1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Breton, Manifeste du surréalisme (juin 1925)
1e ici à un ton de mage qui ne fera plus longtemps impression. C’est grand dommage pour les lettres françaises qui risquent d’y per
2 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Lucien Fabre, Le Tarramagnou (septembre 1929)
2psychologique. En fermant le livre on a presque l’impression qu’il a réussi ce grand roman… Qu’y manque-t-il ? Un style ? L’absenc
3 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Miguel de Unamuno, Trois nouvelles exemplaires et un prologue (septembre 1929)
3alité et d’une ironie romantiques, laisse la même impression de grandeur désolée qu’un Greco. Mais il n’y a pas les couleurs, ni l
4 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
4ore les hommes politiques, mais on a si souvent l’impression qu’ils battent la mesure devant un orchestre qui, sans eux, jouerait
5 1926, Articles divers (1924–1930). L’Atmosphère d’Aubonne : 22-25 mars 1926 (mai 1926)
5ais ce qui est peut-être plus important, on eut l’impression, durant les discussions entre de Saussure et Bertrand, que les orateu
6 1927, Articles divers (1924–1930). Jeunes artistes neuchâtelois (avril 1927)
6 religieux, il se cherche encore. On a pourtant l’impression, à voir ses dernières toiles, d’une plus grande certitude intérieure.
7poids et nulle lourdeur, tout cela communique une impression de puissance domptée et qui semble se faire une volupté de la discipl
7 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
8e dégage de la lecture de Ma Vie et mon Œuvre une impression de netteté, de solidité, de propreté. Si l’on ajoute à cela le plaisi
8 1929, Journal de Genève, articles (1926–1982). Panorama de Budapest (23 mai 1929)
9votre séjour ne fera que confirmer cette première impression. Vienne : assis sur les banquettes rembourrées de profondes loges, le
9 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
10emblables ? Ainsi le lecteur superficiel aurait l’impression que je suis zur Sache, que je parle de mon sujet, — étant admis que m
10 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Hölderlin, La Mort d’Empédocle et Poèmes de la folie (octobre 1930)
11 jamais achevée, donne moins que les Poèmes cette impression bizarre d’être d’aujourd’hui. C’est qu’elle est de demain plutôt, — t
11 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). André Gide ou le style exquis (à propos de Divers) (octobre 1931)
12rlé de lui-même. Mais là où d’autres produisent l’impression pénible de se montrer, il arrive chez Kierkegaard une chose extraordi
12 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
13lables ? Ainsi le lecteur superficiel aurait-il l’impression que je suis zur Sache, que je parle de mon sujet, — étant admis que m
13 1933, Le Semeur, articles (1933–1949). Humanisme et christianisme (mars 1933)
14lants malentendus, sans cesse renaissants. Il a l’impression d’avoir perdu la clef de ce qui lui apparaît, dans ses heures de luci
14 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 8. Humanisme et christianisme
15lants malentendus, sans cesse renaissants. Il a l’impression d’avoir perdu la clef de ce qui lui apparaît, dans ses heures de luci
15 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Kasimir Edschmid, Destin allemand (octobre 1934)
16 et presque obsédant, ne suffit pas à expliquer l’impression de grandeur brutale et grave à la fois qui demeure dans l’esprit, bie
16 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le mouvement des groupes — Kagawa (4 août 1934)
17cès d’aucune sorte. À plus d’une reprise, j’eus l’impression, qu’on a rarement de nos jours, d’entendre des gens dire la vérité su
17 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
18e fait à vrai dire qu’augmenter son angoisse de l’impression d’une impuissance. Alors l’objet n’a pas d’autre existence que celle
18 1934, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le Procès, par Franz Kafka (mai 1934)
19ile d’imaginer un livre plus profond. On a même l’impression en le lisant, de lire pour la première fois un livre absolument profo
19 1935, Présence, articles (1932–1946). Autour de Nietzsche : petite note sur l’injustice (novembre 1935)
20prenais le mot, ne signifie pas « message », ni « impression » ou même « forte impression » que l’on est investi d’une « mission »
21as « message », ni « impression » ou même « forte impression » que l’on est investi d’une « mission », mais bien appel de Dieu, ap
