1 1924, Articles divers (1924–1930). M. de Montherlant, le sport et les Jésuites (9 février 1924)
1donc du salut des équipes avant le match : « En l’honneur d’Henry de Montherlant, hip, hip, hurrah ! » p. 63 a. « M. de Mo
2 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
2s dissonances les plus aiguës prennent la place d’honneur dans des esthétiques construites en hâte à l’usage de sensibilités su
3 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Henry de Montherlant, Les Bestiaires (septembre 1926)
3es, presque malgré leur sujet trop pittoresque. « Honneur et longue fidélité aux taureaux braves et simplets d’esprit ! Qu’ils
4 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Louis Aragon, Le Paysan de Paris (janvier 1927)
4re : après une kyrielle d’injures qui ne font pas honneur à l’imagination d’autres fois si prestigieuse du poète : « Ils m’ont
5 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
5uelques « goujateries » affectées par mépris de l’honneur, le mot de Cambronne prodigué et des phrases d’un fascinant éclat : «
6 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Adieu au lecteur (juillet 1927)
6nnée, renaissant des décombres où s’anéantirent l’honneur et la fortune de ses derniers rédacteurs, notre Revue-phénix s’élance
7 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 5. La machine à fabriquer des électeurs
7ogies enivrées. D’ailleurs, cette idée que j’ai l’honneur de partager avec mes adversaires se trouve correspondre à des faits p
8 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
8s de toutes les villes, conduisent dans la cour d’honneur ces reliques incroyables et les encensent à la benzine industrielle.
9 1930, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les soirées du Brambilla-club (mai 1930)
9éputés, je n’en veux pas démordre, et la Légion d’honneur — je vous la laisse, la Légion d’honneur. Quand vous prenez un taxi p
10Légion d’honneur — je vous la laisse, la Légion d’honneur. Quand vous prenez un taxi passé onze heures, c’est double tarif, et
10 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Kierkegaard (mai 1931)
11ns » y gagnent, mais la foi, certainement. Et « l’honneur de Dieu ». p. 351 h. « Kierkegaard », Foi et Vie, Paris, n° 27
11 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
12s de toutes les villes, conduisent dans la cour d’honneur ces reliques incroyables et les encensent à la benzine industrielle.
12 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
13t plus grave que nombre de protestants tiennent à honneur de compromettre la Réforme avec cette attitude, et de prolonger un ma
13 1932, Présence, articles (1932–1946). Penser avec les mains (fragments) (janvier 1932)
14 Ainsi pensèrent un Pascal, un Rimbaud, véritable honneur de la langue française. Ainsi, un Nietzsche, qui le premier substitua
14 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 10. Fascisme
15 plus grand que le tout, et qui réclame sa part d’honneurs divins. Pour le personnalisme, tel que j’ai essayé de le [p. 139] déc
15 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
16ions sociales, les avantages, les commodités, les honneurs qui s’attachent au rang, au degré de fortune, à la charge, à la tradi
17ivent les hommes, et dont tout le plaisir, tout l’honneur, toute la morale soient de faire vivre ceux-là mêmes qui lui refusent
16 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 14. Tactique personnaliste
18 » analogue aux anciens ordres de chevalerie. Son honneur : le combat singulier. C’est-à-dire la conquête des hommes, un à un.
17 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
19hacun cherche à se distinguer. On met son point d’honneur à faire mieux que le voisin, ou tout au moins à faire autrement que l
18 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iv. Qu’est-ce que la politique ?
