1 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Dans le Style (janvier 1927)
1 Nous recevons d’un Bellettrien facétieux cet « Hommage à Paul Morand » : Billet circulaire pour Paul Morand, auteur de «
2 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). La part du feu. Lettres sur le mépris de la littérature (juillet 1927)
2fait fleurir sur vos lèvres le mot de Cambronne : hommage à Louis Aragon. Ce cristal est une citation de Valéry, cette œillade
3 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 7. L’instruction publique contre le progrès
3int de le dire, avec ce sens du cliché qui est un hommage à vos maîtres respectés. La Démocratie, par le moyen de l’instruction
4 1935, Présence, articles (1932–1946). Contre Nietzsche (avril-mai 1935)
4ore que le désespoir de celui qui ne peut aimer : hommage déguisé de l’angoisse à l’« altruisme » véritable. Tout bien compté,
5 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
5 une attention bienveillante de la chronologie. L’hommage rendu à l’auteur de ce petit livre qui, condensant la sagesse des vie
6 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
6 de la Rocque, et nous rendrons bien volontiers l’hommage qu’elle réclame à cette honnêteté civique qui constitue la force la p
7 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Précisions utiles sur l’industrie des navets (mars 1936)
7cette remarque, nous dirons que leur œuvre est un hommage que la richesse rend à la pauvreté dont elle a su tirer des sujets po
8 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
8s’inclinant sur la tombe du Soldat Inconnu. Juste hommage au collègue, au gagnant d’une autre loterie ! Toute la grande presse
9 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’autorité assure les libertés (mai 1937)
9s libertés (mai 1937) ac Si l’hypocrisie est un hommage que le vice rend à la vertu, le verbiage politique d’aujourd’hui est
10vertu, le verbiage politique d’aujourd’hui est un hommage que les partis rendent à la liberté. Il semble, dès maintenant, que,
10 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
11ts sourds.) Pas à pas il s’avance, il accueille l’hommage, le long de la passerelle qui mène à la tribune. Pendant six minutes,
11 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
12ux. Le poète a gagné sa dame par la beauté de son hommage musical. Il lui jure à genoux une éternelle fidélité, comme on fait à
13iel, hors de la manifestation) et qui accueille l’hommage de son âme par un salut et un baiser. L’enfer étant la prison de la m
14is, la rhétorique des troubadours, sa morale de l’hommage et du service, sa « théologie » et ses disputes théologiques, ses « i
15lle ni un reflet des mœurs », mais seulement « un hommage « religieux » (et formaliste) rendu par l’imperfection à la perfectio
16 Voici le Service de la Dame : Prenez ma vie en hommage, belle de dure merci, pourvu que vous m’accordiez que par vous au cie
12 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
17e des crimes, la félonie sans rémission ; et de l’hommage un engagement jusqu’à la mort. Mais Don Juan aime le crime en soi, et
13 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
18e vassal et son suzerain ; — d’un conflit entre l’hommage dû au suzerain et l’hommage donné à la femme ; — d’un mariage de cons
19 d’un conflit entre l’hommage dû au suzerain et l’hommage donné à la femme ; — d’un mariage de consolation du vassal (ici avec
20vait demandé à sa dame la permission d’offrir ses hommages à une autre : il y fut autorisé et cessa de sentir pour sa première a
14 1940, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Hommage à C. F. Ramuz (mai 1940)
21 [p. 697] Hommage à C. F. Ramuz (mai 1940) as Le plus intéressant dans un recueil de
22plus intéressant dans un recueil de mélanges ou d’hommages, c’est en général le sommaire : cette fois encore. Voici le noyau des
15 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
23nément — que dans les royaumes d’en bas. C’est un hommage involontaire et l’on dirait presque instinctif que l’on rend à la sci
16 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
24ême dangereux. Car cette hypocrisie est encore un hommage que la faiblesse des foules rend à quelque idéal très obscurément pre
25Diable des injures, qu’il prendrait pour autant d’hommages. Détournons-nous et regardons le Bien. Armons-nous de cette grande co
17 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
26un prétexte à quelques phrases polies ou pieuses, hommage que le cynisme prétendu réaliste rend à l’esprit prétendu pas sérieux
18 1948, Réforme, articles (1946–1980). Roger Breuil qui vient de mourir était un grand romancier protestant (13 mars 1948)
27 pense que vous ne l’oublierez plus. Et ce sera l’hommage le plus vrai. Subitement je comprends que Roger Breuil n’a pas cessé
19 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
