Comte, Marx, ou la rationalisation
273] dans le même temps, permet aux hommes les plus grossiers de saisir les leviers de la puissance matérielle : ces gros et ces pe
22 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.11. La mesure nationale-socialiste
28nnable que le laisser-aller des libéraux, mais si grossier que l’on voit mal l’usage qu’en pourraient faire les plus ardents par
23 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
29je crois en avoir dit assez pour écarter les plus grossiers malentendus. J’appelle main ce qui manifeste la pensée, ce qui la ren
30sque le philosophe moderne rejette les tentations grossières de la sociologie, il ne se veut sérieux qu’en tant qu’il philosophe i
31s seraient, à les en croire, naïves, prématurées, grossières, insuffisamment étayées. Ce qu’ils appellent étayer un point de vue,
32, c’est là leur métier, mais pas de ces questions grossières qui contraindraient à prendre position personnellement. Si l’on se me
24 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
33es affaires, à son avis, vont mal. Ainsi parle un grossier bon sens. 2. Nous voyons aujourd’hui un nombre grandissant d’intellec
25 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du danger de confondre la bonne foi et le stalinisme (juillet 1936)
34de mépris pour le « fatalisme » et le mécanisme « grossier » des La Mettrie, des Kautzky, des Haeckel. « Idéologie assez plate »
35 cette fausse honte à l’endroit du matérialisme « grossier » ne sont là que pour rassurer l’intelligentsia radicale du Front pop
36ont populaire. La manœuvre, elle, est carrément « grossière ». Elle est d’ailleurs en train de réussir auprès de quelques écrivai
26 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
37tion que la contrainte. La dictature est un moyen grossier, souvent barbare et toujours déshonorant pour ceux qui la subissent,
38rendre, avec une patience obstinée malgré tant de grossières menaces, l’éducation de ce petit coin de conscience humaine qui nous
39rondira nos angles, nous simplifier dans le cadre grossier des disciplines partisanes, ou bien fuir à l’écart, essayer de prolon
27 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
40écessité d’avoir beaucoup de sensations, des plus grossières jusqu’aux plus raffinées, ni la nécessité d’agir partout où on le peu
41a haine et encore de la haine, quelques mensonges grossiers, le truquage habituel des titres, une sauce aigre où nagent de grande
28 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
42tion que la contrainte. La dictature est un moyen grossier, souvent barbare et toujours déshonorant pour ceux qui la subissent,
29 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
43ance théologique et tant de plaisanteries parfois grossières, de platitudes, de contradictions. Est-ce avec cela que s’est faite l
44t pas, le plus souvent, sur cette erreur des plus grossières ? … C. M. — On peut aussi nier l’éternité, et affirmer que seul exis
30 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
45, et de quelques autres, une réponse un peu moins grossière à la question courante : le régime est-il de gauche ou de droite ? Vo
46« profonde », mais à tel point coupée de la vie « grossière » des masses qu’elle n’a pas résisté un seul jour au réveil brusque d
47raissent, il faut l’avouer, justifier les slogans grossiers de la propagande hitlérienne. Bedonnants et bagués, le cigare au mili
31 1938, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La vraie défense contre l’esprit totalitaire (juillet 1938)
48ce qu’il fut le premier à donner une réponse très grossière, mais enfin une réponse, à l’appel religieux du peuple. C’est parce q
32 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
49e peser. Cette erreur du bon sens est tout à fait grossière. Vous aurez beau tenter de mettre au départ toutes les chances de vot
33 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
50plein de méfiance pour le merveilleux, qu’il juge grossier, réduit autant que possible l’importance du philtre, et présente [p. 
