1 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Paradoxe de la sincérité (décembre 1926)
1sprit partait dans le rêve d’un idéal de fortune, idole naïve de ma jeune angoisse… Je t’ai mieux aimée; d’autres soirs, alor
2 1930, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Pour un humanisme nouveau » [Réponse à une enquête] (1930)
2 l’on poussera plus avant la dégradation de cette idole qu’est l’Homme pour l’homme. Toute décadence invente un syncrétisme.
3 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Léon Pierre-Quint, Le Comte de Lautréamont et Dieu (septembre 1930)
3l’ombre après avoir été pendant quelques années l’idole et l’auteur-tabou du surréalisme. M. Pierre-Quint vient d’écrire sur
4 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
4échu, suffirent à faire d’un affairiste anglais l’idole du nationalisme magyar. Son portrait affiché dans tous les cafés, dan
5 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
5échu, suffirent à faire d’un affairiste anglais l’idole du nationalisme magyar. Son portrait affiché dans tous les cafés, dan
6 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Principe d’une politique du pessimisme actif (novembre 1932)
6ise de Guillaume d’Orange est l’arrêt de mort des idoles. Elle suppose un Dieu transcendant. Quel dieu fait de nos désirs d’ho
7s annuels de blé, de coton et d’obus. En face des idoles, il n’y a que deux attitudes possibles : les adorer ou les fracasser.
8out au plus d’abattre les obstacles à la foi, les idoles, les synthèses dans lesquelles l’homme cherche sa sécurité, et qui n’
9a « défier ». Que faire donc ? Briser d’abord les idoles, menaçantes. Et puis rester aux ordres de l’esprit. Nous n’avons pas
7 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
10e qui n’ait pas besoin d’arguments pour juger les idoles du monde ; de cette seule chose pour laquelle j’accepte de me faire t
8 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Poésie dialectique (juillet 1933)
11tuation dramatique ; lui révélant le néant de ses idoles et la nouveauté inénarrable de l’instant où la Parole lui est adressé
9 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 5. Sur la devise du Taciturne
12ise de Guillaume d’Orange est l’arrêt de mort des idoles. Quelles sont donc nos idoles ? Ce sont les créations de nos désirs d
13l’arrêt de mort des idoles. Quelles sont donc nos idoles ? Ce sont les créations de nos désirs divinisés, ce sont les dieux qu
14it de nos espoirs, c’est-à-dire qui se rit de nos idoles, et par ce rire, nous en délivre. Elle espère contre tout espoir, par
15e avant. On ne peut pas lui demander de bénir ces idoles dont il nous délivre. On ne peut pas adorer Dieu et la nation, Dieu e
16rgent, Dieu et Mammon. C’est pourquoi en face des idoles, il n’y a plus que deux attitudes : les adorer ou les fracasser. Tout
17lise ? Car l’Église, elle aussi, peut devenir une idole, dès qu’elle cherche des assurances tout humaines, dès qu’elle devien
18« défier ». ⁂ Que faire donc ? Briser d’abord les idoles menaçantes. Et puis rester aux ordres de l’esprit. Nous n’avons pas à
10 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 10. Fascisme
19 nomme aujourd’hui les psychiatres. De toutes les idoles modernes, l’État totalitaire est peut-être la plus décevante. L’idole
20at totalitaire est peut-être la plus décevante. L’idole des humanistes (l’homme divinisé) et son culte orthodoxe, le marxisme
11 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
21e qui n’ait pas besoin d’arguments pour juger les idoles du monde ; de cette [p. 154] seule chose pour laquelle j’accepterais
12 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
22s belle chance de grandeur ? Ils nous tueront ! L’Idole est absolue. Et ce n’est pas cette mort-là qu’il nous faut craindre,
13 1935, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notes en marge de Nietzsche (mars 1935)
23oyances » héritées sans examen de son milieu, aux idoles édifiées par ses bons sentiments ou par sa peur de la réalité, celui-
