1 1924, Articles divers (1924–1930). M. de Montherlant, le sport et les Jésuites (9 février 1924)
1l ainsi évité le choc fatal pour tant d’autres du guerrier et du bourgeois. Dernièrement, il abandonna le stade et rentra dans l
2 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Henry de Montherlant, Chant funèbre pour les morts de Verdun (mars 1925)
2t une paix que travaillerait le levain des vertus guerrières. « Il faut que la paix, ce soit vivre. » Par tout un livre libéré de
3 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iv. Qu’est-ce que la politique ?
3 temps fort décriés : ceux de la grande féodalité guerrière, le pillage du pays par les barons. Je dis que pratiquement — donc en
4 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
4 c’est de les accepter pour tels. « Philosophe et guerrier, écrit Rudolf Kassner, n’ont presque plus en commun que des banalités
5 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Conversation avec un SA (décembre 1935)
5rendre, hors d’Allemagne, que votre goût du décor guerrier est un goût pacifique, somme toute, sportif, artistique si j’ose dire
6 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
6 temps fort décriés : ceux de la grande féodalité guerrière, le pillage du pays par les barons. Je dis que pratiquement — donc en
7 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
7e cette volonté de puissance et ce culte du jeune guerrier à quoi certains de nos voisins sacrifient davantage que leur vie : le
8 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
8ant lui en disant : — « Oui, toi tu seras un vrai guerrier ! » Sa femme : — « Voyons, tu es stupide de dire des choses pareilles
9rendre, hors d’Allemagne, que votre goût du décor guerrier est un goût pacifique somme toute, sportif, artistique si j’ose dire 
10 qui s’attache dans ce pays aux armes, à la chose guerrière. Je ne puis m’empêcher de trouver vaguement obscène l’excitation de c
9 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
11de deux sources distinctes. Si c’est notre délire guerrier que l’on entend désigner par ce terme, il se rattache de la manière l
12la technique. C’est alors la passion nationale et guerrière qui va devenir le principal moteur de la recherche mécanique : on l’a
10 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
13inctif à l’instinct, ayant pour fin de rendre les guerriers plus valeureux. Or la vertu d’une telle discipline est relative à la
14nde l’ordre social du temps (féodal, clérical, et guerrier), et dans cet ordre le mariage. b) La Minnegrotte nous est décrite c
11 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
15ittéraire qui apparaît surtout dans le symbolisme guerrier du combat spirituel et du Château intérieur. » Extraordinaire retour
12 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
16visiblement », qu’une grosse femme et un puissant guerrier en proie au tourment du désir… Fermez les yeux et aussitôt le drame s
13 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
17 la priorité de l’une ou de l’autre. 2. Langage guerrier de l’amour Dès l’Antiquité, les poètes ont usé de métaphores guerrièr
18Dès l’Antiquité, les poètes ont usé de métaphores guerrières pour décrire les effets de l’amour naturel. Le dieu d’amour est un ar
19omme qui la conquiert parce qu’il est le meilleur guerrier. L’enjeu de la guerre de Troie est la possession d’une femme. Et l’un
20signent plus seulement les gestes élémentaires du guerrier, mais qui sont empruntées d’une façon très précise à l’art des batail
21isent à déterminer l’usage précis des expressions guerrières dans la littérature érotique d’Occident. Ce qui explique tout, c’est
22tre, en revenant, obligés de reculer en vêtements guerriers. Maintenant, revêtu de sa cotte d’armes, il ne peut donc revenir sur
23se à peu près parfaite des instincts érotiques et guerriers et de la règle courtoise idéale : c’est le terrain nettement circonsc
24ècle. L’idée de valeur individuelle, ou d’exploit guerrier, représentée par le duel et la « prouesse » (tournoi, combat singulie
25ir de nos jours à l’annihilation de toute passion guerrière, à mesure que les hommes desservant les machines se feraient eux-même
26s commerciaux ou financiers. L’élément proprement guerrier n’y trouvait plus son compte qu’en contrebande. La guerre s’embourgeo
14 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
27de deux sources distinctes. Si c’est notre délire guerrier que l’on entend désigner par ce terme, nous avons vu qu’il se rattach
28ticulier de la technique. C’est alors la passion (guerrière) qui va devenir le principal moteur de la recherche mécanique : on l’
15 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
29es accusent parfois Zwingli d’avoir brisé l’essor guerrier des Suisses, [p. 175] leur élan vers la mer et l’aventure. En vérité,
