1 1920, Articles divers (1924–1930). La Tour de Hölderlin (15 juillet 1929)
1teur. Qui parle par sa bouche ? Il règne dans ses Hymnes une sérénité presque effrayante. Vient le temps où le sens de son mon
2 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.1. La Tour de Hölderlin
2teur. Qui parle par sa bouche ? Il règne dans ses Hymnes une sérénité presque effrayante. Vient le temps où le sens de son mon
3 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Poésie dialectique (juillet 1933)
3à suggérer. Voici en attendant la traduction d’un hymne de John Donne (1573-1661), le plus grand des « poètes métaphysiciens 
4 l’école anglaise. Une première traduction de cet hymne, dont nous nous sommes inspirés, a paru dans la Nouvelle Revue frança
5 la langue de l’époque, Soleil ou Fils. [p. 118] hymne à dieu le père Pardonneras-tu ce péché où j’ai pris naissance, Ce pé
4 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
6ateur, prophète des masses, je ferais chanter cet hymne par les troupes déferlantes, et ce serait le chant du destin d’un siè
5 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
7fi dans les rues martelées de bottes, ou comme un hymne sacral au Führer sous les voûtes d’une halle sonore — quand il monte
6 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
8iennes, tantôt bouddhistes ou musulmanes. Dans un hymne manichéen récemment retrouvé et traduit 17 sont invoqués [p. 67] et
9 spirituel d’un disciple du sauveur Manès, dans l’hymne du Destin de l’Âme. L’élan de l’âme vers la Lumière n’est pas sans év
10é par la jalousie de Vénus (Dîbat dans le premier hymne cité) qui veut retenir dans la sombre matière l’amant en proie au lum
7 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
11es campagnes complètement dévêtus et chantant des hymnes religieux » 110 . On les accusa naturellement d’exhibitionnisme et de
8 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
12e que notre Père est lui-même. 156 Et dans les Hymnes à la Nuit, où l’Éros ténébreux supplie que le matin ne renaisse plus
13es contre les lois de l’amour chaste transforme l’hymne des troubadours en un roman 163 — ainsi les puissances du jour, évoq
14stianisme. Toute la littérature moderne entonna l’hymne de la « libération ». Mais d’où lui vient alors ce ton de désespoir ?
9 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Religion et vie publique aux États-Unis (18 février 1941)
15 À 14 h. chaque jour, vous entendrez un choix « d’hymnes de toutes les Églises ». Plus tard, un quart d’heure de nouvelles rel
10 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
16rde la plaine avec mélancolie, mais il entend les hymnes derrière lui montant du chœur resplendissant, dans l’espace et le tem
11 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Les enfants américains réclament des bombes atomiques (20 décembre 1945)
17t. Des haut-parleurs répandaient sans relâche des hymnes de Noël transformés en jazz-hot par les klaxons d’interminables embar
18de New York. Dix mille personnes y chanteront des hymnes avant la procession du chœur et du clergé, précédés de porteurs de to
12 1946, Journal des deux Mondes. 3. Intermède
19 d’une phrase en italien, puis une fanfare joua l’hymne national. Le speaker répéta en français : convocation des Chambres fé
13 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
20 À 14 h. chaque jour, vous entendrez un choix « d’hymnes de toutes les Églises ». Plus tard, un quart d’heure de nouvelles rel
14 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
21blique obligatoire se chargeront d’en rédiger les hymnes et le catéchisme. Cette religion nationale, que l’on a comparée très
15 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
22blique obligatoire se chargeront d’en rédiger les hymnes et le catéchisme. Cette religion nationale, que l’on a comparée très
16 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Annexes — ii. Misère et grandeur de saint Paul
23? » ou de « ce corps d’humiliation ») et de rares hymnes de victoire et d’action de grâces, brefs et sublimes dans leur élan.
17 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
24transposition sur le plan historique du thème des Hymnes à la Nuit — qui a toujours fasciné Novalis, n’est pas seulement une v
25ur terre, et y entrer de bon gré, et entonner des hymnes sacrées ? Il faut que la chrétienté redevienne vivante et agissante e
18 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
26est préfet impérial, écrit en pur latin de belles hymnes à la gloire du fils de Dieu qui est né juif et sujet d’Hérode. Voici
27. On n’imagine pas le vieux Ménélas composant des hymnes pour Hélène, mais on voit très bien le vieil Ulysse, dans son nid d’a
19 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
28 et fut reçu à l’aérodrome de Moscou, au son de l’hymne polonais. Le protocole russe, Sir Stafford Cripps, et une foule de pl
20 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
29 du service étranger, gracieuses et nostalgiques. Hymnes à la nature adoptés comme chants patriotiques. Et dans toutes les égl
21 1968, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Hölderlin dans le souvenir des noms splendides (1968)
30plus efficace que le discours lui-même des grands Hymnes ? Il fallait enfin les relire. Je découvris alors que beaucoup des fr
31nt, le temps ponctuel. Mais Hölderlin, ses grands hymnes décrivent toutes les dimensions de l’absence, de l’éloignement dans l
22 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
32t opéré par le moyen des formes liturgiques, de l’hymne ambrosien et de la séquence convergeant dans les tropes de Notker, pu
33altée qu’entretient Fontevrault — les formes de l’hymne ambrosien, de la séquence et du conduit. Il met en forme d’hymne litu
34, de la séquence et du conduit. Il met en forme d’hymne liturgique ses déclarations d’amour profane 241 . Mais voici que peu
23 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 3. La clé du système ou l’État-nation
35i, et pas seulement dans les discours et dans les hymnes. On ne peut pas aimer des bureaux, qui [p. 104] n’ont que des sigles
24 1980, Journal de Genève, articles (1926–1982). Les journalistes sportifs ? On dirait qu’ils aiment les tyrans (31 mai-1er juin 1980)
36 tout ce qui exalte le nationalisme lors des JO : hymnes nationaux, drapeaux, bref le protocole. Tout cela est, à mon sens, un
37e communiste soviétique. Le fait de supprimer les hymnes et les drapeaux serait-il selon vous suffisant pour sauver les JO ? N
38réjouir à l’idée de voir disparaître à jamais les hymnes et les drapeaux des JO. Un des dirigeants du Comité olympique françai