1 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Principe d’une politique du pessimisme actif (novembre 1932)
1on principe. Ainsi se trouvent définies les trois hérésies politiques que nous avons à dénoncer. 1° L’hérésie pessimiste abandon
2résies politiques que nous avons à dénoncer. 1° L’hérésie pessimiste abandonne à lui-même un monde qui ne saurait nous offrir d
3, c’est-à-dire d’avoir été « mis au monde ». 2° L’hérésie optimiste constate au contraire que « nous sommes au monde pour quelq
4ns trouvent commode de nommer « américain ». 3° L’hérésie de la synthèse est inhérente à tout système rationaliste du monde, so
5gissez donc, mais votre action ne sert de rien. L’hérésie pessimiste et l’hérésie optimiste ainsi renvoyées dos à dos, nous voi
6action ne sert de rien. L’hérésie pessimiste et l’hérésie optimiste ainsi renvoyées dos à dos, nous voici maintenant en présenc
2 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 5. Sur la devise du Taciturne
7 principe. Ainsi se trouvent définies les trois « hérésies politiques ». 1° L’hérésie pessimiste abandonne à lui-même un monde q
8 définies les trois « hérésies politiques ». 1° L’hérésie pessimiste abandonne à lui-même un monde qui ne saurait nous offrir d
9, c’est-à-dire d’avoir été « mis au monde ». 2° L’hérésie optimiste constate au contraire que « nous sommes au monde pour quelq
10ns trouvent commode de nommer « américain ». 3° L’hérésie de la synthèse est inhérente à tout système rationaliste du monde, so
11gissez donc, mais votre action ne sert de rien. L’hérésie pessimiste et l’hérésie optimiste ainsi renvoyées dos à dos, me voici
12action ne sert de rien. L’hérésie pessimiste et l’hérésie optimiste ainsi renvoyées dos à dos, me voici maintenant en présence
3 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
13rxisme ni au fascisme, à conduire la critique des hérésies morales que toute la bourgeoisie, et le peuple à sa suite, révèrent.
4 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Éditorial (juillet 1934)
14rdial, sous le couvert duquel renaissent bien des hérésies, et celles-là même que les Réformateurs combattirent le plus âprement
15gme, mais encore les critiques les plus vives des hérésies qui se sont introduites dans la piété de nos églises au cours des deu
16e Hic et Nunc, à polémiser directement contre les hérésies qui fourmillent dans la croyance moderne. Nous avons eu le tort, souv
5 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’Édit de Nantes et sa Révocation (mars-avril 1935)
17terrasser d’un seul coup l’hydre monstrueuse de l’hérésie » (l’évêque d’Uzès en 1675) ; — la faction réformée, qui se refuse én
6 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
18ns le Midi au xiie siècle, sous l’influence de l’hérésie cathare ou albigeoise. Or il est établi, de nos jours, que les Cathar
19 » que celui qui se marie, même chrétiennement. L’hérésie manichéenne qui est à l’origine de la cortezia du Midi s’opposait au
20le du mariage au conflit de l’orthodoxie et d’une hérésie médiévale. Car cette dernière, comme telle, n’existe plus ; et si l’o
21sur une foi vivante, et dont l’autre dérive d’une hérésie dont l’expression « essentiellement lyrique » nous parvient totalemen
7 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
22d’amour : celle au moins de l’orthodoxie contre l’hérésie primitive, mais encore plus agressive, sans doute, puisqu’il n’est pl
23isme qui a fait naître la passion, mais c’est une hérésie d’origine orientale. Cette hérésie s’est répandue d’abord dans les co
24mais c’est une hérésie d’origine orientale. Cette hérésie s’est répandue d’abord dans les contrées les moins christianisées, pr
25c nos plus vieilles croyances, et du conflit de l’hérésie qui en résulta avec l’orthodoxie chrétienne. Première correction d’im
26 xiiie siècles, et par l’impulsion décisive de l’hérésie méridionale, il apparaît que c’est du Proche-Orient et de l’Iran, sou
27roche-Orient et de l’Iran, sources certaines de l’hérésie, que nous sont venues nos « mortelles » croyances. Mais dira-t-on, ce
8 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
28e dessine comme en filigrane à l’arrière-plan des hérésies du moyen âge. Si nous embrassons le domaine géographique et historiqu
2976] revêtit des formes ésotériques, se déguisa en hérésies secrètes d’apparences plus ou moins orthodoxes. Ces hérésies se propa
30crètes d’apparences plus ou moins orthodoxes. Ces hérésies se propagèrent très rapidement dès le début du xiie siècle. Elles s’
