1 1926, Journal de Genève, articles (1926–1982). Le Dépaysement oriental (16 juillet 1926)
1ces confusions. M. de Traz a visité l’Égypte, ses habitants, ses tombeaux et son passé, en curieux avide du secret dernier des ch
2 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
2 piétons et de chars à bœufs parmi les trams. Les habitants de Debrecen se plaignent de n’avoir pas ce faux confort que nous n’av
3 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Sécularisme (mars 1931)
3économique ». Si les mœurs sont occidentales, les habitants, eux, viennent de tout l’Orient. « On pense à une Genève de l’Islam. 
4 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
4 piétons et de chars à bœufs parmi les trams. Les habitants de Debrecen se plaignent de n’avoir pas ce faux confort que nous n’av
5 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
5ls font encore vraiment mal ? 24 avril 1929 Les habitants de la maison me paraissent peu nombreux, mais sait-on bien d’où il pe
6 1932, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). La pluie et le beau temps (Dialogue dans une tête) (1932)
6pensées. Ainsi, nous dit la Fable, fit Myscille, habitant d’Argos. N’ayant pu débrouiller le sens de l’Oracle qui lui avait dit
7 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iv. Qu’est-ce que la politique ?
7t en principe ce qui intéresse la cité. Aucun des habitants de la cité n’a donc le droit de s’en désintéresser. Ou, s’il le fait,
8 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le mouvement des groupes — Kagawa (4 août 1934)
8 d’habitation plus vaste que celle du plus pauvre habitant du quartier, et non content d’y vivre dans un dénuement absolu, ouvre
9 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
9us possibles que par la nature du pays, ou de ses habitants. Mais d’autre part, soit qu’on l’attaque ou qu’on la loue, on est sou
10 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
10t en principe ce qui intéresse la cité. Aucun des habitants de la cité n’a donc le droit de s’en désintéresser. Ou, s’il le fait,
11 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
11iens entre un « intellectuel » de ma sorte et les habitants du pays, se révèlent bons, mauvais, ou simplement indifférents (je ve
12friche. La Révolution seule a ranimé l’ardeur des habitants, pour la plupart jacobins. Plusieurs des discours de leurs chefs ont
13e, qui est un vaste rectangle de terre jaune, les habitants plantèrent à la Révolution un arbre de la Liberté. Cet orme est deven
14ait peu de réserves de produits alimentaires, les habitants n’achetant guère autre chose que de la mercerie, des lainages et des
15Ce voisin s’appelle Renaud, comme la majorité des habitants, Renaud-Mellouin. Il loge au fond d’une de ces courettes charmantes q
16e des garçons. Il me tardait de voir une fois les habitants du village réunis, leur façon d’être ensemble, et surtout la jeunesse
17r exemple, il rapporte à Mme de Stein comment les habitants de Ferrare utilisent les vieilles tuiles concassées pour recouvrir le
18re. J’imagine qu’il doit apparaître, aux yeux des habitants de cette petite ville comme une espèce de fou, d’ailleurs inoffensif.