34 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
51dans la nature, ou dans l’instinct, les esquisses grossières de faits « spirituels », aussitôt nous croyons tenir une explication
52es tiennent pour innocentes les voluptés les plus grossières, tantôt qu’ils réprouvent le mariage et tout commerce sexuel, licite
35 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
53u les confondre. L’on pourrait tout ramener à une grossière confusion du Créateur et de la créature, dans le Roman : la fameuse «
36 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
54ant pas en mesure de la résoudre. En matérialiste grossier — c’est la bonne espèce, la plus franche — il supprime simplement tou
37 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
55e peser. Cette erreur du bon sens est tout à fait grossière. Vous aurez beau tenter de mettre au départ toutes les chances de vot
38 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
56assés usaient très couramment d’un langage plus « grossier » que le nôtre — signe d’une sensibilité sexuelle peu énervée — tandi
57 S’il fallait inférer des métaphores courtoises « grossières » aux mœurs des troubadours, ma déduction serait inverse de celle des
39 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). L’ère des religions (22 février 1939)
58ssi bien de se satisfaire par les moyens les plus grossiers, et par exemple par le seul sentiment d’une fraternité charnelle, d’u
40 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). Le bon vieux temps présent (20 mars 1939)
59bien chez les voisins qu’elles secouent d’un défi grossier. La liberté ne peut survivre à de tels chocs. Car elle est vraiment c
41 1939, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Puisque je suis un militaire… (septembre 1939)
60t d’abord un cliquetis de casques et d’ustensiles grossiers ; des mouvements brusques en tout sens, tissant une sombre confusion
42 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
61un poème moderne. Mais d’autre part, rien de plus grossier, de plus quelconque dans le style, de moins organique dans sa structu
43 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’heure sévère (juin 1940)
62es. Elles ne sont pas originales. Elles sont même grossières, et gênantes. Certains diront encore qu’elles sont inopportunes, à l’
44 1940, La Vie protestante, articles (1938–1978). De Luther à Hitler (15 mars 1940)
63, mais d’abord contre la Réforme : l’assimilation grossière de Luther à Hitler n’est évidemment pas destinée à diminuer le presti
45 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
64. Réalité du mythe Mais si nous écartons ce voile grossier, que trouverons-nous ? Un mythe ou une réalité ? Derrière l’image d’u
46 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
65 Les pires sottises et les thaumaturgies les plus grossières sont destinées à susciter dans l’après-guerre l’enthousiasme éperdu d
47 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
66ute pourquoi l’on peut impunément donner aux plus grossiers et aux plus ignorants le droit de voter et de dire leur mot sur tout 
48 1944, Les Personnes du drame. II. Liberté et fatum — 5. Luther et la liberté de la personne
67ance théologique et tant de plaisanteries parfois grossières, de platitudes, de contradictions. Est-ce avec cela que s’est faite l
68ent pas le plus souvent sur cette erreur des plus grossières ?… 65 C.M. — On peut aussi nier l’éternité, et affirmer que seul ex
49 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
69 voici ramenés aux questions simples, et réputées grossières. Nous verrons tout à l’heure dans quel esprit Ramuz les pose, et que
50 1946, Journal des deux Mondes. 1. Le bon vieux temps présent
70bien chez les voisins qu’elles secouent d’un défi grossier. La liberté ne peut survivre à de tels chocs. Car elle est vraiment c
51 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
71es, de sa culture. Une analyse sociologique assez grossière suffit à révéler dans tout le continent une sorte de clivage et un do
72aider pour que nous ne tombions pas dans le piège grossier que nous tendent les Russes : c’est là son intérêt le mieux compris,
52 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
73rait en équilibre permanent, à l’abri des menaces grossières comme des créations de l’esprit, insensible aux défis toujours renouv
53 1948, Esprit, articles (1932–1962). Thèses du fédéralisme (novembre 1948)
74es, de sa culture. Une analyse sociologique assez grossière suffit à révéler dans tout le continent une sorte de clivage et un do
54 1948, Réforme, articles (1946–1980). L’Europe, aventure du xxe siècle (1er mai 1948)
75rait en équilibre permanent, à l’abri des menaces grossières comme des créations de l’esprit, insensible aux défis toujours renouv
