1 1920, Articles divers (1924–1930). La Tour de Hölderlin (15 juillet 1929)
1n (15 juillet 1929) n « Je lui ai raconté qu’il habite une chaumière au bord d’un ruisseau, qu’il dort les portes ouvertes,
2ce lit ? — Oh ! répond-il, je pourrais aussi bien habiter la chambre. Il ne vient pas tant de visiteurs, et seulement de 2 à 4…
2 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Le Corbusier, Urbanisme (juin 1926)
3s livrées au 100 à l’heure des autos. Les maisons habitées ne sont plus que des enceintes transparentes, et minces en regard de
3 1926, Articles divers (1924–1930). Confession tendancieuse (mai 1926)
4ant de bonheurs ou de dégoûts étranges viennent m’habiter ; je ne sais plus… Je suis beaucoup de personnages, faudrait choisir.
4 1930, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les soirées du Brambilla-club (mai 1930)
5 moi, je ne me sens pas trop embarrassé ; comme j’habite l’Odéon, c’est toujours le fantôme de l’Odéon qui m’accompagne et nou
6 un stabat Mater, le musicien quitta Naples où il habitait alors, abandonnant sa femme, et se mit à errer dans les campagnes, en
5 1931, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Sarah, par Jean Cassou (novembre 1931)
7aient sur eux [p. 805] leurs forces. Le monde est habité par des êtres dont le « bonheur » consiste à ne pas se rendre compte
6 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.1. La Tour de Hölderlin
81] La Tour de Hölderlin « Je lui ai raconté qu’il habite une chaumière au bord d’un ruisseau, qu’il dort les portes ouvertes,
9ce lit ? — Oh ! répond-il, je pourrais aussi bien habiter la chambre. Il ne vient pas tant de visiteurs, et seulement de 2 à 4.
7 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
10e je cherchais un lieu quelconque et paisiblement habité ? Cette ville est pour eux la moins quelconque du monde. Je prétexte
8 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
11se un silence heureux.   Les plus proches voisins habitent à 40 km., plus loin vers la Russie, dans un pays de lacs, de forêts m
9 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.5. Appendice. Les Soirées du Brambilla-Club, (1930)
12 moi, je ne me sens pas trop embarrassé ; comme j’habite l’Odéon, c’est toujours le fantôme de l’Odéon qui m’accompagne et nou
13 un Stabat Mater, le musicien quitta Naples où il habitait alors, abandonnant sa femme, et se mit à errer dans les campagnes, en
10 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Ce chien, ton serviteur, par Rudyard Kipling (juillet 1932)
14. — « On est des pauvres tout petits chiens qu’on habite tout par dehors et que personne s’occupe ». Dès la seconde page, c’es
11 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
15us radicalement opposées… Libéralisme pas mort. J’habite loin de Paris, et les nouvelles du monde des lettres, qui me parvienn
12 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
16es des pensées qu’agitait cet homme ; cette ville habitée et gouvernée par des chrétiens ; cette cité où le clerc, le magistrat
17es forces qui dominent la cité, et les hommes qui habitent la cité, il n’y a plus aucune proportion. Mais ce n’est pas la cité s
13 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
18 [p. 11] Première partie N’habitez pas les villes ! [p. 13] Début de novembre 1933 Je commencerai par l
19. 55] offre de passer trois semaines chez lui. Il habite à une petite journée de voyage de notre île. La leçon pratique de cet
20nés. Il en vient une dizaine au culte. Les autres habitent trop loin, ou sont indifférents. Il me raconte les efforts qu’il a fa
21de la population s’expatrient volontiers, ou vont habiter les villes.) En été, la petite ville se remplit de baigneurs, et l’au
22ésert, et ensuite il m’apparaît que ce désert est habité par des hommes dont la présence m’est plus concrète qu’ailleurs. Ou p
23de part en part sans remarquer que les gens qui l’habitent ne sont pas tous de la même sorte, et que d’une province à une autre,
24é de la poule, la triste et digne poule noire qui habite seule au bout du jardin. Elle y est pourtant depuis notre arrivée, hé
14 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
25Dans la campagne environnante, une maison sur dix habitée. Dès 1934, la soie japonaise a fait son apparition sur le marché lyon
26roisse comprend les villages de N. et de V. où il habite. V., c’est un vieux nid d’aigle, une pierraille couronnant des hauteu
27poche… — Tous les mas et mazets des environs sont habités par des retraités, des pensionnés, des assurés qui vivent dans la rou
28n écrivain, est-ce qu’on en a jamais vu ? Ça doit habiter Paris. Il faudra que je lui glisse un de ces jours que j’écris « pour
29es problèmes techniques beaucoup plus vastes. « N’habitez pas les villes ! », bien sûr. Reste à savoir si la province est habit
30uand toutes ces maisons vides des environs seront habitées par des colonies de jeunes gens — si jamais ils en ont assez de se pl
15 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
31e Kobé. 7 juillet 1935 Depuis une semaine que j’habite près de cette Porte, je n’avais pas été au delà de la Place d’Italie.