19e ; car enfin il n’y a pas de raison pour que les habitants de cette ville soient sensiblement plus laids que ceux du reste de la
20exactes les conditions morales et économiques des habitants de l’île. 1. Division des terres. — J’ai pu vérifier à plusieurs repr
12 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
21 Il y a 400 chômeurs pour une population de 2 300 habitants. Ceux qui travaillent encore gagnent à peine de quoi se nourrir. Et j
22ouze filatures, deux fabriques de chapeaux, 5 000 habitants, un commerce important de produits soyeux manufacturés. Lors de la dé
23 parlent encore. En 1900 : Vingt filatures, 7 000 habitants. Quinze cents personnes au temple chaque dimanche. Je complète : Vers
24le centre. On croirait une ville bombardée. 2 300 habitants. Cent personnes au culte. Dans la campagne environnante, une maison s
25… la mairie est tout entière communiste. Ceux des habitants qui ne le sont pas ne savent pas trop ce qu’ils sont, à part les chât
13 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
26e des garçons. Il me tardait de voir une fois les habitants du village réunis, leur façon d’être ensemble, et surtout la jeunesse
27xemple, il rapporte à madame de Stein comment les habitants de Ferrare utilisent les vieilles tuiles concassées pour recouvrir le
28exactes les conditions morales et économiques des habitants de l’île. 1° Division des terres. — J’ai pu vérifier à plusieurs repr
14 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
29sant la couverture des frontières [p. 32] par les habitants de la région sont absolument dans la ligne du fédéralisme réel 78 . M
15 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
30friche. La Révolution seule a ranimé l’ardeur des habitants, pour la plupart jacobins. Plusieurs des discours de leurs chefs ont
31e, qui est un vaste rectangle de terre jaune, les habitants plantèrent à la Révolution un arbre de la Liberté. Cet orme est deven
32ait peu de réserves de produits alimentaires, les habitants n’achetant guère autre chose que de la mercerie, des lainages et des
16 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
33versé depuis la veille dans cette cité de 700 000 habitants, et les autocars, et l’afflux des campagnards venus à pied, il y aura
17 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
34lter vingt fois, elle n’est jamais détruite ; les habitants conservent toutes leurs propriétés ; tout ce qu’ils ont à craindre, c
18 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). « Le matin vient, et la nuit aussi » (7 juin 1939)
35es. Pendant qu’on massacrait jusqu’au dernier des habitants de Magdebourg, sous Wallenstein, le paysan et l’artisan français joui
19 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
36 Ainsi Berlin passe, en un demi-siècle, de 25 000 habitants à 4 millions. Dans ces villes, se sont entassées des masses humaines
20 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
37s organisant la couverture des frontières par les habitants de la région sont absolument dans la ligne du fédéralisme réel 26 . A
21 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
38 Ainsi Berlin passe, en un demi-siècle, de 25 000 habitants à 4 millions. Dans ces villes, se sont entassées des masses humaines
22 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Santé de la démocratie américaine (17 janvier 1941)
39icipale de New York, cité de 7 millions et demi d’habitants, bénéficiant de la liberté démocratique. » Cela ne fait pas sourire,
23 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Un climat tempéré (22 août 1945)
40l possède un climat tempéré. C’est la France. Ses habitants croient que la nature dont ils jouissent est le climat normal de l’ho
24 1946, Journal des deux Mondes. Avertissement
41éalités qu’un touriste qui se croit objectif ou l’habitant sédentaire du pays. La ligne d’horizon dépend à chaque instant de l’e
25 1946, Journal des deux Mondes. 2. Journal d’attente
42es. Pendant qu’on massacrait jusqu’au dernier des habitants de Magdebourg, sous Wallenstein, [p. 25] le paysan et l’artisan franç
26 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
43s heures de Buenos Aires, c’est une ville de 5000 habitants presque tous fils ou petits-fils de Suisses. On m’y reçoit dans une t
27 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