31doc, Poitou, Rhénanie, Catalogne, Lombardie — une hérésie puissante se répandait. L’on a pu dire de la religion cathare qu’elle
32me ? L’on peut attribuer pour origine précise à l’hérésie les sectes néo-manichéennes d’Asie Mineure et les églises bogomiles d
33s les livres de culte et traités de doctrine de l’Hérésie, et que les seuls témoignages subsistants étaient les interrogatoires
34glise d’Amour », nom que l’on a donné parfois à l’hérésie aussi dite « albigeoise » 32 . L’origine permanente et toujours tragi
35s que l’apparence d’un homme. C’est ici la grande hérésie docétiste (du grec dokesis, apparence) qui, de Marcion jusqu’à nos jo
36e… (Comme j’espère le montrer par ce livre.) 7. Hérésie et poésie Doit-on considérer les troubadours comme des « croyants » d
37de l’Église cathare, et comme des chantres de son hérésie ? Cette thèse, que je qualifierai de maxima par contraste avec celle
38blème sont, en gros, les suivantes. D’une part, l’hérésie cathare et l’amour courtois se développent simultanément, dans le tem
39ar l’autre et par un même mouvement de l’esprit l’hérésie et l’amour-courtois, n’équivaut-il pas au refus de les comprendre iso
40use et suzerain du Languedoc, écrit en 1177 : « L’hérésie a pénétré partout. Elle a jeté la discorde dans toutes les familles,
41parus dans le Poitou et le Limousin, tandis que l’hérésie avait son centre plus au sud, dans le comté de Toulouse. C’est oublie
42d, dans le comté de Toulouse. C’est oublier que l’hérésie est descendue du nord au sud, par Reims, Orléans, puis Limoges et le
43 qu’Esclarmonde de Foix, la plus grande Dame de l’hérésie, recevra le consolamentum ! La seconde strophe ne parle que des « dam
44que tous ces châteaux sont des foyers connus de l’hérésie, ou même des « maisons d’hérétiques » (sortes de couvents) ; que ces
45dours, dira-t-on, ne furent pas dans le camp de l’hérésie. Plusieurs finirent leurs jours dans des couvents. Certes, et même un
46us, mais leur Église ? Mais certains abjurèrent l’hérésie sans abandonner le « trobar » ? Eh oui ! tout comme tel converti dans
47 croire Aroux et Péladan), ni la Maria-Sophia des hérésies gnostiques (le Principe féminin de la divinité), ne serait-elle pas l
48stations possibles les origines manichéennes de l’hérésie. Or, si l’on se reporte à ce qui fut dit plus haut (II, 2) sur la nat
49t dénoncé les troubadours comme propagateurs de l’hérésie ? La [p. 103] réponse me paraît aisée. Il est clair que les troubadou
50ntaient, pour un public en majorité favorable à l’hérésie, une forme d’amour qui se trouvait correspondre (et répondre) à la si
51evaient même payer de leur vie cette accusation d’hérésie. 58 Il est bien émouvant de constater que tous les termes d’une par
52re. Et c’est ainsi qu’au dernier confluent des « hérésies » de l’âme et de celles du désir, venues du même Orient par les deux
531. La Révolution psychique du xiie siècle. — Une hérésie néo-manichéenne, venue du Proche-Orient par l’Arménie et la Bulgarie
54, et les individus eux-mêmes : celle qui oppose l’hérésie partout présente et l’orthodoxie romaine battue en brèche. Du côté ca
55t entre la chair et l’esprit, mais encore entre l’hérésie et l’orthodoxie, et au sein même de l’hérésie, entre l’exigence des P
56e l’hérésie et l’orthodoxie, et au sein même de l’hérésie, entre l’exigence des Parfaits et la vie réelle des Croyants… Citons
57 le tantrisme ou le manichéisme bouddhiste et les hérésies du Midi doit apparaître « hautement fantaisiste et improbable ». 7. E
58es : sa relation littéralement congénitale avec l’hérésie des cathares, et son opposition sournoise ou déclarée au concept chré
59 divin. Et c’est dans le fonds celtibérique que l’hérésie chrétienne des « purs » a puisé certains traits de sa mythologie. Que
60e ? Ou encore une tendance hérétique au sein de l’hérésie même, un essai plus ou moins sincère de retour vers l’orthodoxie 80  
61êts se trouvaient ligués contre la diffusion de l’hérésie, sans parler de sa volonté de demeurer ésotérique. Quoi qu’il en soit
62antiques, certaines mystiques du Proche-Orient, l’hérésie qui les fit revivre en Languedoc, le contrecoup de cette hérésie dans
63 fit revivre en Languedoc, le contrecoup de cette hérésie dans la conscience occidentale et dans les coutumes féodales, tout ce
64s toute la force de ce terme, et spécialement une hérésie chrétienne historiquement déterminée. D’où l’on pourra déduire : 1°
65flux et l’invasion anarchique dans nos vies d’une hérésie spiritualiste dont nous avons perdu la clef ; 2° qu’à l’origine de no