16 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
32e part en part, sans remarquer que les gens qui l’habitent ne sont pas tous [p. 846] de la même sorte, et que d’une province à u
17 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
33 [p. 63] N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937) ae Je revois,
34nés. Il en vient une dizaine au culte. Les autres habitent trop loin, ou sont indifférents. Il me raconte les efforts qu’il a fa
35de la population s’expatrient volontiers, ou vont habiter les villes.) En été, la petite ville se remplit de baigneurs et l’aud
36é de la poule, la triste et digne poule noire qui habite seule au bout du jardin. Elle y est pourtant depuis notre arrivée, hé
18 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
37mable qui parle un français fort passable. Elle n’habite plus qu’une pièce au dernier étage de son hôtel. Le reste est « loti 
19 1938, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Caquets d’une vieille poule noire (août 1938)
38 dont nous faisons connaissance page 92. L’auteur habite avec sa femme une maison prêtée ; avec la maison, il y a un jardin ;
20 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
39ge : « Et la Parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité ; et nous avons contemplé sa
40fférents étages et loges. Dans l’une de ces loges habite un personnage qui se nomme l’Idée voilée. Elle « connaît les secrets
41spectacle mystérieux ».) Dans le Château de l’Âme habitent d’autres personnages allégoriques, tels que Beauté, Désir et Angoisse
21 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
42action ? L’architecture, au moins, nous pouvons l’habiter, mais là n’est pas son caractère d’art. De même pour telle ou telle p
43ncore des désirs et l’on n’a plus d’illusions… On habite avec un cœur plein, un monde vide. » Alors la femme elle-même cesse d
22 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). « Le matin vient, et la nuit aussi » (7 juin 1939)
44 cité, mais les raisons de vivre des hommes qui l’habitent. Ce n’est pas la somme de leurs soucis et de leurs plaisirs, mais le
23 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
45hauteur ». Non, ce n’est pas si facile que cela d’habiter et de posséder un pays dont l’altière beauté menace sans cesse d’écra
24 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
46u de force de l’habitude. Une coutume du mal nous habite, que l’on pourrait nommer le péché habituel, ou presque le péché norm
47l désir de surprendre. Tout simplement, le Diable habite ailleurs en temps normal. Poussé par la logique impérative du camoufl
25 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
48é par sa ténébreuse « mission », — Schickelgruber habité par un trône… On a ri. On a cessé de rire. Et ce n’était pourtant qu’
26 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
49n, mais je n’avais pas fait sa connaissance. Il m’habitait déjà que je ne le distinguais encore pas. Il avait fait de moi sa con
27 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
50 dans le Christ, c’est toujours aux déserts qu’il habite, déserts de sables, d’eaux amères ou de rochers, déserts des foules,
28 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
51bien édifient des systèmes (qu’ils se garderont d’habiter). Ceux qui persistent cependant, s’aperçoivent que l’entreprise pourr
29 1945, Carrefour, articles (1945–1947). L’Amérique de la vie quotidienne (19 octobre 1945)
52citoyenneté. Cette opération, fort coûteuse si on habite loin d’une frontière, n’a de toute évidence qu’une portée symbolique
30 1946, Journal des deux Mondes. 2. Journal d’attente
53 cité, mais les raisons de vivre des hommes qui l’habitent. Ce n’est pas la somme de leurs soucis et de leurs plaisirs, mais le
31 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
54st la terre des hommes, vue par les yeux de qui l’habite et l’utilise, et non point des « paysages » ou des « vues » que l’« A
32 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
55ine, l’autre une Irlandaise aux yeux pâles. Elles habitent un cottage minuscule et fleuri, non loin des bâtiments de la laiterie
33 1946, Journal des deux Mondes. 12. L’Amérique en guerre
56se à New York, me permettent enfin de goûter et d’habiter vraiment mon grand appartement : j’entends d’y travailler à ma façon.