16 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
30périmentateurs qui se ménagent un dernier retour, guerriers qui déposent les armes avant la décision mortelle. Concession, la rai
17 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). La guerre est morte (5 septembre 1945)
31s de plomb, et de l’usage quotidien de métaphores guerrières, intimement lié, depuis Lancelot, à la sexualité occidentale. Quelles
18 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
32 la vie de Nicolas Manuel Deutsch. C’est un autre guerrier qui parle en ses Tragiques d’une nuit Où l’Amour et la Mort troquère
33rd ses tumultueuses compositions, il se joint aux guerriers du chevalier de Stein, va combattre à Novare et pille la cité, assist
34u coin de ses tableaux ; ce sera l’arme réelle du guerrier suisse, signe des vieilles libertés ; et maintenant c’est le sceau de
35evoit une action plus urgente. Poète satirique ou guerrier, architecte ou négociateur, à quelle passion maîtresse ordonna-t-il s
36homme de la Renaissance ». Rappelons alors que ce guerrier fut bon époux, et bon père de six enfants ; que cet artiste, l’un des
19 1946, Lettres sur la bombe atomique. 2. La guerre est morte
37s de plomb, et de l’usage quotidien de métaphores guerrières, intimement lié, depuis Lancelot, à la sexualité occidentale. Quelles
20 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
38mant passionné ou un mystique, un polémiste ou un guerrier, un maniaque ou un inventeur. Son bien et son mal sont liés, inextric
21 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
39uissances puisqu’elle était neutre ; mais le sang guerrier de ses fils ne s’était pas apaisé. La Diète fédérale autorisa bientôt
22 1953, La Confédération helvétique. 4. La famille et l’éducation
40 sa qualité militaire. Quant à la femme, repos du guerrier, il lui sied de se borner aux trois activités désignées par la fameus
23 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
41r inviolable, rien ne peut justifier notre délire guerrier. Je ne juge pas. Je constate. Il y a des différences. Et mon propos n
24 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 11. Où l’Aventure et la Voie se rejoignent
42 durant des millénaires d’échanges commerciaux et guerriers, d’aveugle exploitation de l’un par l’autre, le dialogue des esprits
25 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
43n fait, un cheval de Troie. Nous avons évacué nos guerriers et retiré nos fonctionnaires, mais nous ramenons subrepticement, et s
26 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.6. Le concept géographique
44and soin de ne point paraître avoir l’inclination guerrière, par la raison que les dangers [p. 37] (ou les intérêts) ne sont pas
45ilisées y vivent côte à côte avec les populations guerrières, et les premières, j’entends celles qui ont le caractère pacifique, é
27 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.7. De la géographie à l’histoire
46ta… Mais les tentes des Arabes sont vides ; les guerriers de Charles-Martel, après le pillage, n’ont plus qu’à s’en retourner,
28 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.1. Sur plusieurs siècles de silence « européen »
47Il n’y a donc plus, en tête à tête et en contacts guerriers ou culturels, que la Chrétienté et les Infidèles. Pratiquement refoul
48Du Bois et chez le roi Georges Podiebrad, chez le guerrier François de la Noue et chez l’humaniste Vives, chez le génial illumin
29 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
49des condamnés. Il veut donc profiter de l’esprit guerrier de son époque pour faire avancer son projet de conquête des lieux sai
50peuple chrétien, combien vaillante est l’Espagne, guerrière la France, populeuse la Germanie, forte la Bretagne, hardie la Pologn
30 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.3. Le problème de la guerre et l’essor des États (xvie siècle)
51de Carthage a élevés dans son sein. Cependant ces guerriers illustres sont bien peu nombreux en comparaison de ceux de l’Europe :
52pugne à la nature : « Regarde-toi, si tu le peux, guerrier furieux… Je t’ai imaginé comme un animal d’un certain caractère divin
53ve contre l’exaltation machiavélienne de la virtù guerrière. C’est celle du Réformateur de la Suède, Olaus Petri (1497-1552), qui
31 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.6. En marge des grands plans, l’utopie prolifère
54s une trêve de vingt ans pour apaiser les fièvres guerrières des souverains d’Europe. Un grand seigneur livonien, J. H. von Lilien
32 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
55posées aux nations du fort au faible, les peuples guerriers, braves et actifs, touchent immédiatement des peuples efféminés, pare
33 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.3. Évolution : vers le progrès ou vers la décadence ?