44l possède un climat tempéré. C’est la France. Ses habitants croient que la nature dont ils jouissent est le climat normal de l’ho
28 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
45 à quelques kilomètres d’Albany. Vingt-cinq mille habitants. Le nom très difficile à prononcer : Cohoes, est sans doute d’origine
46n de comparer Cohoes à une ville du même nombre d’habitants chez nous ; de comparer Robert à un Robert d’Europe, de même niveau s
29 1946, Journal des deux Mondes. 16. Journal d’un retour
47 y a 40 millions de Français, sur 2000 millions d’habitants de la planète, non moins réels, guère moins accablés de problèmes. Ma
30 1946, Journal des deux Mondes. 17. Le mauvais temps qui vient
48mes loin d’avoir quitté la guerre. « Journal d’un habitant de la planète en guerre » ce serait un titre assez exact. Mais je sui
31 1946, Lettres sur la bombe atomique. 4. Utopies
49ons se déplaceraient, au lieu que ce soient leurs habitants. C’est une question de rails ou d’hélices. Car je ne doute pas que no
32 1946, Lettres sur la bombe atomique. 13. La pensée planétaire
50pendant dix ans, directement, la vie courante des habitants des Amériques Nord, Centre, Sud, et de l’Asie, c’est-à-dire la moitié
33 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
51 à quelques kilomètres d’Albany. Vingt-cinq mille habitants. Le nom, très difficile à prononcer : Cohoes, est sans doute d’origin
52n de comparer Cohoes à une ville du même nombre d’habitants chez nous ; de comparer Robert à un Robert d’Europe, de même niveau s
34 1946, Le Figaro, articles (1939–1953). Pour la suppression des visas (23 avril 1946)
53 il y a 40 millions de Français, 2 000 millions d’habitants de la planète, non moins réels, guère moins accablés de problèmes. Ma
35 1946, Le Figaro, articles (1939–1953). Les nouveaux aspects du problème allemand (30 mai 1946)
54dustrie prête pour la lutte, et ses 80 millions d’habitants. Aujourd’hui le colosse est à terre et deux super-colosses se sont le
36 1946, Combat, articles (1946–1950). Bikini bluff (2 juillet 1946)
55a survie des deux cents cochons en uniformes. Les habitants d’Hiroshima n’ont pas tenu le coup tout à fait aussi bien, comme le r
56pports officiels publiés la semaine dernière. Les habitants de Londres, de New York, de Leningrad et de Paris ne seront point pro
37 1946, Réforme, articles (1946–1980). Vues générales des Églises de New York (12 octobre 1946)
57t, sont vénérées et fréquentées par la moitié des habitants de ces gratte-ciel, qui ne voient d’ailleurs aucun inconvénient à ce
38 1946, Réforme, articles (1946–1980). Spiritualité américaine (19 octobre 1946)
58e pourrait être l’Amérique, si seulement tous ses habitants se décidaient à mener une vie « décente »… Sur quoi, l’Européen frott
39 1946, Carrefour, articles (1945–1947). Deux presses, deux méthodes : l’Américain expose, le Français explique (4 avril 1946)
59tion des journaux. New York, pour sept millions d’habitants, ne possède que neuf grands journaux ; Paris en publie sept fois plus
40 1947, Doctrine fabuleuse. 1. Premier dialogue sur la carte postale. La pluie et le beau temps
60pensées. Ainsi, nous dit la Fable, fit Myscille, habitant d’Argos. N’ayant pu débrouiller le sens de l’Oracle qui lui avait dit
41 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
61pale de New York, cité de sept millions et demi d’habitants ayant la paix et bénéficiant de la liberté démocratique. » Cela ne fa
42 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
62 journaux. New York, pour sept millions et demi d’habitants ne possède que neuf grands journaux ; Paris en publie proportionnelle
63t, sont vénérées et fréquentées par la moitié des habitants de ces gratte-ciel, qui ne voient d’ailleurs aucun inconvénient à ce
64e pourrait être l’Amérique, si seulement tous ses habitants se décidaient à mener une vie « décente »… Sur quoi l’Européen [p. 11
43 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
65esprit de faction, mais parce que beaucoup de ses habitants espèrent ailleurs, et dans deux directions opposées. Je le répète, no
44 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
66 un rôle sans proportion avec le chiffre de leurs habitants ou de leurs kilomètres carrés.   quatrième principe. — La fédération
45 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
67elle compte encore près de trois cents millions d’habitants, les plus travailleurs et les plus inventifs de toute la terre, c’est