34 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
57pelaient Chantilly ou Paris mais que semblaient n’habiter que des nègres et quelques cavaliers en redingote rouge. Et puis nous
35 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
58air, ornée de géraniums aux fenêtres. C’est là qu’habite la mère de Robert, une vieille dame maigre et digne, dont les ancêtre
59i vous rappellent avec sévérité [p. 229] que vous habitez une maison « distinguée », ces dos pleins de réprobation quand le vis
36 1946, Journal des deux Mondes. 16. Journal d’un retour
60r est une tout autre affaire.) Il se trouve que j’habite, pour quelques semaines encore, du côté où [p. 236] les jeunes Europé
61x qui nous empêchent de rejoindre le siècle, de l’habiter et d’user de ses dons. Forçons les gouvernants à nous répondre : à qu
62tira dans trois jours. Déjà, par l’imagination, j’habite l’Europe. Je circule quand je veux dans les hauts corridors et dans l
37 1946, Lettres sur la bombe atomique. 15. L’État-nation
63t de parler français, de créer leur culture, et d’habiter paisiblement leur terre, si la France renonce un beau jour, en même t
38 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
64air, ornée de géraniums aux fenêtres. C’est là qu’habite la mère de Robert, une vieille dame maigre et digne, dont les ancêtre
39 1946, Le Figaro, articles (1939–1953). Pour la suppression des visas (23 avril 1946)
65r est une tout autre affaire.) Il se trouve que j’habite, pour quelques semaines encore, du côté où les jeunes Européens devra
66x qui nous empêchent de rejoindre le siècle, de l’habiter et d’user de ses dons. Forçons les gouvernants à nous répondre : à qu
40 1946, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Monsieur Denis de Rougemont, de passage en Europe, nous dit… [Entretien] (4 mai 1946)
67vait en quelque sorte perdu de vue ? J’ai surtout habité New York, à part les quatre mois que j’ai passés en Argentine à faire
41 1947, Vivre en Amérique. Prologue. Sentiment de l’Amérique
68toyenneté. Cette opération, fort coûteuse si l’on habite loin d’une frontière, n’a de toute évidence qu’une portée symbolique
42 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
69sseur dans un collège du Vermont. Glenway Wescott habite Long-Island. À New York même, on ne les voit qu’en passant. Et je cro
43 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
70er leur patrie (pays des pères ou Vaterland) pour habiter une puérie (pays des enfants, ou Kinderland comme disait Nietzsche).
44 1947, Combat, articles (1946–1950). « La tâche française c’est d’inventer la paix » (26 décembre 1947)
71aire. Il me semble que mon hôte n’est pas fâché d’habiter sous cette ombre. Il y a quelque chose de voltairien chez lui : cette
45 1948, Suite neuchâteloise. VI
72’ayant devant moi que de l’eau et de la brume ? J’habiterais ici volontiers. » Il a fallu le prix Nobel pour qu’on s’aperçût un be
46 1948, Suite neuchâteloise. VII
73és de dieux, passagers immobiles, un bras levé… J’habite au Lac de Garde un palais délabré, au-dessus de [p. 73] jardins en te
47 1948, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Lacs (août 1948)
74és de dieux, passagers immobiles, un bras levé… J’habite au lac de Garde un palais délabré, au-dessus de jardins en terrasses
48 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
75nir des réponses qu’il connaît. Finalement : — Où habiterez-vous ? — Au Taj Mahal Hôtel. Sourire de soulagement. — Au Taj ? OK. O
49 1951, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Un complot de protestants (novembre 1951)
76out près. Je l’entends dire, dans le bruit : « Où habitez-vous maintenant ? » Je crie que je l’ignore, devant quitter demain la
77ais dites-moi, Rougemont, quand on saura que vous habitez ici, qu’est-ce qu’on va dire ?… » Et il répète, à travers ses dents s
50 1952, Journal de Genève, articles (1926–1982). Au pays du Patriarche (29-30 novembre 1952)
78ul Claudel, informé par un ami commun de ce que j’habite à Ferney : « Est-ce que Voltaire ne vient pas lui chatouiller la plan
51 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
79modernes. Pour devenir Américain, il faut si l’on habite depuis de longues années aux États-Unis, quitter le territoire nation
80erwald s’engagèrent à n’accepter aucun juge qui n’habiterait pas leur territoire… [p. 61] C’est à ces origines que nos cantons doi