9 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
66 roman d’adultère : l’infidélité d’Iseut, c’est l’hérésie, [p. 158] c’est la vertu mystique des « purs », c’est une vertu, selo
67 repentir chrétien. Et bien que l’orthodoxie et l’hérésie semblent parfois étrangement confondues dans le Roman, il est toujour
68re fois). Iseut va revenir à l’époux légitime — l’hérésie rentrer au giron. Mais tandis que le roi s’approche avec son cortège
69rsécutée, puis oubliée. À tel point oubliée comme hérésie, et passée dans les mœurs comme poésie, que les mystiques chrétiens u
70ril de l’humanisme et de l’idéalisme. [p. 168] L’hérésie des Cathares consistait à idéaliser tout l’Évangile, et à regarder l’
71elqu’un ! C’est ainsi que Maître Eckhart figura l’hérésie que j’appelle « orientale » aux yeux de Ruysbroek l’Admirable. ⁂ Ruys
72age passionnel, c’est-à-dire dans le langage de l’hérésie cathare « profanisé » par la littérature et adopté par les passions h
73e la rhétorique d’une ascèse étroitement liée à l’hérésie méridionale du xiie siècle ; 2° des génies comme saint Jean de la Cr
74rieur. » Extraordinaire retour et assomption de l’hérésie, par le détour d’une rhétorique qu’elle a créée contre l’Église, et q
75es saints ! Résumons les étapes de l’aventure : l’hérésie des « parfaits » descend de l’Éros à Vénus, elle va jusqu’à confondre
76tent trop bien les désirs naturels ; peu à peu, l’hérésie disparaît aux yeux des mondains abusés par le charme trompeur de l’ar
77ture courtoise née dans l’ambiance d’une certaine hérésie ; mais cette hérésie, à son tour, ne se ramène-t-elle pas à des dispo
78ns l’ambiance d’une certaine hérésie ; mais cette hérésie, à son tour, ne se ramène-t-elle pas à des dispositions physiologique
79omplètement humanisée, c’est-à-dire détachée de l’hérésie. Car l’hérésie posait l’union possible de Dieu et de l’âme, ce qui en
80anisée, c’est-à-dire détachée de l’hérésie. Car l’hérésie posait l’union possible de Dieu et de l’âme, ce qui entraînait le bon
81ulte que le langage de la passion humaine selon l’hérésie correspond au langage de la passion divine selon l’orthodoxie. On se
10 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
82fluence des troubadours se confond avec celle des hérésies. Un peu plus tard, le mouvement franciscain naîtra d’une conjonction
83’un seul poète provençal, et Frédéric persécute l’hérésie. De même, on peut se demander dans quelle mesure les Siciliens « sava
84igieuses du siècle, qui refoulaient les anciennes hérésies dans une obscurité plus profonde que jamais, la tragédie des Amants d
85n à la Réforme : n’est-ce point la même et unique hérésie que nous trouvons partout et en tous temps à l’origine du grand lyris
86thème religieux le plus profond de cette nouvelle hérésie albigeoise que fut le romantisme allemand. La mort est le but idéal d
87 dans la conscience occidentale, c’est, éternelle hérésie passionnelle, la transgression rêvée de toutes limites, et le suprême
88 métaphysique. C’est la dialectique abyssale de l’hérésie manichéenne, le renversement perpétuel du jour en Nuit et de la nuit
89 de le nier. L’ambiguïté du langage mystique de l’hérésie devait faire naître, dès le xiiie siècle, une rhétorique profane de
90 de l’humanité souffrante. C’était sans doute une hérésie, mais pacifique, et par certains de ses aspects, très favorable à l’é
91a le fer et le feu dans les provinces gagnées à l’hérésie. En détruisant matériellement cette religion, l’Église romaine la con
92 dangereuse. Traquée, refoulée et désorganisée, l’hérésie ne devait pas tarder à se dénaturer de mille manières. Les confusions
11 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
93t de passion inconnu avant elle », répond Foch. L’hérésie de l’ancienne école, précise-t-il, c’était d’avoir voulu « faire de l
12 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
94 » que celui qui se marie, même chrétiennement. L’hérésie liée dès l’origine à la cortezia du Midi s’opposait au mariage cathol
95le du mariage au conflit de l’orthodoxie et d’une hérésie médiévale. Car cette dernière, comme telle, n’existe plus ; et si l’o
96oi [p. 300] vivante, et dont l’autre dérive d’une hérésie dont l’expression, « essentiellement lyrique » aux origines, nous par
13 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
97d’amour : celle au moins de l’orthodoxie contre l’hérésie primitive, mais encore plus agressive, sans doute, puisqu’il n’est pl