20 1935, Esprit, articles (1932–1962). Roger Breuil, Les uns les autres (avril 1935)
22les autres, c’est peut-être qu’il donne parfois l’impression [d]’un livre plus profondément rêvé qu’écrit — (fort bien écrit du re
21 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
23us étions en train de chercher pour définir notre impression : ce palais, ce « sanctuaire », cette « ruche active » où bourdonnera
22 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
24op poli. Je ne sais trop pourquoi j’ai toujours l’impression qu’une certaine politesse bourgeoise stérilise toute réalité chrétien
25e de Nicodème ne paraissait pas avoir fait grande impression sur cette enfant, trop habituée sans doute à la confession paternelle
26, ici, dans la maison de Nicodème ! Tenez, j’ai l’impression, depuis que nous nous sommes mis à discuter, qu’aucun de nous ne sait
23 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.11. La mesure nationale-socialiste
27on culturelle » produit dans les deux cas la même impression très pénible de mensonge et de bonne volonté mêlés, d’opportunisme pa
24 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
28s ce silence à peu près absolu. Mais aussi j’ai l’impression nette d’utiliser la fin de l’élan intellectuel qui me soutenait à Par
29 dit long sur l’âme de ce peuple discret. C’est l’impression que je veux retenir pour le moment des gens d’ici. Elle corrige la ma
30ère la grille, le long visage de Pédenaud. J’ai l’impression que je lui gâte la vie. Trois fois la semaine au moins, il me voit ve
31pas, moi, les engueuler ! Je vous dis ma première impression, puisque vous me la demandez. Je sais bien que vous les connaissez be
32plus lugubre que l’île avant l’aube. On n’a pas l’impression qu’elle dort, mais qu’elle est morte. L’autobus brinquebalant, où nou
33rais tombé dans le journal intime, la culture des impressions ou le pittoresque. Ce séjour, par ailleurs plein d’agrément, ne m’a p
34 vous vous payez ma tête. » Ce qui renforce cette impression chez quelques-uns de ceux auxquels j’ai eu affaire, c’est que j’ai l’
35 jeune Français. Je retiens de cette journée deux impressions (je n’ose pas en dire davantage : tout cela est encore moins clair da
36ges « d’avant-garde » donnent dans l’ensemble une impression de crampe, de minutie maniaque, de méchanceté d’impuissants qui se to
37mble aussi que c’est concret. Je me dis que cette impression-là et l’inquiétude de tout à l’heure s’excluent en fait. Mais je n’ar
25 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
38oyageurs « autorisés » à se déplacer, tel soir, l’impression de n’avoir plus sa liberté. Ce qui change tout, bien entendu, et suff
39mage des quelques journaux qu’on y lit. Une autre impression que j’ai eue cet après-midi sur la place : celle d’être devant un fil
26 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
40pas, moi, les engueuler ? Je vous dis ma première impression, puisque vous me la demandez. Je sais bien que vous les connaissez be
41eune Français. » Je retiens de cette journée deux impressions (je n’ose pas en dire davantage : tout cela est encore moins clair da
27 1937, Esprit, articles (1932–1962). Martin Lamm, Swedenborg (septembre 1937)
42temps ; l’œuvre enfin devient présentable… On a l’impression, à lire M. Lamm, qu’il n’eût pas accordé une attention extrême à Swed
28 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
43s le silence à peu près absolu. Mais aussi j’ai l’impression nette d’utiliser la fin de l’élan intellectuel qui me soutenait à Par
44 dit long sur l’âme de ce peuple discret. C’est l’impression que je veux retenir pour le moment des gens d’ici. Elle corrige la ma
45ère la grille, le long visage de Pédenaud. J’ai l’impression que je lui gâte la vie. Trois fois la semaine au moins, il me voit ve
46mble aussi que c’est concret. Je me dis que cette impression et celle de tout à l’heure s’excluent en fait. Mais je n’arrive plus
29 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
47s une à une, mais dont l’ensemble me laissait une impression assez confuse. Capitalisme et socialisme, bellicisme et passivité, es
48 les seuls à savoir toutes les strophes… — Quelle impression emportez-vous de l’Allemagne ? me demandaient-ils sur le chemin du re
49ndis que le jour baissait dans la forêt. — Quelle impression ? Ah ! si je pouvais garder celle [p. 64] de ce soir, et celle-là seu