20our l’intégrité de l’homme, son intelligence, son honneur et ses facultés critiques. À la question qui résulte de ce malaise :
19 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
21 plus charitables cependant que les discours en l’honneur du progrès, car tout l’honneur de notre temps sera peut-être, par une
22 les discours en l’honneur du progrès, car tout l’honneur de notre temps sera peut-être, par une compensation mystérieuse, d’av
20 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). D’un humour romand (24 février 1934)
23ues qui vous valent l’amour des femmes et quelque honneur parmi les hommes. Autant de gags chaplinesques, involontaires, toucha
21 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Quelques œuvres et une biographie de Kierkegaard (26 mai 1934)
24e du « fascisme français » ! (au camarade Nizan l’honneur de la trouvaille). Mais il eût certainement protesté contre une erreu
22 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
25en Public, la Richesse, la Puissance nationale, l’Honneur, l’Esprit, l’Amour, la Civilisation, — les lieux communs de l’ère fin
23 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
26u concret de l’homme qui se dépasse. Qu’importe l’honneur d’un pays, s’il est le fruit de la déshumanisation des citoyens ? Qu’
24 1935, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notes en marge de Nietzsche (mars 1935)
27églises où on le prêchait envers et contre tout « honneur de Dieu » ? La réfutation de Dieu : en somme, ce n’est que le “Dieu
25 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Trois traités de Jean Calvin (20 juillet 1935)
28e l’auteur de l’Institution. Ce qui ne fait guère honneur à notre liberté d’esprit. Mais je m’en voudrais de déplorer la décade
26 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
29 C’est dire que l’esprit créateur y doit être à l’honneur. Voilà pourquoi la Commission de coopération intellectuelle et la Com
30ns de droite font aux clercs « spiritualistes » l’honneur et le crime d’avoir prémédités, avec l’appui des Loges et des Sages d
27 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Quatre indications pour une culture personnaliste (février 1935)
31cratie » culturelle : une élite dont le sens et l’honneur soit de s’agréger le plus grand nombre d’hommes, du seul fait de leur
28 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.3. Fatalités du rationalisme bourgeois
32 décisive et première de la société féodale fut l’honneur, vérité de la force et de la confiance jurée, de même le fondement du
29 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.4. Hegel, Comte, Marx, ou la rationalisation
33ans une richesse acquise par leurs ancêtres. Et l’honneur d’une classe établie réside toujours dans ses loisirs. L’inactualité
30 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.11. La mesure nationale-socialiste
34ture. On fit appel à la doctrine marxiste, ou à l’honneur national menacé, c’est-à-dire à des mystiques, contre toute critique
35é, nous avons mis sur le pavois le sentiment de l’honneur. Et au lieu de cultiver l’angoisse de l’imagination, nous avons pouss
31 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
36tres entreprendre. [p. 174] Ou qu’il y avait de l’honneur à justifier les passions d’une classe ou d’une nation. Mais l’esprit
32 1936, Esprit, articles (1932–1962). Francfort, 16 mars 1936 (avril 1936)
37 mais de cérémonies monumentales et sacrales en l’honneur d’un Dieu nouveau, l’âme de la masse, l’obscur et puissant esprit de
33 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
38our l’intégrité de l’homme, son intelligence, son honneur et ses facultés critiques. À la question qui résulte de ce malaise :
34 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du danger de confondre la bonne foi et le stalinisme (juillet 1936)
39 État « dialectiquement » totalitaire. Tout notre honneur est de défendre ici, depuis quatre ans, une tout autre technique, au
35 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les Jacobins en chemise brune (décembre 1936)
40urs personnes avant ceux de la nation et de son « honneur ». Cette situation dicte à Hitler les grandes lignes d’une action d’u
36 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
41niveau de la haute culture, ont largement sauvé l’honneur de leur pays. Je pense aux ouvrages publiés par MM. Henri Strohl, J.
37 1937, Esprit, articles (1932–1962). Robert Briffaut, Europe (janvier 1937)
42e, après tout vraisemblable — on a bien cru à l’« honneur national » ! — est évidemment symbolique. L’on est censé conclure de