56ar les ressources de l’art militaire. Les nations guerrières de l’antiquité, de la Grèce, de la Macédoine et de Rome, élevaient un
34 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
57t sous l’abri hospitalier de laquelle ces peuples guerriers [du nord] commencèrent à se ranger paisiblement, à se former, et à se
35 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
58ela pouvait conduire, après tout, au nationalisme guerrier plutôt qu’à l’harmonie des génies collectifs. Le recours à l’Europe m
59ope est, par excellence, la terre des cataclysmes guerriers. Les pacifistes sont ou des imbéciles qui ignorent des lois élémentai
60 est-elle par excellence la terre des cataclysmes guerriers ? Parce qu’elle est habitée par une quantité de races qui sont singul
61ance ; des Balkaniques braconniers ; des Hongrois guerriers ? Comment calmerez-vous ce panier rempli de crabes qui se pincent tou
36 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
62d’abord des marins. Ulysse n’est pas seulement un guerrier, comme ses camarades de l’Iliade, mais un héros de la mer. Sa lutte p
63nies en peuple ; assemblées d’hommes libres et de guerriers : le Volksthing, qui survit en Suisse dans les Landsgemeinden des can
37 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.2. Vertus et valeurs européennes
64mant passionné ou un mystique, un polémiste ou un guerrier, un maniaque ou un inventeur. Son bien et son mal sont liés, inextric
38 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.2. « L’histoire suisse commence avec Guillaume Tell »
65tes, nous dit Jules César, surpassaient en valeur guerrière tous les autres Gaulois, à cause des combats continuels qui les oppos
39 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.4. « Le pacte de 1291 a fondé la Suisse »
66 d’entre eux qui se sont signalés par leur valeur guerrière à Morgarten 13 . Plus tard encore, les armes de Schwyz deviendront ég
67ront également le signe de ralliement de tous les guerriers des Ligues : une croix blanche sur champ rouge, c’est-à-dire le symbo
40 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.5. Ce « petit peuple pacifique… »
68 Car il est clair qu’elle va créer dans ce peuple guerrier une pénible dissociation du comportement collectif : les Suisses ne p
69ur la Hollande 22 . Cette dispersion de l’énergie guerrière des Suisses dans les armées de princes étrangers, tantôt coalisées ta
41 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
70 la vie de Nicolas Manuel Deutsch. C’est un autre guerrier qui parle en ses Tragiques d’une nuit Où l’Amour et la Mort troquère
71rd ses tumultueuses compositions, il se joint aux guerriers du chevalier de Stein, va combattre à Novare et pille la cité, assist
72uirlandé au coin de ses tableaux ; arme réelle du guerrier suisse, signe des vieilles libertés ; et maintenant sceau des poèmes
73evoit une action plus urgente. Poète satirique ou guerrier, [p. 210] architecte ou négociateur, à quelle passion maîtresse ordon
74homme de la Renaissance ». Rappelons alors que ce guerrier fut bon époux, et bon père de six enfants ; que cet artiste, l’un des
75ncien, de ceux qui comptent. Urs Graf dessine des guerriers empanachés, sauvages et carrément obscènes, qu’il entoure parfois de
42 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
76précise comment les valeurs germaniques d’honneur guerrier et de fidélité au clan se composent avec les valeurs chrétiennes tout
77n fait, un cheval de Troie. Nous avons évacué nos guerriers et retiré nos fonctionnaires, mais nous ramenons subrepticement, et s
43 1972, Les Dirigeants et les finalités de la société occidentale (1972). Les Dirigeants et les finalités de la société occidentale
78s la mesure même où il participait de la finalité guerrière de nos États-nations de modèle napoléonien… Quoi qu’il en soit d’aill
44 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Paradoxes de la prospective (automne 1975)
79s la mesure même où il participait de la finalité guerrière de nos États-nations de modèle napoléonien. » 115 Mais une fois rec
45 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Rôle de la modernité dans les relations Europe-Monde (hiver 1975-1976)
80n fait, un cheval de Troie. Nous avons évacué nos guerriers et retiré nos fonctionnaires, mais nous ramenons subrepticement, et s
46 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 3. La clé du système ou l’État-nation
81’a obtenu d’autre résultat qu’un État encore plus guerrier, encore plus policier, et surtout mieux capable de mobiliser en perma
47 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 6. L’avenir sensible au cœur
82s la mesure même où il participait de la finalité guerrière de nos États-nations de modèle napoléonien 94 . En 1974, je lis dans
48 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 11. Les variétés de l’expérience communautaire
83ontrer des amis imprévus. Les Prophètes cévenols, guerriers mystiques chassés par les dragons du Roy et réfugiés en Angleterre, o
49 1986, Cadmos, articles (1978–1986). Denis de Rougemont tel qu’en lui-même… [Entretien] (printemps 1986)
84 fait de tout temps. Non pour créer une puissance guerrière, mais pour créer un cadre à l’intérieur duquel l’homme puisse être un