28 siéger à Genève, la Ligue des Nations rendait un hommage éclatant au rôle supra-national qu’avait assumé la Confédération depu
20 1956, Preuves, articles (1951–1968). Les joyeux butors du Kremlin (août 1956)
29tburo peut la sonder.) L’hypocrisie était jadis l’hommage que le vice rendait à la vertu. Elle est devenue la vertu même, pour
21 1958, Journal de Genève, articles (1926–1982). Hommage à Pasternak (31 octobre 1958)
30 [p. 1] Hommage à Pasternak (31 octobre 1958) v Qu’un écrivain de l’Ouest reçoive u
31mmunistes le savent aussi — et le font bien voir… Hommage au prix Nobel. Et pitié pour les Russes. Et respect à Boris Pasternak
22 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
32mal que l’URSS, au lieu de l’interpréter comme un hommage rendu à son libéralisme, voie dans ce geste une offense à son autorit
33fficielles. Dans le concert mondial qui s’ensuit, hommages en Occident, outrages en URSS et lettres de cosaques zaporogues au Kr
23 1959, Preuves, articles (1951–1968). Sur une phrase du « Bloc-notes » (mars 1959)
34 n’aurez jamais écrites — et dont je vous rends l’hommage de vous tenir comptable — en faveur de l’union de notre Europe menacé
24 1959, Preuves, articles (1951–1968). Rudolf Kassner et la grandeur (juin 1959)
35 resté qu’un nom pour lui. Mais dans le recueil d’hommages publié pour ses 80 ans (le Gedenkbuch déjà cité), le rapprochement qu
25 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
36mal que l’URSS, au lieu de l’interpréter comme un hommage rendu à son libéralisme, voie dans ce geste une offense à son autorit
37fficielles. Dans le concert mondial qui s’ensuit, hommages en Occident, outrages en URSS et lettres de cosaques zaporogues au Kr
26 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
38e des crimes, la félonie sans rémission ; et de l’hommage un engagement jusqu’à la mort. Don Juan se rend donc tributaire de la
27 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 5. Dialectique des mythes II. Les deux âmes d’André Gide
39in de la mort d’André Gide, j’avais écrit pour un Hommage collectif quelques pages dont le ton personnel me paraissait convenir
28 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 6. Rudolf Kassner et la grandeur humaine
40 resté qu’un nom pour lui. Mais dans le recueil d’hommages publié pour ses 80 ans (le Gedenkbuch déjà cité), le rapprochement1 q
29 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.2. Le mythe de l’enlèvement d’Europe
41eau rituel aux dieux préservateurs à qui est dû l’hommage : et j’aperçois alors un aigle qui fuit vers l’autel bas de Phoibos !
30 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.2. Plans d’union européenne contemporains de la Révolution
42ussi respectables, à abandonner ses desseins. Cet hommage que chaque État rend à l’idée de droit (du moins en paroles) prouve c
31 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
43r disposé comme le cœur d’un païen de Rome dans l’hommage rendu à l’empereur, ce chrétien aussi est idolâtre. 285 Spengler
32 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (II) (mai 1961)
44e des crimes, la félonie sans rémission ; et de l’hommage un engagement jusqu’à la mort. Don Juan se rend donc tributaire de la
33 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
45a distribution des prix, des remerciements et des hommages émus, on ne savait où le trouver. « Celui qui s’abaisse sera élevé »,
34 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.5. Ce « petit peuple pacifique… »
46pris outre mesure nos historiens. Ils y voient un hommage à la bravoure des Suisses, reconnue par François Ier, paraît-il. Pour
35 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
47rme, Pie XII n’a pas lieu de s’en réjouir : car l’hommage de Jung est rendu à la Sophia aeterna de la mythologie gnostique. Bar
36 1965, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Suisse moyen et quelques autres (mai 1965)
48rme, Pie XII n’a pas lieu de s’en réjouir : car l’hommage de Jung est rendu à la Sophia æterna de la mythologie gnostique. Bart
37 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
49ou manichéisante du moyen âge ? Prenez ma vie en hommage Belle de dure merci, Pourvu que vous m’accordiez Que par vous au Ciel
38 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 10. Passage de la personne à la Cité
50ts sourds.) Pas à pas il s’avance, il accueille l’hommage, le long de la passerelle qui mène à la tribune. Pendant six minutes,
39 1984, Cadmos, articles (1978–1986). Chronique européenne : La préparation des élections européennes (printemps 1984)
51n pourrait dire que le discours politicien est un hommage que les nationalismes les plus obtus rendent à l’idéal européen.) En
40 1984, Cadmos, articles (1978–1986). Conclusions (été-automne 1984)
52rien à ajouter et nous avons levé la séance : bel hommage à ce que vous nous aviez montré, Madame. Dans votre introduction, tra