1 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 1. Mes prisons
1ces était donc ce conformisme indispensable aux « immortels principes ». Je n’allai pas tout de suite jusqu’à les mettre en doute
2 1931, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Éléments de la grandeur humaine, par Rudolf Kassner (octobre 1931)
2ctitude des pensées —, nous connaissons le modèle immortel, le Livre de Job. Il serait curieux d’en suivre la filiation, jusqu’a
3 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 2. Personne ou individu ? (d’après une discussion)
3tinuer par les générations successives. Leur voix immortelle se taira sans doute pour vous, quand vous ne serez plus ; mais c’est
4 c’est elle que vous entendez à présent, elle est immortelle malgré vous, elle s’en va et s’en ira toujours disant : individu ! In
4 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
5ain ; c’est une étrange erreur que de rêver l’âme immortelle 19  ; et c’est au nom de cette erreur [p. 381] qu’on croit pouvoir sé
6 entre l’individu et sa pressante vocation. L’âme immortelle n’est rien que l’illusion d’un égoïsme qui se glorifie dans l’abstrai
5 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
7iel sur la terre, et qui se souvient de l’île des immortels. Mais cet élan est sans cesse entravé par la jalousie de Vénus (Dîbat
6 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
8x en contemplant le ciel qui tourne autour de toi immortel et paré ! S’il est vrai qu’ici-bas tant joyeux de son mal votre désir
7 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
9pt de l’Esprit ». Pour la France, ce seront les « immortels principes ». Pour la Prusse, l’idée de l’État. Pour l’Angleterre, la
10semblance. La « France éternelle », « l’Allemagne immortelle » sont des expressions courantes en temps de guerre. Cette rhétorique
8 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
11able à leur Bien : il sera bon, juste, parfait et immortel, sa toute-puissance n’étant mise en échec que par le principe démonia
9 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
12pt de l’Esprit ». Pour la France, ce seront les « immortels principes ». Pour la Prusse, l’idée de l’État. Pour l’Angleterre, la
13semblance. La « France éternelle », « l’Allemagne immortelle » sont des expressions courantes en temps de guerre. Cette rhétorique
10 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
14able à leur Bien : il sera bon, juste, parfait et immortel, sa toute-puissance n’étant mise en échec que par le principe démonia
11 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 11. Où l’Aventure et la Voie se rejoignent
15ue la vie n’est qu’illusion. Mais aucun ne devint immortel. Nous cherchons plutôt les moyens de gagner du temps, et les trouvons
16emps, qu’en ferez-vous ? (Mais lui, s’il devenait immortel ?) Le problème de l’emploi du temps libre se posera donc demain, par
12 1959, Preuves, articles (1951–1968). Rudolf Kassner et la grandeur (juin 1959)
17actitude des pensées — nous connaissons le modèle immortel, le Livre de Job. Il serait curieux d’en suivre la filiation, jusqu’a
13 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 6. Rudolf Kassner et la grandeur humaine
18actitude des pensées — nous connaissons le modèle immortel, le Livre de Job. Il serait curieux d’en suivre la filiation, jusqu’a
14 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 7. La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
19le devenir par l’esprit. C’est rejoindre la forme immortelle de son être au travers d’une « mort à soi-même » transfigurante. Ce m
20n ne verra deux fois ! » — Aimer, c’est vouloir l’immortel, non l’éphémère, lequel n’a rien en soi qui mérite l’amour. Cela n’em
15 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.2. Le mythe de l’enlèvement d’Europe
21regardait comme sa propre fille. Ah ! fassent les Immortels que ce songe s’accomplisse heureusement pour moi ! » Cela dit, elle s
16 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
22Elle seule a transmis dans nos mains ces ouvrages immortels où nous puisons encore les préceptes et les exemples du goût le plus
17 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.3. Évolution : vers le progrès ou vers la décadence ?
23 … d’échafaudages pour l’édification de ce temple immortel de la félicité universelle, à laquelle, en un certain sens, tous les
18 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
24hommes. Une nation est une « âme », mais non pas immortelle : Une nation est une âme, un principe spirituel. Deux choses qui, à
19 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.2. Vertus et valeurs européennes
25ntain avenir de l’humanité. Car l’esprit seul est immortel. 295 Un autre « bon Européen », qui fut longtemps le père autorita
20 1961, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La personne, l’ange et l’absolu, ou le dialogue Occident-Orient (avril 1961)
26le devenir par l’esprit. C’est rejoindre la forme immortelle de son être au travers d’une « mort à soi-même » transfigurante. Ce m
27n ne verra deux fois ! » — Aimer, c’est vouloir l’immortel, non l’éphémère, lequel n’a rien en soi qui mérite l’amour. Cela n’em
21 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
28des millions d’hommes au nom de principes réputés immortels ou « millénaires » mais que les générations suivantes récusent. Quant
22 1968, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vers une fédération des régions (hiver 1967-1968)
29l y a toujours eu des États, que les nations sont immortelles (en tout cas la leur !), que rien d’autre n’est donc possible, et que
23 1969, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La région n’est pas un mini-État-nation (hiver 1969-1970)
30l’éducation stato-nationaliste « Les nations sont immortelles » (François Mauriac), tandis que « les régions sont encore à naître »
31 fait sa puberté), un peuple devient une « nation immortelle » et l’État qui agit en son nom dispose de la vie et de la mort de se
24 1970, Lettre ouverte aux Européens. IV. Vers une fédération des régions
32l y a toujours eu des États, que les nations sont immortelles (au moins la leur), que rien d’autre n’est donc possible, et que d’ai
33ar l’éducation stato-nationaliste « La France est immortelle », mais « l’Allemagne éternelle » (François Mauriac), tandis que « le
34omme on fait sa puberté), il devient une « nation immortelle ». Et l’État qui agit en son nom dispose de la vie et de la mort de s
25 1972, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). De l’unité de culture à l’union politique (17-23 avril 1972)
35e toute évidence historique — que leur nation est immortelle, ce qui suggère qu’elle aurait existé de toute éternité ; alors qu’en
26 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
36ns le cadre de notre vie le minéral, pratiquement immortel (métal, verre, plastique et béton) au végétal et à l’animal, dont la
27 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
37tre vie pour commencer, des matières pratiquement immortelles au végétal et à l’animal dont la loi de développement inclut la corru
28 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 10. Passage de la personne à la Cité
38la faculté de ne plus voir passer les âges, comme immortel, c’est l’angoisse pure qui m’étreint : plus personne avec qui partage
29 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 14. L’autogestion politique
39n fait sa puberté) ce peuple devient une « nation immortelle », et l’État qui agit en son nom dispose de la vie et de la mort de s
30 1978, Cadmos, articles (1978–1986). Contribution à une recherche éventuelle sur les sources de la notion d’engagement de l’écrivain (printemps 1978)
40me : Rien ne nous assure que la littérature soit immortelle ; sa chance aujourd’hui, son unique chance, c’est la chance de l’Euro