98isme qui a fait naître la passion, mais c’est une hérésie d’origine orientale. Cette hérésie s’est répandue d’abord dans les co
99mais c’est une hérésie d’origine orientale. Cette hérésie s’est répandue d’abord dans les contrées les moins christianisées, pr
100c nos plus vieilles croyances, et du conflit de l’hérésie qui en résulta avec l’orthodoxie chrétienne. Première correction d’im
101 xiiie siècles, et par l’impulsion décisive de l’hérésie méridionale, il apparaît que c’est du Proche-Orient et de l’Iran, sou
102roche-Orient et de l’Iran, sources certaines de l’hérésie, que [p. 345] nous sont venues nos « mortelles » croyances. Mais dira
14 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
103 paulinien de ces termes, mais surtout celle de l’hérésie et de l’orthodoxie. Cependant certains arguments invoqués par M. Gils
104mpliers, mais encore cet ordre aurait été lié à l’hérésie cathare — en dépit de certaines apparences — comme le bras séculier à
105alacios et Luigi Valli reprenant la question de l’hérésie chez Dante, etc.). 9. « Coup de foudre » et conversion Le premier r
106se pose la question d’une influence possible de l’hérésie courtoise sur la mystique franciscaine. Il commence par nier toute co
107à l’autre. (L’argument avancé me convainc peu : l’hérésie était de nature dogmatique, et saint François ne s’occupait pas de do
108ient ? Il y a de plus sérieuses raisons de nier l’hérésie du saint.) Cependant, il décrit fort bien l’ambiance cathare de l’Ita
109tint sans faire couler le sang la résorption de l’hérésie en Italie, alors que la brutalité des cléricaux dans le Midi n’y [p. 
110e deux courants généraux » : le catharisme et les hérésies voisines d’une part, le franciscanisme et la mystique du cœur de sain
15 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
111sées jusqu’à n’être qu’à peine identifiables, ces hérésies dûment cataloguées depuis des siècles triomphent dans l’époque présen
112r de flamme du christianisme dans les marges de l’hérésie. Inconnu de l’Antiquité et de l’Orient, il ne peut exister que dans u
16 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
113e ne sera jamais retrouvée en faisant une somme d’hérésies. Du conflit politique et économique, résultent pratiquement la guerre
114cette foi pouvant être connotée par le rejet de l’hérésie unitaire. Certes, il n’est pas de pire menace pour le mouvement œcumé
115 l’union au nom de laquelle doit être condamnée l’hérésie unitaire. Doctrine de la multiplicité des [p. 625] dons accordés par
17 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
116 la sexualité Je mets en fait que le puritanisme, hérésie moraliste issue en Angleterre de la Réforme calvinienne, et transplan
18 1953, Preuves, articles (1951–1968). Deux princes danois : Kierkegaard et Hamlet (février 1953)
117s contraire au christianisme que n’importe quelle hérésie ou n’importe quel schisme — [p. 8] et c’est de jouer au christianisme
19 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
118n de la distinction, il est normal que toutes les hérésies du xiie siècle le condamnent. Elles allèguent les abus, mais en réal
119, plus efficace que l’autre dans l’épuration de l’hérésie jusqu’aux derniers replis du cervelet. Saint-Just était un enfant de
120lement des maladies fiévreuses, ce sont aussi des hérésies : vérités dévoyées, isolées de l’ensemble où elles se composaient dan
121es en oublient le vrai but et l’enjeu. Ainsi, les hérésies jaillissent de la vraie foi et s’en écartent, mais disséminent dans d
20 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
122at séculaire 19 , sous la pression croissante des hérésies et de la Gnose en pleine effervescence, les Pères grecs et latins ne
123e jeu n’est peut-être pas vain — l’équivalent des hérésies les plus connues, dualistes ou monophysites, arianistes ou docétistes
124 « chrétien » que l’indignation de ses juges. L’hérésie du matérialisme Comparé aux religions de l’Orient, le christianisme p
125’État par l’URSS. Mais tandis que dans ce pays, l’hérésie s’organise en Église, le déclin de son prestige en Occident est préci
126e le christianisme ait été menacé d’abord par une hérésie toute contraire : je veux parler du docétisme, qui tenait le corps du
127la seule et vraie réalité. La plupart des grandes hérésies des premiers siècles sont très nettement spiritualistes, ce qui indiq
128iste, ou « dialectique ». Qu’il s’agisse là d’une hérésie au sens précis 24 , c’est bien ce que j’ai tenté plus haut de mettre