30 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
50dominants de la psyché occidentale. De là vient l’impression d’évidence qu’entraînent de pareils jugements. Cependant, si les conc
31 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Alice au pays des merveilles, par Lewis Carroll (août 1938)
51l’absence d’un élément de commune mesure : d’où l’impression d’entrave, de cauchemar. Impossible de savoir qui a gagné, quand une
32 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
52re persécutée par Dieu comme son ennemie ». Cette impression provoque une souffrance si pénible, puisque l’âme se croit rejetée pa
53aturels, et les spirituels » ; enfin, « sur cette impression de rejet qui compte parmi les peines les plus dures de l’état de puri
33 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
54e finalement tout un verbiage sur la divinité des impressions champêtres du dimanche.) Spinoza définit l’amour : un sentiment de jo
55 : « Le plaisir ne produit pas la moitié autant d’impression que la douleur, ensuite, outre ce désagrément dans la quantité d’émot
34 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
56 et ses actes sont déterminés beaucoup plus par l’impression produite sur les sens que par la pure réflexion. La masse est peu acc
35 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
57et d’expériences communes, l’Américain a plutôt l’impression qu’il met de l’ordre dans sa vie et qu’il s’ouvre un nouvel avenir. L
36 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
58dominants de la psyché occidentale. De là vient l’impression d’évidence qu’entraînent de pareils jugements. Cependant, si les conc
37 1939, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Âme romantique et le rêve (15 août 1939)
59ière dans ses rapports avec le monde réel. D’où l’impression de culpabilité, inacceptable et inavouable (à cause de l’orgueil nati
38 1939, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Puisque je suis un militaire… (septembre 1939)
60 camarade. — Pas trop. Mais pour sûr on y est ! L’impression générale, c’est qu’on nous a « mis dedans ». (Je dis on, je ne sais p
39 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
61 Si vous passez du poème au discours, vous avez l’impression de changer d’humanité, d’âge historique et de civilisation. Jamais, d
40 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’Église et la Suisse (août 1940)
62Sont-ils prêts à « partager » autre chose que des impressions générales sur le temps et les tristes événements ? Sont-ils vraiment
63uit sur l’auditeur occasionnel de nos sermons une impression fâcheuse de démodé, d’inactuel, d’irréaliste. Il n’y a vraiment aucun
64a quelques semaines, une parole qui m’a fait de l’impression. C’était dans un sermon, et le pasteur disait : « Laissons parler la
65ses les plus fausses. Ou bien encore, elle aura l’impression d’avoir surpris une réunion d’initiés, habitués à un certain langage,
41 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
66amais il ne fut plus savant, et jamais il n’eut l’impression de comprendre aussi mal ce qui se passe dans son monde. Jamais avec p
42 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 4. Franz Kafka, ou l’aveu de la réalité
67ile d’imaginer un livre plus profond. On a même l’impression, en le lisant, de lire pour la première fois un livre absolument prof
43 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
68’il doit en dire. Je n’ai pu me défendre de cette impression à la lecture de Taille de l’homme, petit ouvrage consacré à définir l
69ette équation fondamentale de l’être. La première impression qu’on reçoit de ce portrait serait trop faiblement traduite par le mo
44 1945, Carrefour, articles (1945–1947). L’Amérique de la vie quotidienne (19 octobre 1945)
70des journalistes, et finalement interrogé sur ses impressions d’architecte, répondit, m’assure-t-on : « Les maisons sont trop basse
45 1946, Journal des deux Mondes. 2. Journal d’attente
71 plupart vont venir à Paris ou s’y trouvent déjà. Impression soudaine, émouvante, d’une société secrète que rassemblent l’appréhen
46 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
72 camarade. — Pas trop. Mais pour sûr on y est ! L’impression générale, c’est qu’on nous a « mis dedans ». (Je dis on, je ne sais p
73je n’en saurais rien, j’ai lieu de supposer que l’impression ne serait pas moins forte. Toutes les sources détiennent une puissanc