81» de leur lieu d’origine, même s’ils n’ont jamais habité son territoire, et ce droit d’origine ne se perd jamais. (Certaines f
82rd’hui un tiers seulement des Suisses se trouvent habiter leur commune d’origine, mais ce phénomène n’a pas affecté jusqu’ici l
83oi une garantie de liberté pour les peuples qui l’habitent : on a connu de petites tyrannies, de petits États unitaires soumis à
52 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Habeas Animam (été 1955)
84ontée des périls. Les 325 millions d’hommes qui l’habitent, à l’ouest du rideau de fer, vivent dans la peur de 200 millions de R
53 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur l’Europe à faire (novembre 1956)
85 Cela prouve qu’il n’est pas africain, et qu’il n’habite pas en Égypte. Car, en effet… Non-ingérence En juin dernier, le col
54 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 2. Où le drame se noue
86t Dieu… Et la Parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité. » Ce scandale pour les Gre
55 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 5. L’expérience du temps historique
87lle est plus vraie que nous, qui ne faisons que l’habiter pour un atome de temps insignifiant. Elle est devenue le cours de la
56 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur Voltaire (février 1957)
88ul Claudel, informé par un ami commun de ce que j’habitais à Ferney : « Est-ce que Voltaire ne vient pas lui chatouiller la plan
57 1957, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La découverte du temps ou l’aventure occidentale (mars 1957)
89lle est plus vraie que nous, qui ne faisons que l’habiter pour un atome de temps insignifiant. Elle est devenue [p. 410] le cou
58 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
90e, c’est ce que tous les hommes et les femmes qui habitent ce continent, c’est ce que vous et moi saurons en faire demain. [p.
91n’est pas loin de recouvrir l’ensemble des terres habitées, mais que la densité d’occidentalisation varie d’une [p. 20] manière
92i-je pas eu, au contraire, dans les maisons que j’habitais à la campagne, pour obtenir le téléphone ! Quand on répète que les ma
59 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un patriotisme de la terre (mars 1958)
93y aura une série de grandes stations de l’espace, habitées en permanence, terminus des lignes de voyages interplanétaires. » (Di
94obes, quelques sens inconnus de l’homme, et Vénus habitée « par une autre famille, dont les visages ont un autre air ». Quant a
60 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
95de longues années, et qui, fuyant son mari, vient habiter le petit hôtel rococo qu’il possède au milieu d’un beau parc, dans Vi
61 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
96de longues années, et qui, fuyant son mari, vient habiter le petit hôtel rococo qu’il possède au milieu d’un beau parc, dans Vi
62 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 5. Dialectique des mythes II. Les deux âmes d’André Gide
97ssent tout près. Il articule dans le bruit : « Où habitez-vous maintenant ? » Je crie que je l’ignore, devant quitter demain la
98idence !… Mais dites-moi, quand on saura que vous habitez ici, qu’est-ce qu’on va dire ?… » Et il répète, à travers ses dents s
63 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 7. La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
99a Terre physique et tous les [p. 215] êtres qui l’habitent apparaissent ainsi comme la contrepartie visible du monde invisible,
64 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 8. L’amour même
100sorte que les oiseaux du ciel (les anges) peuvent habiter sous son ombre 129  » Il n’est pas dans l’espace et le temps, qui éte
65 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.2. Le mythe de l’enlèvement d’Europe
101uté sans tache. Quoique sœurs du même sang, elles habitaient deux patries, l’une la Grèce, dont le sort l’avait lotie, l’autre la
66 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.3. Le Mythe de Japhet
102 Que Dieu étende les possessions de Japhet, qu’il habite dans les tentes de Sem, et que Canaan soit leur esclave ! (Gen. 9, 26
67 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.4. Cadmus ou la quête d’Europe
103génor, roi de Tyr venu de la région du Delta pour habiter le pays de Canaan, est le père de cinq fils et d’une fille : Europe.