129ientifique, mais proprement théologique : c’est l’hérésie que j’ai décrite. Qu’en est-il du choix des savants ? Beaucoup d’entr
21 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
130s religions sera demain la première condition des hérésies et gnoses qui vont paraître : elles ne feraient autrement que répéter
22 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
131bat séculaire 24 sous la pression croissante des hérésies et de la Gnose en pleine effervescence, les Pères grecs et latins ne
23 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
132n de la distinction, il est normal que toutes les hérésies du xiie siècle le condamnent. Elles allèguent les abus, mais en réal
133, plus efficace que l’autre dans l’épuration de l’hérésie jusqu’aux derniers replis du cervelet. Saint-Just était un enfant de
134lement des maladies fiévreuses, ce sont aussi des hérésies ; vérités dévoyées, isolées de l’ensemble où elles se composaient dan
135les en oublient le vrai but et l’enjeu. Ainsi les hérésies jaillissent de la vraie foi, et s’en écartent, mais disséminent dans
24 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 5. L’expérience du temps historique
136humanité : c’est l’intention commune à toutes les hérésies gnostiques, manichéistes ou docétistes. Plus tard, au Moyen Âge, la t
25 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 7. L’exploration de la matière
137e jeu n’est peut-être pas vain — l’équivalent des hérésies les plus connues, dualistes ou monophysites, arianistes ou docétistes
138 « chrétien » que l’indignation de ses juges. L’hérésie du matérialisme Comparé aux religions de l’Orient, le christianisme p
139’État par l’URSS. Mais tandis que dans ce pays, l’hérésie s’organise en Église, le déclin de son prestige en Occident est préci
140e le christianisme ait été menacé d’abord par une hérésie toute contraire : je veux parler du docétisme, qui tenait le corps du
141la seule et vraie réalité. La plupart des grandes hérésies des premiers siècles sont très nettement spiritualistes, ce qui indiq
142iste, ou « dialectique ». Qu’il s’agisse-là d’une hérésie au sens précis 61 c’est bien ce que j’ai tenté plus haut de mettre e
143ientifique, mais proprement théologique : c’est l’hérésie que j’ai décrite. Qu’en est-il du choix des savants ? Beaucoup d’entr
26 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
144s religions sera demain la première condition des hérésies et gnoses qui vont paraître : elles ne feraient autrement que répéter
27 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 9. Les ambivalences du progrès
145 d’autres moyens d’être trompée. Mais les grandes hérésies et les gnoses de demain, politiques ou spiritualistes, ont-elles plus
146sponsable aussi de sa rectification. Toutes les « hérésies du Progrès » sont bel et bien nées en Europe, encore qu’elles n’aient
28 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 11. Où l’Aventure et la Voie se rejoignent
147ormes de religion, et l’impitoyable exclusion des hérésies. En fait, le dogme de l’Église s’est créé à coups d’anathèmes. Si l’o
148père et s’enrichit principalement à la faveur des hérésies : leurs condamnations successives constituant les stratifications (et
29 1957, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La découverte du temps ou l’aventure occidentale (mars 1957)
149humanité : c’est l’intention commune à toutes les hérésies gnostiques, manichéennes ou docétistes. Plus tard, au moyen âge, la t
30 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
150sorcellerie, magie noire. Tout cela sur un fond d’hérésie bien plus dangereuse alors que ne le sont aujourd’hui les frénésies q
151ser contre les lois matrimoniales non seulement l’hérésie du Midi, mais l’élite culturelle de l’Europe. Ainsi, le roman de Past
31 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — a. L’amour et la personne dans le monde christianisé
152les vrais ancêtres des traditions diffuses dans l’hérésie cathare et les mystiques du Nord (ou du moins dans leur vocabulaire)
32 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — f. Soulèvement des puissances animiques
153le culte de la Dame et le culte de la Vierge, les hérésies gnostiques ravivées et le cynisme libertin [p. 38] naissant, le célib
33 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — h. Pour une mythanalyse de la culture
154 religions, par leurs métaphysiques, et par leurs hérésies. L’Amour et l’Occident illustrait cette approche, partant d’un raiso
34 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