74ysages » ou des « vues » que l’« Art » dissout en impressions, et que la photo durcit et fixe comme nul regard vivant n’a jamais ri
47 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
75t publié mon approche, mon arrivée, mes premières impressions, le programme de mes conférences, ce que je vais dire dans la prochai
76une heure par deux fonctionnaires avides de mes « impressions » d’Argentine, je suis libéré bon dernier, et je sors du bateau par u
48 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
77elque chose d’unique au monde, compensant ainsi l’impression qu’elles sont interchangeables à tant d’autres égards.) Le paysage po
49 1946, Journal des deux Mondes. 16. Journal d’un retour
78 On le tient encore pour anormal. J’ai [p. 246] l’impression qu’on exagère un peu, à cet égard. Mais le reste du monde se charge b
50 1946, Lettres sur la bombe atomique. 9. Paralysie des hommes d’État
79nt facile à concevoir. Ne partagez-vous pas cette impression, avec les masses contemporaines : que les [p. 57] chefs responsables
51 1946, Lettres sur la bombe atomique. 15. L’État-nation
80urs armées vous attriste visiblement. Vous avez l’impression que la civilisation et la culture y perdraient quelque chose de préci
52 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
81elque chose d’unique au monde, compensant ainsi l’impression qu’elles sont interchangeables à tant d’autres égards.) Le paysage po
53 1946, Journal de Genève, articles (1926–1982). Journal d’un retour (fin) (18-19 mai 1946)
82mplement. On le tient encore pour anormal. J’ai l’impression qu’on exagère un peu, à cet égard. Mais le reste du monde se charge d
54 1946, Combat, articles (1946–1950). Paralysie des hommes d’État (21 mai 1946)
83es et ouvrir les frontières. Qui ne partage cette impression, avec les masses contemporaines : que les chefs responsables de notre
55 1946, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Monsieur Denis de Rougemont, de passage en Europe, nous dit… [Entretien] (4 mai 1946)
84 à part un arrêt de quelques jours à Paris. Votre impression de la capitale française ? J’ai été frappé par son extraordinaire bea
56 1947, Doctrine fabuleuse. 6. L’ombre perdue
85perçant toutes choses à jour, et lui-même, d’où l’impression d’être mal défendu contre les regards qu’il rencontre ; transparent,
57 1947, Vivre en Amérique. Prologue. Sentiment de l’Amérique
8612] journalistes, et finalement interrogé sur ses impressions d’architecte, répondit, m’assure-t-on : « Les maisons sont trop basse
58 1947, Combat, articles (1946–1950). « La tâche française c’est d’inventer la paix » (26 décembre 1947)
87. Et c’est ce qui est grave en ce moment : on a l’impression que personne n’est décidé à arrêter la folle machine ou, plutôt, à la
88dire par son parti communiste. Elle donne ainsi l’impression d’être sous une double dépendance. Ce n’est donc pas de ses dirigeant
89 fatal si on ne fait que l’attendre. C’est bien l’impression désespérante que nous avons. L’intelligence française est comme paral
59 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
90uisse détailler tous ses traits, on en reçoit une impression d’ensemble que je traduirai par ces mots : on dirait, à la voir, qu’e
60 1948, Le Figaro, articles (1939–1953). Sagesse et folie de la Suisse (13 octobre 1948)
91emière vue. M. Siegfried n’a pas collectionné des impressions. Il raisonne sur l’irréfutable. Il joue de la statistique comme un ch
61 1950, Lettres aux députés européens. Deuxième lettre
92s en ferez l’usage qu’elle attend. Elle n’a pas l’impression très nette que vous êtes décidés à faire l’Europe envers et contre to
62 1950, Journal de Genève, articles (1926–1982). Deuxième lettre aux députés européens (16 août 1950)
93s en ferez l’usage qu’elle attend. Elle n’a pas l’impression très nette que vous êtes décidés à faire l’Europe envers et contre to
63 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
94orme l’antichambre ou le parvis du temple. D’où l’impression de solennité, dès le premier regard jeté de la rue. Au fond, dans le
64 1951, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Un complot de protestants (novembre 1951)
95s des notes. C’est celui du 20 juin. J’avais eu l’impression ce jour-là que [p. 283] Gide passait la prudence dans l’aveu, qu’il m
96, les [p. 284] épreuves de son Journal en cours d’impression, et sur lequel je vais écrire un article pour la NRF. Il insiste comm