38 1937, Journal de Genève, articles (1926–1982). Condition de l’écrivain (II) : La grande misère de l’édition (22 février 1937)
43re ». Naguère encore, ils se faisaient un point d’honneur de découvrir et d’imposer certains auteurs originaux, donc peu vendab
39 1937, Journal de Genève, articles (1926–1982). Condition de l’écrivain (III) : Mission civique de la culture (1er mars 1937)
44iteurs, ou même l’État, pour remettre le livre en honneur, sont voués à de faibles succès. C’est le sens même de la lecture qui
40 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Une idée de Law (janvier 1937)
45ées par celles d’une passion contraire, qui est l’honneur. Car il est clair que l’honneur seul — ou du moins ce qu’il nous en r
46traire, qui est l’honneur. Car il est clair que l’honneur seul — ou du moins ce qu’il nous en reste, et ce n’est qu’une caricat
47oit qu’en vérité, ce qui nous ruine, c’est bien l’honneur — le budget de l’honneur — et non pas je ne sais quels scandales…
48nous ruine, c’est bien l’honneur — le budget de l’honneur — et non pas je ne sais quels scandales… p. 149 ab. « Une idée d
41 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
49, il lève le bras d’un geste timide : — « Et en l’honneur de nos études romanes, Sieg heil ! » Un court silence, puis il se rep
50t silence, puis il se reprend : — « Et aussi en l’honneur de l’Allemagne !… » Gêne. Tous ont senti l’hésitation. Ce n’est guère
51t de honte générale. Tâchons du moins de sauver l’honneur. (Il est vrai que mon geste perd beaucoup de sa portée du fait que je
52yens). La seule fille du village qui trahisse son honneur : c’est qu’elle est née d’une mère russe. (Tout métis a la trahison d
53 s’écrie : « Je ne crois qu’à un Dieu qui sauve l’honneur de mon peuple ! » Le village enfin délivré de la racaille asiatique,
54pposeraient-ils à Rosenberg ? 1er mai 1936 En l’honneur de la fête du travail, le journal du Parti publie un photomontage qui
55 de santé et de joie. Au milieu, cette devise : Honneur, paix et liberté dans le monde. Communauté, égalité et pain pour le P
56veut dire Anschluss sans opposition de la France. Honneur veut dire mépris des traités. Et ce qu’on souhaite au peuple — et qu’
42 1938, Journal d’Allemagne. iii. Les jacobins en chemise brune
57urs personnes avant ceux de la nation et de son « honneur ». Cette situation dicte à Hitler les grandes lignes d’une action d’u
43 1938, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La vraie défense contre l’esprit totalitaire (juillet 1938)
58ous réussirons, mais nous aurons du moins sauvé l’honneur de cette génération anxieuse. Et pour tout dire, je ne suis pas sans
44 1938, Esprit, articles (1932–1962). Revue des revues (septembre 1938)
59volution. Je doute que ce qu’il demande ce soit l’honneur d’être exploité par ses propres compatriotes. » Robert Francis, après
45 1938, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Caquets d’une vieille poule noire (août 1938)
60refusé à prendre la défense de ma vertu et de mon honneur vilipendés. Il s’en fiche, il s’amuse à mes dépens après m’avoir livr
46 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
61 du xiie siècle, si exigeants dès qu’il s’agit d’honneur, de fidélité au suzerain, laissent passer sans un mot de commentaire
62ontraire de « félons » les barons qui défendent l’honneur de Marc ? Même si la jalousie meut ces barons, ils n’ont du moins ni
63cer au seigneur tout ce qui lèse son droit ou son honneur : il est « félon » s’il ne le fait pas. Or, dans Tristan, les barons
64ait aisé de s’expliquer. Mais une fois de plus, l’honneur interviendra, et au seul titre de prétexte, pour empêcher Tristan de
47 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
65s’y enferment, ainsi que tout ce qui convient à l’honneur, et courtoisie sincère et parfaite. Qui oserait dire, ou qui pensera
66 l’ami loyal, s’il me parle des dames et m’en dit honneur et louange. Et comme je ne suis pas au milieu d’elles et que je vais
67table, il mange les trois quarts d’une pomme en l’honneur de la Trinité, et le dernier quart par amour pour la Mère céleste qui
48 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
68ndre grâce Toi qui fus jugée digne alors d’un tel honneur. D’Elle te vient cet amoureux penser Qui tant que tu le suis, au plus
69seul convient est plus interdit à qui plus désire honneur ! Mais comment s’arracher à cet amour blasphématoire, à ce besoin dé
70ysique dans Tristan : c’est simplement le point d’honneur, manie sociale. C’est l’héroïne, ici, qui est la plus astucieuse lors
71e cette grandeur d’âme avec laquelle il épargne l’honneur de Phèdre, et se laisse opprimer sans l’accuser. J’appelle faiblesse