55 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le dialogue Europe-Amérique (août-septembre 1952)
76raits, pour aller vite. Je rappelle des jugements grossiers, mais très courants 2 . Que les Américains deviennent impérialistes,
56 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le dialogue Europe-Amérique (juin-juillet 1952)
77raits, pour aller vite. Je rappelle des jugements grossiers, mais très courants 1 . Responsabilités Que les Américains devienne
57 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
78où la prise qu’ils offrent aux manœuvres les plus grossières du communisme, jouant sur leur affectivité inquiète comme Iago sur la
58 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Deux notes sur la souveraineté nationale (mai 1954)
79où la prise qu’ils offrent aux manœuvres les plus grossières du communisme, jouant sur leur affectivité inquiète comme Iago sur la
59 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
80st inévitable. Et il opère en général sur d’assez grossières confusions : celle du temps infini et de l’Éternité, celle enfin de l
60 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 2. Où le drame se noue
81’opinion, ni d’un jury. Elle est plutôt comme une grossière erreur de calcul, de montage ou d’aiguillage, c’est-à-dire qu’elle « 
61 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 7. L’exploration de la matière
82st inévitable. Et il opère en général sur d’assez grossières confusions : celle du temps infini et de l’Éternité, celle de l’immat
62 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur l’Europe à faire (novembre 1957)
83t de première année qui commettrait une erreur si grossière se verrait recalé sans merci. Mais la passion de ne pas sauver l’Euro
63 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
84quarante ans une occidentalisation planifiée mais grossière, aux dépens de valeurs européennes plus complexes, qui furent éliminé
64 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.3. Le problème de la guerre et l’essor des États (xvie siècle)
85d’une juste cause, sinon l’on verra que c’est une grossière brutalité, non pas le courage, qui l’anime. 86 p. 74 75. D
65 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.1. Perspectives élargies
86lesse de l’Asie qu’ils ont soumise, les croyances grossières de leur religion ; les Turcs en particulier tempèrent leur orgueil pa
66 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
87, retinrent longtemps l’Europe dans une ignorance grossière, s’il a fallu du temps pour effacer toutes les traces de la barbarie,
67 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
88ionalité a été jusqu’ici une nationalité barbare, grossière, immobile à la chinoise. La civiliser, l’élever, lui donner la vie et
68 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.2. Crépuscule ou nouvelle aurore ?
89 la philosophie duquel Spengler a déduit, par une grossière incompréhension, sa doctrine historique de la décadence de l’Occident
69 1962, Les Chances de l’Europe. Appendice : Sartre contre l’Europe
90illeurs — mais [p. 87] pour d’autres raisons plus grossières, et qui ne sont pas toutes honteuses pour nous. La première et la plu
70 1965, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). L’Europe et le monde [Introduction] (février 1965)
91nce. Les autres étaient barbares et plus ou moins grossières. Seuls les Européens, dès le xviiie siècle, ont accepté de se relati
71 1969, Journal de Genève, articles (1926–1982). « Non, notre civilisation n’est pas mortelle ! » (30-31 août 1969)
92simplets : voyez le petit Livre rouge. Un mélange grossier, stérile, très contesté. Lorsque les étudiants chinois protestent, il
72 1970, Lettre ouverte aux Européens. III. La puissance ou la liberté
93où la prise qu’ils offrent aux manœuvres les plus grossières du communisme, qui joue sur leur affectivité inquiète comme Iago sur
73 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
94t. On a commencé par réduire toute ma thèse à une grossière simplification permettant de l’écarter comme simpliste. Plutôt que de
74 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
95hautement organisés (comme le pétrole) en déchets grossiers et nocifs comme le SO2, mais surtout le CO2 et le CO, et en chaleur,
75 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 4. Un « Essai sur l’Avenir » en 1948
96uelque chose d’immatériel, pour parler un langage grossier. (Mais c’est celui, précisément, dans lequel la grande majorité de no
76 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 8. Deuxième histoire de fous : Hitler
97es foules, en leur proposant les remèdes les plus grossiers, puis en leur imposant le régime le plus évidemment charlatanesque. D