65 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Rapport moral présenté par M. Denis de Rougemont (novembre 1952)
97tant, à plusieurs égards, il nous donne souvent l’impression d’être encore en pleine formation : l’élargissement de notre Conseil,
66 1953, La Confédération helvétique. Introduction (par Lucien Febvre)
98 ceux qui ont gardé de ces fréquentations assez d’impression pour ne jamais saluer sans tendresse, du haut de la grande allée de t
67 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
99agent. Grâce à eux, le peuple suisse n’a jamais l’impression que les pouvoirs qu’il a délégués à ses élus lui échappent. « Il se r
68 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
100leur pouvoir d’achat dans différents pays. Mais l’impression générale, tant des indigènes que des visiteurs étrangers, est que le
101 un certain équilibre social. Et c’est en effet l’impression générale que donne la Suisse. Les inégalités de niveau de vie y sont
102 publics, la désuétude et le laisser aller. Cette impression de richesse générale, moins inégalement répartie qu’ailleurs, est-ell
69 1953, La Confédération helvétique. 6. Le peuple suisse et le monde
103, 900 000. Les Alémaniques donnent aux Français l’impression qu’ils sont Allemands, mais ne la donnent pas aux Allemands. Ils sont
70 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le rôle de la recherche en Europe (décembre 1954-janvier 1955)
104 parler du « désarroi de l’époque ». Nous avons l’impression de vivre dans un chaos sans cesse croissant, dans un maquis de contra
71 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
105autrichien de génie. Personne n’a mieux traduit l’impression qui submerge l’Européen livré à l’Inde, immergé dans la foule indienn
72 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 9. Les ambivalences du progrès
106 parler du « désarroi de l’époque ». Nous avons l’impression de vivre dans un chaos sans cesse croissant, dans un maquis de contra
73 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur un certain cynisme (septembre 1957)
107e je lis, politique et littérature, donne la même impression générale — comme si le cynisme était la seule issue d’une perpétuelle
74 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
108rienter et se découragent : ce désordre donne une impression d’inefficacité et de luttes d’intérêts personnels.      III. Solution
75 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
109idement les autres voyageurs, parce que j’avais l’impression que tout le monde m’avait fui. Puis je suis descendu derrière la fill
76 1959, Preuves, articles (1951–1968). Rudolf Kassner et la grandeur (juin 1959)
110ie du réalisme poétique.   Telle fut ma première impression. Je la vois aujourd’hui confirmée par un commerce rarement interrompu
77 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — e. Invasion de l’érotisme au xxe siècle
111t de révélation que produisit l’œuvre de Freud, l’impression qu’elle « expliquait tout », parce qu’elle expliquait certains troubl
78 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
112idement les autres voyageurs, parce que j’avais l’impression que tout le monde m’avait fui. Puis je suis descendu derrière la fill
79 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 2. Deux princes danois. Kierkegaard et Hamlet
113tion : il s’agit de suivre un chemin que l’on a l’impression d’inventer, un chemin qui demeure invisible tant qu’on ne se risque p
80 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
114n dernier Anti-Tristan — venait d’être envoyé à l’impression. [p. 139] Dans Aurore, je relis : « Que celui qui veut tuer son adve
81 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 5. Dialectique des mythes II. Les deux âmes d’André Gide
115s des notes. C’est celui du 20 juin. J’avais eu l’impression ce jour-là que Gide passait la prudence dans l’aveu, qu’il me disait
116ar paquets les épreuves de son Journal en cours d’impression, et sur lequel je vais écrire un article pour la NRF. Il insiste — co
117l’âme et de ses pouvoirs d’expansion. De là cette impression que j’avais gardée de lui, et que je traduisais en parlant d’un défau
82 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 6. Rudolf Kassner et la grandeur humaine
118gie du réalisme poétique. ⁂ Telle fut ma première impression. Je la vois aujourd’hui confirmée par un commerce rarement interrompu