14 1935, Esprit, articles (1932–1962). Maurice Meunier, Idoles (février 1935)
24 [p. 846] Maurice Meunier, Idoles (février 1935) k Où l’on apprend comment un nommé Jean aima, de loi
15 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.6. L’Arche de l’Alliance
25e les faux dieux « faits de main d’homme », les « idoles de leur invention ». Mon peuple consulte son bois Et c’est son bâton
26lte est symbolisée au concret par les statues des idoles étrangères, cette vocation sera symbolisée par la présence de l’Arche
27èvent contre eux et dénoncent leur idolâtrie 20 . Idole, tout ce qui détourne de la seule vocation. Idole, toute action ou pe
28Idole, tout ce qui détourne de la seule vocation. Idole, toute action ou pensée si belle ou si féconde qu’elle soit, qui ne p
29être consacrée au ministère sacerdotal du peuple. Idole, tout ce qui n’est pas ordonné à la fin que les prophètes annoncent s
16 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.7. Sur le déclin du Moyen Âge
30 une fin en soi, c’est-à-dire qu’elle devient une idole. La décadence est commencée. ⁂ Il faut placer cette « crise » de la m
17 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.8. Décadence des lieux communs
31en ignorant du vrai Dieu, les prêtres donnent des idoles faites à l’image des terreurs de l’homme. Dans le culte de ces images
18 1936, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le Problème du bien (12 septembre 1936)
32s a un créateur. Il a, au contraire, déboulonné l’idole effroyable du Tout-Puissant ; il a enseigné que le vrai Dieu s’incarn
19 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
33le ; ou encore entre l’individu et le Sort, cette idole païenne ? C. M. — J’ai besoin de le croire pour agir. L. — Mais qu’
20 1937, Esprit, articles (1932–1962). Marius Richard, Le Procès (juin 1937)
34donne la mesure d’un art qui ne se prend pas pour idole. p. 479 ah. « Marius Richard, Le Procès, Corréa », Esprit, Paris
21 1938, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La vraie défense contre l’esprit totalitaire (juillet 1938)
35ux, exciter de la haine contre ceux qui adorent l’idole totalitaire. Je veux démasquer cette idole, et les raisons profondes
36rent l’idole totalitaire. Je veux démasquer cette idole, et les raisons profondes du culte qu’on lui rend. Or je distingue da
37passer pour athées : ils refusaient le culte de l’idole et s’en moquaient. Nous aussi nous devons rire des idoles colossales
38t s’en moquaient. Nous aussi nous devons rire des idoles colossales qu’on nous vante. Quand je vois les trois dictateurs [p. 4
22 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’heure sévère (juin 1940)
39u un Nietzsche ? Rien, sinon leur mépris pour les idoles bourgeoises, et leur vision précise du châtiment qui s’abattra nécess
40ans son châtiment. Il faut payer. Nous adorions l’idole de la prospérité, et l’idole du confort, et l’idole du progrès — ce p
41yer. Nous adorions l’idole de la prospérité, et l’idole du confort, et l’idole du progrès — ce progrès qui ne sait rien que r
42ole de la prospérité, et l’idole du confort, et l’idole du progrès — ce progrès qui ne sait rien que répéter comme une horlog
23 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
43l nous empêche aussi de nous reconnaître dans nos idoles. Voici comment les hommes s’enchaînent aux dieux qu’ils créent. Ceux
24 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable XI : Le Diable dans nos dieux (24 décembre 1943)
44l nous empêche aussi de nous reconnaître dans nos idoles. Voici comment les hommes s’enchaînent aux dieux qu’ils créent. Ceux
25 1944, Les Personnes du drame. II. Liberté et fatum — 5. Luther et la liberté de la personne
45le ; ou encore entre l’individu et le sort, cette idole païenne ? C.M. — J’ai besoin de le croire pour agir. L. — Mais qu’est
26 1947, Doctrine fabuleuse. 7. Angérone
46âche sérieuse. Quittons ce temple où dorment deux idoles, et parlons le langage du Jour.
