1 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Avant-propos (décembre 1926)
1une netteté qui a pu paraître parfois quelque peu impertinente. Le fait est que nous éprouvons irrésistiblement l’obligation d’être
2 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
2ère la prétention… Moi. — Que voilà un singulier impertinent de votre part. (Le reconduisant :) Croyez, Monsieur, à mon estime la
3 1929, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Julien Benda, La Fin de l’Éternel (novembre 1929)
3e Benda qui ne trahit pas.) D’autre part, de plus impertinents [p. 639] que moi ne manqueront pas de faire observer que la « fin de
4 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Gösta Berling, par Selma Lagerlöf (novembre 1937)
4 quelque chose de « glorieux » — au sens baroque, impertinent et emphatique du mot — dans la virtuosité et les malices de ce génie
5 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
5u d’Amour n’est plus un dur destin mais un enfant impertinent. Presque plus rien n’est défendu. De la pudeur, obstacle naturel, on
6 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Le savant et le général (8 novembre 1945)
6 que oui.” » Or ceci tue cela, me semble-t-il. Si impertinent qu’il paraisse de critiquer l’avis d’un militaire que le président Tr
7 1946, Lettres sur la bombe atomique. 6. Le savant et le général
7 que oui.” » Or ceci tue cela, me semble-t-il. Si impertinent qu’il paraisse de critiquer l’avis d’un militaire que le président Tr