83 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
119t les préjugez, & que souvent ils font plus d’impression sur le commun des esprits, que les véritables raisons prises du fond
84 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
120s d’Europe… Je te raconterai une de mes premières impressions d’alors, un songe que j’ai eu, un véritable songe. Il y a à Dresde, a
85 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.1. « Tout s’est senti périr »
121t la conscience de notre vieillesse, nous avons l’impression — aujourd’hui comme il y a deux mille ans — que la fin de l’histoire
86 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
122n dernier Anti-Tristan — venait d’être envoyé à l’impression. Dans Aurore, je relis : « Que celui qui veut tuer son adversaire con
87 1963, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Les mythes sommeillent… ils vont se réveiller [Entretien] (9-10 février 1963)
123lle de nouveaux langages… — Ce qui nous donne une impression de sécheresse, d’épuisement. Ne croyez-vous pas que l’Europe est épui
88 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
124a chose faite. Que devient mon pays ? Ma première impression, c’est que la Suisse n’est plus à l’écart de l’Europe et qu’elle part
89 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.1. Les institutions et la vie politique
125ce à eux, le peuple suisse a moins que d’autres l’impression que les pouvoirs délégués à ses élus lui échappent. « Il se réserve t
90 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.2. Les paradoxes de la vie économique
126 un certain équilibre social. Et c’est en effet l’impression générale que donne la Suisse. Les inégalités de niveau de vie y sont
91 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
127ysages » ou des « vues » que l’« Art » dissout en impressions, et que la photo durcit et fixe comme nul regard vivant n’a jamais ri
128ainsi dire, les volumes (je n’y arrive plus) et l’impression, le souvenir d’une tête ? C’est terrible, c’est l’enfer », ajoute-t-i
92 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. IV. La Suisse, dans l’avenir européen
129ite, que devient mon pays ? [p. 307] Ma première impression, c’est que la Suisse n’est plus à l’écart de l’Europe et participe sa
93 1967, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Civisme et culture (notamment artistique) (mai 1967)
130ébutant de tout âge, doit d’abord en recevoir des impressions et tenter de les assimiler, de les analyser, de les comprendre. Il do
94 1968, Preuves, articles (1951–1968). Vingt ans après, ou la campagne des congrès (1947-1949) (octobre 1968)
131ns et des résolutions votées m’ait fait alors une impression bien forte. Je viens de relire le volume qui réunit les principaux di
95 1969, La Vie protestante, articles (1938–1978). La lune, ce n’est pas le paradis (1er août 1969)
132suis dans un sentiment de désenchantement. J’ai l’impression que les rêves de l’humanité depuis des siècles — les rêves de poètes,
133irer des conclusions très ambiguës. Moi, j’ai une impression de frustration, à me dire : la Lune, ce n’est pas aussi beau, ce n’es
96 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.4. À la Table Ronde du Conseil de l’Europe
134mplement, et en toute subjectivité, les premières impressions d’ensemble que je sens se former en moi. Le souci dominant de la Tabl
97 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.1. Éducation, civisme et culture
135ébutant de tout âge, doit d’abord en recevoir des impressions et tenter de les assimiler, de les comprendre. Il doit prendre connai
98 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.5. Le rôle de la recherche en Europe
136 parler du « désarroi de l’époque ». Nous avons l’impression de vivre dans un chaos sans cesse croissant, dans un maquis de contra
99 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
137ui éveille dans l’esprit une obscure évidence : l’impression que l’on vient de toucher, fût-ce à tâtons, le cœur du problème, et q
138tique, Jean Markale semblera faire écho : On a l’impression que les Celtes ont une affection particulière pour les histoires qui
100 1972, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Confrontation des régions transfrontalières [Nos conclusions] (été 1972)
139n » récente de Strasbourg ait donné à plusieurs l’impression qu’on renouait avec les traditions de l’époque militante (que j’ai no