68 universel, et à raison d’un député par million d’habitants, une Assemblée constituante de l’Europe. La motion recueillit neuf vo
46 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
69nne sur toute la planète, c’est à l’esprit de ses habitants, c’est à sa culture qu’il le doit. 5. La création, la transmission et
70rovisoirement) comprendrait donc deux fois plus d’habitants que les USA et presque autant que l’URSS et ses satellites réunis. De
47 1948, Suite neuchâteloise. III
71iècles pour une beaucoup plus grande proportion d’habitants que dans d’autres nations de l’Europe. La plupart des citoyens suisse
72ement distincts, dans une capitale de trois mille habitants, un pays de quarante mille bons et fidèles sujets…   [p. 33] « En 18
48 1948, Réforme, articles (1946–1980). L’Europe, aventure du xxe siècle (1er mai 1948)
73ent diminuée qu’elle compte encore 250 millions d’habitants, les plus travailleurs et les plus inventifs de toute la terre, c’est
49 1949, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Mouvement européen (avril 1949)
74st du rideau de fer, est d’environ 320 millions d’habitants : c’est deux fois plus que l’Amérique, autant que la Russie et tous s
75sie et tous ses satellites. Si ces 320 millions d’habitants faisaient bloc, soit qu’ils se déclarent neutres, soit qu’ils menacen
50 1949, La Vie protestante, articles (1938–1978). Printemps de l’Europe (29 avril 1949)
76rce tranquille de sa masse, de ses 300 millions d’habitants rassemblés, rendus par leur union à une prospérité qui, selon certain
51 1950, Lettres aux députés européens. Quatrième lettre
77e seule chose paraît claire, dans tout cela : les habitants de la Grande-Bretagne et leurs « parents de l’Australie et de la Nouv
52 1950, Journal de Genève, articles (1926–1982). Quatrième lettre aux députés européens : En lisant le pamphlet du Labour Party (18 août 1950)
78e seule chose paraît claire, dans tout cela : les habitants de la Grande-Bretagne et leurs « parents de l’Australie et de la Nouv
53 1951, Les Libertés que nous pouvons perdre (1951). Les Libertés que nous pouvons perdre
79. Nous y lisons ceci : le revenu annuel moyen par habitant est actuellement de 1453 dollars aux US, de 840 en Suisse, de 482 en
54 1951, Preuves, articles (1951–1968). Culture et famine (novembre 1951)
80dans la seule province du Bihar, vingt millions d’habitants meurent de faim. Montez à la tribune d’un congrès d’écrivains et proc
55 1952, Journal de Genève, articles (1926–1982). Au pays du Patriarche (29-30 novembre 1952)
81 établit des foires et des marchés Il nourrit les habitants pendant la disette de 1771 Face sud : Au poète philosophe Calas, Si
82village passe de cinquante foyers à plus de mille habitants qui deviennent propriétaires, par un système qu’on nommerait de nos j
56 1953, La Confédération helvétique. Introduction (par Lucien Febvre)
83des États, ce petit pays qui ne compte pas plus d’habitants, en tout, que le « Grand Paris » à lui seul : mais il joue cependant
57 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
84ait acheté sa charge ou qui ne serait indigène ou habitant de ces contrées. Si quelque discorde venait à s’émouvoir entre les co
58 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
85emps, dans un canton fort évolué : sur les 35 000 habitants qu’il contient, un quart seulement sont des paysans et plus de la moi
86 national est élu à raison d’un député par 22 000 habitants, chaque canton ou demi-canton formant un arrondissement ou collège él
87ge électoral. (Toute fraction supérieure à 11 000 habitants donne droit à un député, et chaque demi-canton a droit à un représent
88onde un coin de terre où le plus grand nombre des habitants puissent jouir de la qualité de citoyens au vrai sens du mot. Le peti
59 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
89 y a compté en moyenne 9,3 inventions pour 10 000 habitants » 24 . Rappelons parmi les plus connues et populaires de celles qui s
60 1953, La Confédération helvétique. 4. La famille et l’éducation
90si l’on ne prend que les villes de plus de 25 000 habitants. Si l’on compare deux demi-cantons contigus, qui se trouvent être à l
91 les données naturelles du pays exigeaient de ses habitants une ingéniosité peu commune dans la mise en œuvre la plus efficace de
92 nombreuses : sept pour un pays de 4,5 millions d’habitants, et pour un nombre d’étudiants relativement peu élevé, variant entre