68 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.6. Le concept géographique
104aincu que la terre est très vaste et que nous qui habitons du Phase aux Colonnes d’Hercule, nous n’en habitons qu’une petite par
105bitons du Phase aux Colonnes d’Hercule, nous n’en habitons qu’une petite partie, vivant tout autour de la mer, comme des fourmis
106l y a par ailleurs divers et nombreux peuples qui habitent beaucoup d’autres contrées semblables. C’est ici le lieu de rappeler
107ce qui s’étend à tel point à certains peuples qui habitent ces deux parties du monde, qu’ils contrastent entre eux d’une manière
108douce ; d’où il suit encore que les peuples qui l’habitent sont d’un naturel plus doux et d’un esprit plus pénétrant… § 21. Si d
109I, chapitre 6, de la Politique : Les peuples qui habitent les pays froids et les différentes contrées de l’Europe sont générale
110 reçu leurs noms respectifs ; l’œcoumène ou terre habitée n’avait pas encore été partagée en trois continents distincts, fait t
111qu’elle surpasse Asia et Africa. Elle est partout habitée par les hommes, excepté une petite partie où à cause du froid on n’ai
69 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.1. Sur plusieurs siècles de silence « européen »
112nde et la mieux ressentie de tous les peuples qui habitent ce continent. Mais les dissensions internes qui la travaillent et la
70 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
113sque intolérable ; autrement, les Guaramantes qui habitent sous l’équinoxe ; ils jouissent de jours et de nuits toujours égaux e
114 la première fois les hommes se dispersèrent pour habiter tous les pays du monde, toutes les régions et tous les recoins de ces
71 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.1. Perspectives élargies
115soit pour les génies différents des peuples qui l’habitent. Nous devons encore ajouter aux avantages de l’Europe, celui qu’elle
72 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
116nde prérogative qui doit mettre les nations qui l’habitent au-dessus de tous les peuples du monde : c’est qu’elles ont été la so
117tte confédération des nations et des sociétés qui habitent la terre représente l’unique société générale possible pour le genre
73 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.3. Évolution : vers le progrès ou vers la décadence ?
118nt au seuil des temples, et les reptiles immondes habitent les sanctuaires des dieux !… Ah ! comment s’est éclipsée tant de gloi
119 ces routes si somptueusement tracées, ses villes habitées par un peuple immense, ses flottes répandues sur toutes les mers, ses
74 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.3. Synthèses historico-philosophiques (I)
120squ’au moment où le genre humain tout entier, qui habite notre globe, sera réuni par les institutions de l’unique République U
75 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.6. Goethe
121s, étaient encore à vendre aux limites des terres habitées. Le père de notre vieillard s’y était fait lui-même un établissement
76 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
122rre chrétienne, où une seule et unique chrétienté habitait ce continent humainement articulé ; un seul grand intérêt commun unis
123ulier et sans cohésion. L’Europe était peuplée et habitée principalement par des hommes appartenant à trois ou quatre grandes n
77 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
124es, des tribus divisées. Et chaque tribu, qu’elle habitât une vallée écartée ou une lande ceinte de marais et entrecoupée de fl
125 de la nature et aux peuplades indomptables qui l’habitaient, puis il l’a transformée complètement ; par différentes voies il pénè
126rre des cataclysmes guerriers ? Parce qu’elle est habitée par une quantité de races qui sont singulièrement opposées les unes a
78 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
127 Européen, un homme en qui l’esprit européen peut habiter dans sa plénitude. Partout où les noms de César, de Gaius, de Trajan
79 1961, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La personne, l’ange et l’absolu, ou le dialogue Occident-Orient (avril 1961)
128ne 63 . La Terre physique et tous les êtres qui l’habitent apparaissent ainsi comme la contrepartie visible du monde invisible,
80 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
129triote, qui devient son tuteur vigilant. Zamoyski habite Paris, où il est né ; il est Français, et c’est [p. 22] sans doute à
81 1962, Les Chances de l’Europe. II. Secret du dynamisme européen
130 seul fait de cette position au centre des terres habitées et des voies maritimes qui les relient, puisqu’elle s’est constituée
82 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.1. Les institutions et la vie politique
131en des États-Unis d’Amérique, à supposer que vous habitiez depuis un certain temps ce grand pays, il vous faudra quitter son ter
132» de leur lieu d’origine, même s’ils n’ont jamais habité son territoire, et ce droit d’origine ne se perd jamais. (Certaines f
83 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.2. Les paradoxes de la vie économique
133 francs aujourd’hui. Jusqu’à sa mort, en 1962, il habite avec sa femme une villa de quatre pièces et conduit une petite Simca.