155sorcellerie, magie noire. Tout cela sur un fond d’hérésie bien plus dangereuse alors que ne le sont aujourd’hui les frénésies q
156ser contre les lois matrimoniales non seulement l’hérésie du Midi, mais l’élite culturelle de l’Europe. Ainsi, le roman de Past
35 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 2. Deux princes danois. Kierkegaard et Hamlet
157s contraire au christianisme que n’importe quelle hérésie ou n’importe quel schisme — et c’est de jouer au christianisme, d’en
36 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.1. « Tout s’est senti périr »
158ieurs qu’intérieurs et à la pression de la grande hérésie qui allait devenir une religion nouvelle : le Mahométisme. À tous les
37 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
159 avaient adopté l’arianisme, puisèrent dans cette hérésie leur droit à l’absolutisme et au césaro-papisme. Le Dieu des ariens,
38 1962, Les Chances de l’Europe. I. L’aventure mondiale des Européens
160éodaux, les cités aux princes et l’orthodoxie aux hérésies, cette fermentation se poursuit en vase clos : dans une espèce de cre
39 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.10. Le Dialogue des cultures
161torique de l’amour-sentiment, intimement liée à l’hérésie mystique des soufis dans l’Islam et donnant lieu à un mouvement propa
162e, le long des rives sud de la Méditerranée ; une hérésie manichéenne née en Perse et propagée le long des rives nord de la mêm
40 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
163e par les tenants des religions orientales et des hérésies docétistes et gnostiques, lesquelles furent condamnées par les concil
164révolution et réformisme ; – mythe et science ; – hérésie créatrice et saine orthodoxie ; – goût du risque et besoin de sécurit
41 1970, L’Un et le Divers ou la Cité européenne. II. La Cité européenne
165isme, réformisme et révolution, mythe et science, hérésie créatrice et saine doctrine, besoin de sécurité et goût du risque, co
42 1971, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Dépolitiser la politique (printemps 1971)
166 détruire l’État, j’y reviendrai), c’est la seule hérésie créatrice au xxe siècle. Car avec l’État-nation relâché ou totalitai
43 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
167 la poésie des troubadours et du vaste complexe d’hérésies que symbolise le nom de catharisme. Tout commence avec la publication
168a rhétorique courtoise fut le langage secret de l’hérésie. Voilà qui est insoutenable en faculté, mais qui éveille dans l’espri
169badours [p. 376] — ou mieux entre le complexe des hérésies gnostiques et l’hérésie de l’amour courtois — est devenue dans le mil
170ux entre le complexe des hérésies gnostiques et l’hérésie de l’amour courtois — est devenue dans le milieu des érudits quelque
171ar clus ait joué le rôle d’un langage secret de l’hérésie. Voilà qui était aussi facile à citer dans un écho de journal qu’à ré
172 écarte avec dédain l’idée que la courtoisie et l’hérésie aient jamais eu rien de commun, même pas les lieux géographiques. No
173 et la poésie courtoise comme autant d’échos de l’hérésie cathare. Hypothèse certainement ingénieuse, mais qui a l’inconvénient
174illeurs sur une radicale méconnaissance tant de l’hérésie cathare elle-même, hérésie de bourgeois et de marchands essentielleme
175connaissance tant de l’hérésie cathare elle-même, hérésie de bourgeois et de marchands essentiellement, que des données de la p
176 et qui ruinerait ma théorie, la propagation de l’hérésie chez les marchands du Midi vers 1165, c’est méconnaître les données é
177, c’est méconnaître les données élémentaires de l’hérésie et de la poésie courtoise, j’entends leurs dates et leurs aires de di
178ant géographique que sociale. C’est un fait que l’hérésie s’est répandue chez les marchands des villes méridionales cinquante a
179 leurs épouses, étaient généralement du côté de l’hérésie, non de l’Église. Et l’hérésie était bien plus ancienne que Mme Perno
180ement du côté de l’hérésie, non de l’Église. Et l’hérésie était bien plus ancienne que Mme Pernoud ne veut le croire à seule fi
181e Toulousain et l’Albigeois des missions contre l’hérésie et jette un cri d’alarme angoissé — mais par quoi ? Le malheureux ign
182l de Cîteaux, pour lui demander son aide contre l’hérésie qui « a pénétré partout » : « Les personnages les plus importants de
183 peut me pardonner d’avoir assimilé la Maria de l’hérésie à la Sophia gnostique, et cette Maria-Sophia à l’Église cathare 217 .