93n première page. Quant à la radio, écoutée par un habitant sur cinq 38 , elle consacre à peu près autant d’heures à des émission
61 1953, La Confédération helvétique. 5. La vie religieuse
94ssionnelle que voici : Nombres absolus pour 1000 habitants Dans toute la Suisse Villes Protestants 2 457 242 576 647
95rne, où l’on ne trouve qu’un catholique pour sept habitants.) En général, le nombre des catholiques augmente plus rapidement dans
62 1953, La Confédération helvétique. 6. Le peuple suisse et le monde
96 nationale le romanche (parlé par moins de 40 000 habitants) mais, par ses subventions, a donné un regain de vitalité au petit gr
97t Français. Entre Aar et Rhin vivent 3 millions d’habitants ; entre Aar et Jura, 900 000. Les Alémaniques donnent aux Français l’
98n groupe déjà si restreint — moins d’un million d’habitants, rappelons-le — n’a jamais permis à la Suisse romande d’être à la Fra
63 1953, Journal de Genève, articles (1926–1982). Aller et retour (21 mai 1953)
99ands philosophes, ont positivement attribué à ses habitants une supériorité physique, et ont sérieusement assuré que tous les ani
64 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Aller et retour (avril 1953)
100ands philosophes, ont positivement attribué à ses habitants une supériorité physique, et ont sérieusement assuré que tous les ani
65 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en juin 1953 (mai-juin 1953)
101ns l’indifférence générale, notre destin commun d’habitants de l’Europe s’est gravement infléchi depuis quelques semaines. Il fau
66 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en août 1953 : Lettre aux Six (juillet-août 1953)
102 d’assurer l’indépendance et la prospérité de ses habitants. Le vrai danger qui doit nous fédérer ne vient pas des Russes, mais d
103s autonomies. 4. Une Fédération de 155 millions d’habitants pour commencer, de plus du double lorsqu’elle aura regroupé l’une apr
67 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en mai 1954 : L’Europe bloquée (mai 1954)
104e l’Ouest, c’est-à-dire entre 43 et 48 millions d’habitants, seront sans doute rassurés à l’idée d’un bloc russe de 200 millions
68 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le rôle de la recherche en Europe (décembre 1954-janvier 1955)
105 . Il y avait une fois une grande baleine que les habitants d’un village avaient prise vivante, et qu’ils aimaient beaucoup. Elle
69 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Former des Européens (avril-mai 1956)
106n d’exemples qui touchent directement la vie de l’habitant. Ces exemples, il s’agit maintenant de les présenter aux auditeurs d’
70 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
107elconque exclut le maximum de prospérité pour ses habitants. Comment concilier la souveraineté absolue des nations et la paix, ou
71 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 6. L’expérience de l’espace
108s nouvelles qui, s’établissant à côté des anciens habitants, constituent une nouvelle république heureuse et chrétienne. » N’a-t-
72 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur Voltaire (février 1957)
109 établit des foires et des marchés Il nourrit les habitants pendant la disette de 1771.   Face sud : au poète philosophe Calas,
110village passe de cinquante foyers à plus de mille habitants, qui deviennent propriétaires par un système que l’on nommerait de no
73 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la neutralité européenne (II) (avril 1957)
111nds occidentaux. (Elle compterait en effet plus d’habitants que l’URSS et les USA additionnés.) Nous voici ramenés aux problèmes
74 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur le pouvoir des intellectuels (juillet 1957)
112sse en cinq minutes d’un canton à un autre. Leurs habitants ne se connaissent guère entre eux. S’aimeraient-ils davantage en se m
75 1957, Preuves, articles (1951–1968). Pourquoi je suis Européen (octobre 1957)
113e Europe des Six qui, d’ailleurs, compte autant d’habitants que les États-Unis d’Amérique, va tenter sa première expérience d’uni
76 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La Suisse et l’Europe après 1945 (avril 1957)
114ormerait une fédération de près de 430 millions d’habitants, c’est-à-dire plus que les États-Unis (165 millions) et l’URSS (210 m