72phe (le plus lucide) c’est tantôt le mariage et l’honneur, ou le devoir social, ou la vertu, ou le secret mélancolique de l’ama
73u jour : haine, orgueil, et violence barbare de l’honneur féodal, jusqu’au crime. Isolde veut venger l’affront subi. Le philtre
74 ! Dès cet instant, les lois du jour, la haine, l’honneur et la vengeance sont devenues sans force sur leurs cœurs. Les initiés
49 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
75 sont sacrifiées à celles de l’esthétique ou de l’honneur courtois. « En 1415, Henri V d’Angleterre va à la rencontre des Franç
76 comme celuy qui gardoit le plus les cérémonies d’honneur très loable » vient justement d’ordonner que les chevaliers en reconn
77e est soutenable. Le duel des chefs était fort en honneur, et suffisait à terminer une campagne. (Ce n’était plus d’ailleurs un
78sous des prétextes juridiques et personnels, où l’honneur national n’a rien à voir. Querelles de gendre et de beau-père au suje
79e que trois morts. C’est l’art savant qui est à l’honneur. Maurice de Saxe écrit : « Je ne suis point pour les batailles, surto
80ait les intérêts de l’État, non les passions ou l’honneur des élites. Et l’État ne jouait plus guère que le rôle honorifique d’
81 l’État impose au nom de la grandeur nationale. L’honneur du chevalier, c’est l’inquiète susceptibilité des Nations totalitaire
50 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
82sait le monde aux proportions d’une belle image d’honneur princier et de vertu courtoise, et créait l’illusion de l’ordre. (Ibi
51 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
83hacun cherche à se distinguer. On met son point d’honneur à faire mieux que le voisin, ou tout au moins à faire autrement que l
52 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
84a religion des citoyens, de leur culture, de leur honneur, de leur amour… sinon de leur avidité. Construire la fédération europ
53 1940, La Vie protestante, articles (1938–1978). De Luther à Hitler (15 mars 1940)
85érien d’entre eux, la Finlande. Si l’on me fait l’honneur de répondre franchement, je m’engage à reconnaître que Luther est cou
54 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
86ler est le Diable, nous faisons évidemment trop d’honneur à l’ex-caporal autrichien ; mais surtout nous nous faisons illusion s
87s, tu voleras, tu diras de faux témoignages, avec honneur) ; suspension du droit ; dépenses sans limites ; sacrifices humains ;
55 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
88 plus charitables cependant que les discours en l’honneur du Progrès : car tout l’honneur de notre temps sera peut-être, par un
89les discours en l’honneur du Progrès : car tout l’honneur de notre temps sera peut-être, par une compensation mystérieuse, d’av
56 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Le mensonge allemand (16 août 1945)
90tant excepté de la commune sottise, ayant sauvé l’honneur pour ainsi dire, et donné à tout son discours un cachet d’objectivité
57 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
91.-L. Borgès, et tant d’autres du groupe de Sur, l’honneur du Sud… Avant mes conférences sur l’hitlérisme, on a craint que le go
58 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
92tant excepté de la commune sottise, ayant sauvé l’honneur pour ainsi dire, et donné à tout son discours un cachet d’objectivité
59 1946, Journal des deux Mondes. 17. Le mauvais temps qui vient
93’un point. Souffrir, en soi, n’est pas toujours l’honneur qu’on pense, mais souvent un simple accident. Je vois les Suisses qui
60 1946, Lettres sur la bombe atomique. 10. La tâche politique du siècle
94ur de l’esprit avec l’avarice de l’imagination, l’honneur d’une culture avec ses décrets d’exclusive, et la conscience de soi a
61 1946, Lettres sur la bombe atomique. 14. Problème curieux que pose le gouvernement mondial
95ersonne à menacer ? Personne à qui répondre que l’honneur du pays est en jeu, qu’on ne cédera plus d’une ligne, etc. ? Pour tou
96he et joueurs de poker ont sans exception sauvé l’honneur en 40 » ; bref que je suis un « élément de désordre ». (Je joins ses
62 1946, Lettres sur la bombe atomique. 16. Le goût de la guerre
97as, tu voleras, tu diras de faux témoignages avec honneur) ; suspension du droit ; dépenses sans limites ; sacrifices humains ;
63 1946, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Monsieur Denis de Rougemont, de passage en Europe, nous dit… [Entretien] (4 mai 1946)
98en Europe qu’en Amérique. Ce qui est tout à notre honneur ! L’Europe reste le continent de la création. L’Amérique ne crée pas.