184on ordre ; et que rien ne permet de le relier à l’hérésie, sinon précisément son refus déclaré des thèses extrêmes des Béghards
185ont sans liens spécifiques ni congénialité avec l’hérésie. Je distingue là, cependant, une pétition de principe quant à l’ortho
186nt croire les jugements globaux d’orthodoxie et d’hérésie ; étiquettes bien vaines d’ailleurs quand il s’agit de comprendre un
187 mystiques arabes, et sans nul doute à plus d’une hérésie dualiste ou manichéisante du moyen âge ? Prenez ma vie en hommage Be
188gnifier (au moins pour l’auteur du roman) « que l’hérésie consiste à adorer Dieu à travers la femme ». 226 S’il en est bien a
189 l’Église trouvait encore devant elle cette autre hérésie, « l’Amour » qu’elle savait bien qui avait toujours fait cause commun
190e se trompait en faisant un « amalgame » des deux hérésies (je le pense aussi) et que mes « évidences » ne constituent pas encor
191 reprend les derniers cathares qui « par erreur d’hérésie ont coutume de blâmer l’ordre matrimonial et d’en médire ». Or c’est
192ur courtois et le catharisme, tout en restant des hérésies distinctes — et j’admets entièrement sur ce chapitre les conclusions
193dateur d’une vingtaine de couvents. Au surplus, l’hérésie cathare n’est pas absente du Poitou dès les débuts de son expansion e
194le. En 1028, Guillaume V, inquiet du progrès de l’hérésie dans ses domaines, réunit un concile à Charroux pour étudier les moye
195re sentir combien les prises de position devant l’hérésie — hostiles, complices, ou positives — comptent moins, au total, en vé
196s et de jugements contradictoires sur l’Église, l’hérésie, la courtoisie, leurs luttes ouvertes et leurs liaisons secrètes. Les
197 du même complexe d’aspirations et d’interdits, d’hérésie libératrice des âmes et d’orthodoxie conservatrice de la Cité. L’hist
198era condamner au supplice le mystique convaincu d’hérésie… Les deux n’en sont pas moins liés par cela même, par leur problémati
199on dans le Midi contre le catharisme (1145) cette hérésie qui est descendue du Nord français (Arras, Reims, Orléans), par le Po
200on les coïncidences spatiales et temporelles de l’hérésie et de la [p. 409] courtoisie, dans les mêmes consciences et les mêmes
201ont approuvé à cause de la critique de [p. 412] l’hérésie que semblaient impliquer mes mises en garde contre la passion ; mais
44 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Paradoxes de la prospective (automne 1975)
202ce. Et dans d’autres provinces, il semble que les hérésies chrétiennes, qui dressaient les fidèles contre l’autorité du pouvoir
45 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Rôle de la modernité dans les relations Europe-Monde (hiver 1975-1976)
203xiste. Ils considèrent toute innovation comme une hérésie, ou une maladresse, une erreur obstinée ou une tendance déviationnist
46 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 6. L’avenir sensible au cœur
204ce. Et dans d’autres provinces, il semble que les hérésies chrétiennes, qui dressaient les fidèles contre l’autorité du pouvoir
47 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
205dis pas du tout détruire l’État) c’est la seule « hérésie » créatrice du xxe siècle. Car avec l’État-nation, qu’il soit relâch
48 1982, La Part du Diable (1982). Postface après quarante ans
206n brûlant le martyr vous n’atteindrez la foi ni l’hérésie. L’action finale, à très long terme, de l’entropie aussi bien spiritu