115 Europe », mais il compte au total 165 millions d’habitants, donc autant que les États-Unis.) Les territoires de l’Afrique dépend
116re et indépendant groupant près de 430 millions d’habitants. 4. Dès 1949, un Conseil de l’Europe est créé, à Strasbourg. C’est un
77 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
117atellites, cela ferait un total de 440 millions d’habitants, c’est-à-dire deux fois et demie la population des États-Unis d’Améri
118es centaines de millénaires… Jusqu’au jour où les habitants d’un médiocre cap de l’Asie, qu’on nomme Europe, se mirent à étudier
119il le doit à ce quelque chose que l’esprit de ses habitants vint ajouter à ses données physiques, pour en tirer une énergie insou
78 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un patriotisme de la terre (mars 1958)
120e, dont les visages ont un autre air ». Quant aux habitants de Mercure, « il faut qu’ils soient tous fous à force de vivacité et
79 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un centre qui doit être partout (mai 1958)
121ure de l’Europe entière et de son demi‑milliard d’habitants, qu’on prenne la Suisse, tout équipée pour cette fonction désignée pa
122ire abrégé de la Fable nous apprend que Myscille, habitant d’Argos, n’ayant pu débrouiller le sens de l’Oracle, qui lui avait di
80 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Éducation européenne (février 1958)
123e de dépeuplement, voir si l’on peut donner à ses habitants une notion réaliste des possibilités de développement de leur région
124, d’éducation européenne dans une ville de 30 000 habitants d’économie mixte. [p. 14] Exécution. Confiée aux responsables locaux
81 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La méthode culturelle, ou l’Europe par l’éducation des Européens (mai 1958)
125il le doit à ce quelque chose que l’esprit de ses habitants a pu surimposer à ses données physiques pour en tirer une énergie ins
82 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Éducation et loisirs : les mass media (mai 1959)
126y avait en Suisse romande (qui compte 1 million d’habitants) pas plus de 5 à 6000 lecteurs potentiels. Le succès de la Guilde du
83 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Neuf expériences d’éducation européenne [Introduction] (décembre 1959)
127 — dans tous les sens du mot — les quelque 13 500 habitants des régions choisies en Haute-Savoie, dans les Landes et en Sardaigne
84 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.2. Le mythe de l’enlèvement d’Europe
128 enfin elle éleva une voix craintive : « Qui, des habitants du ciel, m’a envoyé de semblables visions ? Que signifient les songes
85 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.6. Le concept géographique
129 donc les causes du caractère plus belliqueux des habitants de l’Europe que des Asiatiques. Mais il n’en est pas moins certain qu
130lacé pour le développement moral et social de ses habitants… Car même dans les régions montagneuses, leur intelligence et leur in
86 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.7. De la géographie à l’histoire
131est-à-dire d’une communauté de destin des peuples habitant l’Europe telle qu’Hérodote ou Strabon la décrivent, peut-elle être at
87 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.3. Le problème de la guerre et l’essor des États (xvie siècle)
132ait les villes conquises, ou l’on en chassait les habitants ; et, après les avoir dépouillés de leurs biens on les dispersait dan
133u’on les détruise. On conserve les biens de leurs habitants et le plus grand malheur qu’elles aient à redouter, c’est de payer de
88 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
134ndrait par ce moyen la paix tant désirée pour ses habitants torturés, harassés. VII. — De la composition de la Diète générale C
89 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.1. Perspectives élargies
135acle qu’ils y aient rencontré à la conversion des habitants au Christianisme, c’est que les nobles ne veulent point admettre que
90 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
136usqu’au golfe de Bothnie tout était sauvage ; les habitants de ces climats vivaient, comme les Tartares ont toujours vécu, dans l
137communications faciles ; l’humeur inconstante des habitants, qui les porte à voyager sans cesse et à se transporter fréquemment l
91 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.3. Évolution : vers le progrès ou vers la décadence ?