64 1946, Le Semeur, articles (1933–1949). Chances d’action du christianisme (juin-juillet 1946)
99ant. (Dans ce « presque » est là différence entre honneur et honte, vie et mort.) Et que trouvent aujourd’hui les peuples devan
65 1947, Doctrine fabuleuse. 3. Troisième dialogue sur la carte postale. L’homme sans ressemblance
100ion, l’homme distingué. Je suis venu solliciter l’honneur de vous photographier pour cette série. X., une célébrité du jour. J
66 1947, Doctrine fabuleuse. 15. Antée ou La terre
101t la hantise des forts, qui est de ne point faire honneur constamment à sa force. Noblesse oblige au tout ou rien : s’il perd u
67 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
102méricain » ne veut pas dire : c’est contraire à l’honneur en soi, à la morale traditionnelle, aux préjugés de notre bourgeoisie
68 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
103a société). Il se plaint, mais il met son point d’honneur à payer ce qu’il doit, toutes déductions légales ayant été gonflées j
104e Menjou, et de l’intérêt réel — soit dit à votre honneur — que vous portez au sexe faible. J’ai vu des Français, à New York, q
69 1947, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Consolation à Me Duperrier sur un procès perdu (décembre 1947)
105 d’homme de lettres à la radio américaine. J’ai l’honneur, M. le procureur général, s’écrie Me Duperrier, de me faire ici le dé
70 1947, Carrefour, articles (1945–1947). La France est assez grande pour n’être pas ingrate (26 novembre 1947)
106e l’opportunisme n’est pas en cause, pour le seul honneur de l’Europe, il serait temps que nous prenions un peu de tenue. Si no
71 1948, Suite neuchâteloise. IV
107crée à la chose publique, préférant la charge à l’honneur, l’autorité réelle au bénéfice, et le respect des principes aux intér
108steur de ses troupeaux, et vibrant défenseur de l’honneur protestant, il était au plein sens du mot [p. 46] l’homme engagé, cel
109isait jour après jour : « Aller de l’avant ! ») L’honneur à rendre au père, selon le Décalogue, n’est pas un culte des ancêtres
72 1948, Suite neuchâteloise. VIII
110moyens d’expression. Le vers fameux de Valéry : « Honneur des Hommes, Saint Langage !» serait la devise de cette croisade, dont
73 1949, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Mouvement européen (avril 1949)
111om de Mouvement européen, ses quatre présidents d’honneur étant Léon Blum, Winston Churchill, Alcide de Gasperi et Paul-Henri S
74 1950, Lettres aux députés européens. Troisième lettre
112onquis sur le destin, et malgré tant de crimes, l’honneur de l’être humain. Mais cette beauté, ce bonheur, cet honneur, et cett
113l’être humain. Mais cette beauté, ce bonheur, cet honneur, et cette conscience inquiète aussi, et ce grand risque de la liberté
75 1950, Journal de Genève, articles (1926–1982). Troisième lettre aux députés européens : L’orgueil de l’Europe (17 août 1950)
114onquis sur le destin, et malgré tant de crimes, l’honneur de l’être humain. Mais cette beauté, ce bonheur, cet honneur, et cett
115l’être humain. Mais cette beauté, ce bonheur, cet honneur, et cette conscience inquiète aussi, et ce grand risque de la liberté
76 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Conférence de compositeurs, critiques musicaux et exécutants (décembre 1952-janvier 1953)
116ette rencontre. Le Centre a constitué un Comité d’honneur international qui comprend des compositeurs de renommée mondiale. Ont
77 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
117ténacité et astuce lentement jusqu’aux plus hauts honneurs ; cardinal, homme d’État, grand stratège enfin, Schiner incarne la te
78 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
118s. (Certaines familles possèdent la bourgeoisie d’honneur de plusieurs communes, et y jouissent de tous les droits qu’on vient
79 1953, Preuves, articles (1951–1968). Deux princes danois : Kierkegaard et Hamlet (février 1953)
119 avait été un grand prélat, chargé de titres et d’honneurs, un fin lettré, un humaniste, un homme comblé des biens de ce monde.