84 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
1349] la terre des hommes, vue par les yeux de qui l’habite et l’utilise, et non point des « paysages » ou des « vues » que l’« A
135foyer de rayonnement. Les Russes qui ont choisi d’habiter cette ville n’y ont pas écrit de la musique ni des romans, mais des m
85 1969, La Vie protestante, articles (1938–1978). La lune, ce n’est pas le paradis (1er août 1969)
136supérieurs, intelligents, meilleurs que nous, qui habitaient la Lune. Eh bien ! on s’aperçoit qu’il n’y a personne. Il y a un text
86 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.2. Rapport général présenté à la Conférence européenne de la culture, Lausanne, du 8 au 12 décembre 1949
137ragique, pour que nos descendants puissent encore habiter en esprit, par la grâce des chefs-d’œuvre futurs, au ciel de la musiq
87 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
138sses logiques, le désir bâtit la cité. Le désir d’habiter une ville, d’y circuler à l’aise et en sécurité, d’y échanger des pro
139s’agit donc d’éveiller chez les jeunes le désir d’habiter demain une grande cité européenne : s’ils la veulent, ils la bâtiront
140n’est pas loin de recouvrir l’ensemble des terres habitées, mais la densité d’occidentalisation varie considérablement selon les
88 1970, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Denis de Rougemont : l’amour et l’Europe en expert (24 décembre 1970)
141niers et il en a résulté que dans la région que j’habite, qui est prétendument zone franche, nous sommes entre deux cordons do
89 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
142cuité en permettant aux femmes qui le suivaient d’habiter familièrement avec lui et même de partager sa couche — tout cela pour
90 1972, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Merveilleux Lavaux (23-24-25 décembre 1972)
143faire les hommes et les femmes et les enfants qui habitent ici ? « Lavaux appartient à tout le monde », à tous ceux qui aiment l
144 Il faut d’abord que Venise soit peuplée, animée, habitée par des gens du pays. Et qu’ils y trouvent un intérêt vital, et non p
145 vivre sur le niveau de vie. Gens de Lavaux, vous habitez un pays ravissant et radieux. Mais vous ne le sauverez pas sans héroï
91 1974, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Stratégie de l’Europe des régions (printemps 1974)
146Espagnols, alors qu’en réalité ces montagnes sont habitées sur les deux versants par des Basques au nord-ouest et par des Catala
92 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
147le qui travaille dans les bureaux du centre, mais habite les suburbs devenus autant de municipalités distinctes. Les grands se
148laissés à la charge des moins favorisés, ceux qui habitent la ceinture industrielle. Il est étrange de lire des nouvelles comme
93 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 3. La clé du système ou l’État-nation
149eté sur un territoire donné, sur les hommes qui l’habitent, sur leur environnement, leur vie, leur mort, et sur toutes leurs act
94 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 8. Deuxième histoire de fous : Hitler
150iguré par sa ténébreuse “mission”, Schickelgruber habité par un trône ! Vous riez ? Vous cesserez bientôt de rire… »   Le nati
95 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 9. Devenir soi-même
151adre de vie ou environnement ; — enfin, du sens d’habiter notre Terre, maison commune de l’humanité. Notre maison — qu’il s’ag
96 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 11. Les variétés de l’expérience communautaire
152me sont également nécessaires. Il se trouve que j’habite le xxe siècle, où, plus visiblement qu’en d’autres temps, les groupe
153uté au sein de laquelle on concevrait de vivre, d’habiter, de coopérer, d’écouter et de se faire entendre, d’aider et de se fai
97 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
154e qui se passe aux USA, où le candidat, même s’il habite depuis longtemps New York, Boston ou un village du Kentucky, est prié
155re et de l’économie à partir de la région où l’on habite, et non plus à partir de l’État-nation auquel cette région s’est trou
98 1986, Cadmos, articles (1978–1986). Denis de Rougemont tel qu’en lui-même… [Entretien] (printemps 1986)
156e qu’Hitler est entré dans Paris. » Comme j’avais habité Paris pendant douze ans, cela m’a fait un choc. Je me suis mis à écri
157l nous faut restaurer : je pense à la région où j’habite, celle du lac Léman. Il y a une région lémanique qui est naturelle, d
158st fait depuis lors tout autour de l’endroit où j’habite. Je suis entouré par un grand anneau que le CERN construit maintenant