27 1951, Les Libertés que nous pouvons perdre (1951). Les Libertés que nous pouvons perdre
47stifications totalitaires, contre la religion des idoles. Un lecteur m’écrivait récemment : « Quelle réponse l’Occident préten
28 1951, Preuves, articles (1951–1968). Mesurons nos forces (avril 1951)
48stifications totalitaires, contre la religion des idoles. Un lecteur m’écrivait récemment : « Quelle réponse l’Occident préten
29 1953, La Confédération helvétique. 5. La vie religieuse
49 lacs de Zurich et de Constance, ils trouvent des idoles de Wotan dans les anciennes églises romaines. Mais grâce à ces moines
30 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
50; enfin parler de la Nation non point comme d’une idole sanguinaire et bornée, mais simplement comme d’une formule qui a fait
51 et dans nos campagnes, avec leurs rites et leurs idoles et leurs fidèles, Zeus, Aphrodite et Diane, les mystères d’Éleusis, l
52e les révolutions et qui entretient le culte de l’idole nationale. Révolte contre l’Amour de Dieu et du prochain, qui était l
31 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
53 et des [p. 22] chemins, ou seuls debout devant l’idole 4 . Et une misère universelle. En Europe, dans un paysage où les cloc
54es ? Ce sont des temples, dit mon guide. Devant l’idole vêtue de soie précieuse et de colliers de verroterie, une femme seule
55 le bord, la lisière du monde du saint, comme les idoles le bord ou la lisière des Réalités divines. » [p. 33] Toute magie dé
32 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
56; enfin parler de la Nation non point comme d’une idole sanguinaire et bornée, mais simplement comme d’une formule qui a fait
57 et dans nos campagnes, avec leurs rites et leurs idoles et leurs fidèles, Zeus, Aphrodite et Diane, les mystères d’Éleusis, l
58e les révolutions et qui entretient le culte de l’idole nationale. Révolte contre l’Amour de Dieu et du prochain, qui était l
33 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
59c’est la personne provoquée par la passion, cette idole barbare, qui n’est pas la même ! — À t’entendre, dit Agathe, il faudr
34 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
60c’est la personne provoquée par la passion, cette idole barbare, qui n’est pas la même ! — À t’entendre, dit Agathe, il faudr
35 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 7. La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
61lles les fixent et elles les consacrent, (par les idoles et les yantras — signes magiques et invariables —, par les rites quot
36 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
62 européen : aimer non seulement la puissance, les idoles et l’argent, mais aussi l’esprit. Ce sont ces peuples-là qui créèrent
37 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
63nd on le compare au héros de l’Iliade. Achille, l’idole de l’Antiquité, le premier modèle d’Alexandre le Grand, fut le Siegfr
38 1961, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La personne, l’ange et l’absolu, ou le dialogue Occident-Orient (avril 1961)
64lles les fixent et elles les consacrent, (par les idoles et les yantras — signes magiques et invariables —, par les rites quot
39 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
65es environs du lac de Constance, ils trouvent des idoles de Wotan dans les anciennes églises romaines. Mais grâce à ces moines
40 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pourquoi des régions ? (printemps-été 1975)
66 et de plastic. Il ne s’agit pas de renverser des idoles aux pieds d’argile, mais d’éduquer des hommes vivants et forts. Il s’
41 1984, Cadmos, articles (1978–1986). L’État-nation contre l’Europe : Notes pour une histoire des concepts (printemps 1984)
67amais accomplie par les dévots pétrifiés de cette idole : la souveraineté nationale. Plus de trente ans plus tard, et à la v
68 sur tous les postes : ils n’ont rien accompli, l’Idole en soit témoin, et n’accompliront jamais rien. Eux, non ! Ils sont au