80 1953, Journal de Genève, articles (1926–1982). Aller et retour (21 mai 1953)
120tentions des Européens. C’est à nous de relever l’honneur de la race humaine et d’enseigner la modération à ces frères trop sûr
81 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Aller et retour (avril 1953)
121tentions des Européens. C’est à nous de relever l’honneur de la race humaine et d’enseigner la modération à ces frères trop sûr
82 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en juin 1953 (mai-juin 1953)
122tion d’un idéal. On fait à cette « politique » un honneur immérité en la traitant de byzantine. Elle est tout simplement sectai
83 1956, Preuves, articles (1951–1968). Les joyeux butors du Kremlin (août 1956)
123ts bafouant avec succès, sans nulle opposition, l’honneur et le sens le plus commun de la justice, sous l’œil intéressé des mas
84 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
124i était celle de l’individu selon les Grecs, et l’honneur de servir, qui était celui du citoyen romain. Il devient donc un para
85 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 6. L’expérience de l’espace
125béi en de nombreuses terres et tu as acquis grand honneur et renom parmi les chrétiens ! Qu’a-t-il fait de plus pour le peuple
86 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la honte et l’espoir de l’Europe (janvier 1957)
126agir sur les esprits, provoquer quelque sens de l’honneur, s’il en subsiste encore chez ceux qui approuvent ce crime. Quelle es
87 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur le régime fédéraliste (I) (août 1958)
127e de Saint-Just, c’est-à-dire contre la patrie, l’honneur, la civilisation et la décence élémentaire. Allez vous étonner de l’i
88 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
128 et romancé par les Bretons. C’était faire trop d’honneur aux seuls tabous moraux de l’époque victorienne et bourgeoise, et aux
89 1959, Preuves, articles (1951–1968). Sur une phrase du « Bloc-notes » (mars 1959)
129i se détruisent en se touchant. Fidel Castro ni l’honneur de Cuba ne sont en cause. Mais bien les auditeurs, spectateurs et lec
90 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
130 et romancé par les Bretons. C’était faire trop d’honneur aux seuls tabous moraux de l’époque victorienne et bourgeoise, et aux
91 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 2. Deux princes danois. Kierkegaard et Hamlet
131 avait été un grand prélat, chargé de titres et d’honneurs, un fin lettré, un humaniste, un homme comblé des biens de ce monde.
92 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.4. Cadmus ou la quête d’Europe
132ent en Canaan, qui sera rebaptisé Phénicie en son honneur. Cilix va en Cilicie, Phineus aux Dardanelles, Thasus à Olympie puis
93 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.6. Le concept géographique
133reri à l’article Europe, la représente ainsi en l’honneur de Charles-Quint : « L’Espagne était la tête de cette femme ; le col,
94 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.8. « Europa vel regnum Caroli »
134nuat imperii tibi rex qui régnât in ævum. (Ô toi, honneur de l’Europe, César Henri, bienheureux ! Que celui qui règne en éterni
95 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
135! Ô chrétienté, gloire de l’univers, comment tout honneur s’est-il retiré de toi ? Comment a disparu ton éclat sans rival ? Où
136r [p. 68] cette occasion qui peut nous réserver l’honneur d’être appelés défenseurs et mainteneurs du nom chrétien. C’est pourq
137 est fait et établi avant tout à la gloire et à l’honneur de la divine majesté de la sainte Église romaine et de la foi catholi
96 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.3. Le problème de la guerre et l’essor des États (xvie siècle)
138ver leurs institutions militaires et de combler d’honneurs ceux qui se distinguaient dans l’art de la guerre. En effet, en Grèce
139 Stockholm : Nos chroniques suédoises font grand honneur à nos ancêtres des hauts faits qu’ils ont accomplis en pays étrangers
140ngers. Mais si l’on y réfléchit, il y avait peu d’honneur en tout cela… Loue qui veut les anciens Goths : ceux qui eurent affai
141mais les réparer. Celui qui pense s’acquérir de l’honneur par l’incendie, le meurtre et la guerre devrait pouvoir se réclamer d
97 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
142r sa domination, féliciter son règne, exalter son honneur et sa gloire, et perpétuer sa renommée, qui est le second but de mes
143losophie naturelle par la pratique, ce qui fait l’honneur de la noblesse allemande. Cela fera des hommes, non des femmes ni des
144lusion … J’avoue que je désire sincèrement que l’honneur de proposer et de réaliser un dessein si bon et si grand revienne à l
145ura jamais motivées. Bien entendu, ni cet excès d’honneur, ni cette indignité ne sont justifiés. Charles-Irénée Castel de Saint
98 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.1. Perspectives élargies
146insinue qu’il serait de la gloire de Dieu et de l’honneur des Protestants de prendre part à cette grande aventure dans le champ
99 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
147’y aura pas une guerre en Europe où vous n’ayez l’honneur d’être fourrés : si le bonheur vous en veut, vous pourrez rentrer dan
100 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.3. Évolution : vers le progrès ou vers la décadence ?
148les du siècle ont introduit quelques sentiments d’honneur et de justice dans les constitutions les plus défectueuses. En temps
149t la perfidie, pour revenir acheter en Europe des honneurs et des titres, se peupleront d’hommes industrieux, qui iront chercher