138Europe entière comme une république dont tous les habitants ont atteint à peu près au même degré de culture et de perfection. La
139lobe des contrées dont la nature ait condamné les habitants à ne jamais jouir de la liberté, à ne jamais exercer leur raison ? Ce
140de ses monumens, aux arts et à l’industrie de ses habitants, tout ce que l’Égypte et la Syrie purent jadis posséder de semblable,
141le plus petit, en vertu de la supériorité que ses habitants ont su conserver sur les autres peuples de la terre de par un perfect
92 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.4. Pendant ce temps, l’Amérique du Nord…
142ands philosophes, ont positivement attribué à ses habitants une supériorité physique, et ont sérieusement assuré que tous les ani
93 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.2. Plans d’union européenne contemporains de la Révolution
143e être tenue pour la mère universelle de tous ses habitants ! [p. 172] Il demandait la convocation d’un « congrès universel des
94 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.3. Synthèses historico-philosophiques (I)
144ation, l’Occident aurait dû offrir à ses nouveaux habitants un habitacle très varié, ce qui aurait eu pour conséquence de faire a
145 n’aient pas pu rester sans conséquences pour les habitants de toutes ces contrées, il faut tout de même reconnaître que toutes c
146on terroir, sa population, et le caractère de ses habitants, pourroit seule donner la loi au monde, si un système suivi, appropri
95 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.5. L’Europe des adversaires de l’Empereur
147tiques annales, et qu’on écoute avec respect. Les habitants trouvent du plaisir à tout ce qui leur donne l’apparence, même trompe
96 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
148nations slaves comptent, messieurs, 80 millions d’habitants. Eh bien, lorsque la révolution aura détruit en Europe les armées per
149ple, est réduite en quelques heures de neuf mille habitants à treize cents ; c’est que les cimetières sont encombrés de plus de c
150quelle une population de trois millions et demi d’habitants parlant une seule et même langue ne pourrait plus prétendre aujourd’h
151ns. L’Europe [p. 308] n’a pas de chance. Tous ses habitants ne peuvent faire que mauvais voisinage. … Et il y a le Slavisme qui m
97 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.4. L’Unité dans la diversité. Fondement de l’Union fédérale
152 caractère asiatique qui prédomine. […] Ainsi les habitants de l’Europe prennent de plus en plus conscience qu’il y a en Europe,
153. Mais il peut devenir supérieur à n’importe quel habitant de l’ancienne Europe, parce qu’il est d’envergure plus vaste. Toute s
98 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Guide européen de l’enseignement civique [introduction] (1960-1961)
154r fonctionner, d’être compris par la majorité des habitants du pays où il règne. Dans la mesure où il fonctionne sans être compri
155 doit être voulue et comprise par la majorité des habitants de l’Europe. Sinon, il est probable qu’elle se fera tout de même — el
99 1962, Les Chances de l’Europe. I. L’aventure mondiale des Européens
156hacune au xxe siècle entre 500 et 600 millions d’habitants (soit ensemble à peu près 60 % de la population du globe, sur 15 % de
157 5 , la France compte à peu près le même nombre d’habitants, c’est-à-dire au plus dix millions. Le grand essor démographique de n
158près la disparition presque totale « des premiers habitants du bois et du rocher » (comme dit Vigny) dont ne nous restent plus qu
100 1962, Les Chances de l’Europe. II. Secret du dynamisme européen
159misme européen J’ai retracé l’aventure inouïe des habitants du cap occidental de l’Asie, étendant leur puissance sur tous les con
160e, ainsi déterminée, ne contient donc que 6 % des habitants et 2 % de la production du monde, n’étant guère occupée que par les o
161inq pour une commune rurale moyenne, de 2 à 3 000 habitants. L’église, en Amérique, est restée, mieux que chez nous, le centre de
162e, que l’Inde ou que la Chine. Mais ce cap et ses habitants, longuement travaillés, tourmentés, fécondés par une doctrine et une